IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

38 % des utilisateurs français d'applications de rencontres feraient confiance à l'IA pour leur trouver un partenaire compatible
Selon une étude de Kaspersky

Le , par Sandra Coret

93PARTAGES

6  0 
Selon la dernière étude mondiale de Kaspersky, qui dresse un état des lieux entre technologie et relations humaines, la majorité des utilisateurs ont une perception positive du rôle des algorithmes intelligents en matière derencontres. En effet, 38 % des utilisateurs français (contre 44 % au niveau international) feraient confiance aux sélections de l’IA, et 51 % (vs 64 % à l’échelle mondiale) ont même noté une parfaite correspondance entre les recommandations algorithmiques et leurs préférences.

Cette perception positive de l’IA en général est étayée par une enquête mondiale commanditée par ARM dans laquelle 54 % des répondants ont confirmé leur intérêt de l’utilisation de l’IA comme compagnon ou assistant personnel.

Il en va de même concernant les rencontres en ligne avec des services utilisant des algorithmes intelligents pour accompagner les célibataires dans leur quête de l’âme sœur en sélectionnant et en recommandant des profils appropriés et compatibles. Près d’un Français sur deux interrogé (46 %) contre 54 % à l’échelle mondiale s’accorde à dire que les applications de rencontres en général ont grandement facilité le processus. De plus, 43 % d’entre eux (même chiffre au niveau local et international) ne rencontreraient que les profils recommandés par l’algorithme.

Mais si faire confiance est une chose, sélectionner une personne sur la seule recommandation de l’IA en est une autre. En effet, 59 % des Français interrogés (vs 56 % à l’échelle mondiale) ne sont pas certains que les algorithmes puissent couvrir toute l’étendue de la complexité des facteurs d’attractivité entre individus. De plus, 46 % des utilisateurs français contre seulement 39 % dans le monde trouvent que le fait d’être mis en correspondance par l’algorithme est un processus déshumanisant.

David Jacoby, chercheur en sécurité chez Kaspersky, commente : « Les résultats de notre recherche montrent que de nombreuses personnes perçoivent positivement l’introduction de l’IA dans les applications de rencontre, car son utilisation peut permettre de faciliter les rencontres. Les algorithmes intelligents analysent les intérêts des utilisateurs, leurs préférences, et leurs ‘swipes’ afin de recommander les partenaires compatibles en fonction de leur personnalité. Cependant, malgré tous les avantages et toutes les possibilités offertes par ces services, il est impératif de rester vigilants et de toujours garder en tête que la personne de l’autre côté de l’écran reste un ou un(e) inconnu(e) »


Les thérapeutes Birgitt Hölzel et Stefan Ruzas du cabinet munichois Liebling + Schatz, déclarent : « En toute honnêteté, la numérisation et ses formidables possibilités ne modifient que la recherche du véritable amour et non le véritable amour en lui-même. Les nouvelles technologies, telles que l’intelligence artificielle, permettent des recherches plus précises, rapides et facilitées, tout en réduisant la prise de risques. Et c’est important, car les applications de rencontres ont pour mission de vous aider à trouver le partenaire idéal. C’est pourquoi nous sommes si disposés à laisser l’IA nous aider : elle effectue un travail préliminaire précieux – jusqu’à la première rencontre. »

Ils poursuivent : « La situation dans la vraie vie n’est pas si différente. Lorsque nous rencontrons quelqu’un au travail, à un événement sportif ou dans un bar, nous évaluons en premier lieu nos points communs tout en accentuant nos qualités pour renforcer notre attractivité. Cependant, l’intelligence artificielle ne pourra pas déchiffrer ce que ressent réellement la personne, c’est-à-dire si elle est intéressée ou si elle s’ennuie et si la connexion est authentique ou artificielle. Elle ne pourra pas non plus nous dire quelles sont ses attitudes et comment elle se comporte de manière générale. »

Et concluent : « C’est pourquoi l’intelligence artificielle et l’amour ne vont pas de pair à première vue. Même s’ils ne peuvent analyser le ressenti, les algorithmes rendent possibles des relations impliquant des qualités très personnelles, telles que l’empathie, l’ouverture ou encore la stabilité émotionnelle »

À propos de l’étude

Cette étude en ligne a été menée en juin 2021 par Sapio pour le compte de Kasperky auprès de plus de 18 000 répondants. L’échantillon comprenait 2000 répondants du Royaume-Uni, 1000 de l’Allemagne, de l’Espagne, de l’Italie et des Pays-Bas, 1000 de la République tchèque, de l’Italie et des Pays-Bas et 500 dans chacun des pays suivants : Suisse, Autriche, Hongrie, Émirats arabes unis, Afrique du Sud, Turquie, Égypte, Chine, Japon, Inde, Australie, Indonésie, Brésil, Colombie, Chili, Pérou, Argentine, Mexique et Russie.

