Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Le gouvernement américain limite les exportations de logiciels d'intelligence artificielle,
Afin de garder les technologies sensibles hors des mains de puissances rivales comme la Chine

Le , par Stan Adkens

40PARTAGES

6  1 
La technologie de l’intelligence artificielle continue son ascension fulgurante en révolutionnant de nombreux secteurs d’activité. Mais ce développement ne se fait pas sans les inquiétudes que la technologie pourrait être utilisées par certains acteurs à des fins de nuire à certains intérêts particuliers ou même à la vie humaine. C’est pour ne pas que l’IA soit utilisée à ces fins que l'administration Trump a pris des mesures vendredi pour freiner les exportations de logiciels d'intelligence artificielle afin de garder les technologies sensibles hors des mains de puissances rivales comme la Chine, a rapporté Reuters.

En vertu de ces nouvelles mesures, les entreprises qui exportent certains types de logiciels d'imagerie géospatiale des États-Unis doivent demander une licence au ministère du Commerce pour les envoyer à l'étranger, sauf lorsque ces produits technologiques sont expédiés au Canada, selon Reuters. La nouvelle règle entrera en vigueur le lundi prochain. À propos de la nouvelle règle américaine, James Lewis, un expert en technologie du groupe de réflexion Center for Strategic and International Studies basé à Washington, a déclaré ceci :

« Ils veulent empêcher les entreprises américaines d'aider les Chinois à fabriquer de meilleurs produits d'IA qui peuvent aider leur armée ». Il a ajouté que cette règle sera probablement bien accueillie par l'industrie, parce qu'elle craignait une répression beaucoup plus large des exportations de la plupart des matériels et des logiciels d'intelligence artificielle. En effet, selon Reuters, l'industrie américaine s’attendait à des mesures beaucoup plus sévères sur des ventes à l'étranger, Reuters ayant précédemment signalé que l'agence mettait la dernière main à un ensemble de règles strictes visant à limiter ces exportations.


Ces nouvelles mesures portent sur les logiciels qui pourraient être utilisés par les capteurs, les drones et les satellites pour automatiser le processus d'identification des cibles à des fins tant militaires que civiles, d’après M. Lewis. Cette règle est la première à être finalisée par le ministère américain du Commerce en vertu d'un mandat découlant d'une loi de 2018, qui chargeait cet organisme de rédiger des règles visant à renforcer la surveillance des exportations de technologies sensibles à des adversaires tels que la Chine, pour des raisons économiques et de sécurité.

La course au leadership mondial de l’IA se renforce au fil des années

La nouvelle règle sur la limitation de l’exportation des produits d’intelligence artificielle arrive au moment où la course au leadership mondial de la technologie de l’IA bat son plein entre les États-Unis et ses rivaux de premier rang. Si les États-Unis ont une bonne longueur d’avance sur les autres pays dans le domaine de l’intelligence artificielle, certains pays veulent leur ravir cette position, et la Chine ne cache plus depuis longtemps ses ambitions dans ce cadre.

Le gouvernement chinois a, en effet en 2017, rendu public son plan de développement national qu’il comptait mettre en place pour l’émergence de l’intelligence artificielle « made in China ». Ce projet ambitieux prévoyait d’augmenter le poids économique de ce secteur d’avenir de 150 milliards de yuans (22,15 milliards USD) jusqu’en 2020 à 400 milliards de yuans (59,07 milliards de dollars) à l’horizon 2025, selon les chiffres officiels fournis par le gouvernement chinois. « Nous devons prendre l’initiative pour nous attaquer résolument à cette nouvelle étape du développement de l’intelligence artificielle et avoir une avance en termes de compétitivité », avait déclaré le gouvernement chinois à l’époque.

Dans l’édition 2018 de son rapport annuel qui fait un état des lieux de la situation actuelle de l’industrie de l’intelligence artificielle, le cabinet CB Insight a attiré l’attention sur les progrès réalisés par la Chine dans le domaine de l’intelligence artificielle. En effet, les données du rapport suggéraient qu’à l’échelle mondiale, la Chine fut le pays qui, en 2017, a alloué le plus de fonds pour le financement des startups spécialisées dans l’IA, environ 48 % des startups spécialisées dans l’IA créées en 2017 ayant vu le jour en Chine, contre 38 % aux États-Unis. Aussi, les efforts en matière de R&D des entreprises spécialisées dans l’IA qui se reflètent dans les activités de publication ou de demande de brevets auraient été également plus importants en Chine comparés à ceux qui ont été observés aux États-Unis.


