IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

La police de New York retire le robot "Digidog" après une réaction négative du public,
Et met fin à un contrat de 94 000 dollars avec Boston Dynamics

Le , par Stan Adkens

40PARTAGES

18  0 
Autrefois salué comme l'avenir de la lutte contre le crime à New York, le "Digidog" prend sa retraite de façon prématurée. Le département de la police de New York (NYPD) n'utilisera plus le chien-robot Spot, fabriqué par la société américaine Boston Dynamics, à la suite d'une vive réaction du public, ont confirmé des autorités de la ville. En effet, le maire de New York, Bill de Blasio, a ordonné que le robot controversé baptisé "Digidog", en cours d'essai avec la police de la ville, soit retiré de la circulation, et qu'un contrat de 94 200 dollars avec Boston Dynamics soit annulé.

Le NYPD a acquis le robot en 2020 dans le cadre d'un test pour une nouvelle génération d'engins robotisés de la police. John Miller, commissaire adjoint de la police de New York chargé du renseignement et de la lutte contre le terrorisme, a déclaré au média que le contrat de location de 94 000 dollars, qui devait initialement se terminer en août, a été annulé de manière anticipée le 22 avril. Le robot canin Digidog doit être renvoyé à son fabricant à la suite de l'indignation suscitée par les appels à la réduction du financement de la police et de l'accès des forces de l'ordre au matériel développé pour l'armée.


Boston Dynamics avait déclaré l'année dernière que ses nouveaux robots quadrupèdes ne sont pas destinés à un usage militaire. Toutefois, il l’a vendu à des services de police aux États-Unis, et le département de la police de New York (NYPD) s'en est servi sur le champ d’opération. Digidog est un chien-robot possédant des caméras et des lumières fixées sur son châssis, et un système de communication bidirectionnelle qui permet à l’agent qui le manœuvre à distance de voir et d'entendre ce qui se passe. Le NYPD a déclaré que Digidog peut voir dans le noir et évaluer la sécurité des agents qui pénètrent dans un appartement ou un bâtiment où il peut y avoir une menace.

Plus tôt cette année, le département a décrit le robot comme un outil pouvant être utilisé pour désamorcer des situations dangereuses et a déclaré qu'il aiderait les agents à rester hors de danger. « La police de New York utilise des robots depuis les années 1970 pour sauver des vies lors de prises d'otages et d'incidents liés aux produits dangereux », a déclaré le NYPD plus tôt cette année. « Ce modèle de robot est testé pour évaluer ses capacités par rapport à d'autres modèles utilisés par notre unité de services d'urgence et notre équipe de déminage ».

Mais le chien-robot a suscité une réaction immédiate, les critiques notant que les chiens policiers ont traditionnellement été utilisés pour supprimer et intimider les communautés de couleur. Certains ont également souligné qu'il rappelait les chiens robots de la série dystopique de Netflix, Black Mirror.

« Crier à tous ceux qui se sont battus contre les défenseurs de la communauté qui ont exigé que ces ressources aillent plutôt à des investissements comme l'orientation scolaire », a déclaré la représentante américaine Alexandria Ocasio-Cortez sur Twitter. « Maintenant, des drones terrestres de surveillance robotique sont déployés pour être testés sur les communautés de couleur à faible revenu alors que des écoles sont insuffisamment dotées de ressources ».

« S'il vous plaît, demandez-vous : à quand remonte la dernière fois où vous avez vu une technologie de nouvelle génération et de classe mondiale pour l'éducation, les soins de santé, le logement, etc. systématiquement priorisée pour les communautés mal desservies comme celle-ci ? » a écrit Ocasio-Cortez en février.


Un chien-robot high-tech « effrayant, aliénant » qui envoie « le mauvais message aux New-Yorkais »

Alors que le robot devait être renvoyé à Boston Dynamics, le maire de New York, Bill de Blasio, a déclaré qu'il était « heureux que le Digidog ait été abattu », ajoutant par l'intermédiaire d'un porte-parole que le robot était « effrayant, aliénant et qu'il envoyait le mauvais message aux New-Yorkais ».

Le chien-robot policier high-tech a naturellement fait déborder les imaginations, mais Spot n'est qu'une caméra mobile à commande humaine, par opposition à une version autonome et armée de cette machine. Les conditions de vente de Boston Dynamics interdisent l'armement de Spot, la section "utilisations interdites" dans les conditions d’utilisation interdisant « l'utilisation intentionnelle de l'équipement pour blesser ou intimider une personne ou un animal, comme une arme, ou pour activer une arme ». Mais les règles ne sont bonnes que si elles sont appliquées, et on peut soutenir que l'utilisation du robot par la police est considérée comme de l'intimidation. Quoi qu'il en soit, le fait d'armer la police d'un dispositif de surveillance d'une valeur de 100 000 dollars n'a pas valu au département beaucoup d'éloges.