À propos de Kaspersky

Kaspersky est une société internationale de cybersécurité et de protection de la vie privée numérique fondée en 1997. L’expertise de Kaspersky en matière de « Threat Intelligence » et sécurité informatique vient enrichir la création de solutions et de services de sécurité pour protéger les entreprises, les infrastructures critiques, les autorités publiques et les particuliers à travers le monde.

Source : Kaspersky

Et vous ?

Trouvez-vous cette étude pertinente ?
Quel est votre avis sur le fait de laisser l'IA et les algorithmes guider le processus de rencontres sur ces applications ?

Voir aussi :

Assiste-t-on à l'évolution des IA conversationnelles dans l'industrie des rencontres en ligne ? fatigué d'écrire les banalités d'usage, un ingénieur s'appuie sur une IA et obtient des rendez-vous

Les applications de rencontres ont besoin de femmes. Les annonceurs ont besoin de diversité. Les entreprises d'IA proposent une solution : des visages générés par ordinateur

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Ehma
Membre averti https://www.developpez.com
Le 30/07/2021 à 10:47
Je ne critique pas l'étude, mais le succès de ce genre de méthode. Pour avoir approché le sujet, "l'appairage" de personnes est peu rationnel et dépende de facteurs inconscients de la part des candidats, dont une part importante de la biologie et/ou la correspondance à un archétype induit pendant l'enfance qui entrent en action pour déclencher le processus "Amoureux". Même si une part psychologique peut influer.

Certains de ces algorithmes sont proches du MBTI (Myers Briggs Type Indicator, puisqu'il s'agit d'associer des personnes) et le MBTI est loin de faire l'unanimité. PLus nombreux à faire confiance, peut-être. Mais est-ce que ça marche ?

Selon l’avis de l'Institut Français d'Opinion Publique, l’IFOP, paru en janvier 2018 à la demande de LACSE, 26 % des français(es) auraient avoué avoir consulté une plateforme de rencontre, dont 19 % d’entre eux auraient connu une relation amoureuse et 9 % une relation uniquement sexuelle. Ces plateformes comprenaient également Elite Dating, Meetic Affinity, .... basées sur ce principe. 19% de 26%, c'est peu, non ?

Mais je crois que les relaion se faisant ainsi, même si elles sont peu nombreuses, seraient plus pérennes : puisqu'il y a une plus grande probabilité d'harmonie de vie que le pur choix biologique ou par correspondance à une modèle établi inconsciemment.
2  0 
Avatar de Escapetiger
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 30/07/2021 à 17:31
Citation Envoyé par Sandra Coret Voir le message
De plus, 46 % des utilisateurs français contre seulement 39 % dans le monde trouvent que le fait d’être mis en correspondance par l’algorithme est un processus déshumanisant.
Tiens, ça me rappelle le sketch de Jean-François Dérec :


jean francois derec - gerard bouchard - YouTube
1  0 
Avatar de bdl-phi
Futur Membre du Club https://www.developpez.com
Le 08/08/2021 à 12:07
Citation Envoyé par Sandra Coret Voir le message
38 % des utilisateurs français d'applications de rencontres feraient confiance à l’IA pour leur trouver un partenaire compatible, selon une étude de Kaspersky

Selon la dernière étude mondiale de Kaspersky, qui dresse un état des lieux entre technologie et relations humaines, la majorité des utilisateurs ont une perception positive du rôle des algorithmes intelligents en matière derencontres. En effet, 38 % des utilisateurs français (contre 44 % au niveau international) feraient confiance aux sélections de l’IA, et 51 % (vs 64 % à l’échelle mondiale) ont même noté une parfaite correspondance entre les recommandations algorithmiques et leurs préférences.

Cette perception positive de l’IA en général est étayée par une enquête mondiale commanditée par ARM dans laquelle 54 % des répondants ont confirmé leur intérêt de l’utilisation de l’IA comme compagnon ou assistant personnel.

Il en va de même concernant les rencontres en ligne avec des services utilisant des algorithmes intelligents pour accompagner les célibataires dans leur quête de l’âme sœur en sélectionnant et en recommandant des profils appropriés et compatibles. Près d’un Français sur deux interrogé (46 %) contre 54 % à l’échelle mondiale s’accorde à dire que les applications de rencontres en général ont grandement facilité le processus. De plus, 43 % d’entre eux (même chiffre au niveau local et international) ne rencontreraient que les profils recommandés par l’algorithme.

