Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Le gouvernement américain veut accéder à vos données pour prédire les événements de santé mentale,
Dans le cadre de HARPA, une initiative basée sur des capteurs utilisant l'IA, selon un rapport

Le , par Stan Adkens

68PARTAGES

6  0 
Les dernières fusillades qui ont eu lieu en début du mois d’août, à El Paso et Dayton, ont remis sur le tapis le débat sur les potentielles causes de la croissance des comportements violents. L’une des causes pointées du doigt concerne la santé mentale des tireurs. Pour y remédier, une nouvelle initiative, visant à mettre au point un moyen d'identifier les premiers signes de changements chez les personnes atteintes d'une maladie mentale qui pourraient conduire à un comportement violent, a été mise sur la table à la Maison-Blanche, a rapporté The Washington Post le jeudi dernier.

Selon les partisans du nouveau plan, c’est un moyen pour le président Trump de faire progresser le contrôle des armes à feu à la suite des récentes fusillades de masse, alors que les efforts semblent s'essouffler, pour imposer des restrictions plus sévères, comme la vérification des antécédents sur les achats d'armes.
La proposition présentée à la Maison-Blanche, par la Fondation Suzanne Wright, s'inscrit dans le cadre d'une initiative plus vaste visant à créer un nouvel organisme appelé Health Advanced Research Projects Agency (HARPA) – Agence pour les projets de recherche avancée de santé –, qui ferait partie du Département de la Santé et des Services sociaux des États-Unis. Son directeur serait nommé par le président, et l'agence aurait un budget séparé, selon le journal qui cite trois personnes anonymes ayant connaissance des conversations autour du plan.


Selon le journal, le concept a été présenté par la Fondation Suzanne Wright et discuté pour la première fois par des fonctionnaires du Conseil de politique intérieure et des cadres supérieurs de la Maison-Blanche en juin 2017. Mais ce sont les dernières fusillades de masse, qui ont fait plus d’une trentaine de morts au cours d’un seul week-end, qui ont remis l'idée au goût du jour. La semaine dernière, la Fondation a proposé à la Maison-Blanche que la HARPA inclue un projet « Safe Home » - « Enrayer les événements mortels aberrants en aidant à surmonter les extrêmes mentaux ».

Selon Geoffrey Ling, conseiller scientifique principal de l'HARPA et directeur fondateur de l'Office des technologies biologiques du DARPA, la tentative d'utiliser des données bénévoles pour identifier les « signes neurocomportementaux » d'une « personne se dirigeant vers un acte explosif violent » serait un projet de quatre ans dont le coût serait de 40 à 60 millions de dollars, a rapporté le journal. Au cours d’une interview, M. Ling a dit :

« Tout le monde serait volontaire ». « Nous n'inventons pas de nouvelles sciences ici. Nous l'analysons pour développer de nouvelles approches », a-t-il indiqué avant d’ajoute que « Cela va devoir être fait avec rigueur scientifique ».

La série de fusillades aux Etats-Unis a déclenché le projet HARPA

Selon un précédent rapport du Washington Post, le président a déclaré qu'il pensait que les malades mentaux étaient les principaux responsables de la vague de fusillades de masse aux États-Unis. Et cette proposition est susceptible d'être bien accueillie par les républicains et les militants des droits des armes à feu qui ont soutenu la même chose.

« Nous examinons toute la question des armes à feu ». « Je veux que les gens se souviennent des mots "maladie mentale". Ces personnes sont mentalement malades... . Je pense que nous devons recommencer à bâtir des institutions parce que, vous savez, si vous regardez les années 60 et 70, beaucoup de ces institutions ont été fermées », a dit Trump le 15 août.

Bien que Trump n'ait pas proposé d'importante mesure législative sur le contrôle des armes à feu, au cours de son allocution officielle prononcée suite à la fusillade d'El Paso et de celle de Dayton, en Ohio, il a déclaré que le pays doit renforcer ses lois sur la santé mentale. « Aujourd'hui, j'ordonne également au ministère de la Justice de proposer une législation garantissant que ceux qui commettent des crimes haineux et des meurtres de masse soient passibles de la peine de mort et que cette peine capitale soit appliquée rapidement et avec détermination... », avait dit le président américain.

