Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

A350-1000 XWB, l'avion autonome d'Airbus vient de terminer avec succès les tests de roulage, de décollage et d'atterrissage,
Ouvrant la porte à un vol entièrement autonome

Le , par Bill Fassinou

1.4KPARTAGES

5  0 
Déjà, nous parlons de voitures autonomes avec Tesla, Waimo, et autres. Désormais, nous parlerons aussi d'avions autonomes avec Airbus. Actuellement, les avions parviennent à voler eux-mêmes après le décollage grâce au pilote automatique, et les pilotes (humains) peuvent s'asseoir et se détendre pendant la majeure partie du vol. Cependant, Airbus, le constructeur aéronautique européen dont le siège social se trouve à Blagnac dans la banlieue de Toulouse en France, vient de passer à l'étape supérieure. Avec son projet dénommé ATTOL (Autonomous Taxi, Take-Off and Landing), Airbus a réalisé un roulage, un décollage et un atterrissage autonomes d'un avion commercial grâce à des tests en vol entièrement automatiques basés sur la vision utilisant la technologie de reconnaissance d'images embarquée - une première dans l'aviation.

Plusieurs centaines de vols ont été effectués avec le nouvel Airbus A350-1000 XWB qui a utilisé avec succès la "technologie de reconnaissance d'image" pour donner essentiellement à l'avion une paire d'yeux. La technologie, intégrée aux caméras extérieures de l'A350, lui a permis d'effectuer les phases de vol de manière entièrement autonome, selon les déclarations d'Airbus. La première étape importante de la campagne d'essais en vol a eu lieu en décembre, lorsqu'Airbus a pu démontrer avec succès des décollages autonomes depuis l'aéroport de Toulouse-Blagnac en France. Tout ce que les pilotes avaient à faire lors du premier test était d'aligner l'avion avec la piste, puis de s'asseoir et de regarder l'avion dévaler la piste, décollant de lui-même.

Avec Airbus prouvant que son jet peut également atterrir et rouler seul, la porte est désormais ouverte à des vols entièrement autonomes. Au total, plus de 500 vols d'essai ont été effectués. Environ 450 de ces vols étaient dédiés à la collecte de données vidéo brutes, à la prise en charge et à la mise au point d'algorithmes, tandis qu'une série de six vols d'essai, chacun comprenant cinq décollages et atterrissages, ont été utilisés pour tester les capacités de vol autonome.


Le projet ATTOL a été lancé par Airbus pour explorer comment des technologies autonomes, y compris l'utilisation d'algorithmes d'apprentissage automatique et d'outils automatisés pour l'étiquetage, le traitement et la génération de modèles de données, pourraient aider les pilotes à se concentrer moins sur les opérations aériennes et plus sur la prise de décision stratégique et la gestion de mission. Airbus est désormais en mesure d'analyser le potentiel de ces technologies pour améliorer les opérations futures des aéronefs, tout en améliorant la sécurité des avions, garantissant ainsi le maintien des niveaux sans précédent d'aujourd'hui.

L'entreprise dit qu'elle poursuivra ses recherches sur l'application de technologies autonomes parallèlement à d'autres innovations dans des domaines tels que les matériaux, les systèmes de propulsion alternatifs et la connectivité. En tirant parti de ces opportunités, Airbus ouvre des possibilités de création de nouveaux modèles commerciaux qui transformeront la façon dont les avions sont développés, fabriqués, pilotés, propulsés et entretenus.

Selon Arne Stoschek, directeur du projet Wayfinder, « le principal défi des capacités d'autopilotage est de savoir comment le système réagit aux événements imprévus. C'est le grand saut d'automatisé à autonome ». Les technologies des avions autonomes s'avèrent prometteuses à cet égard. En fait, la technologie a déjà réduit le nombre de pilotes dans le cockpit de trois à deux, et le pilote automatique est couramment utilisé dans de nombreuses phases de vol aujourd'hui. En plus de remédier aux pénuries de pilotes, les technologies autonomes ont également le potentiel d'améliorer la gestion du trafic aérien, d'améliorer les performances de durabilité et d'améliorer encore la sécurité des aéronefs tout en garantissant le maintien des niveaux de sécurité sans précédent d'aujourd'hui.

Outre les défis techniques, les technologies de vol autonome doivent également être acceptées par le public. En termes simples, les passagers ont l'habitude d'avoir deux pilotes sur le pont d'envol. Mais Arne pense que cela peut changer avec le temps. « Les ascenseurs avaient des opérateurs, par exemple, mais ce concept semble étrange aujourd'hui. Grâce à nos antécédents en matière de sécurité, Airbus est idéalement positionné pour conduire ce changement », dit-il.

