IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

« Vous êtes moins stressés lorsque l'IA et l'automatisation font leur apparition au travail, mais vous détestez davantage votre travail »,
Rapporte une étude

Le , par Bill Fassinou

45PARTAGES

8  0 
« Il vaut mieux travailler pour l'Homme que pour la Machine ». C'est ce que suggère une étude publiée récemment par les chercheurs Daniel Schiff, de l'Institut de technologie de Géorgie, et Luisa Nazareno, de l'université d'État de Géorgie. Portant sur l'impact de l'automatisation et de l'intelligence artificielle (IA) sur le bien-être des employés, elle a révélé que les travailleurs occupant des postes qui deviennent de plus en plus automatisés connaissent des niveaux de stress plus faibles, mais leur santé et leur satisfaction au travail se dégradent toutes deux.

Dans le récit traditionnel de l'évolution du lieu de travail au XXIe siècle, la substitution technologique des employés humains est traitée comme une préoccupation grave, tandis que la complémentarité technologique - l'utilisation de l'automatisation et de l'IA pour compléter les travailleurs - est considérée avec optimisme comme une bonne chose, améliorant la productivité et les salaires de ceux qui restent employés. Mais une nouvelle étude raconte une histoire plus nuancée, démontrant que l'intégration de l'automatisation et de l'IA sur le lieu de travail a des effets mitigés, voire négatifs, sur le bien-être des travailleurs.

« Nous avons vu sur Internet des images de grèves de travailleurs qui se déroulaient dans différentes villes du monde et nous avons réalisé qu'il se passait quelque chose de plus, quelque chose qui allait au-delà du discours optimiste habituel sur ce sujet », note Daniel Schiff, doctorant à l'école de politique publique de l'Institut technologique de Géorgie. Les photos et les histoires de travailleurs mécontents qui protestent contre les conditions de travail sur leurs lieux de travail modernes et technologiquement améliorés les ont incités à creuser un peu plus, essayant de découvrir ce qui alimentait ces comportements hostiles.



Le résultat est une nouvelle étude intitulée "The impact of automation and artificial intelligence on worker well-being", publiée dans la revue Technology in Society. Elle présente une image plus surprenante, dynamique et complexe de l'histoire récente et de l'avenir probable de l'automatisation et de l'IA sur le lieu de travail. Selon les chercheurs, la complémentarité est généralement présentée comme un bien universel, favorisant une main-d'œuvre qualifiée pour les emplois impliquant l'automatisation et l'IA, un avenir dans lequel les travailleurs complémentaires bénéficient d'une plus grande productivité, créativité et liberté.

Cela dit, ils ont constaté que les choses ne sont pas aussi simples. Schiff et Nazareno ont déclaré que l'intégration de l'automatisation et de l'IA n'avait pas un impact positif uniforme sur le bien-être des travailleurs. Ils estiment qu'il existe des preuves convaincantes d'effets négatifs sur certaines dimensions du bien-être. « Peut-être que l'automatisation a rendu votre travail plus facile, mais maintenant vous êtes optimisé. Alors que l'optimisation rend les emplois plus simples, les travailleurs perçoivent que le travail non qualifié signifie que leur sécurité d'emploi n'est pas élevée », a écrit Schiff dans le rapport.

« Nous avons constaté des contradictions intéressantes en explorant différentes hypothèses. Il y a la perspective optimiste d'une plus grande liberté au travail, mais il y a aussi ce concept de perte de sens. Peut-être que vous êtes chauffeur routier, mais maintenant vous êtes juste assis sur le siège passager. Votre travail est plus facile, mais il n'est pas nécessairement meilleur. Le stress a peut-être diminué, mais vous n'êtes pas mis au défi et vous ne faites pas un travail qui a du sens », a ajouté le chercheur. Schiff et Nazareno ont démontré que certains lieux de travail deviennent de plus en plus contraignants.

Selon les chercheurs, le fait d'être constamment surveillé au travail - une caractéristique de certains entrepôts et centres de distribution imprégnés de technologie, où les travailleurs sont tenus de respecter des quotas dangereux - est aussi source de stress accru. « L'autonomie est un facteur déterminant du bien-être des employés », a déclaré Nazareno, qui a suggéré aux employeurs de veiller à ce que les travailleurs "n'aient pas l'impression de perdre leur autonomie et d'être simplement surveillés et soumis aux ordres des machines". Le duo a ensuite appliqué une mesure du risque d'automatisation à 402 professions.

