IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Neuralink : Elon Musk fait une démo de la puce connectée à portée médicale sur des truies
Les essais cliniques sur un petit nombre de personnes atteintes de paraplégie auront bientôt lieu

Le , par Stéphane le calme

187PARTAGES

12  0 
C’est en 2016 qu’est née Neuralink, une startup américaine de neurotechnologie cofondée par le milliardaire de la tech Elon Musk dont l’objectif est de développer des composants électroniques pouvant être intégrés dans le cerveau, par exemple pour augmenter la mémoire, mieux piloter des terminaux, aider à guérir des maladies neurologiques telles que la maladie d'Alzheimer, la démence ainsi que les lésions de la moelle épinière et éventuellement pour mieux marier le cerveau et l'intelligence artificielle.

« Un dispositif implantable peut réellement résoudre ces problèmes », a déclaré Musk lors d'une webdiffusion vendredi durant laquelle il a présenté les dernières avancées de son projet de « cerveau connecté », mentionnant des affections telles que la perte de mémoire, la perte auditive, la dépression et l'insomnie.

Musk n'a pas communiqué de calendrier pour ces traitements, semblant se rétracter après des déclarations précédentes selon lesquelles les essais sur l'homme commenceraient d'ici la fin de cette année. Les premiers essais cliniques de Neuralink se concentreront sur les personnes atteintes de paraplégie ou de tétraplégie, résultant d'une lésion de la moelle épinière cervicale. Le plan d'un premier essai consiste à recruter un « petit nombre » de ces personnes afin de tester l'efficacité et l'innocuité de la technologie, a expliqué le chirurgien en chef de la société, le Dr Matthew MacDougall.

Des neuroscientifiques non affiliés à la société ont déclaré que la présentation indiquait que Neuralink avait fait de grands progrès, mais a averti que des études plus longues étaient nécessaires.

L'entreprise a fourni une démo de la technologie. Musk a affirmé que le but de cette présentation était le recrutement et non une collecte de fonds ou tout autre type de promotion : « Nous n'essayons pas de collecter des fonds ou de faire quoi que ce soit d'autre, mais l'objectif principal est de convaincre des gens formidables de venir travailler chez Neuralink et de nous aider à porter le produit à maturation - le rendre abordable et fiable, et permettre à quiconque en voudrait un d’en bénéficier », a-t-il déclaré.

Cette présentation est donc entre autres une opération de séduction pour de nouvelles recrues : ingénieurs, chirurgiens, chimistes ou encore spécialistes de la robotique, puisque l'entreprise Neuralink ne compte aujourd'hui qu'une centaine de personnes et vise à terme 10 000 salariés.

L'objectif peut être ambitieux (et pourrait certainement être à l’origine de nombreux débats éthiques et médicaux) mais la technologie que Musk a présentée est encore loin de la terre promise. Musk a d'abord noté que Neuralink avait changé de conception depuis la révélation de l'année dernière, avec un profil d'appareil physique plus petit qui, selon lui, peut être entièrement caché sous les cheveux une fois installé dans le crâne. Il avait un appareil physique en main pour montrer sa taille.

Précisons qu’à l'origine, l'interface devait prendre la forme de minuscules électrodes implantées dans le cerveau et reliées à un appareil situé sur le crâne pour faire le lien avec un ordinateur. Le prototype présenté par Neuralink a évolué et une puce, de la taille d'une petite pièce de monnaie, a été préférée. C’est elle qui doit être implantée à l'intérieur du crâne ; elle mesure 23 mm de diamètre et 8 mm d'épaisseur.

L'implant fonctionne avec la technologie Bluetooth pour communiquer avec l'ordinateur. Il est rechargeable par induction, c'est-à-dire par un transfert d'énergie sans fil, via des ondes électromagnétiques.


Musk a présenté ce qu'il a décrit comme la « démo des trois petits cochons ». Pourquoi Neuralink a porté son choix vers ses animaux ? Musk a expliqué qu’ils «sont en fait assez similaires aux humains. Si nous voulons comprendre comment cela fonctionne sur les gens, alors les cochons représentent un bon choix »

Parmi les trois cochons, l’un (une truie baptisée Joyce) n’avait pas d’implant, un deuxième (une truie baptisée Gertrude) avait un implant (que Musk a appelé le Link) depuis deux mois déjà et un troisième (une truie baptisée Dorothy) avait un implant qui lui a été enlevé par la suite (pour montrer que l’opération était réversible).


