IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Un responsable de l'IA de Google est passé chez Apple, suite au licenciement de ses collègues,
Il travaillera sous la direction de John Giannandrea, qui a également quitté Google pour Apple

Le , par Bruno

53PARTAGES

5  0 
Apple a embauché Samy Bengio, un éminent chercheur en IA qui travaillait auparavant chez Google. L’ancien scientifique distingué de Google n'est que le dernier en date d'une série d'éminents dirigeants et travailleurs de l'IA qu'Apple a recrutés chez Google. Ce dernier quitte le géant de la recherche au milieu des troubles dans son département de recherche en intelligence artificielle.

Bengio devrait diriger une nouvelle unité de recherche sur l'IA chez Apple sous la direction de John Giannandrea, vice-président senior de l'apprentissage automatique et de la stratégie d'IA. Giannandrea dirigeait auparavant le département d'IA chez Google avant de sauter le navire pour débuter chez Apple en 2018.

Apple utilise l'apprentissage automatique pour améliorer la qualité des photos prises avec l'iPhone, faire apparaître des suggestions de contenu et d'applications que les utilisateurs pourraient vouloir utiliser, alimenter les fonctions de recherche intelligente dans ses différentes offres logicielles, aider à la réjection de la paume de la main pour les utilisateurs qui écrivent avec l'accessoire Pencil de l'iPad, et bien plus encore.


Sa décision fait suite aux licenciements par Google, au cours des derniers mois, de deux collègues scientifiques, Margaret Mitchell et Timnit Gebru qui avaient codirigé une équipe chargée d'étudier les questions d'éthique dans le domaine de l'intelligence artificielle et avaient fait part de leurs préoccupations concernant la diversité sur le lieu de travail et l'approche de Google en matière d'évaluation des recherches.

Après le licenciement l'année dernière de Timnit Gebru, première responsable de l'équipe de recherche en IA éthique, en février, Alphabet Inc., la maison mère de Google, a licencié la scientifique Margaret Mitchell, un geste qui a eu pour effet d'attiser les divisions sur la liberté académique et la diversité qui étaient apparues au sein de l'entreprise depuis le licenciement en décembre Timnit Gebru. Margaret Mitchell, coresponsable de l'équipe d'IA éthique de Google, a été licenciée environ trois mois après que sa collègue Timnit Gebru a subi le même sort.

Ironie du sort, Sundar Pichai, directeur général de la société mère de Google, Alphabet, avait présenté ses excuses pour le licenciement de Timnit Gebru, et s'était engagé à enquêter sur son départ de l'entreprise. « J'ai appris le départ du Dr Gebru. Il a semé le doute et a conduit certains membres de notre communauté à remettre en question leur place chez Google. Je tiens à vous dire combien je suis désolé pour cela, et j'accepte la responsabilité de travailler à rétablir votre confiance », a écrit Pichai dans un courriel. « Nous devons évaluer les circonstances qui ont conduit au départ du Dr Gebru, en examinant les points que nous aurions pu améliorer et mener un processus plus respectueux », a-t-il ajouté. « Nous allons commencer un examen de ce qui s'est passé pour identifier tous les points où nous pouvons apprendre », avait-il ajouté.

Margaret Mitchell a déclaré qu'elle avait essayé « de soulever des préoccupations concernant l'inégalité entre les races et les sexes, et de s'exprimer sur le licenciement problématique du Dr Gebru par Google ». Gebru a déclaré que la société voulait étouffer ses critiques à l'égard de ses produits et de ses efforts pour accroître la diversité de sa main-d'œuvre. Google a déclaré avoir accepté sa proposition de démissionner.

Ce n’est pas la première fois que des employés sont licenciés à la suite d’une revendication, qu’elle soit légitime ou non. L'année dernière, Amazon a licencié Emily Cunningham et Maren Costa, deux employés qui avaient critiqué l'entreprise. Les employés avaient publiquement demandé à l'entreprise de faire davantage pour réduire son empreinte carbone et avaient fait circuler une pétition parmi les employés d'Amazon en faveur d'une meilleure rémunération et d'un soutien aux travailleurs des entrepôts. Au terme de l’enquête menée par le National Labor Relations Board, ou NLRB, l’organisation a estimé qu'Amazon avait agi de manière illégale en les licenciant.

Le leader mondial du e-commerce a la réputation de réagir de manière agressive à l'activisme des travailleurs et d'interdire à son personnel de parler publiquement de l'entreprise. Selon les dossiers en ligne, au cours de ces derniers mois, le National Labor Relations Board a reçu plus d'une douzaine de plaintes alléguant des représailles injustes de la part d'Amazon à l'encontre du personnel. Les responsables examinent ces cas pour voir si elles méritent une enquête consolidée sur les pratiques de l'entreprise.

Bengio faisait partie d'un groupe de professionnels de l'IA qui ont quitté Google pour protester contre le licenciement par l'entreprise de ses propres chercheurs en éthique de l'IA (Margaret Mitchell et Timnit Gebru), après que ces chercheurs eurent soulevé des questions sur la diversité et l'approche de Google concernant les considérations éthiques liées aux nouvelles applications de l'IA et de l'apprentissage automatique. Bengio a exprimé son soutien à Mitchell et Gebru, et a quitté l'entreprise de son plein gré après leur licenciement.

Andrew Ng, l'un des premiers membres de Brain, qui dirige aujourd'hui la startup Landing AI, a déclaré que Bengio « a contribué à faire progresser la technologie et l'éthique de l'IA ». Un autre membre fondateur, Jeff Dean, supervise désormais les milliers de chercheurs de Google.

Bengio avait pris la défense du couple, qui codirigeait une équipe d'une douzaine de personnes chargées d'étudier les questions éthiques liées aux logiciels d'IA. En décembre, Bengio a écrit sur Facebook qu'il était stupéfait que Gebru, qu'il dirigeait, ait été retiré de l'entreprise sans qu'il ait été consulté.

Sara Hooker, chercheuse chez Google Brain, a décrit dans un tweet le départ de Bengio comme « une perte énorme pour Google ». Dans le courriel interne que Bengio avait envoyé, il a déclaré qu'il avait décidé de quitter Google pour poursuivre « d'autres opportunités passionnantes ».

Et vous ?

Quels commentaires faites-vous de l’attitude des responsables de Google qui, licencient des employés pour des prises de position ?

Comment trouvez-vous la décision de Bengio qui démissionne suite au licenciement de ses collègues ?

Voir aussi :

Amazon aurait licencié illégalement deux employés qui réclamaient des mesures en faveur du climat et de meilleures conditions de travail

La deuxième responsable de l'équipe de recherche en IA éthique de Google a été licenciée, au milieu des protestations du personnel par rapport au licenciement de Timnit Gebru en décembre

Le chef de Google, Sundar Pichai, s'excuse pour le licenciement d'une chercheuse en éthique de l'IA et s'engage à enquêter sur son départ de l'entreprise

Google licencie un ingénieur qui accédait aux données privées, des utilisateurs et ce n'est pas une première : inquiétant ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !