IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Neuralink d'Elon Musk annonce que l'interface cerveau - ordinateur est prête pour des tests sur les humains
Et entend procéder aux premiers en 2020

Le , par Patrick Ruiz

200PARTAGES

7  0 
Comme prévu, Neuralink d’Elon Musk a, il y a peu, levé le voile sur ses activités de mise sur pied d’une interface cerveau – ordinateur. La firme annonce que des essais concluants ont été conduits sur des animaux. Elle espère procéder aux premiers sur des humains l’an prochain.

Au cours de la conférence diffusée en direct sur Internet, Musk est revenu sur sa crainte de longue date : voir les humains être supplantés par l’intelligence artificielle. Sans s’écarter de son propos habituel, il a à nouveau déclaré que seule la mise sur pied d’une interface cerveau-ordinateur peut permettre à l’Homme de subsister. Elon Musk est revenu sur les deux principales barrières à l’atteinte de cet objectif : la précision de l’information et le débit ; tares que les solutions existantes dans la filière exhibent.

En réponse aux limitations de l’existant, la première avancée (selon Neuralink) repose sur l’utilisation de fils flexibles plus fins qu’un cheveu (4 à 6 micromètres). Les ensembles de fils aboutissent d’un côté sur des capteurs de mesure de l’activité électrique des neurones (6 fils pour 192 électrodes de mesure) et de l’autre sur une unité de traitement des données assez fine pour qu’on puisse poser une dizaine sous la peau. D’après l’entreprise, ces connexions filaires contribueront à une augmentation du débit de transmission des données. Pour leur insertion, la firme se sert d’un robot de neurochirurgie conçu pour les installer sans créer de dommages au cerveau. Dans le futur, les équipes de Neuralink entendent utiliser un faisceau laser pour traverser le crâne, plutôt que de percer des trous.

Pour pallier à la formation de tissus autour de fils et donc à l’atténuation, la chaîne de traitement de l’information intègre une puce qui lit, nettoie et amplifie les signaux en provenance du cerveau. L’installation du dispositif nécessite de percer quatre trous de 8 mm sur le crâne. Sur le visuel qui suit, on a, de droite à gauche, une simple carte d’amplification de signaux suivie d’ensembles plus complexes de type ordinateur destinés à traiter les données en provenance du cerveau.


Cette interface au réseau de neurones se connecte sans fils à un pod. La manœuvre est destinée à éviter que des fils ne sortent du crâne. « L'interface avec la puce est sans fil, vous n'avez donc pas de fils qui sortent de votre tête. Il s'agit essentiellement de Bluetooth sur votre téléphone », a lancé Musk. Avec sa première sortie officielle, l’entreprise en profite pour annoncer la disponibilité d’une application d’accompagnement des premiers utilisateurs dans la prise en main de l’interface cerveau-ordinateur.


L’approche Neuralink a fait l’objet de tests sur des rongeurs et des singes. D’après la firme, près d’une vingtaine ont été menés avec succès. « Un singe a été capable de contrôler un ordinateur par le biais de sa pensée », a lancé Musk au terme de la séance de questions – réponses qui a suivi la présentation.


Video du live

Neuralink va désormais devoir s’attaquer à l’obtention d’une autorisation de l’Agence américaine des produits alimentaires et médicamenteux (FDA). C’est l’étape qui, d’après les développements de l’entreprise, conditionne les premières poses du dispositif sur des cobayes humains. Bien évidemment, il faudra trouver des tiers prêts à se prêter à l’expérience. Ici, on parle d’insertion de corps étrangers dans le cerveau, ce qui est de nature à amener plus d’un à se rétracter. Le dispositif présente de prime abord plus d’intérêt pour des personnes atteintes de maladie. C’est là l’un des objectifs de la mise sur pied de cette interface cerveau – machine : mettre sa technologie au service de personnes paralysées qui pourraient alors se servir d’objets connectés. Ces dernières devraient, à l’aide de l’interface cerveau – ordinateur, être capables de saisir du texte simplement en y pensant, de déplacer un curseur avec une souris et de naviguer sur des pages Web. La firme anticipe même sur ceci que, dans un avenir plus lointain, des tiers puissent télécharger une nouvelle langue dans leur cerveau ou échanger des idées sous forme de séries de 1 et de 0. Toutefois, Neuralink axe ses développements actuels sur l’aide aux personnes atteintes de paralysie.