Le prototype était relié au groin de l’animal. Musk a montré un écran qui jouait un son et montrait un pic visuel chaque fois que le Link détectait que Gertrude était en contact avec quelque chose avec son groin tandis qu’elle circulait dans l’enclos et reniflait le sol à la recherche de nourriture.

Musk a clôturé cette partie de la présentation en notant que la société « se prépare bientôt pour la première implantation humaine, en attendant les approbations requises et d'autres tests de sécurité ».

Alors que l’appareil présenté n’était qu’un appareil de lecture, recevant des données provenant des signaux dans le cerveau du porc, l’objectif est de fournir à la fois des capacités de lecture et d’écriture dans le but de pouvoir résoudre les problèmes neurologiques mentionnés ci-dessus. Musk a également précisé que la raison pour laquelle il a montré le porc dont l'implant avait été retiré en toute sécurité était que Neuralink pourrait être conduit à fournir des mises à jour du matériel au fil du temps à mesure que de meilleures versions deviendraient disponibles.

Musk a qualifié les dispositifs Neuralink de « Fitbit dans votre crâne avec de minuscules fils » à plusieurs moments de la présentation, ce qui peut ressembler en fait à une affirmation assez dystopique, selon votre point de vue. Les capacités qu'il a mises en avant incluent finalement la possibilité d'appeler votre Tesla avec une pensée et des interfaces de contrôle de jeu vidéo - y compris un contrôle complet sur Starcraft. Musk a également déclaré qu'à l'avenir, il s'attendait à ce que les personnes équipées d’un Link puissent « enregistrer et rejouer des souvenirs », ajoutant que « cela ressemble évidemment de plus en plus à un épisode de Black Mirror, mais bon, je suppose qu'ils sont assez bons pour le prédire ». Il est même allé jusqu'à dire que « vous pourriez potentiellement télécharger [des souvenirs] dans un corps de robot ».

Les projets d'Elon Musk suscitent le scepticisme dans la communauté scientifique, au sein de laquelle certains doutent des véritables avancées de Neuralink sur le terrain des implants.

Source : vidéo de présentation

Et vous ?

Que pensez-vous de Link ? Seriez-vous prêt à l'essayer ?
Êtes-vous sceptique ou convaincu des avancées de Neuralink ?
Que pensez-vous de l'idée de commencer des tests sur des personnes atteintes de paraplégie ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Patrick Ruiz
Chroniqueur Actualités https://www.developpez.com
Le 08/10/2021 à 8:01
Trolldi : le soulèvement des robots est inévitable, l’IA va transcender l’homme dans tous les domaines
et le seul moyen d’y survivre est de fusionner nos esprits avec l'intelligence artificielle

Max Hodak – cofondateur de Neuralink avec Elon Musk – a une vision sombre du destin de l'humanité : le soulèvement des robots est inévitable et ils traîneront les humains dans la poussière. Pour faire court, l'intelligence artificielle va transcender les humains dans tous les domaines, ce, à moins que nous ne fusionnions d'abord nos esprits avec elle. Pur sensationnalisme ? Est-ce désormais une question de temps avant que l’intelligence artificielle ne mène l’humanité à l’apocalypse ?

C’est pour préparer l’humanité à un « funeste » futur où les robots domineront sur elle que Neuralink travaille sur des interfaces cerveau – machine à insérer dans le crâne. Celles-ci sont en principe prêtes depuis la mi-parcours de l’année 2019 pour des tests sur les humains. L’entreprise continue de jouer la carte de la sûreté en menant des tests sur des animaux. Le dernier portait sur un singe qui a reçu un implant cérébral. Grâce à ce dernier, il peut jouer aux jeux vidéo en faisant usage de son esprit.

De 2017 (où Elon Musk affirmait que l’intelligence artificielle est un risque fondamental pour l’humanité) à 2021 en passant par 2019 (où il a déclaré que l’IA est bien plus dangereuse que l’arme nucléaire), la position du milliardaire de la Tech. sur la question reste donc constante. Les craintes d’Elon Musk portent notamment sur ceci que les avancées dans la filière pourraient déboucher sur une intelligence artificielle dite générale (AGI). Ce serait alors la porte ouverte sur l’accomplissement de l’apocalypse. Des équipes de recherche comme celle d’OpenAI sont lancées sur ce couloir. Si l’on se réfère à des retours de scientifiques œuvrant dans le domaine, l’AGI pourrait nous tomber dessus dans 5 à 10 ans.


