IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Le Pentagone vient de lancer un nouveau projet d'IA pour aider à rationaliser les infrastructures de commandement global du Pentagone
L'intérêt de l'armée pour l'IA s'accroît dans le monde

Le , par Bill Fassinou

54PARTAGES

7  0 
Malgré une forte opposition de la société civile et des organisations internationales, un grand nombre de gouvernements continuent de développer des projets sur les armes létales autonomes. Le Pentagone vient de lancer un nouveau projet d'intelligence artificielle (IA) conçue pour améliorer le processus de curation de quantités massives de données tactiques. Le secrétaire adjoint au département américain de la Défense (DoD) Kathleen Hicks a expliqué dans un rapport mardi que l'IA devrait aider à rationaliser les infrastructures de commandement global du Pentagone. L'initiative montre que la course à l'armement de l'IA s'intensifie désormais.

Le Pentagone exploitera le potentiel de l'IA pour renforcer la Défense

Les voix s'élèvent depuis de nombreuses années contre le développement d'armes létales autonomes et réclament une convention internationale sur le sujet, mais les gouvernements ne semblent pas pour l'instant disposer à aller dans ce sens. Entre drones de combats autonomes et casques de réalité augmentée pour les soldats sur le champ de bataille, les projets fusent de partout. La nouvelle initiative américaine, appelée "DoD AI and Data Acceleration initiative" (ADA), devrait permettre au DoD de faire avancer les nouveaux concepts liés aux données et à l'IA.



« L'initiative ADA générera des capacités fondamentales par le biais d'une série d'expériences ou d'exercices de mise en œuvre, chacun d'entre eux visant à renforcer la compréhension par un apprentissage successif et progressif », a expliqué Hicks lors de la conférence AI Symposium. Le secrétaire adjoint à la Défense a déclaré que les motivations du Pentagone impliquent une poussée vers la "préparation à l'IA", ce qui exige une formidable base de données qui traite l'information comme un atout stratégique. Notons qu'en 2020, l'US Air Force avait annoncé qu'elle déploierait un drone de combat opérationnel sans pilote Skyborg d'ici 2023.

Dans le cadre de ce nouveau projet, Hicks a expliqué que les données permettent la création de modèles algorithmiques. « Avec les bonnes données, nous sommes capables de prendre des concepts et des idées et de les transformer en réalité. Nous veillerons à ce que les données du DoD soient visibles, accessibles, compréhensibles, reliées, dignes de confiance, interopérables et sécurisées », a-t-elle déclaré. D'après elle, le DoD créera des équipes de données opérationnelles qui seront envoyées dans les 11 commandements de combat. Elles travailleront pour cataloguer, gérer et automatiser les flux de données qui éclairent la prise de décision.

Selon le rapport, ces équipes resteront pour s'assurer que les données sont capturées, complètes, conservées et utilisables jusqu'à ce que les commandements de combat puissent exploiter les données nécessaires pour créer un avantage décisionnel. Il a également souligné que des équipes d'experts techniques aideront à automatiser et à rationaliser les flux de travail pendant l'intégration de l'IA dans les infrastructures des commandements de combat. Ces équipes mobiles devraient apporter des talents et des technologies avancées, en construisant des capacités réelles qui peuvent être évaluées dans des environnements opérationnels réels.

Il faut également noter que l'armée américaine développe, en collaboration avec Microsoft, depuis plusieurs années des casques de réalité augmentée dans le cadre du programme IVAS (Integrated Visual Augmentation System). À travers cette collaboration, Microsoft fournira à l'armée US des casques de réalité augmentée basés sur sa technologie HoloLens 2 et soutenus par les services de cloud computing Azure. Entre autres projets, il y a deux ans, le Pentagone a également attribué à Microsoft le contrat JEDI de 10 milliards de dollars pour le développement d'une infrastructure cloud exclusivement dédié à l'armée.

Toutefois, les États-Unis ne sont pas le seul pays qui envisage de mettre la puissance de l'IA au service de l'armée. La Chine, l'Israël et d'autres pays développent également des programmes d'armes futuristes alimentées par l'IA. Malgré les cris d'alerte, la course à l'armement de l'IA semble être bien lancée.

La rivalité entre Pékin et Washington devrait accélérer la cadence

Le rapport estime qu'en s'appuyant sur d'autres données opérationnelles recueillies tout au long des exercices susmentionnés, le Pentagone vise à mettre à jour son infrastructure de défense en supprimant les obstacles politiques et en garantissant l'efficacité et la fiabilité de sa capacité à faire la guerre dans le monde entier. « Il est important de noter que ces événements seront menés en conformité avec le cycle d'expérimentation et d'exercice très chargé des commandements de combat », a déclaré le secrétaire adjoint à la Défense. L'IA devrait être au cœur des interventions militaires américaines dans les années à venir.



« Avec ces expériences successives, nous cherchons à comprendre les obstacles et les défis qui entravent notre capacité actuelle à mettre rapidement l'IA à l'échelle du ministère et de la force conjointe », a expliqué Hicks. « Alors que nous terminons ces exercices et expériences épisodiques, nous avons l'intention de laisser derrière nous des capacités dans notre sillage. Fidèles à notre mentalité de génie logiciel, nous visons à gagner en capacité de manière itérative et à nous adapter rapidement à d'autres environnements de commandement de combat présentant des défis similaires », a-t-elle souligné dans le rapport.

Selon les analystes, cette initiative du Pentagone intervient quelques années après que le DoD a investi 2 milliards de dollars dans la recherche sur l'IA. Ainsi, des critiques estiment que, bien qu'il y ait de sérieuses préoccupations éthiques à affronter dans l'avenir de la guerre basée sur l'IA, il est difficile de contester l'urgence de mettre en œuvre l'IA dans les infrastructures de défense.

« Avec la Chine et d'autres rivaux potentiels des États-Unis qui investissent massivement dans des systèmes d'IA similaires, et une fréquence accrue de piratage des infrastructures (comme Colonial Pipeline), la course à l'armement de l'IA pourrait bientôt ressembler à la course à l'armement nucléaire, en termes d'investissement et de gravité, si ce n'est en termes de menace pour l'existence de l'humanité », ont-ils fait remarquer. D'ailleurs, le Pentagone a allégué en septembre 2019 que la Chine était en avance sur les États-Unis en matière d'applications militaires de l'IA en raison de la forte collaboration entre l'armée et l'industrie technologique.

« La fusion chinoise du civil et du militaire est à leur avantage. Le ministère de la Défense devra travailler dur pour renforcer les relations que nous avons avec le secteur commercial. La ruée chinoise vers l'intelligence artificielle est une stratégie nationale bénéficiant du soutien de l'armée, du gouvernement, des universités et de l'industrie. L'idée de cette fusion civile-militaire renforce leur capacité à prendre des décisions commerciales et à permettre des usages militaires aussi rapides que possible », a décalé à l'époque le général Gen Jack Shanahan, directeur du Centre commun d'intelligence artificielle du Pentagone.

Par ailleurs, l'année dernière, l'Israël a dévoilé le Carmel, un nouveau concept de char d'assaut actuellement en développement. Il sera équipé de contrôleurs X-Box et d'une IA perfectionnée avec les jeux "StarCraft II" et "Doom". De même, un rapport de 2019 a indiqué que l'armée américaine prévoyait de transformer les chars d'assaut en machines à tuer alimentées par l'IA à travers un projet baptisé ATLAS.

Alors qu'en Europe, l'on cherche d'abord à établir des bases solides sur une utilisation éthique des robots tueurs dotés d'IA sur le champ de bataille, les États-Unis, l'Israël et la Chine préfèrent développer ces armes avant de réfléchir à la façon dont elles seront utilisées. En fait, les robots tueurs peuvent-ils être utilisés de façon éthique ?

Source : National Defense

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?
Pensez-vous que l'on est plus proche de Skynet que jamais ?
Devrait-on associer l'intelligence artificielle au domaine militaire ?
Estimez-vous que l'Europe soit en retard dans le domaine de l'intelligence artificielle militaire  ?
Ou pensez-vous que l'Europe n'a rien à gagner en investissant dans le développement de telles armes ?

Voir aussi

L'US Air Force annonce un plan triennal de mise en service de Skyborg, le remplaçant du F-16 sans pilote, alimenté par une IA, qui serait l'équivalent logiciel de R2-D2, le droïde Star Wars

Microsoft remporte le contrat JEDI de 10 milliards de $ du Pentagone pour le cloud computing, en battant Amazon, le leader du marché

Microsoft remporte un contrat de 21,9 Md$ avec l'armée US pour la fourniture de casques de réalité augmentée, la société devrait livrer plus de 120 000 casques basés sur la gamme HoloLens

Le Pentagone estime que la Chine a un avantage sur les USA en matière d'applications militaires de l'IA dans la mesure où il y a une grande collaboration entre l'armée et l'industrie technologique

Carmel, le nouveau char d'Israël, sera équipé de contrôleurs X-Box et d'une IA perfectionnée avec les jeux "StarCraft II" et "Doom" dans un cockpit de style F-35

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !