La police coréenne a utilisé l'intelligence artificielle pour localiser et arrêter les fraudeurs
D'un système de Ponzi

Le , par Bill Fassinou

105PARTAGES

5  0 
Le jeudi passé en Corée, la police a procédé à l’arrestation de présumées coupables de fraude par un système de Ponzi en Bitcoin en utilisant une intelligence artificielle. Pour rappel, le système de Ponzi (ou pyramide de Ponzi) est un montage financier frauduleux qui consiste à rémunérer les investissements des clients essentiellement par les fonds procurés par les nouveaux entrants. Si l'escroquerie n'est pas découverte, elle apparaît au grand jour au moment où elle s'écroule, c'est-à-dire quand les sommes procurées par les nouveaux entrants ne suffisent plus à couvrir les rémunérations des clients. Les escrocs dont il s’agit ici auraient dérobé à des individus mal informés environ 18,7 millions de dollars sur une période de six mois à compter de mai 2018.

Selon le média Korea Joongang Daily (KJD), les escrocs ont ciblé essentiellement des personnes qui sont mal informées concernant les monnaies électroniques notamment des personnes âgées, des ménagers et des retraités avec des primes de recrutement et une cryptomonnaie gratuite. Ils ont ainsi réussi à leur dérober une importante somme de 21,2 milliards de Won, soit 18,7 millions de dollars. Ce n’est pas la première fois qu’une telle chose arrive pour ne pas qualifier cela de phénomène fréquent dans le cercle des cryptomonnaies. En juillet 2018, un homme du nom de Shavers reconnu comme étant le chef d'orchestre d’une pyramide de Ponzi (système de Ponzi) en Bitcoin a été condamné à 18 mois de prison aux États-Unis.


Preet Bharara, le procureur du district sud de New York en charge de l’affaire à l’époque avait soutenu que le cas de Shavers illustre comment les nouvelles technologies pouvaient être utilisées pour perpétrer des activités qui sont illégales sous les lois existantes : « se servant d’une fraude séculaire en y apportant une touche de modernité, Trendon Shavers a utilisé une entreprise de Bitcoins pour lancer un système classique de Ponzi. Shavers a recueilli de l’argent sous la forme de Bitcoins en promettant des rendements spectaculaires et en apportant des garanties personnelles, alors qu’ils ne faisaient que rembourser les anciens investisseurs avec les Bitcoins des nouveaux investisseurs ».

Un pareil cas s’était présenté un an plutôt en mars 2017 où les concepteurs de la monnaie électronique Gemcoin ont été poursuivis en justice pour escroquerie basée sur une pyramide de Ponzi. Alors que Gemcoin avait été présentée comme une monnaie électronique ou cryptomonnaie qui serait une révolution pour le monde de la finance, la SEC (Security and Exchange Commission), l’équivalent américain de l’Autorité des Marchés Financiers en France, avait accusé la société mère de Gemcoin, USFIA (Us Fine Investment Art), d’avoir mis en place une escroquerie basée sur une chaîne de Ponzi. La plainte déposée expliquait que les actionnaires de l'USFIA ont été dupés de la même façon qu’en Chine et en Thaïlande. D’après la SEC, les investisseurs ont été dupés par le fait que l’USFIA leur avait donné l’impression que la cryptomonnaie était garantie par les gouvernements chinois et américain. Encore une fois des personnes mal informées sur les cyptomonnaies.

Cette fois-ci, les acteurs de l’escroquerie qui s’est tenue sur une période de six mois à partir de mai 2018 ont tous été arrêtés le jeudi passé avec l’aide d’un système d’intelligence artificielle par la police coréenne. Selon le KJD, le bureau spécial de la police judiciaire pour la sécurité publique de Séoul a arrêté les dirigeants d'un site de vente en ligne et d'une entreprise de Bitcoins, identifiés par leurs noms Lee et Bae. Le bureau a également retenu 10 autres personnes pour avoir recruté des membres dans le cadre d'une opération illégale Ponzi d'une durée de six mois à compter de mai 2018. Ce bureau, qui fonctionne indépendamment de la police, écrit le média, est composé de fonctionnaires de Séoul auxquels un pouvoir d'enquête est conféré. Ils ont pu attraper ces escrocs grâce à ce qu'ils appellent un “enquêteur intelligent”.

« Grâce à des mots clés tels que Ponzi, prêt et recrutement de membres, nous avons pu enseigner nos schémas d'intelligence artificielle à comprendre les différents stratagèmes de Ponzi. Le programme a pu identifier leurs modèles de publicité, mais aussi l'entreprise en question qui a été attrapée avec des preuves fournies par un informateur non nommé », a déclaré Hong Nam- ki, chef de section de la deuxième équipe d'enquête du bureau. Le bureau a annoncé que grâce à cette arnaque, ces dirigeants ont gagné environ 21,2 milliards de won grâce aux cotisations des membres et à la vente de cryptomonnaie.

D’après les explications du bureau spécial de la police, les accusés ont mis en place un site Web commercial réservé aux membres et un échange de cryptodevises à Gangnam, dans le sud de Séoul, en juin dernier. Le site Web a recruté des membres moyennant une cotisation annuelle de 330 000 won ou une cotisation de prime de 990 000 won et a offert une adhésion de 10 ans comprenant des réductions sur l'hébergement, des loisirs et des événements tels que les funérailles et les mariages. De plus, continue d’expliquer le bureau, les conspirateurs ne se sont pas arrêtés là. Le site Web a récompensé les membres avec 60 000 won en espèces pour le recrutement d'un membre et a donné 120 000 won supplémentaires au recruteur initial si le nouveau membre devait se faire rejoindre par une autre personne. Cette incitation s’appliquait à tous les membres qui participaient au recrutement de membres, établissant ainsi un système complexe de Ponzi.

Cela dit, s’ils ont pu échapper à la police jusqu’à présent c’est grâce à leur habileté à dissimuler les informations qui pourraient les compromettre et parfois même hors du pays. D’après le média KJD, l'escroquerie est restée cachée, car les accusés ont caché les informations comptables de leur société sur un serveur d'entreprise japonais, qui comprenait des données sur leurs membres et leurs flux de trésorerie. Lorsqu'une enquête a été ouverte sur leur exploitation, ils ont transféré leur bureau de comptabilité dans une maison privée. Ils sont même allés jusqu'à cacher un ordinateur dans la voiture d'un employé et l'utilisaient en cas de besoin, explique le média. Cependant, ils n’ont pas pu échapper cette fois-ci au système d’intelligence artificielle déployé par la police coréenne.

Source : Korea Joongang Daily

Et vous ?

Qu'en pensez-vous ?

Voir aussi

Un homme identifié comme étant derrière une pyramide de Ponzi sur des opérations avec des bitcoins est condamné à 18 mois de prison

Les concepteurs de la monnaie électronique Gemcoin poursuivis en justice pour escroquerie basée sur le modèle de Ponzi

Bitcoin : l'industrie de la cryptomonnaie est au bord de l'implosion en raison d'un déclin graduel du volume de transaction, selon une étude

Une probable vulnérabilité montre comment il est facile de se faire voler des bitcoins sur la plateforme de cryptomonnaies Coinomi

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de CoderInTheDark
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 09/04/2019 à 14:15
Il n'est pas fait mention d'un fait.
Il me semble que le recrutement de membres par les membres eux mêmes à un aspect pervers, car il fait d'eux des complices aux yeux de la loi.
De ce fait certains sont piégé et n'ont pas intérêt à porter plainte
0  0 

 
Contacter le responsable de la rubrique Intelligence artificielle

Partenaire : Hébergement Web