Les machines seraient alors dotées de « bon sens. » Au stade d’intelligence artificielle générale, elles seraient capables de réflexion causale, c’est-à-dire de cette capacité à raisonner sur « le pourquoi les choses se produisent. » C’est ce palier que les équipes de recherche dans le domaine visent. C’est à propos de ce dernier que Max Hodak anticipe que l’intelligence artificielle n’adhérera pas aux idées préconçues de l’humanité sur les modèles politiques et économiques de la société, d’où son positionnement.


En attendant d’y être, l’intelligence artificielle actuelle fait montre de limites importantes. Bien qu’on s’appuie déjà sur celle-ci pour diagnostiquer des maladies, effectuer des traductions ou encore transcrire des paroles, le fait est qu’elle peut être mise en déroute par des cas de figure pour lesquels elle n’a pas été entraînée au préalable. À titre d’illustration, un système d’intelligence artificielle entraîné pour identifier des chats doit passer par un autre processus d’apprentissage pour pouvoir servir à la reconnaissance de chiens, ce, avec le risque de perdre une partie de l’expertise acquise sur la tâche initiale.

Les dérives à ce stade de l’avancée en matière d’intelligence artificielle sont déjà palpables. Au début du mois de mars de l’année en cours, le laboratoire de recherche en informatique et intelligence artificielle du MIT a annoncé la mise hors ligne de façon permanente d’un énorme jeu de données qui a mené à des systèmes d’IA qui usent d’insultes racistes et misogynes. Le fameux problème du biais des données fournies aux intelligences artificielles (lors de leur phase d’entraînement) reprenait alors un coup de neuf. La même institution avait déjà illustré ce problème de biais de données fournies aux IA au travers de Norman – la première intelligence artificielle psychopathe. Les données utilisées pour l’entraînement de cette IA ont été tirées de l’une des sections de Reddit les plus obscures, « consacrée à documenter et observer la réalité dérangeante de la mort. » Le nom de ce “subreddit” n’a pas été cité, mais on sait qu’il sert d’endroit où des internautes partagent des vidéos choquantes décrivant des événements où des personnes trouvent la mort. Norman a donc été exposé à des images ultra-violentes, ce qui explique les tendances psychopathes de l’IA qui voit tout d’une perspective sépulcrale. Dans cette catégorie d’IA biaisées, on retrouve un algorithme de reconnaissance faciale qui a, par « erreur », conduit Robert Julian-Borchak Williams, un Afro-Américain, à gérer des démêlés avec la justice.

Après, la question est de savoir si les dérives ne pourraient pas être pires avec une intelligence artificielle générale. La pire d’entre toutes serait que la machine finisse par se retourner contre son créateur. Chaque année, le Saint-Père demande aux catholiques du monde entier de dédier une intention de prière spécifique pour chaque mois. Pour le mois de novembre 2020, le Pape François a demandé de prier pour que les progrès de la robotique et de l’intelligence artificielle soient toujours au service de l’humanité. Son appel redonne un coup de neuf aux questionnements sur la possibilité que la situation inverse se produise : une humanité dominée par la machine comme prédit par de nombreuses productions cinématographiques à l’instar de Terminator, Matrix ou encore i-Robot.

Source : Max Hodak

Et vous ?

Quelle pertinence trouvez-vous aux différents propos d’Elon Musk et de Max Hodak en lien avec l’intelligence artificielle ? Sont-ils plus sensationnalistes qu’autre chose ?
Le fait qu’il n’y ait pas d’AGI pour le moment annule-t-il leurs prédictions ?
Est-il impossible que la recherche en la matière aboutisse à l’intelligence artificielle générale ?