Pour Airbus, le vol autonome n'est pas une proposition du tout ou rien. C'est une combinaison sur mesure d'humain et de machine qui évoluera avec le temps. Les systèmes se concentrent sur la gestion de l'avion tandis que le pilote reste au cœur de l'opération pour prendre des décisions, se voyant présenter toutes les informations nécessaires et disposer de temps pour les analyser. C'est un objectif pour lequel la technologie de traitement d'image de détection et d'évitement derrière ATTOL et Wayfinder est essentielle.

Source : Airbus

Et vous ?

Que pensez-vous de la technologie de vol autonome d'Airbus ?
Quelle est votre attente par rapport aux avions autonomes ?
Dans combien de temps seriez-vous prêt à monter à bord d'un avion autonome ?

Voir aussi

Étude : les consommateurs sont de plus en plus favorables aux voitures autonomes qui seront le mode de transport préféré de la majorité d'ici 2029

Si une voiture autonome devait faire un accident inévitable, qui faudrait-il sacrifier en priorité ? Le MIT livre les résultats de son étude éthique

La Californie autorise la voiture autonome de Waymo (division Google) à rouler sans conducteur de secours, une première dans le domaine

La responsabilité pénale d'Uber n'est pas engagée dans la mort de la femme fauchée par l'un de ses véhicules autonomes selon une décision de justice

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de gros_rougeot
Membre actif https://www.developpez.com
Le 28/07/2020 à 17:57
C'est une évolution inévitable ... mais pas pour demain.
Les accidents interviennent suite à un ensemble de défaillances multiples. Les IA auront du mal à improviser dans des situations rares et complexes auxquelles elles n'auront pas été entrainées.
Par ailleurs, un pilote est bon s'il pilote régulièrement. Si les atterrissages normaux sont gérés par une IA, il perd ses réflexes et son savoir faire. Je vois mal un tel pilote reprendre la main en urgence pour poser l'avion dans des situations délicates parce que l'IA est perdu.
8  0 
Avatar de tom_bdp
Membre du Club https://www.developpez.com
Le 28/07/2020 à 9:59
Intéressant, merci. Même si je pense qu'il me faudra (beaucoup) de temps pour monter à bord d'un avion avec 0 pilote , je pense qu'avec 1 seul pilote ça pourrait le faire .
Aussi il y a sans doute d'autres domaines d'application pour du 100% autonome, le transport de marchandises par exemple, une éventuelle défaillance de la machine aurait dans ce cas moins de conséquences.
6  0 
Avatar de
https://www.developpez.com
Le 31/07/2020 à 21:31
La seule vraie innovation pour le futur proche est de faire voler les avions sans avoir recours à un carburant polluant ! Le reste c'est de la foutaise !
4  0 
Avatar de
https://www.developpez.com
Le 31/07/2020 à 21:18
Citation Envoyé par tom_bdp Voir le message
Intéressant, merci. Même si je pense qu'il me faudra (beaucoup) de temps pour monter à bord d'un avion avec 0 pilote , je pense qu'avec 1 seul pilote ça pourrait le faire .
Aussi il y a sans doute d'autres domaines d'application pour du 100% autonome, le transport de marchandises par exemple, une éventuelle défaillance de la machine aurait dans ce cas moins de conséquences.
Ah bon ? Et si l'avion tombe sur une agglomération ?
3  0 
Avatar de petitours
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 02/08/2020 à 13:44
Citation Envoyé par HerveB76 Voir le message
Bonjour,
Je voudrais rappeler qu'en fait de fiabilité d'un système quelconque, l'opérateur humain est des éléments les moins fiables (0,5).
c'est pas faux pour gérer l'automatisme mais je te rappelle que l'homme est aujourd’hui le seul a avoir la flexibilité (de pensée et de mouvement/action) et la capacité pour gérer des situation anormales. Étrangement dans les usines, sur les routes comme dans l'espace, la maintenance et la gestion des accidents est encore gérée par des humains.
C'est aujourd'hui le quasi seul rôle des pilotes d'avions, hormis le coté figuratif du folklore, et le retirer reste à mes yeux une énorme ânerie, malgré ton rappel.
3  0 
Avatar de calvaire
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 28/07/2020 à 22:59
faire voler/atterrir un avion automatiquement c'est possible depuis pas mal d'année, mais pour autant irons nous vers des véhicules sans pilotes ?