Mais, selon le journal, il y a beaucoup de chercheurs et d'experts en santé mentale qui croient que la santé mentale et la violence armée ne sont pas nécessairement liées. Même si la maladie mentale peut parfois être un facteur dans de tels actes de violence, disent les experts, elle est rarement un indicateur. En effet, la plupart des études montrent que pas plus d'un quart des tireurs de masse ont une maladie mentale diagnostiquée. Plutôt, les attributs les plus couramment partagés des tireurs de masse comprennent un fort sentiment de rancune, un désir de notoriété, une obsession pour les précédents tireurs, des antécédents de violence familiale, le narcissisme et l'accès aux armes à feu, a rapporté le journal.

La proposition de création d’HARPA bien accueillie par Trump

Selon une personne anonyme au courant des discussions, Trump a réagi « très positivement » à la proposition de la HARPA et a été « acquis au concept ». Par ailleurs, l’idée aurait enchanté la Maison-Blanche chaque fois qu’elle a été soulevée, selon la personne.

« Chaque fois que cette question a été soulevée à la Maison-Blanche, même jusqu'au niveau présidentiel, elle a été très bien accueillie », a-t-elle déclaré. « La HARPA est l'équivalent de la DARPA en matière de soins de santé, et c'est un grand projet de legs pour le président, un projet qu'il est particulièrement bien placé pour mener à bien », a-t-il ajouté.

Selon cette personne au courant des discussions, Trump pourrait bénéficier de diverses façons en soutenant un projet comme HARPA à l'heure actuelle. En effet, « Il ne fait aucun doute que le fait d'aborder cette question aide le président à régler deux questions sur lesquelles il n'a pas encore obtenu de réel succès : l'une concerne les soins de santé et l'autre la violence armée », a dit la personne.

Selon le journal, Bob Wright, qui a fondé la Fondation Suzanne Wright et qui entretient une relation personnelle étroite avec M. Trump, considère Ivanka Trump, femme politique et fille du président, comme la championne la plus efficace de la proposition et l'a déjà informée sur la HARPA elle-même, a dit M. Wright. Un fonctionnaire qui connaissait bien les conversations a déclaré :

« Ce serait parfait pour elle de le faire - nous avons besoin de quelqu'un avec un peu de puissance - quelqu'un comme elle qui le conduit. ... Cela pouvait se faire ». « Nous serions en mesure de mettre toutes les ressources du gouvernement fédéral, des plus hauts niveaux de la communauté scientifique, pour dire : " C'est ainsi que les personnes aux prises avec ces problèmes devraient être traitées et avoir un accès limité aux armes à feu " », a-t-il ajouté.

Mais, selon le journal, si Trump a bien accueilli la proposition, il n'est pas clair si le président a examiné la nouvelle composante « Safe Home » de la proposition et la création d'une agence entière serait un énorme coup de pouce au Congrès.

« Mais le président a une réelle opportunité de laisser un héritage dans le domaine de la santé »

La proposition de HARPA, d'abord présentée comme un projet visant à améliorer le taux de mortalité du cancer du pancréas grâce à des recherches novatrices visant à mieux détecter et guérir les maladies, s'est souvent heurtée « obstacles institutionnels au progrès » au cours des deux dernières années, selon une autre personne familière avec les conversations. Mais M. Wright pense que le projet est fait sur mesure pour le président Trump.

M. Wright a déclaré : « Mais le président a une réelle opportunité de laisser un héritage dans le domaine de la santé ».

La proposition consiste à développer une « suite de capteurs » utilisant l'intelligence artificielle avancée pour essayer d'identifier les « signes neurocomportementaux » chez des personnes se dirigeant vers un acte explosif violent.

Selon une copie de la proposition, l'HARPA développerait des « technologies de pointe à haute spécificité et sensibilité pour le diagnostic précoce de la violence neuropsychiatrique ». « Une solution multimodale, avec une analyse de données en temps réel, est nécessaire pour obtenir un diagnostic aussi précis », lit-on sur le document. Selon le journal, le document énumère également un certain nombre de technologies largement utilisées qui pourraient être utilisées pour aider à recueillir des données, notamment Apple Watches, Fitbits, Amazon Echo et Google Home. Le document mentionne également les « outils puissants » collectés par les services de santé tels que l'IRMf, la tractographie et l'analyse d'images.