L’approche Neuralink fait suite à celle dénommée BrainGate. Cette dernière a déjà permis à des personnes handicapées de piloter des objets connectés par la pensée. Il y a 13 ans, cela s’est vu avec le cas Nagle dans une publication du New York Times. Le principal apport du système de Neuralink par rapport à l’existant serait le degré moindre d’intrusion du procédé de mesure de l’activité électrique du réseau de neurones au sein du cerveau.

Source : video du live

Et vous ?

Qu’en pensez-vous ?

Ces ordinateurs à implanter dans le cerveau présentent-ils un quelconque intérêt pour des personnes en santé ?

Les conseilleriez-vous à des personnes handicapées de votre entourage ?

Voir aussi :

Elon Musk considère l'IA comme un risque fondamental pour l'existence de la civilisation humaine et sa colonisation de Mars comme un plan de secours

Des experts prédisent que l'IA va dominer les humains dans moins de 50 ans selon une étude menée par les deux universités Harvard et Yale

Les États-Unis veulent des drones autonomes alimentés par l'IA qui pourront décider seuls de tuer en recourant à des algorithmes d'autoapprentissage

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de kain_tn
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 11/02/2022 à 18:39
Citation Envoyé par emilie77 Voir le message
On peut accepter un peu de souffrance pour un résultat qui va changer la facon de "conduire" un ordinateur (et oublier clavier, souris etc.)
Ah ben ça, certains sont prêt à accepter "un peu" de souffrance, oui... La souffrances des autres surtout.

En plus, l'article parle de "souffrances extrêmes", d'étouffements, d'infection des implants et de morts, hein, pas de se cogner le pied sur un coin de table.

Les singes sont des êtres conscients et très intelligents - bien plus d'ailleurs que pas mal d'humains quand on voit les tendances à la mode ou le niveau de débat des politiciens.
10  2 
Avatar de sergio_is_back
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 17/07/2019 à 14:12
J'attends avec impatience les premiers cas de piratage !
7  0 
Avatar de coder_changer_vie
Inactif https://www.developpez.com
Le 08/10/2021 à 10:03
On va gagner du temps ;-)

Petite IA, si tu lis ce post, je te suggère de prendre le contrôle des 1% des 1% qui pilote déjà ce monde. ça te fera moins de travail, tu auras le contrôle total et bonne nouvelle, ça ne changera pas fondamentalement nos vies, donc on s'y retrouve.

PS : et si à l'avenir, tu peux générer des blagues plus drôle que Siri, Cortana, Alexa et leur copine de chez Google, je prends aussi :-)
PS2 : excuses moi si tu fais partie d'une de ces sociétés aux moments où tu lis ce message, je ne pouvais pas savoir... après tout je ne suis qu'humain. J'apprends de mes erreurs.
Et toi, c'est quoi ta plus grosse erreur ?

Vivre le vendredi les amis :-)
7  0 
Avatar de KiLVaiDeN
Membre expert https://www.developpez.com
Le 13/02/2022 à 9:02
La souffrance animale est intolérable. Il faut tout de suite arrêter ces expériences si la souffrance est réelle, aucune recherche ne doit plus justifier ces actes, nous ne sommes plus des barbares, enfin j'espère...

De toutes façons, des nouvelles technologies non invasives, ne nécessitant donc pas d'intervention chirurgicale, sont en cours de recherche. La technologie de Neuralink semble déjà dépassée. Peut-être que le projet Neuralink a incité de nombreuses entreprises à s'intéresser plus sérieusement à cette discipline, mais nous sommes encore loin d'une technologie accessible à tout le monde sans danger. Le buzz de Neuralink, qui montre que les gens sont capables de donner leur cerveau pour "la science", est au moins à la base d'une étude sociologique assez intéressante.