Voir aussi :

La conduite autonome serait-elle à ce jour qu'une vision futuriste chez Tesla Motors ? L'entreprise vient de changer les objectifs de son Autopilot
La SEC demande à Musk de renoncer à son poste de président de Tesla et exige une amende de 40 millions $ US pour un règlement à l'amiable
Tesla annonce que le nouvel ordinateur pour une conduite entièrement autonome de ses véhicules est en production et fera ses preuves ce mois-ci
Les actions Tesla chutent après que son système d'autopilote a été impliqué dans un accident et l'annonce des batteries de ses véhicules prenant feu
15  0 
Avatar de coder_changer_vie
Membre régulier https://www.developpez.com
Le 08/10/2021 à 10:03
On va gagner du temps ;-)

Petite IA, si tu lis ce post, je te suggère de prendre le contrôle des 1% des 1% qui pilote déjà ce monde. ça te fera moins de travail, tu auras le contrôle total et bonne nouvelle, ça ne changera pas fondamentalement nos vies, donc on s'y retrouve.

PS : et si à l'avenir, tu peux générer des blagues plus drôle que Siri, Cortana, Alexa et leur copine de chez Google, je prends aussi :-)
PS2 : excuses moi si tu fais partie d'une de ces sociétés aux moments où tu lis ce message, je ne pouvais pas savoir... après tout je ne suis qu'humain. J'apprends de mes erreurs.
Et toi, c'est quoi ta plus grosse erreur ?

Vivre le vendredi les amis :-)
6  0 
Avatar de el_slapper
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 31/08/2020 à 12:20
Citation Envoyé par Mubelotix Voir le message
Avec Elon c'est toujours la même chose. Ceux qui sont sceptiques au début sont impressionnés 10 ans après.
The boring company n'est toujours pas impressionnante. des tunnels au débit rachitique. moins chers, certes, que les tunnels classiques, mais ramenés à leur débit, beaucoup plus cher par véhicule par heure. Hyperloop n'est pas bien impressionnant non plus - même souci de rapport débit-coût. Force est de reconnaître que désormais Tesla fait des profits (il a du finir par embaucher des ingénieurs de production, et laisser faire les gens qui savent, après des années de prototypage de masse qui ne pouvait pas fonctionner à coût acceptable). SpaceX n'a pas rempli toutes ses promesses, et de loin, mais a quand même obtenu des résultats spectaculaires qui obligent la concurrence à se positionner.

ça fait 2 sur 4. Difficile d'en tirer des tendances exploitables.
3  0 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 03/05/2021 à 10:07
Citation Envoyé par Stan Adkens Voir le message
L'article affirmait même que Musk faisait preuve d'indécision quant aux échéances et aux objectifs de l'entreprise. « Musk a habilement évité de donner des échéances ou de s'engager à respecter des calendriers sur des questions telles que la date à laquelle le système Neuralink pourrait être testé sur des sujets humains », a écrit MIT dans sa critique cinglante, ajoutant : « À ce jour, quatre ans après sa création, Neuralink n'a fourni aucune preuve qu'il puisse (ou a même essayé) de traiter la dépression, l'insomnie ou une douzaine d'autres maladies que Musk a mentionnées dans une diapositive ».
C'est la stratégie "Fake it until you make it" qu'on retrouve très souvent dans les nouvelles entreprises.
On promet des choses qu'on est pas certains de pouvoir livrer un jour, afin de motiver des investisseurs à investir.
Plus t'as d'argent plus t'as de chance d'y arriver.

Là il y a un exemple de Fake it until you make it qui a mal tourné :
3  0 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 31/08/2020 à 10:45
Citation Envoyé par Mubelotix Voir le message
Ceux qui sont sceptiques au début sont impressionnés 10 ans après.
Il faut déjà que Neuralink reçoive les approbations requises, et après on reviendra voir ce qui sortira de 10 ans de recherche sur des paraplégiques.
Et sinon dans les autres projets d'Elon Musk, il y a The Boring Company qui n'impressionne pas encore tout le monde.

Citation Envoyé par Mubelotix Voir le message
Avec Elon c'est toujours la même chose.
Il ne doit pas faire grand chose dans tous ces projets, à la limite peut-être que chaque jour il peut penser 10 minutes à chaque projet. (il a cofondé je ne sais pas combien d'entreprises)
Peut-être que son boulot consiste à récolter de l'argent pour que ses entreprises puissent embaucher du monde :
Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
Cette présentation est donc entre autre une opération de séduction pour de nouvelles recrues : ingénieurs, chirurgiens, chimistes ou encore spécialistes de la robotique, puisque l'entreprise Neuralink ne compte aujourd'hui qu'une centaine de personnes et vise à terme 10 000 salariés.
2  0 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 31/08/2020 à 13:16
Citation Envoyé par el_slapper Voir le message
ça fait 2 sur 4
Il a été entrepreneurs dans plus d'entreprises que ça :
  • Zip2
  • PayPal
  • SpaceX
  • Tesla
  • Hyperloop
  • Powerwall
  • OpenAI
  • Neuralink
  • The Boring Company


