Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Quelle est la différence entre les entreprises d'IA et celles de logiciels traditionnels ?
Les entreprises d'IA ressemblent davantage à des entreprises de services traditionnelles, selon un rapport

Le , par Bill Fassinou

34PARTAGES

7  0 
Aujourd’hui, il est plus qu’évident que les prochaines révolutions du monde informatique vont venir des domaines de l'intelligence artificielle (IA) et de la mécanique quantique. L’IA s’est montrée prometteuse et a déjà fait ses preuves dans plusieurs aspects de la vie humaine, mais elle n’en est qu’à ses débuts. Comment une entreprise d’IA se forme-t-elle ? Sera-t-elle du même type que les entreprises éditrices de logiciels ? Récemment, A16z, une société de capital-risque basée dans la Silicon Valley, a publié un rapport d’étude dans lequel elle essaie de répondre à ces questions.

Selon le rapport de A16z (Andreessen Horowitz), une entreprise spécialisée en IA ne ressemblera pas totalement aux entreprises traditionnelles de logiciels. Selon les auteurs du rapport, dans de nombreux cas, les entreprises d'IA n'ont tout simplement pas le même modèle économique que les entreprises de logiciels. Parfois, elles peuvent même ressembler davantage à des entreprises de services traditionnelles. C'est notamment le cas de nombreuses entreprises d'IA. Dans leur rapport, ils ont noté trois points clés que partagent toutes les entreprises d’IA.

En premier, ils ont constaté que ces nouvelles entreprises ont des marges brutes plus faibles que d’ordinaire. Cela serait dû à une importante utilisation de l'infrastructure cloud et d'un soutien humain permanent. « Nous avons observé une tendance étonnamment cohérente dans toutes les données financières des sociétés d'IA : des marges brutes souvent de l'ordre de 50-60 %, bien en dessous de la référence de 60-80 %+ pour les entreprises SaaS comparables », ont-ils écrit dans le rapport. À quoi peut bien rimer cette différence ?


D’après le rapport, les capitaux privés dans la phase de démarrage peuvent cacher ces inefficacités à court terme, d'autant plus que certains investisseurs privilégient la croissance à la rentabilité. Il n'est toutefois pas certain qu'une optimisation à long terme des produits ou de la mise sur le marché puisse résoudre complètement le problème. De plus, selon les auteurs de l’étude, les sociétés d'IA semblent de plus en plus combiner des éléments de logiciels et de services. Cette dynamique aurait un impact important sur les entreprises d'IA.

Ensuite, les auteurs ont indiqué que la nécessité d'une intervention humaine va probablement diminuer à mesure que les performances des modèles d'IA s'amélioreront. Cependant, la probabilité est faible que les humains soient totalement écartés. « Même si nous parvenons, à terme, à automatiser complètement certaines tâches, on ne sait pas exactement dans quelle mesure les marges brutes s'amélioreront en conséquence », ont déclaré les auteurs du rapport. En fait, l'informatique dématérialisée et l'assistance humaine sont liées.

La réduction de l'une tend à entraîner une augmentation de l'autre. Les deux éléments de l'équation peuvent être optimisés, mais aucun des deux n'est susceptible d'atteindre les niveaux de coûts presque nuls associés aux entreprises SaaS.

Deuxièmement, ils ont noté dans le rapport que les entreprises d’IA rencontrent des difficultés de mise à l’échelle qui sont dues à l'épineux problème des cas marginaux. En effet, selon eux, il est bien plus difficile pour les sociétés d’IA de savoir si elles ont trouvé un produit adapté au marché que dans le cas d’un logiciel traditionnel.

Sur ce point, selon eux, le problème est qu’il existe des clients marginaux. Autrement dit, les utilisateurs peuvent, et veulent entrer à peu près n'importe quoi dans une application d'IA. La gestion de ce grand espace d'état est une tâche permanente. L'éventail des valeurs d'entrée possibles étant très large, chaque nouveau déploiement de clients est susceptible de générer des données jamais vues auparavant. Pour cela, les startups d’IA finissent par consacrer plus de temps et de ressources au déploiement de leurs produits qu'elles ne l'avaient prévu.

Il peut être difficile d'identifier ces besoins à l'avance, car les outils de prototypage traditionnels, comme les maquettes, les prototypes ou les bêta tests, ont tendance à ne couvrir que les chemins les plus courants, et non les cas limites. Comme pour les logiciels traditionnels, le processus est particulièrement long avec les premières cohortes de clients. Cela dit, contrairement aux logiciels traditionnels, cela ne disparaît pas forcément avec le temps. Ensuite, il y a les déséconomies d'échelle associées aux données qui alimentent les entreprises d'IA.

En troisième position, le rapport montre des douves défensives plus faibles en raison de la banalisation des modèles d'IA et des défis liés aux effets des réseaux de données. Cela ne signifie pas nécessairement que les produits d'IA sont moins défendables que leurs homologues purement logiciels. Mais les fossés pour les sociétés d'IA semblent être moins profonds que ce à quoi beaucoup s'attendaient. L'IA peut être en grande partie une passerelle, d'un point de vue défendable, vers le produit et les données sous-jacents.

Bien sûr, il existe des approches pour construire, dimensionner et défendre les grandes entreprises d'IA. Les auteurs du rapport pensent que la clé du succès à long terme des entreprises d'IA est de s'approprier les défis et de combiner le meilleur des services et des logiciels. Dans cet esprit, voici un certain nombre de mesures que les fondateurs peuvent prendre pour prospérer avec des applications d'IA nouvelles ou existantes.