je ne ne sais pas si dans le futur on pourra ce passer de pilotes d'avions ou de conducteurs de camions/bus/voitures. Les IA sont des algorithmes qui sont limitées par les mathématiques et je ne connais pas d'algorithme au jour d'aujourd'hui capable de s'adapter à un événement non prévue/non programmé
et si on simule et entraine sur tous les scénarios possible il y'a un sur apprentissage et au final le programme ne fait plus rien correctement

tout comme une tesla peut très bien rouler sur autoroute je n'en doute pas, j'attends de voir pour les routes de campagnes ou dans les villes ou c'est la jungle et ou parfois on sait même pas sur quelle voix aller
le avions en cas d'un problème comme un pneu qui éclate qui perce le réservoir et qui prend feu comment le programme peut réagir ? va t'il localiser une zone plate et dégager et tenter un atterrissage dans un champ ou sur l'eau ?
ou plus simplement si les instruments tombe en panne ou dise n'importe quoi si y'a plus de carburant et donc d'électricité comme le cas du Planeur de Gimli https://fr.wikipedia.org/wiki/Planeur_de_Gimli
le programme va t'il trouver une piste abandonné et atterrir et sauver tous les passager ? enfin si le programme à encore de la batterie évidement
cela me semble encore bien fantaisiste tous ca et il y'aura obligatoirement un pilote (peut être plus de co-pilote)

et au final c'est quoi le but ? réduire les couts ? es ce qu'un pilote + co pilote coute cher dans un vol commercial ? cela représente quel pourcentage du prix du billet concrètement ? 1-2€ peut être ?

cela dit on peut aussi me citer les accidents d'avions du aux mauvaises décisions des pilotes
2  0 
Avatar de Anselme45
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 29/07/2020 à 17:34
Ce qu'il y a de fascinant avec l'être humain, c'est qu'il ne sait pas reconnaître ses erreurs... Les erreurs sont toujours fait par les autres!

Airbus s'est totalement planté avec l'idée de l'Airbus A380: Cela devait être l'avenir... Un gros machin transportant 500 passagers qui nécessitent de redimensionner les aéroports. Au final? Le coût par passager est plus cher qu'avec un avion standard actuel et le 100% des compagnies aériennes qui en utilisent mettent actuellement leur A380 à la poubelle! Au final, Airbus a fermé ses lignes de production des A380!

Après avoir dépensé des milliards pour rien, voilà que les stratèges de Airbus nous pondent l'avion autonome ne nécessitant plus de pilote. Ce sera le prochain échec de Airbus!

1. Pour pouvoir utiliser un avion autonome, il faudrait adapter l'ensemble des lois de tous les pays que l'oiseau voudra survoler. Quand on voit que le monde est incapable d'harmoniser ses lois pour freiner les hackers, on peut toujours rêver!

2. Alors que la population doute de plus en plus de la technologie, la majorité de la population n'est pas prête à mettre ses fesses dans un avion sans pilote

3. Même la gestion du planning est mauvais: Alors que Boeing a montré le résultat des automatismes dans l'aviation avec ses Boeing 737 Max cloués au sol depuis des mois après le crash de 2 avions et la mort de l'ensemble de leur passagers et membres d'équipage, voilà que les stratèges de Airbus font la promotion de leur m...

Il faudrait peut-être commencer par virer la direction stratégique et renouveler les têtes, sinon l'avenir de Airbus sera sombre!
3  1 
Avatar de Anselme45
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 29/07/2020 à 17:38
Citation Envoyé par tom_bdp Voir le message
Il y aurait aussi, pourquoi pas, la solution suivante: le pilote reste à terre et peut prendre le contrôle à distance des avions. Ainsi il peut régulièrement continuer à piloter, pour ne pas "perdre la main" et aussi dans certaines situations difficiles / complexes, et dans un certain nombre d'autres cas plus simples l'avion pourrait décoller et se poser tout seul .
Et chaque fois qu'il y aura une coupure de connexion, l'avion se plante au sol avec ses passagers et tu affiches sur l'écran du pilote assis derrière sa console "Crash over!"

PS: Il y a une solution plus simple et moins couteuse pour appliquer ton idée génial: Cela se nomme "Ms Flight Simulator" pour un prix inférieur à 100 euro dans tout magasin de jeux vidéo!
2  0 
Avatar de
https://www.developpez.com
Le 31/07/2020 à 21:21
Citation Envoyé par grunk Voir le message
Je trouve ca quand même beaucoup moins impressionnant que pour les voitures.

Une piste d’atterrissage est autrement moins complexe qu'une route , et une fois en l'air l'avion n'a qu'à appliquer son plan de vol , ce qu'il font déjà tous depuis bien longtemps.

Je pense que ca reste timide ca le public (moi le premier) n'est pas prêt à monter dans un avion sans un humain aux commande , ou en tout cas capable de réagir en cas de problème.
Le problème c'est quand il y a un imprévu : comment être certain de la réaction de ce type d'avion ?
2  0 
Avatar de grunk
Modérateur https://www.developpez.com
Le 28/07/2020 à 16:37
Je trouve ca quand même beaucoup moins impressionnant que pour les voitures.

Une piste d’atterrissage est autrement moins complexe qu'une route , et une fois en l'air l'avion n'a qu'à appliquer son plan de vol , ce qu'il font déjà tous depuis bien longtemps.

Je pense que ca reste timide ca le public (moi le premier) n'est pas prêt à monter dans un avion sans un humain aux commande , ou en tout cas capable de réagir en cas de problème.
1  0