La Russie est aussi intéressée par la place du leader mondial de l’intelligence artificielle. En 2017, à l’occasion de la rentrée scolaire en Russie, jour connu sous le nom de Knowledge Day, et pris très au sérieux par les autorités russes, le président Vladimir Poutine s’est adressé aux étudiants et enseignants russes en précisant l’enjeu de l’intelligence artificielle. « L’intelligence artificielle est le futur, pas seulement pour la Russie, mais pour toute l’humanité. Avec elle arrivent d’énormes opportunités, mais également des menaces qu’il est difficile de prédire. Celui qui réussira à s’imposer comme leader dans cette sphère sera le maître du monde », avait lancé le président russe à l’époque.

En janvier 2018, Jeremy Straub, un chercheur de l’université North Dakota State, en se basant sur la situation géopolitique actuelle qu’il a comparée à celle des années 1980, a estimé que l’intelligence artificielle sera l’arme de la prochaine guerre froide. Selon lui, les deux situations sont assez similaires dans la mesure où « les États-Unis et la Russie s’accusent mutuellement d'ingérence dans les affaires intérieures ». Maintenant, les autorités américaines craignent que les technologies sensibles basées sur l’IA se retrouvent entre les mains de la Chine qui pourraient s’en servir à mauvais escient.

Selon Reuters, la nouvelle règle américaine entrera en vigueur aux États-Unis seulement, mais les autorités américaines pourraient par la suite la soumettre à des organismes internationaux pour tenter de créer des règles du jeu équitables à l'échelle mondiale. Cette décision intervient alors que les législateurs républicains et démocrates désapprouvent de plus en plus la lenteur avec laquelle les règles renforçant le contrôle des exportations sont mises en place, le chef de la minorité au Sénat, le démocrate Chuck Schumer, ayant demandé au ministère du Commerce d'accélérer le processus.

Dans un communiqué de presse, M. Schumer, a indiqué que « Bien que le gouvernement estime qu'il est dans l'intérêt de la sécurité nationale des États-Unis d'appliquer immédiatement ces contrôles, il veut aussi donner au public intéressé l'occasion de faire des commentaires sur le contrôle des nouveaux articles », a rapporté Reuters. Cependant, ces mesures américaines pourront-elles empêcher une puissance comme la Chine de se doter de ces technologies de l’IA qu’elle pourrait mettre à la disposition de son armée ?

Source : Reuters

Et vous ?

Que pensez-vous de ces nouvelles mesures du gouvernement américain ?
Pensez-vous qu’elles empêcheront la Chine de se doter de technologies sensibles basées sur l’IA ?
Selon Reuters, le gouvernement américain pourrait exporter la nouvelle règle pour tenter de créer des règles du jeu équitables à l'échelle mondiale. Qu’en pensez-vous ?

Lire aussi

L'intelligence artificielle : clé du futur pour dominer sur les nations, d'après le président russe, Vladimir Poutine
L'intelligence artificielle est-elle l'arme de la prochaine guerre froide ? Oui, répond un chercheur en informatique
La Chine veut devenir leader mondial de l'intelligence artificielle, avec un plan de développement national visant à augmenter son poids économique
L'intelligence artificielle pourrait mener à la troisième guerre mondiale : un nouvel épisode d'Elon Musk après la déclaration de Vladimir Poutine

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de darklinux
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 04/01/2020 à 13:57
C ' est trop tard ! scikit learn , tensor flow , OpenCL , sont disponibles partout ! , c 'est l ' affaire PGP qui recommence
0  0 
Avatar de frenchlover2
Membre du Club https://www.developpez.com
Le 05/01/2020 à 20:43
L'intelligence artificiel doit être partager par tout le monde , et entre tous les gouvernement , vraiment je trouve cette politique nul
0  0 
Avatar de darklinux
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 06/01/2020 à 0:14
Citation Envoyé par frenchlover2 Voir le message
L'intelligence artificielle doit être partager par tout le monde , et entre tout les gouvernements , vraiment je trouve cette politique nul
Oui levons le poing ensemble et arrêtons de respirer ! ( ceci est de l ' ironie )
0  0