  • éliminer autant que possible la complexité des modèles ;
  • choisir les domaines problématiques avec soin ;
  • prévoir des coûts variables élevés ;
  • adopter les services ;
  • prévoir des changements dans la pile technologique ;
  • construire la défensibilité à l'ancienne.

En somme, au sens traditionnel du terme, la plupart des systèmes d'IA actuels ne sont pas tout à fait des logiciels. Pour cela, les sociétés d'IA ne ressemblent pas très exactement à des entreprises de logiciels. Elles impliquent un soutien humain permanent et des coûts matériels variables. Le plus souvent, ces entreprises ne s'adaptent pas aussi facilement qu'on le souhaiterait. Par ailleurs, la forte défensibilité, essentielle au modèle de logiciel “construire une fois/vendre plusieurs fois”, ne semble pas être gratuite.

Enfin, dans une certaine mesure, ces caractéristiques donnent à l'IA l'impression d'être une entreprise de services. Autrement dit, vous pouvez remplacer l'entreprise de services, mais vous ne pouvez pas remplacer (complètement) les services.

Source : A16z (Andreessen Horowitz)

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?

Voir aussi

IA : l'Europe en tête en termes de publication de documents de recherche devant les États-Unis et la Chine, selon un récent rapport

IA : une firme a mis au point un outil permettant aux fournisseurs de services de streaming de lutter contre le partage d'identifiants entre amis

Des chercheurs développent une IA qui serait capable de faire de meilleurs pronostics que les thérapeutes sur l'avenir d'une relation de couple

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de espritordu
Nouveau membre du Club https://www.developpez.com
Le 19/02/2020 à 20:49
En troisième position, le rapport montre des douves défensives plus faibles en raison de la banalisation des modèles d'IA et des défis liés aux effets des réseaux de données.
Des "douves défensives" ? Qu'est ce que c'est ?
2  0 
Avatar de defZero
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 19/02/2020 à 18:49
Quel est votre avis sur le sujet ?

N'ayant jamais travailler dans une "entreprises d'IA", mon avis n'engagera que moi, mais je "crois" qu'une "entreprise d'IA" doit compter dans ses effectifs beaucoup moins de développeurs qu'une "entreprise de logiciels traditionnels".
Je "crois" que le cœur de métier d'une "entreprise d'IA" n'est pas le développement de logiciel, mais plutôt une sorte de bureau d'étude / centre de recherche spécialisé dans lequel l'algorithmique et les maths, ont une plus grande part que l'implémentation réelle.
D'où, au passage et selon moi, les bugs présents dans toutes les implémentations connues (Assistant personnels, Auto-pilotes, reconnaissance, ..etc) et devant être compensés par de l'humain derrière.
Après tout, à chaque fois que les médias spécialisé évoque l'IA, j'ai personnellement plus un ressenti que l'on évoque de l' IP plutôt qu'une implémentation spécifique.
Enfin comme écrit plus haut, ce n'est que mon feeling sur le sujet.
Reste juste à se mettre d'accord sur les définition d' "IA", d' "Entreprises d'IA" et d' "Entreprises de logiciels traditionnels", pour savoir si je n'est pas répondu à côté .
0  0 
Avatar de darklinux
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 19/02/2020 à 20:04
Quel est votre avis sur le sujet ?

Que je suis à peu près d ' accord , mais les modèles , l ' adaptabilité etc , cela reste en cuisine , l ' enjeu est d ' invisibilisé l ' IA , il y a tellement de bêtises sur le sujet ...
0  0 
Avatar de darklinux
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 20/02/2020 à 1:48
Citation Envoyé par espritordu Voir le message
Des "douves défensives" ? Qu'est ce que c'est ?
Un oxymore ... comme fossé anti char
0  0 
Avatar de lefjuls
Membre à l'essai https://www.developpez.com
Le 21/02/2020 à 11:45
Citation Envoyé par Bill Fassinou Voir le message
Aujourd’hui, il est plus qu’évident que les prochaines révolutions du monde informatique vont venir des domaines de l'intelligence artificielle (IA) et de la mécanique quantique.


Autant je vois bien le potentiel révolutionnaire de l'informatique quantique, même si la route est encore longue, autant l'IA ça existe depuis 25 ans, c'est juste une évolution.

Citation Envoyé par Bill Fassinou Voir le message
En premier, ils ont constaté que ces nouvelles entreprises ont des marges brutes plus faibles que d’ordinaire. Cela serait dû à une importante utilisation de l'infrastructure cloud et d'un soutien humain permanent.

En gros l'IA est surtout rentable pour ceux qui vendent du cloud.

En fait je ne vois toujours pas ce qu'est qu'une entreprise d'IA ...
0  0 
Avatar de darklinux
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 22/02/2020 à 1:07
Citation Envoyé par lefjuls Voir le message
Autant je vois bien le potentiel révolutionnaire de l'informatique quantique, même si la route est encore longue, autant l'IA ça existe depuis 25 ans, c'est juste une évolution.

En gros l'IA est surtout rentable pour ceux qui vendent du cloud.

En fait je ne vois toujours pas ce qu'est qu'une entreprise d'IA ...
Elle crée des solutions , mais ne pisse pas l ' énième excel ou l ' app ultime pour le démarcheur d ' aspirateur
0  0