Ils ont examiné les données 2002-2018 contenant les perspectives et les opinions du General Social Survey (GSS) des États-Unis pour évaluer si l'automatisation a un impact sur la satisfaction au travail, le stress, la santé et l'insécurité. Ils ont ainsi découvert que le contrôle que le travailleur estimait avoir sur son emploi - et non le niveau de stress - affectait le plus la satisfaction au travail. « L'une de nos conclusions intéressantes est qu'il s'agit d'un processus dynamique. Différentes choses se passent. Nous avons tendance à considérer le stress comme une mauvaise chose, et il peut l'être », a déclaré Nazareno.

« Mais tout stress n'est pas mauvais, et tout stress n'est pas bon. Peut-être qu'un bon travail peut être stressant, créant un défi bienvenu. À l'opposé, il y a l'ennui », a-t-elle ajouté. Schiff et Nazareno cherchent à recadrer la conversation autour de l'automatisation et de l'IA dans la main-d'œuvre et la façon dont elle est appliquée. « Nous recommandons aux entreprises, aux décideurs et aux chercheurs de ne pas concevoir la complémentarité technologique comme un bien uniforme, et d'accorder plutôt plus d'attention aux impacts mixtes de l'automatisation et de l'intelligence artificielle sur le bien-être des travailleurs », ont-ils suggéré.

D'une manière générale, l'étude suggère que moins les travailleurs ont le sentiment d'avoir le contrôle de l'inévitable montée en puissance des technologies avancées sur le lieu de travail, moins ils seront satisfaits. « L'autonomie est un facteur moteur du bien-être des travailleurs. Une façon pour les décideurs politiques ou les entreprises d'aborder les impacts négatifs est de faire savoir aux travailleurs ce qui se passe, de les responsabiliser ou de les impliquer dans le processus, afin qu'ils n'aient pas l'impression de perdre leur autonomie et d'être simplement surveillés et dictés par des machines. La façon dont une entreprise implique ses travailleurs dans le processus est vraiment importante », a déclaré Nazareno.

Schiff et Nazareno estiment que leurs conclusions, qui révèlent un éventail diversifié d'effets sur les travailleurs en raison de la complémentarité technologique, encouragent de nouvelles orientations de recherche. « Nous espérons en partie aider les décideurs politiques à prêter plus d'attention aux effets à long terme et à réfléchir davantage à la formation et à la santé des travailleurs, aux restrictions et à la façon dont l'automatisation peut être utilisée de différentes manières, et pas seulement comme une innovation de masse », a déclaré Schiff.

Les chercheurs ont poussé la discussion au-delà des salaires et des licenciements et se sont intéressés de près à ce que Schiff appelle "la sociologie ou la psychologie de la complémentarité technologique". « Nous essayons d'exploiter des questions qui n'ont pas été suffisamment posées ou auxquelles il n'a pas été répondu. Ainsi, cette étude est une manière préliminaire d'ouvrir une nouvelle conversation et de changer le discours », a conclu Schiff.

Sources : Rapport de l'étude, Luísa Nazareno et Daniel Schiff

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?
Que pensez-vous des conclusions des chercheurs ?
Que pensez-vous de l'automatisation et de l'apport de l'IA sur le lieu de travail ?
Les entreprises ont-elles exagéré les avantages de l'automatisation et de l'IA sur le lieu de travail ?
Selon vous, comment les entreprises peuvent tirer le meilleur parti de l'automatisation et de l'IA, tout en protégeant le bien-être des travailleurs ?

Voir aussi

Les organismes gouvernementaux investissent de plus en plus dans l'IA, mais leurs employés restent inquiets en ce qui concerne l'impact de la technologie, selon Gartner

L'intelligence artificielle a entraîné une baisse de 50 à 70 % des salaires, créant ainsi des inégalités de revenus et menaçant des millions d'emplois

Les travailleurs col blanc bien rémunérés et bien éduqués seront lourdement touchés par l'IA, l'IA étant douée dans les tâches qui exigent de la planification, du raisonnement, selon un rapport

L'IA constitue-t-elle une menace contre l'emploi ? Non, elle en créera des millions de plus qu'elle n'en détruira selon Byron Reese, voici comment

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de TotoParis
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 31/10/2021 à 12:08
Moins stressé mais plus dans la détestation...on gagne quoi ???
0  0 
Avatar de mach1974
Membre habitué https://www.developpez.com
Le 03/11/2021 à 17:38
Encore une étude qui confond l'organisation du travail et la gestion des tâches répétitives .
Tout dépend si le processus est optimisé avec un travail par lot
0  0