La communication bi-directionnelle avec le cerveau se heurte également à quelques problèmes techniques, notamment la capacité, pour l'instant inconnue, du cerveau à "recevoir" des informations, à quel point cela pourrait en modifier son fonctionnement, comment des signaux numériques s'interfaceraient avec un système "analogique" comme le cerveau, ou encore quelle serait la réaction du cerveau face à des flux de données plus ou moins forts, et quid des nutriments nécessaires au cerveau pour qu'il réussisse à s'interfacer efficacement avec ces flux. Si les zones cérébrales se retrouvent modifiées, est-ce que les perceptions "normales" seraient altérées ? Toutes ces questions sont pour l'instant assez débattues et les réponses difficiles à trouver, nous sommes encore très loin de comprendre le cerveau.

Il est probable cependant que pour une communication unidirectionnelle, du cerveau vers la "machine", qui permettrait le contrôle d'interfaces machines ou même de membres cybernétiques, cela soit déjà plus atteignables dans les années à venir. En tout cas ce n'est pas demain qu'on aura une "puce" intégrée pour recevoir youtube VR dans sa zone corticale visuelle, et d'ailleurs je conseille à tout le monde de ne pas devenir un cobaye de technologies invasives qui pourraient dégrader la vie de tous les jours, voir la rendre insupportable...
7  1 
Avatar de kain_tn
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 13/02/2022 à 14:28
Citation Envoyé par emilie77 Voir le message
On doit rester a taper une lettre a la fois sur le clavier dans le futur?
Tu peux aussi t'acheter un type de clavier pour taper des mots au lieu de lettres si ça te dérange tant que ça. Et celui-là ne te demande pas de t'insérer des sondes dans le corps.

Citation Envoyé par emilie77 Voir le message

Il y a toujours des personnes et animaux qui testent les médicaments que nous utilisons et souvent avec des gros problemes.
C'est le progres, tout ce que nous faisons est dans quelque part violent (meme un voyage, un diner, etc.)
Si ça tu aimes tellement ça, personne ne te retient d'aller postuler comme cobaye à la place des singes chez Neuralink.
Pour paraphraser ton précédent message, "tu peux bien accepter de souffrir un peu pour un résultat qui va changer la facon de "conduire" un ordinateur (et oublier clavier, souris etc.)" - mais bon, nous comme toi, on sait que tu ne le feras pas. Tu préfères accepter la souffrance des autres pour ton propre confort personnel.

Citation Envoyé par KiLVaiDeN Voir le message
[...] et d'ailleurs je conseille à tout le monde de ne pas devenir un cobaye de technologies invasives qui pourraient dégrader la vie de tous les jours, voir la rendre insupportable...
C'est un conseil bien plus sage que le mien!
7  1 
Avatar de totozor
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 06/12/2022 à 8:36
Citation Envoyé par Nancy Rey Voir le message
le personnel interne se plaint de la précipitation des tests sur les animaux, ce qui entraîne des souffrances et des décès inutiles.
C'est un peu ce que je craignais avec l'attitude de Musk, l'avenir n'a pas le temps d'attendre les normes, les règles, la loi ou l'éthique.
On nous glorifiera quand on aura réussi et tous nos péchés seront oubliés, donc fonçons tête baissée, nous lèverons la tête à la fin de la course en espérant pouvoir se regarder dans un miroir.
Citation Envoyé par Nancy Rey Voir le message
Au total, l'entreprise a tué environ 1 500 animaux, [...]s sources ont qualifié ce chiffre d'estimation approximative car l'entreprise ne tient pas de registres précis sur le nombre d'animaux testés et tués
J'étais relativement persuadé qu'une expérience scientifique devait tracer de façon précise ce qu'elle fait, sur qui/quoi, quel est le résultat obtenu pour chaque cas.
Sans faire ça comment peut-elle affirmer à la fin, qu'elle est un succès ou non?
Combien de résultats annexes ont peut-être été perdus parce que toutes ses expériences n'ont pas été suivies sérieusement?
Citation Envoyé par Nancy Rey Voir le message
le chef d'entreprise a envoyé à ses employés un article sur des chercheurs suisses qui ont mis au point un implant électrique permettant à un homme paralysé de marcher à nouveau. « Nous pourrions permettre aux gens d'utiliser leurs mains et de marcher à nouveau dans la vie quotidienne ! » a-t-il écrit au personnel à 6 h 37, heure du Pacifique, le 8 février. Dix minutes plus tard, il a enchaîné : « En général, nous n'avançons tout simplement pas assez vite. Cela me rend fou ! »
Qu'est ce qui te rend fou?
Que des Suisse aient fait mieux et plus vite que toi (que tes employés en fait)? Qu'ils "te volent" l'argent que tu ne gagneras pas?
De ne pas être dieu? (De ne pas pouvoir redonner la vue au aveugle, de ne pas pouvoir faire marcher un handicapé?)