« Les outils analytiques avancés basés sur l'intelligence artificielle et l'apprentissage automatique s'améliorent rapidement et doivent être appliqués aux données », indique le document. Mais il n’y a pas lieu de vous s’inquiéter. Le projet ne devrait pas recueillir de données sensibles sur la santé des personnes sans leur permission. Le gouvernement se contentera d'identifier les facteurs de risque en matière de santé mentale qui pourraient indiquer un comportement violent, ont dit les personnes qui connaissent les discussions.

« La vie privée doit être protégée. Le profilage doit être évité. Les capacités de protection des données seront la pierre angulaire de cet effort », lit-on dans le projet. Par ailleurs, la recherche sera ouverte au public. Pourvu que les fusillades de masse ne soient pas utilisées comme prétexte pour avoir des données sur les gens au nom des services de santé mentale.

Sources : The Washington Post

Et vous ?

Que pensez-vous du projet HARPA ?
Quel commentaire faites vous du volet de la collecte des données personnelles par le biais des technologies comme Watches, Fitbits, Amazon Echo et Google Home ?
HARPA ne recueillera pas de données sensibles sur la santé des personnes sans leur permission. Qu’en pensez-vous ?

Lire aussi

DIRPA : l'armée américaine se lance dans le développement d'une technologie sans fil, permettant de contrôler des armes avec votre esprit
Êtes-vous pour ou contre la mise à disposition publique de fichiers 3D pour imprimer les armes à feu ? Des procureurs US s'opposent à cette pratique
Les jeux vidéo violents sont-ils la cause de la fusillade de masse à El Paso aux USA ? Non, selon une étude
USA : une autre fusillade de masse, une autre vague de politiciens pointent du doigt les jeux vidéo, qu'ils accusent de « déshumaniser » les joueurs
Un gamer vaincu déclenche une fusillade lors d'un tournoi, laisse des personnes sur le carreau, et relance le débat sur la dangerosité des jeux vidéo

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Neckara
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 26/08/2019 à 10:09
Et si on résolvait les problèmes harcèlements dans l'éducation scolaire américaine ?
Et si on arrêtait (au sens large) les politiciens et organisations qui font du race baiting, incitant et encourageant explicitement à la haine et à la violence ?
5  0 
Avatar de Jon Shannow
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 26/08/2019 à 13:59
Citation Envoyé par Christian Olivier Voir le message
Un individu caucasien
Bon, c'est presque toujours un individu caucasien : Y a qu'à détruire le Caucase !

PS : C'est de l'humour !

Citation Envoyé par eldran64 Voir le message
Seuls ceux possédant un permis de chasse devraient avoir le droit de posséder des fusils de chasse... et c'est tout.
Et comme la chasse, c'est pour les c0ns, il faut aussi supprimer la chasse. Du coup, plus d'armes à feu ! et HOP problème résolu.
4  0 
Avatar de el_slapper
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 26/08/2019 à 14:51
Les armes à feu ne sont qu'une partie du problème, mais une partie importante. Il est plus facile de passer à l'acte avec une arme à feu qu'avec un couteau de cuisine(comme c'est parfois le cas en Chine). Les tueries sur un coup de tête sont beaucoup plus difficiles si un flingue chargé n'est pas sous la main.

Je ne retrouve plus le lien, mais il y avait eu un meurtre évité en Floride, parce que l'arme était à l'étage, et que le temps que le mari cocu monte la chercher, redescende, puis cherche l'amant(par ailleurs pasteur du couple...) planqué dans des ronces(à poil), la colère était retombée. C'est un exemple, mais typique de la nécessité de rendre l'accès plus difficile pour ce genre de cas. Il aurait eu un flingue sur lui, ça serait terminé dans le sang, et non pas en vaudeville rigolo(surtout pour les ouailles, qui avaient eu droit le dimanche suivant à un pasteur tout griffé par les ronces). Le simple fait que le flingue soit ailleurs, lui a permis de se contenir, de laisser la colère retomber. Même pas besoin d'interdiction : une simple obligation de ranger l'arme dans un endroit fermé, et on évite pas mal de méprises mortelles ou d'accidents.

