Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Les entreprises chinoises veulent aider à façonner les normes mondiales de reconnaissance faciale
Mais les défenseurs des droits de l'Homme sont d'avis qu'elles menacent les libertés civiles

Le , par Patrick Ruiz

0PARTAGES

12  0 
La Chine est le pays qui, à date, incarne le mieux le personnage de fiction Big Brother du roman Nineteen Eighty-Four (1984) de l'écrivain anglais Georges Orwell. Dans la société décrite par ce dernier, chaque citoyen est sous la surveillance constante de l’autorité (Big Brother), principalement par des dispositifs (dans les domiciles privés) qui fonctionnent à la fois comme des télévisions, caméras de sécurité et microphones. Ceci rappelle sans cesse au peuple que Big Brother les observe : « Big Brother is watching you ».

De nos jours en effet, la Chine est reconnue comme leader mondial en matière d’adoption des technologies de reconnaissance faciale. Le pays ne cesse de revoir ses capacités de surveillance à la hausse. Alors que le mois de septembre s’achevait, il a dévoilé une caméra de 500 mégapixels aux capacités boostées à l’intelligence artificielle. Mais, ce qu’il faut ajouter est qu’en matière de recherche et développement en matière d’intelligence artificielle, c’est l’un des pays (sinon le pays) qui met le plus de fonds dans la création de startups spécialisées dans la filière. C’est aussi celui qui compte à minima 63 pays dans son carnet d’adresses de clients. La Chine est consciente de la place qu’elle occupe dans ces sphères et actionne les leviers susceptibles de renforcer son emprise à l’échelle globale…

En effet, dans une publication parue il y a peu, le Financial Times fait état de ce qu’il est entré en possession de documents qui montrent que des entreprises chinoises spécialisées dans la filière de la technologie sont dans le processus de rédaction de propositions destinées à façonner les normes mondiales de reconnaissance faciale.

Le fabricant chinois d'équipements de télécommunications ZTE, le fabricant de caméras de sécurité Dahua Technology et l'entreprise publique de télécommunications China Telecom font partie des entreprises qui proposent de nouvelles normes à portée internationale au sein de l'Union internationale des télécommunications (UIT) de l'ONU pour la reconnaissance faciale, la vidéosurveillance, la surveillance urbaine et automobile.


Les projets de normes pour la reconnaissance faciale, qui devraient être achevées d'ici la fin de 2019 prévoient l'obligation de stocker dans une base de données les caractéristiques faciales détectées, notamment la race, la couleur de la peau, le style du visage, les marques de naissance, les cicatrices et autres caractéristiques démographiques.

D’après la publication du Financial Times, les propositions des groupes chinois sont singulières en ceci qu’elles vont au-delà des spécifications techniques pour suggérer des recommandations en matière de politiques liées à la gestion de tels systèmes. C’est l’un des axes sur lesquels les défenseurs des droits de l’Homme émettent le plus de critiques. En effet, les cas d'utilisation suggérés pour la reconnaissance faciale couvrent ceux pour lesquels la Chine a tant fait parler d’elle ces derniers mois : examen de personnes dans les espaces publics par la police avec des lunettes aux capacités renforcées à l’intelligence artificielle, confirmation de la présence des employés au travail et arrestation des criminels, notamment, en comparant « des bases de données de fugitifs avec celles de populations locales. »

C’est une menace pour les libertés individuelles, d’après les groupes de défense des droits de l’Homme. Les développements en cours suggèrent que le terrain des propositions est choisi à dessein.

« Il n' y a pratiquement pas d'experts en matière de protection des droits de l'Homme ou des droits des consommateurs présents aux réunions de l'UIT sur les normes, si bien que bon nombre de technologies qui menacent la vie privée et la liberté d'expression passent sans contestation dans ces espaces », lit-on.


Avec la potentielle adoption de ces propositions par l’UIT, la Chine va renforcer sa présence sur un continent africain sur lequel elle est déjà bien présente (Angola, Ouganda, Zimbabwe, etc.). D’un point de vue technique, la manœuvre permettra de parfaire ses systèmes de reconnaissance faciale avec les données collectées sur le terrain de l’Afrique. À l’échelle globale, elle aura au moins la plupart des pays en développement dans sa gibecière puisque ces derniers sont généralement alignés sur les normes issues de l’UIT.

Ce qu’il faut même souligner est qu’une des propositions de China Mobile et de ZTE est passée comme norme au mois de juin de l’année qui tire à son terme. Cette dernière donnait des précisions sur l’architecture d’un système d’éclairage public intelligent et incluait des additifs liés à l’intégration de capacités de vidéosurveillance en son sein.