La réglementation des nouvelles technologies de l’IA fait l’objet de débat à travers le monde entier. Alors que l'UE cherche à établir des règles mondiales pour l'utilisation de l'IA, Thierry Breton a déclaré lors d'une conférence de presse : « Derrière le terme d'intelligence artificielle, il y a des croyances populaires et des peurs qui ont longtemps été véhiculées par l'industrie cinématographique »,a-t-il dit. « Il est vrai que le petit robot (personnage du film d'animation de Walt Disney) WALL-E n'a malheureusement pas pu nous faire oublier le T-800 (robot) de Terminator. Il faut donc naviguer entre tout cela et ne pas stigmatiser la technologie », a-t-il ajouté lors de la présentation du projet loi. Quant à Margrethe Vestager, la responsable européenne de la technologie, elle a déclaré dans un communiqué qu’« En matière d'intelligence artificielle, la confiance est un impératif, pas un luxe à avoir ».


La police utilise des robots démineurs depuis un certain temps déjà, et en 2016, un service de police de Dallas a même utilisé un robot désamorceur pour déposer une bombe, tuant à distance l’un des hommes qui ont attaqué et tué des policiers et des civils lors d’une manifestation. Le NYPD a récemment déclaré que Spot était en fait moins cher que certains des robots que le département utilise déjà. Mais rien n'attire autant l'attention que les robots de Boston Dynamics, avec leurs mouvements d'animaux. Les capacités tout-terrain des robots leur permettent également d'être déployés dans beaucoup plus de situations qu'un robot à roues qui sert à délivrer des bombes.

S'il est vrai qu'ils sont idéaux pour des situations qui pourraient être dangereuses pour les humains, ils suscitent également des craintes de surveillance non désirée et des questions sur l'utilisation des fonds par la police. Ils ont également suscité la conservation de technologies préoccupantes telles que les drones armés.

L'armée française a testé Spot dans le cadre d'exercices de combat. Bien que Spot n'ait pas été militarisé lors de ces exercices, ce qui aurait enfreint les conditions d'utilisation de Boston Dynamics, et qu'il ait plutôt été utilisé pour la surveillance avancée, cela soulève tout de même des questions. À la nouvelle des exercices de l’armée française avec Spot, le vice-président du développement commercial de Boston Dynamics, Michael Perry, a déclaré que « Nous sommes en train de l'apprendre comme vous le faites ». « Nous ne sommes pas certains sur la portée exacte de cet engagement », a-t-il ajouté.

Toutefois, Perry a ajouté que l'entreprise "évalue encore" si elle doit ou non interdire les déploiements non armés par les clients militaires. « Nous pensons que l'armée, dans la mesure où elle utilise la robotique pour mettre les gens hors d'état de nuire, est une utilisation parfaitement valable de cette technologie », a déclaré Perry en s’adressant à un média. « Avec ce modèle de déploiement avancé dont vous discutez, c'est quelque chose que nous devons mieux comprendre pour déterminer si oui ou non il est activement utilisé pour nuire aux gens ». Mais les critiques affirment qu'il est inévitable que ces machines soient utilisées comme armes.

Lorsque Boston Dynamics a construit Spot, la société a déclaré qu'elle envisageait d'utiliser le robot pour surveiller des zones industrielles dangereuses telles que « les centrales nucléaires, les champs pétrolifères offshore, les sites de construction et les mines », et non pour des missions de police. Bien que Digidog ait été retiré, il n’est pas exclu que le chien-robot revienne des années plus tard parmi les machines de la police de New York.

Boston Dynamics affirme avoir vendu plus de 400 unités à ce jour. SpaceX a récemment employé, selon Space Eplored, deux de ces robots pour un usage plus approprié : la surveillance de ses installations de lancement de fusées, où les robots peuvent repérer des situations potentiellement dangereuses comme des fuites de gaz ou les conséquences de l'explosion d'un vaisseau spatial.

Source : Le maire de New York

ET vous ?

Qu’en pensez-vous ?
Ce retrait de Digidog annonce-t-il une interdiction définitive de l’usage de Spot par les forces de l’ordre ?
Digidog est-il, selon vous, un outil de surveillance dangereux ?

Voir aussi :

Boston Dynamics vend Digidog, son chien-robot, aux services de police, mais certains craignent qu'il ne devienne un outil de surveillance dangereux
Boston Dynamics dévoile Stretch : un nouveau robot conçu pour décharger des camions, utilisant un logiciel pour détecter et déplacer jusqu'à 800 cartons par heure
L'UE cherche à établir des normes mondiales pour l'utilisation de l'IA, mais des groupes de défense des droits civils s'inquiètent
L'armée française teste Spot, le chien-robot de Boston Dynamics, dans des scénarios de combat, ce qui soulève des questions quant à l'endroit où le robot sera déployé à l'avenir

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Anselme45
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 03/05/2021 à 16:14
Déjà qu'il n'y avait pas beaucoup d'applications pour le bidule de Boston Dynamics...

Tous les espoirs de Boston Dynamics reposent désormais sur... l'armée française.
1  0 
Avatar de kbiasci
Membre à l'essai https://www.developpez.com
Le 10/05/2021 à 0:35
Les tests effectues par l'armee francaise ont donne une reponse:

Le robot est utile pour faire de la reconnaissance MAIS sa batterie est trop limitee.
Les operations effeectuees etaient moins risquees mais prenaient plus longtemps.

A la fin, quand la batterie etait a plat, les soldat on du finir les operations... en transportant le robot inerte.

http://lignesdedefense.blogs.ouest-f...res-22012.html
1  0