D'ailleurs, les protagonistes de cette affaire était tous noirs - et non criminels(l'adultère n'est pas un crime) - ce qui explique sans doute pourquoi ils ne portaient pas d'armes sur eux(le pasteur avait sans doute un flingue dans sa voiture, mais pas sur lui, ce qui lui a aussi évité de faire des bêtises). Pour la police, là bas, noir + flingue = gangster, donc on le flingue. Donc les noirs honnêtes hésitent plus à porter une arme(et les noirs malhonnêtes hésitent moins à tirer sur la police, ils savent ce qui les attend même si ils essayent de se rendre gentiment). La même histoire chez les blancs(hors gangsters, encore une fois), et le risque était bien plus grand.

Après, quand on a à faire à des gangsters ou des gens préparés(façon Breivik), il est évident que la législation sur les armes ne sera d'aucun secours. Il y a plusieurs problèmes, chacun doit être réglé différemment. Légiférer sur les armes, ça règle un problème spécifique. Ca ne touche pas aux autres.
4  0 
Avatar de Jon Shannow
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 27/08/2019 à 15:32
Citation Envoyé par Ecthelion2 Voir le message
Sur ce, pas la peine d'insister, après Jon va encore râler. Merci de revenir au sujet de base !
Perdu !

En fait, Jon, il va aller dans ton sens. Je me suis fait contrôler cet été. Papier du véhicule, carte d'identité, ... Donc, les policiers étaient là, mais sans qu'aucun incident ou fait ne justifient leur présence. C'était juste des contrôles. Je suis reparti comme j'étais venu, d'ailleurs, j'étais en règle (ouf !)

Et un autre truc, sur le délit de facies ! Ça n'existe pas, n'est-ce pas. Alors, moi, j'ai une bonne blague qui m'est arrivé quand je vivais à Marseille. A l'époque j'avais récupéré une vielle R16 toute pourrie de l'extérieur (le moteur, lui était bon et l'intérieur nickel). Un client marocain qui était adjoint au directeur info, quand il a vu ma bagnole m'a dit : "Ah Ben, si les français piquent les bagnoles des arabes, tout fout l'camp"

Un jour, ballade en famille. A un rond point plein de flics qui arrêtent certaines voitures (pas toutes). J'arrive à hauteur du rond point, le flic me fait de m'arrêter, ce que je fait. Il s'approche et je baisse ma vitre (avè la manivelle ), il se penche, nous regarde (ma femme, ma fille et moi), se relève et dit :"C'est bon vous pouvez circuler..."

Il a fait un contrôle au faciès de la bagnole (Mon pére qui était derrière moi, avec une XM neuve n'a pas été arrêté).
4  0 
Avatar de Ecthelion2
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 27/08/2019 à 16:07
Ryu, ce dont tu parles n'a strictement rien à voir avec le délit de faciès...

Edit : pour être plus clair le délit de faciès, ça peut être par rapport à ton visage, tes origines, ton orientation sexuelle, tes fringues, ta voiture (comme le cas de Jon), etc. etc.

Perso, je suis français, blanc, hétéro, machin truc muche, bah quand j'étais ado, et que je rentrais dans un magasin, habillé en baggy large / casquette style skateur, tu pouvais être sûr que le vigile ne me lâchait pas d'une semelle, car vu mon style vestimentaire, du fait de porter une casquette, j'étais catalogué "racaille de banlieue" et donc forcément "voleur"...
4  0 
Avatar de Charvalos
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 26/08/2019 à 13:15
On ne parle pas des terroristes ou des gangs qui eux, de toute façon, vont de toute façon avoir un moyen de trouver des armes.

On parle de gens "normaux" qui, pour une raison X ou Y, pètent un plomb, vont chercher une arme dans le magasin d'à-côté et commencent à tirer sur tout ce qui bougent. Combien de fois a-t-on déjà lu un type se faire virer, aller chercher son arme, et revenir pour tirer dans les bureaux ?

En enlevant ce droit de porter une arme à tout citoyen sans avoir de permis, ils éviteraient déjà pas mal de tueries.
3  0 
Avatar de Ecthelion2
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 27/08/2019 à 11:28
Pas besoin d'aller jusqu'au USA hein, rien qu'en France, on a ce genre de cas (typiquement je me rappelle plus le nom du mec, dans les années 90, qui est mort d'une balle dans la tête en plein commissariat, et qu'on vienne pas me dire que le mec était pas maîtrisé, ou en train de commettre un crime ou je ne sais quoi).