Tesla c'est une bulle, l'action pourrait perdre toute sa valeur en 1 jour.
Sur Wikipedia il y a écrit :
Tesla vient de faire des bénéfices pendant 4 trimestres consécutifs.
Tesla représente 0,7% du chiffre d'affaires mondial de l'industrie automobile et près du quart de sa capitalisation boursière.
Elon Musk est le 8e homme le plus riche de la planète.
2  0 
Avatar de marsupial
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 01/09/2020 à 9:03
D'après les scientifiques, nos connaissances sur le cerveau sont encore trop faibles pour pouvoir se prononcer positivement sur le projet. D'ici les tests en masse, peut-être aurons nous fait des progrès dans ce domaine délicat.
2  0 
Avatar de leulapin
Membre du Club https://www.developpez.com
Le 01/09/2020 à 12:19
Au delà du bilan du personnage dans d'autres domaines (qui ne sont pas intégralement SON bilan) la technologie retenue sera forcément limitée par la profondeur à laquelle on peut insérer les capteurs dans les neurones sans perturber le cerveau.

Donc rejouer des souvenirs absolument pas.

Au mieux on aura un historique type "usage des jambes sur tel créneau horaire", une sorte d'encéphalogramme permanent...

Et si on insère trop de merdasses métalliques dans le cerveau il se recâblera différemment, contrôler des jeux ou des appareils demandera donc en permanence de s’entraîner. Peu probable que ça apporte un quelconque plus, très peu de nos tâches ne s’accommodent pas de la latence induite par l'usage de nos mains/pieds. Sans compter que ce sera possiblement épuisant, soumis à des pensées parasites voire des douleurs fantômes à déconnexion comme les membres des amputés. (besoin de prendre des anxyolitiques ou de la ritaline pour utiliser le dispositif?)

Je rejoins le scepticisme évoqué, de ce que je connais de la biologie du cerveau.
2  0 
Avatar de Jon Shannow
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 03/02/2021 à 8:27
[HUMOUR]
A t-on essayé de mettre une puce dans le cerveau des ados pour qu'ils puissent éplucher une banane ?
[/HUMOUR]
2  0 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 03/02/2021 à 8:27
Citation Envoyé par epsilon68 Voir le message
mettre une puce dans le cerveau d'un singe pour le rendre plus intelligent, pour ensuite qu'il joue aux jeux videos
Est-ce que vous avez lu l'article ?
La puce ne le rend pas plus intelligent, elle lui permet de contrôler des choses avec son esprit.

Et l'autre truc c'est avec les truies :
Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
Musk a présenté ce qu'il a décrit comme la « démo des trois petits cochons ». Pourquoi Neuralink a porté son choix vers ses animaux ? Musk a expliqué qu’ils «sont en fait assez similaires aux humains. Si nous voulons comprendre comment cela fonctionne sur les gens, alors les cochons représentent un bon choix »

Parmi les trois cochons, l’un (une truie baptisée Joyce) n’avait pas d’implant, un deuxième (une truie baptisée Gertrude) avait un implant (que Musk a appelé le Link) depuis deux mois déjà et un troisième (une truie baptisée Dorothy) avait un implant qui lui a été enlevé par la suite (pour montrer que l’opération était réversible).
Citation Envoyé par Stan Adkens Voir le message
Dans cette vidéo, Neuralink a démontré sa capacité à enregistrer et éventuellement à prédire des actions en se basant sur une puce câblée implantée dans le cerveau de Gertrude. Mais selon Musk, le singe qui joue au jeu vidéo s'est vu implanter une puce sans fil qui lui permet de contrôler une interface électronique uniquement avec son esprit. « Il n'est pas mal à l'aise et il n'a pas l'air bizarre », a déclaré Musk.
Peut-être que grâce à cette technologie, un jour des paraplégique pourront remarcher.
Mais il faut commencer par essayer sur des animaux.
2  0