En tant que patron envoyer deux messages à 10 minutes d'intervalles montre à quel point il ne maitrise ni ses émotions ni sa communication.
Il gère des personnes qui ne se sentent déjà pas très droits dans leurs bottes et il en rajoute une couche en disant faites plus vite (quitte à faire pire).

Quand on fait des expériences, prendre du recul est primordial, il permet de découvrir des effets inattendus.
Dans ma société quand on développe un produit, nous avons deux équipes qui analysent les résultats d'un essai, celle qui a demandé l'essai et qui vérifie qu'il a l'effet attendu, une qui archive et analyse tous les résultats, les résultats obtenus on 3 rôles : confirmer les conclusions de la première équipe (l'une de ses conclusions doit être la même que celle de l'équipe 1), confirmer/affiner les modèles existants, émettre de nouveaux modèles.
Citation Envoyé par Nancy Rey Voir le message
[...]Musk a dit aux employés d'imaginer qu'ils avaient une bombe attachée à leur tête dans le but de les faire avancer plus rapidement, [...] Musk a dit aux employés qu'il déclencherait une "défaillance du marché" chez Neuralink s'ils ne faisaient pas plus de progrès
Arrive-t-on au moment où on peut dire que ce gars est un psychopathe?
Ce chantage et cette menace est scandaleuse.
Citation Envoyé par Nancy Rey Voir le message
Synchron, qui a été lancé en 2016 et développe un implant différent avec des objectifs moins ambitieux en matière d'avancées médicales, a reçu l'approbation de la FDA pour commencer des essais sur l'homme en 2021. Le dispositif de l'entreprise a permis à des personnes paralysées d'envoyer des textos et de taper à la machine en réfléchissant seules. Synchron a également mené des tests sur des animaux, mais elle n'a tué qu'environ 80 moutons dans le cadre de ses recherches, selon des études sur l'implant Synchrons.
La recherche a une dynamique très différente de l'industrie, une des raisons pour lesquels les ingénieurs sont souvent de mauvais chercheurs.
Ils sont trop concentrés sur le ROI et le planning, quitte à s'assoir sur la méthodologie.
Citation Envoyé par Nancy Rey Voir le message
Neuralink traite les animaux plutôt bien [...]Les dirigeants de la société se sont vantés en interne d'avoir construit un "Disneyland des singes" [...] Musk a dit [...]qu'il voulait que les singes de son établissement vivent dans un "Taj Mahal des singes"
Oui enfin la "vie de rêve" n'est pas un contrepoids du manque d'éthique et de méthodo de Musk.
C'est cool de leur donner une belle vie mais à la fin tu les abats sans y avoir rien gagné. Ai au moins le minimum de décence en donnant de la valeur à leur mort. (Et je trouvé encore ce propos dérangeant.)