Mais bon, entre ceux qui crient au racisme en permanence, et ceux (je ne citerais pas nom mais il est doctorant ), qui à l'inverse, réfutent systématiquement tout notion de discrimination raciale, de racisme et de bavure policière, vous allez juste aboutir à une discussion de sourd qui n'a rien à voir avec le sujet initial de la news...
4  1 
Avatar de Charvalos
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 27/08/2019 à 13:10
C'est quoi le rapport avec les tueries de masses ? Je ne suis pas sûr de comprendre là
3  0 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 26/08/2019 à 10:37
Citation Envoyé par Stan Adkens Voir le message
Quel commentaire faites vous du volet de la collecte des données personnelles par le biais des technologies comme Watches, Fitbits, Amazon Echo et Google Home ?
Les gouvernements utilisent la sécurité pour justifier la surveillance de masse et comme on dit à chaque fois : « Un peuple prêt à sacrifier un peu de liberté pour un peu de sécurité ne mérite ni l'une ni l'autre, et finit par perdre les deux ».
On pourrait mettre sur écoute 300 millions d'étasuniens, ça n'empêcherait pas 100% des tueries, par contre la plupart des gens seraient sur écoute... En plus les gens sans internet ni téléphone portable seraient considéré comme louche.

La surveillance de masse ça craint, regardez la reconnaissance faciale à Hong Kong en ce moment.
Il existe des projets pour faire pareil en France.
Nice teste la reconnaissance faciale sur la voie publique, une première en France

Les étasuniens doivent avoir accès aux armes, c'est la base de leur constitution :
Deuxième amendement de la Constitution des États-Unis
Le deuxième amendement de la Constitution des États-Unis d’Amérique reconnait la possibilité pour le peuple américain de constituer une milice (« bien organisée ») pour contribuer « à la sécurité d'un État libre », et il garantit en conséquence à tout citoyen américain le droit de porter des armes.
En principe les armes sont là pour se défendre au cas où le gouvernement péterait un câble.
La surveillance de masse est là pour empêcher le peuple de se soulever.

====
Et sinon le lien entre tuerie et jeu-vidéo on le retrouve dans le film Elephant de Gus Van Sant.


Dans le documentaire Bowling For Columbine, la conclusion c'est que le problème vient de la violence dans les médias.
Regardez le film Nightcrawler (Night Call en Français) et vous comprendrez pourquoi les étasuniens sont fous.


Le problème ce sont les chaines TV qui ne montrent que de la violence, du sang, des crimes, etc.
Les médias parlent trop des tueurs, ils en font des célébrités...
2  0 
Avatar de Ecthelion2
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 27/08/2019 à 13:21
@Neckara : C'est à moi que tu causes ? D'une part, je m'en fou, j'ai pas défendu le point de vue de Ryu, et d'autre part quand c'est des mecs qui n'ont rien à se reprocher qui se font tuer, tu tiens exactement le même discours, et tu essais systématiquement de dédouaner la police, même quand les preuves montrent le contraire.

Accessoirement, jamais ô grand jamais, peu importe les circonstances, un mec (et à fortiori un policier) ne te dira "oui je l'ai tué car il était noir" (ou arabe ou autres), ça sera toujours un "accident" ou je ne sais quoi, et cela finira toujours par la parole du policier contre celle du prévenu (ou de sa famille si il est mort). Et hop, il suffit de faire comme tu viens de le faire, de ressortir le passif du mec, pour faire dire aux gens "vous avez vu, y'a quand même des chances qu'il l'ait mérité" (oui je sais que ce n'est pas tout à fait ce que tu dis, mais c'est le même principe, si au moment T où il se fait tuer, le mec n'a rien fait de mal, on s'en tape de son passif, sauf quand on veut justifier/excuser d'une façon ou d'une autre le geste du policier).

Bref, je réitère mon propos, l'un comme l'autre, vous n'êtes pas objectifs, et de toutes façons c'est complètement hors-sujet avec le sujet du fil. Et non, je ne m'embarquerais pas dans une discussion avec toi sur le sujet.

@jon : t'es mignon mais vous avez fait dévier la conversation (cf l'historique fait par Ryu), et je n'ai posté qu'un seul message pour dire que c'était une discussion de sourd, et j'ai bien reprécisé que justement je ne me ré-embarquerait pas dans cette discussion avec Neckara, alors le ping-pong...
4  2