IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Un homme paralysé, équipé d'une puce cérébrale, publie le tout premier tweet "par la pensée directe",
C'est-à-dire sans aucune interaction avec un quelconque dispositif

Le , par Bill Fassinou

63PARTAGES

10  0 
La technologie des implants cérébraux continue de s'améliorer. La dernière percée dans le domaine a été réalisée jeudi en Australie où une puce cérébrale a permis à un homme paralysé de publier un tweet "en utilisant uniquement sa pensée". La puce a été développée par la startup américaine d'implants cérébraux Synchron, qui considère ce tweet comme « le premier tweet par la pensée directe ». Avec cette prouesse, Synchron accentue la concurrence avec Neuralink d'Elon Musk, qui a annoncé dernièrement l'implant des puces Neuralink sur des humains à partir de l'année prochaine.

Synchron est une startup neurotechnologique américaine qui développe des implants cérébraux d'interfaces neuronales directes. La société serait déjà en phase clinique avec une neuroprothèse commercialement viable pour le traitement de la paralysie et développe la première thérapie endovasculaire de neuromodulation implantable. Les applications futures pourraient inclure la possibilité de diagnostiquer et de traiter des affections du système nerveux, notamment la dépression et l'hypertension, la maladie de Parkinson, l'épilepsie, ainsi que des solutions non médicales. Le siège social de la société est situé à New York.



Elle possède toutefois des bureaux dans la Silicon Valley et des installations de R&D à Melbourne, en Australie. La semaine dernière, Synchron a annoncé que Philip O'Keefe, un homme de 62 ans atteint de sclérose latérale amyotrophique (SLA) - une maladie qui entraîne une paralysie - a pu partager un message sur les médias sociaux simplement en y pensant. La société a annoncé que O'Keefe est désormais capable de communiquer ses pensées avec d'autres personnes sans aucune activité musculaire. « Jeudi, il a publié un message sur les médias sociaux en utilisant uniquement la pensée directe », a annoncé Synchron.

« Pas besoin de frapper au clavier ou de parler. J'ai créé ce tweet juste en le pensant », indique le tweet, qui a été posté sur le compte du PDG de Synchron, Thomas Oxley. Après avoir partagé le tweet initial, O'Keefe a posté sept autres tweets répondant aux questions des utilisateurs de Twitter. « Lorsque j'ai entendu parler de cette technologie pour la première fois, je savais à quel point elle pouvait me rendre mon indépendance. Le système est étonnant, c'est comme apprendre à faire du vélo - il faut de la pratique, mais une fois que vous roulez, cela devient naturel », a expliqué O'Keefe.

« Maintenant, je pense simplement à l'endroit de l'ordinateur où je veux cliquer, et je peux envoyer des courriels, effectuer des opérations bancaires, faire des achats, et maintenant envoyer des messages au monde entier via Twitter. J'espère que j'ouvre la voie pour que les gens puissent tweeter leurs pensées », a-t-il conclu. Selon Synchron, c'est le tout premier tweet "par la pensée directe" et il a été réalisé à l'aide d'une interface cerveau-ordinateur appelée "Stentrode". Cette dernière a été "conçue pour permettre aux patients de contrôler sans fil des appareils numériques par la pensée".


O'Keefe a reçu l'implant l'année dernière. « Ces tweets amusants de vacances sont en fait un moment important pour le domaine des interfaces cerveau-ordinateur implantables. Ils soulignent la connexion, l'espoir et la liberté que ces interfaces donnent aux personnes comme O'Keefe qui ont perdu une grande partie de leur indépendance fonctionnelle en raison d'une paralysie débilitante. Nous sommes impatients de faire progresser notre interface cerveau-ordinateur, Stentrode, dans la première étude américaine in-human l'année prochaine », a déclaré Oxley.

Synchron est l'une des nombreuses startups qui réalisent des avancées majeures dans le domaine des interfaces cerveau-ordinateur. Neuralink, la société d'Elon Musk, prévoit également de commencer les essais sur l'homme en 2022. L'entrepreneur milliardaire a déjà affirmé que les futurs appareils Neuralink seront capables de tout faire, du rétablissement de la fonctionnalité du corps entier chez les tétraplégiques à la diffusion de musique directement dans le cerveau.

Des essais ont déjà eu lieu sur des cochons et des singes, avec un dispositif de transmission à 1024 électrodes permettant à un macaque de neuf ans appelé Pager de jouer à des jeux vidéo en utilisant uniquement son esprit. Selon Musk, le but ultime de cette technologie est de permettre aux humains de rivaliser avec les intelligences artificielles avancées.

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?
Que pensez-vous de l'implant Stentrode de Synchron ?

Voir aussi

Des amas de cellules cérébrales humaines placées dans un récipient peuvent apprendre à jouer au Pong plus rapidement qu'une IA, ils ont appris à jouer au Pong en 5 minutes, contre 90 pour l'IA

Cortical Labs, une startup australienne, fabrique des puces informatiques en utilisant de vrais neurones biologiques, afin de réduire la consommation d'énergie liée à l'IA

Des chercheurs démontrent la première utilisation humaine d'une interface cerveau-ordinateur sans fil à large bande passante, une percée pour les personnes souffrant de paralysie

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Ciryl Carpentier
Candidat au Club https://www.developpez.com
Le 19/01/2022 à 23:04
Vouloir mettre le plus rapidement possible des implants dans notre cerveau, c'est un peu comme sortir un médicament sans passer par des essais cliniques avant : c'est dangereux. La science n'a pas encore de retour concernant les effets d'une forte exposition d'ondes électromagnétiques liées à nos écrans, sur notre cerveau et sur le long terme (tumeur, etc.). Pour un tétraplégique, il n'y a rien de mieux qu'un implant. En revanche pour nous, il serait peut-être judicieux d'attendre un peu...
1  0