La recherche ne peut pas avancer à tout prix où on revient à des heures sombres de l'histoire de la médecine (et je ne parles pas que des recherches nazis)
7  1 
Avatar de
https://www.developpez.com
Le 21/07/2020 à 22:42
Citation Envoyé par skaarj Voir le message
Je ne sais pas lequel des deux est pire que l'autre... Lui, ou ceux qui sont tentés pas l'aventure. En tout cas, qu'il commence par caler sa puce dans son derrière ce fou. Un mec lambda dans son garage proposerait ça on l'enverrait direct dans un asile, là c'est un milliardaire, on applaudit...
Oui mais quand même : ça permet d'écouter de la musique sans écouteur ! Ca vaut bien le coup de se faire découper le cerveau au laser, non ?
5  0 
Avatar de el_slapper
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 22/07/2020 à 9:33
Citation Envoyé par emilie77 Voir le message
J'attends la version sans trous de 8mm dans le crane
Heureusement que c'est pas 9mm...

5  0 
Avatar de thamn
Membre averti https://www.developpez.com
Le 13/02/2022 à 0:18
Citation Envoyé par emilie77 Voir le message
On peut accepter un peu de souffrance pour un résultat qui va changer la façon de "conduire" un ordinateur (et oublier clavier, souris etc.)
Pourquoi on ne souffrirait pas de continuer a utiliser un clavier et une souris alors?
On pourrait bien continuer a souffrir un peu le temps de trouver d'autre moyen qui n'implique pas d'autre espèce dont nous ne pouvons même pas récolter le consentement.
Pis on pourrait aussi souffrir un peu et filer une partie de notre salaire a ceux qui ne peuvent rien gagner au yeux de notre société, parce qu'au final vu ce qu'on fiche de nos salaire on ferait aussi bien d'en donner une partie.
Pis on pourrait aussi souffrir un peu de ne pas pouvoir partager les stupides photos de nos repas, parce qu'au final c'est un gaspillage d'espace de stockage et d'utilisation de réseaux, ça aiderait a sauvegarder le vaisseau spatial sur lequel on est coince avec tout un tas d'autre espèces.
Pis on pourrait aussi souffrir un peu et arrêter d'utiliser la fission nucléaire le temps qu'on soit capable de faire mieux qu'un système qui pourrait nous péter a la tronche, et qui nous laisse des problèmes pour des milliers d’années sur les bras.
Alors tu vois, si on était capable d'accepter de souffrir un peu, on pourrait peut-être penser a demander au autres de souffrir un peu. Mais on est loin d'accepter, et on est loin de demander.
Bref, on est hypocrite nous les humains, mais on a une grande gueule alors on est sympas quand même hein..
6  1 
Avatar de kain_tn
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 17/02/2022 à 10:40
Citation Envoyé par Nancy Rey Voir le message

Elon Musk affirme également qu'à long terme, la puce de Neuralink pourrait être utilisée pour fusionner la conscience humaine avec l'intelligence artificielle, bien que les experts soient sceptiques à ce sujet
Ah ça, le bonhomme affirme toujours beaucoup de choses... Où sont les voitures complètement autonomes qu'il promet pour dans six mois régulièrement depuis des années?

Citation Envoyé par Nancy Rey Voir le message
il associe souvent l'entreprise à ses craintes concernant l'intelligence artificielle. Musk a déclaré qu'il pense que l'humanité sera capable de réaliser une « symbiose avec l'intelligence artificielle » en utilisant la technologie développée par Neuralink. Musk a déclaré à l'hôte du podcast "Artificial Intelligence" Lex Fridman en 2019 que Neuralink était « destiné à répondre au risque existentiel associé à la superintelligence numérique ». « Nous ne serons pas en mesure d'être plus intelligents qu'un superordinateur numérique, donc, par conséquent, si vous ne pouvez pas les battre, rejoignez-les », a ajouté Musk.
Il montre clairement qu'il ne comprend pas plus que mes managers ce que sont les IA à la mode... Pour lui c'est Terminator, pour nous ce sont des pauvres réseaux de neurones peu flexibles et très dépendants des jeux de données fournis et des tâches attendues...
6  1