Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Trump en soutien d'un appel au boycott gouvernemental de Microsoft ?
Le président US retweete une demande de sanctions pour refus de vendre la technologie de reconnaissance faciale à la police

Le , par Patrick Ruiz

67PARTAGES

4  0 
Richard Grenell, ex-directeur intérimaire du service de renseignements national au sein du gouvernement Trump, appelle au boycott gouvernemental de Microsoft. Il l’a fait savoir dans un tweet repris par le président américain Donald Trump.

« Ils doivent désormais être mis à l’écart lors des procédures d’appels d’offres gouvernementales. Il doit y avoir des conséquences pour refus de vendre la technologie de reconnaissance faciale à la police », écrit-il.


Ces sorties font suite à une publication de l’Union américaine pour les libertés civiles (ACLU) annonçant que Microsoft refuse de vendre la technologie de reconnaissance faciale aux forces de l’ordre.


En fait, cela fait un moment que l’entreprise affiche ce positionnement. En effet, on a appris au début du deuxième trimestre de l’année précédente que Microsoft aurait refusé de vendre sa technologie de reconnaissance faciale à une agence de police californienne. L'agence en question, dont l'identité n'a pas été divulguée, voulait faire installer cette technologie dans les voitures et les caméras corporelles de ses officiers. Brad Smith, le président de Microsoft, avait alors déclaré lors d'une conférence sur l'IA à l'université de Stanford, que la principale raison du refus de Microsoft est l'impact potentiel sur les droits de l'homme. En effet, la société craint le fait que si cette technologie avait été installée dans les voitures et caméras corporelles des officiers de cette agence de police, cela aurait certainement conduit à l'interrogatoire disproportionné des femmes et des minorités innocentes.

Le contexte actuel marqué par la brutalité policière a encore donné à l’entreprise l’occasion de réitérer sa position sur le sujet. Dans une interview accordée Washington Post le 11 juin dernier, le président des affaires juridiques de Microsoft, Brad Smith, a fait savoir que Microsoft ne vend pas de technologie de reconnaissance faciale aux forces de police américaines et s'est engagé à ne pas la vendre jusqu'à ce qu'une loi nationale régissant son utilisation soit adoptée. Son intervention faisait suite à la publication, par 250 employés de l’entreprise, d’une lettre ouverte l’appelant à rompre les relations commerciales avec les forces de police de manière plus générale.

À date, Amazon, IBM et Microsoft ont la même position sur le sujet. IBM a été la première des trois sociétés à annoncer qu'elle se retirait du marché de la reconnaissance faciale et c'est également elle qui en a pris l'engagement le plus permanent.

« IBM ne propose plus de logiciel de reconnaissance ou d'analyse faciale IBM à usage général. IBM s'oppose fermement et ne tolérera pas l'utilisation de toute technologie, y compris la technologie de reconnaissance faciale offerte par d'autres fournisseurs, pour la surveillance de masse, le profilage racial, les violations des droits et libertés fondamentaux de la personne, ou tout autre objectif non conforme à nos valeurs et principes de confiance et transparence. Nous pensons que le moment est venu d'entamer un dialogue national sur l'opportunité et la manière dont la technologie de reconnaissance faciale devrait être utilisée par les autorités nationales chargées de l'application des lois », a écrit le PDG Arvind Krishna dans une lettre adressée aux membres du congrès.

Amazon a pour sa part annoncé le 10 juin dernier la suspension de la vente de son logiciel de reconnaissance faciale Rekognition aux forces de l'ordre pour un an. En fait, depuis le début de l’affaire, Amazon a exprimé sa faveur au mouvement Black Lives Matter. Le 3 juin, l’entreprise a notamment annoncé un don de 10 millions de dollars à plusieurs organisations qui soutiennent les opportunités économiques, l’éducation et la justice pour les Afro-Américains. Mais de nombreuses voix ont continué à demander plus de mesures. L’Union américaine pour les libertés civiles (ACLU) est par exemple revenue sur l’utilisation de Rekognition par la police. En juillet 2018, l’association avait déjà mené un test pour simuler la manière dont les forces de l’ordre utilisaient le logiciel. Ce dernier avait alors identifié 28 membres du Congrès comme étant des criminels.

Source : Twitter

Et vous ?

Quelle est votre opinion sur l’utilisation de la reconnaissance faciale par les gouvernements ?
Faut-il encadrer l’utilisation de cette technologie ?

Voir aussi :

La reconnaissance faciale comme méthode de sécurité est inutile pour 4 smartphones sur 10, d'après une étude
Reconnaissance faciale : Microsoft appelle à une régulation mondiale avant que cette technologie ne devienne problématique au sein de la société
Le président de Microsoft a déclaré que sans la réglementation de la technologie de reconnaissance faciale, 2024 pourrait ressembler au roman « 1984 »
Chine : même les porteurs de masques peuvent être identifiés, selon une société chinoise de reconnaissance faciale
Le Vatican, IBM et Microsoft ensemble pour appeler à une réglementation de la reconnaissance faciale et de façon générale, à une régulation de l'IA pour le bien de l'humanité

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de sirthie
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 17/06/2020 à 23:22
Citation Envoyé par Neckara Voir le message
Les Hommes naissent libres et égaux (aux yeux de la Loi). Vouloir protéger en particulier les "faibles" et "défavorisés", va à l'encontre de ce principe. De plus, on voit bien de quelle manière certaines personnes luttent pour défendre les "faibles" et "défavorisés", i.e. utiliser les "faibles" et "défavorisés" comme bouclier et prétexte pour faire n'importe quoi, jusqu'à tabasser ses opposants politiques.

"Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits."


https://www.un.org/fr/universal-decl...-human-rights/

C'est pas beau de tronquer les citations pour les faire correspondre avec ses idées.

Si les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits, il est logique de vouloir protéger les droits et la dignité des "faibles" et des "défavorisés".
2  0 
Avatar de micka132
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 17/06/2020 à 12:10
Citation Envoyé par Patrick Ruiz Voir le message
En effet, la société craint le fait que si cette technologie avait été installée dans les voitures et caméras corporelles des officiers de cette agence de police, cela aurait certainement conduit à l'interrogatoire disproportionné des femmes et des minorités innocentes.
Je vois pas le rapport, à part pour reconnaître une youtubeuse qui passe par là et dont le flic veut un selfie.

Citation Envoyé par Patrick Ruiz Voir le message
Quelle est votre opinion sur l’utilisation de la reconnaissance faciale par les gouvernements ?
Faut-il encadrer l’utilisation de cette technologie ?
Je n'aime pas cette technologie, que ce soit pour le gouvernement ou pour les entreprises privés.
Maintenant la techno existe, avec des composantes plus ou moins importante en open source (et une volonté de 100% pour certain), donc comment empêcher quelqu'un de l'utiliser?
0  0