Mais si faire confiance est une chose, sélectionner une personne sur la seule recommandation de l’IA en est une autre. En effet, 59 % des Français interrogés (vs 56 % à l’échelle mondiale) ne sont pas certains que les algorithmes puissent couvrir toute l’étendue de la complexité des facteurs d’attractivité entre individus. De plus, 46 % des utilisateurs français contre seulement 39 % dans le monde trouvent que le fait d’être mis en correspondance par l’algorithme est un processus déshumanisant.

David Jacoby, chercheur en sécurité chez Kaspersky, commente : « Les résultats de notre recherche montrent que de nombreuses personnes perçoivent positivement l’introduction de l’IA dans les applications de rencontre, car son utilisation peut permettre de faciliter les rencontres. Les algorithmes intelligents analysent les intérêts des utilisateurs, leurs préférences, et leurs ‘swipes’ afin de recommander les partenaires compatibles en fonction de leur personnalité. Cependant, malgré tous les avantages et toutes les possibilités offertes par ces services, il est impératif de rester vigilants et de toujours garder en tête que la personne de l’autre côté de l’écran reste un ou un(e) inconnu(e) »


Les thérapeutes Birgitt Hölzel et Stefan Ruzas du cabinet munichois Liebling + Schatz, déclarent : « En toute honnêteté, la numérisation et ses formidables possibilités ne modifient que la recherche du véritable amour et non le véritable amour en lui-même. Les nouvelles technologies, telles que l’intelligence artificielle, permettent des recherches plus précises, rapides et facilitées, tout en réduisant la prise de risques. Et c’est important, car les applications de rencontres ont pour mission de vous aider à trouver le partenaire idéal. C’est pourquoi nous sommes si disposés à laisser l’IA nous aider : elle effectue un travail préliminaire précieux – jusqu’à la première rencontre. »

Ils poursuivent : « La situation dans la vraie vie n’est pas si différente. Lorsque nous rencontrons quelqu’un au travail, à un événement sportif ou dans un bar, nous évaluons en premier lieu nos points communs tout en accentuant nos qualités pour renforcer notre attractivité. Cependant, l’intelligence artificielle ne pourra pas déchiffrer ce que ressent réellement la personne, c’est-à-dire si elle est intéressée ou si elle s’ennuie et si la connexion est authentique ou artificielle. Elle ne pourra pas non plus nous dire quelles sont ses attitudes et comment elle se comporte de manière générale. »

Et concluent : « C’est pourquoi l’intelligence artificielle et l’amour ne vont pas de pair à première vue. Même s’ils ne peuvent analyser le ressenti, les algorithmes rendent possibles des relations impliquant des qualités très personnelles, telles que l’empathie, l’ouverture ou encore la stabilité émotionnelle »

À propos de l’étude

Cette étude en ligne a été menée en juin 2021 par Sapio pour le compte de Kasperky auprès de plus de 18 000 répondants. L’échantillon comprenait 2000 répondants du Royaume-Uni, 1000 de l’Allemagne, de l’Espagne, de l’Italie et des Pays-Bas, 1000 de la République tchèque, de l’Italie et des Pays-Bas et 500 dans chacun des pays suivants : Suisse, Autriche, Hongrie, Émirats arabes unis, Afrique du Sud, Turquie, Égypte, Chine, Japon, Inde, Australie, Indonésie, Brésil, Colombie, Chili, Pérou, Argentine, Mexique et Russie.

À propos de Kaspersky

Kaspersky est une société internationale de cybersécurité et de protection de la vie privée numérique fondée en 1997. L’expertise de Kaspersky en matière de « Threat Intelligence » et sécurité informatique vient enrichir la création de solutions et de services de sécurité pour protéger les entreprises, les infrastructures critiques, les autorités publiques et les particuliers à travers le monde.

Source : Kaspersky

Et vous ?

Trouvez-vous cette étude pertinente ?
Quel est votre avis sur le fait de laisser l'IA et les algorithmes guider le processus de rencontres sur ces applications ?

Voir aussi :

Assiste-t-on à l'évolution des IA conversationnelles dans l'industrie des rencontres en ligne ? fatigué d'écrire les banalités d'usage, un ingénieur s'appuie sur une IA et obtient des rendez-vous

Les applications de rencontres ont besoin de femmes. Les annonceurs ont besoin de diversité. Les entreprises d'IA proposent une solution : des visages générés par ordinateur
Oui je trouve l'étude pertinente, confiez sa vis sentimentale à des algorithmes, ce n'est pas très glamour, adieu la poésie mais c'est rationnel et si ça fonctionne, on valide.
0  0