À côté des manœuvres de la Chine, il faut dire que plus en plus de pays suivent la Chine sur la voie de l’utilisation de la reconnaissance faciale. Selon un récent rapport de la Fondation Carnegie pour la paix internationale (une organisation non gouvernementale ainsi qu'un cercle de réflexion et d'influence global dédiée au développement de la coopération interétatique et à la promotion des intérêts des États-Unis sur la scène internationale), au moins 75 pays utilisent de façon active des outils d'intelligence artificielle tels que la reconnaissance faciale pour la surveillance de masse. Dans le cas de la France, le pays s’apprête à lancer un programme d’identité numérique par reconnaissance faciale avant la fin de l’année en cours, mais la Quadrature du Net s’oppose au décret, car elle craint une généralisation de l’utilisation de cette technologie en France.

Source : FT (paywall)

Et vous ?

Qu’en pensez-vous ?

Êtes-vous en accord avec ceux qui pensent que ce n’est qu’une question de temps avant que le modèle chinois de surveillance de masse ne s’impose à l’échelle globale ?

Voir aussi :

Une application mobile prétend pouvoir identifier les investisseurs en capital-risque à l'aide de la reconnaissance faciale
Jeff Bezos : Amazon est en train de rédiger ses propres lois sur la reconnaissance faciale pour les soumettre aux législateurs fédéraux, espérant qu'ils adopteront une grande partie de son projet
L'Inde envisage un énorme programme de reconnaissance faciale comparable à celui de la Chine, opportunité lucrative pour les sociétés de surveillance ou cauchemar pour les défenseurs de la vie privée

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Stérilux
Membre averti https://www.developpez.com
Le 03/12/2019 à 20:26
Qu’en pensez-vous ?
Que le dirigeant actuel a comme objectif d'imposer son modèle comme c'est le cas aujourd'hui avec les USA et c'est loin d'être un crétin.

Êtes-vous en accord avec ceux qui pensent que ce n’est qu’une question de temps avant que le modèle chinois de surveillance de masse ne s’impose à l’échelle globale ?
La surveillance de masse est aussi vieille que la prostitution, elle ne fait que s'adapter à la technologie et l'occident n'a pas attendu la chine avant de s'y mettre. A mes yeux la chine est moins hypocrite que le "reste du monde".
Il y a d'abord eu des espions, ensuite les caméra, les satellites et maintenant la reconnaissance faciale permettant d'être plus efficace.
2  0 
Avatar de Kapeutini
Membre habitué https://www.developpez.com
Le 03/12/2019 à 20:01
À nous de trouver les contre mesures, c'est l'éternelle histoire de l'épée et du bouclier.
Cette technologie pourrait nous aider à mieux surveiller les radicalisés et autres énergumènes dangereux.
1  0 
Avatar de Neckara
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 03/12/2019 à 21:10
Citation Envoyé par Stérilux Voir le message
La surveillance de masse est aussi vieille que la prostitution, elle ne fait que s'adapter à la technologie et l'occident n'a pas attendu la chine avant de s'y mettre. […] Il y a d'abord eu des espions, ensuite les caméra, les satellites et maintenant la reconnaissance faciale permettant d'être plus efficace.
Oui, enfin la performance des systèmes n'ont rien à voir.

Citation Envoyé par chrotrophe Voir le message
parceque pour rappel, la RGPD qui stipule que l'on a le droit de recuperer l'ensemble de ses donnees personnelles ainsi que la possession de ses donnees etant limites dans le temps (d'apres la RGPD),
viens de perdre le droit internationale de cette application.
Une source ?

À part pour le droit à l'oubli qui ne s'appliquera que sur les versions localisés UE des sites, je n'ai pas entendu dire que l'application extra-territoriale du RGPD a été remis en cause.

Citation Envoyé par chrotrophe Voir le message
En d'autres termes, seul, en Europe, nous avons un droit sur nos donnees, des que nos donnees sont hors Europe, nous ne pouvons plus rien y faire.
Ce n'est pas vrai.
Cela dépend si l'entreprise a un pied en Europe, ou si le pays où les données sont stockées coopère.

Citation Envoyé par chrotrophe Voir le message
Alors...
meme en France, il est donc deja possible d'avoir une camera a reconnaissance faciale car il suffit simplement que le serveur qui analyse et stoque ces donnees soit hors Europe !
Non, l'acquisition est vu comme un traitement. L'exportation des données à caractère personnel vers un autre pays hors UE est aussi soumis au RGPD.

Donc si ta caméra est située sur le sol Français, elle est soumise au RGPD.

Citation Envoyé par chrotrophe Voir le message
Autant dire que la RGPD en verite, ne sert pas a grand chose !
Non, ça c'est juste malhonnête.
2  1 
Avatar de forthx
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 04/12/2019 à 10:32
Qu’en pensez-vous ?
Tout va pour le mieux dans le meilleur des monde ... possible !

Êtes-vous en accord avec ceux qui pensent que ce n’est qu’une question de temps avant que le modèle chinois de surveillance de masse ne s’impose à l’échelle globale ?
Oui: Comprenez bien que je suis contre l'utilisation de ce genre de techno mais a t'on un seul exemple de technologie abandonnée a l’échelle mondial alors qu'un marché existe ?

Surveiller les énergumènes dangereux ... c'est bien, mais c'est qui ?
Et ces énergumènes, si on peux les surveiller maintenant, demain, eux en seront capable.
C'est comme toute les technologies : elle n'est pas mauvaise en soit, c'est l'usage qui peut poser problème.

Je vous souhaiter une bonne journée
1  0 
Avatar de Michel Rotta
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 04/12/2019 à 10:50
Citation Envoyé par chrotrophe Voir le message
parceque pour rappel, la RGPD qui stipule que l'on a le droit de recuperer l'ensemble de ses donnees personnelles ainsi que la possession de ses donnees etant limites dans le temps (d'apres la RGPD), viens de perdre le droit internationale de cette application.
Citation Envoyé par Neckara Voir le message
Une source ?

À part pour le droit à l'oubli qui ne s'appliquera que sur les versions localisés UE des sites, je n'ai pas entendu dire que l'application extra-territoriale du RGPD a été remis en cause.
Pour ce qui est du droit à l'accès et à la modification et à la suppression de ces données, le RGPD est extra-territoriale, il n'est pas possible d'opposer un hébergement à l'étranger pour s'y soustraire.

Je pense que la confusion vient de l'article 2.2 du RGPD qui parle des conditions dans lesquels il est possible de stocker des données dans un fichier qui sera exclu du périmètre du texte. On y trouve notamment tous les fichiers qui ont trait à la sécurité de l'état. Hors il semble évident que l'état, quel qu'il soit, va considérer que la surveillance par reconnaissance faciale fera partie de sa sécurité et va, ipso facto, exclure du périmètre du RGPD les fichiers concernés. Ce qui est déjà le cas de tous les fichiers de polices ou de justice existants.

Il faut aussi savoir que, sorti du cadre de l'état, le droit de rectification et de suppression des données n'est pas universel, en effet, une société n'est tenue de supprimer des données personnelles que si elle n'a pas une raison légitime de les conserver. Par exemple, si vous avez faits des achats récents dans un site internet et que vous demander à supprimer vos données personnelle, la société à l'obligation de concerver vos factures durant 5 ou 10 ans suivant les cas. Ils ont donc une raison légitime de les conserver. Ce qui ne signifie pas qu'ils ont le droit de les exploiter.

Le RGPD prévoie, article 17, la possibilité pour une personne de demander la suppression de ses données (sauf dans le cadre des exceptions de l'article 2 et des exceptions ci-dessus évoquées article 17.1.a). Il n'y a pas de limitation extra-territoriale, même si cela pourrait être plus compliquer à faire appliquer. La discution qui va, à un moment, s'engager devant les tribunaux va porter sur les données utilisées par les moteurs de recherche, tel google. Quand est-ce que les données personnelles d'un moteur de recherche ne sont plus nécessaire à la finalité du traitement (ici retrouver une information). J'attend avec impatience le premier procès sur cette question, il devrait fournir un début de cadre juridique.
0  0 
Avatar de chrotrophe
Membre régulier https://www.developpez.com
Le 03/12/2019 à 20:31
C'est drole
parceque pour rappel, la RGPD qui stipule que l'on a le droit de recuperer l'ensemble de ses donnees personnelles ainsi que la possession de ses donnees etant limites dans le temps (d'apres la RGPD),
viens de perdre le droit internationale de cette application.

En d'autres termes, seul, en Europe, nous avons un droit sur nos donnees, des que nos donnees sont hors Europe, nous ne pouvons plus rien y faire.
Autant dire que la RGPD en verite, ne sert pas a grand chose !

Alors...
meme en France, il est donc deja possible d'avoir une camera a reconnaissance faciale car il suffit simplement que le serveur qui analyse et stoque ces donnees soit hors Europe !
1  2