IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Watson Health, la division d'IBM destinée à la recherche médicale, est vendue,
Alors qu'elle était censée révolutionner les soins de santé grâce à l'IA

Le , par Bill Fassinou

44PARTAGES

2  0 
Big Blue a annoncé vendredi dernier qu'il cédait certaines parties de son unité Watson Health à la société internationale de capital-investissement Francisco Partners. La transaction devrait être conclue au cours du deuxième trimestre de cette année, mais le montant du rachat et les conditions n'ont pas été divulgués. L'annonce a suscité beaucoup de bruits dans l'industrie, dont certains commentaires estiment que la vente était à prévoir depuis longtemps. Ils notent qu'il est difficile de ne pas considérer cette vente comme un échec du grand pari d'IBM sur Watson pour faire entrer les soins de santé dans l'ère de l'IA.

La vente de plusieurs parties de Watson Health est considérée comme la dernière étape du retrait d'IBM de ce qu'il appelait autrefois une entreprise "moonshot" visant à améliorer les soins de santé, à sauver des vies et à réduire les coûts médicaux. En vertu de l'accord entre les deux sociétés, Francisco Partners acquerra des données spécifiques sur les soins de santé et des actifs analytiques qui font partie de l'activité Watson Health. Il s'agit d'ensembles de données et de produits tels que Health Insights, MarketScan, Clinical Development, Social Program Management, Micromedex et des offres de logiciels d'imagerie.



« L'accord conclu aujourd'hui avec Francisco Partners est une prochaine étape claire alors qu'IBM se concentre encore davantage sur notre stratégie de cloud hybride et d'IA basée sur une plateforme. IBM reste engagée envers Watson, notre activité d'IA plus large, et envers les clients et partenaires que nous soutenons dans le domaine de l'informatique médicale. Grâce à cette transaction, Francisco Partners acquiert des actifs de données et d'analyse qui bénéficieront de l'investissement et de l'expertise accrus d'un portefeuille axé sur le secteur de la santé », a déclaré vendredi Tom Rosamilia, vice-président senior d'IBM Software.

Watson Health a été créée en 2015 en tant qu'entreprise distincte avec un grand battage médiatique. La nouvelle division, destinée à faciliter la recherche médicale, était censée prendre Watson, la plateforme d'IA révolutionnaire d'IBM, et la mettre au service des problèmes de santé. L'argument était le suivant : même le meilleur médecin ne peut pas lire toute la littérature existante, mais un ordinateur peut le faire rapidement et proposer des pistes d'action pour renforcer l'expertise du médecin et obtenir de meilleurs résultats. Ainsi, selon les critiques, la société a alors fait ce que fait IBM lorsqu'elle se concentre sur quelque chose.

IBM a ouvert un siège "fantaisiste" à Cambridge en septembre de la même année. Il a également commencé à annoncer des partenariats. Il a coché toutes les cases, en s'associant avec des entreprises comme CVS, Apple et Johnson & Johnson. Puis, il a commencé à acheter des entreprises. Les premières acquisitions étaient des sociétés de données médicales, Phytel et Explorys. Cela faisait partie d'un modèle. Ensuite, IBM a acheté Merge Healthcare pour un milliard de dollars, une société qui fournissait des données d'imagerie médicale. Plus tard, la société a acquis Truven Health Analytics, pour environ 2,6 milliards de dollars.

Il s'agit de son achat le plus coûteux. Selon plusieurs rapports sur le sujet, IBM a dépensé au total 4 milliards de dollars pour renforcer les capacités de Watson Health. Tout cela consistait à adopter une approche centrée sur les données pour alimenter les modèles d'apprentissage automatique de Watson Health. Mais pour une raison quelconque, cela n'a pas vraiment fonctionné comme prévu, et c'était une grande partie du plan de l'ancien PDG Ginni Rometty pour rendre la société incontournable dans le secteur de la santé. « Notre plan lunaire consiste à apporter des soins de santé de classe mondiale aux quatre coins du monde », avait-il déclaré en 2017.

Mais Rometti est partie en 2019, et son remplaçant, Arvind Krishna, a des priorités différentes. Dès son arrivée, Krishna a déclaré que la vision large des soins de santé était probablement trop optimiste. « IBM se concentre vraiment sur sa stratégie de cloud hybride. Dans le processus, il a essayé de se débarrasser de tous les actifs qui détournent l'attention et le capital, et qui comportent un risque d'atteinte à la réputation. Watson Health répond certainement à ces trois critères, il n'est donc pas surprenant qu'IBM puisse se séparer de cette unité », a déclaré Holger Mueller, analyste chez Constellation Research.

Watson Health était autrefois l'un des "impératifs stratégiques" d'IBM, mais elle a eu du mal à se développer et a fait face à des critiques selon lesquelles la plateforme d'informatique cognitive était coûteuse et difficile à mettre en œuvre pour les clients. En 2018, IBM a licencié un pourcentage de ses effectifs de Watson Health. Une fois que Krishna a pris la tête d'IBM en 2020, il a tourné son attention vers des activités à plus forte marge, notamment l'IA et le cloud. La même année, la société a abandonné deux produits conçus pour le diagnostic du cancer - Watson for Genomics et Watson for Oncology.

En novembre dernier, IBM s'est séparée de son importante activité de soutien et de services technologiques de back-office, dont le chiffre d'affaires annuel s'élève à 19 milliards de dollars. Cette activité, appelée Kyndryl, a eu des marges bénéficiaires et des perspectives de croissance inférieures à celles des domaines sur lesquels IBM se concentre actuellement, l'IA et le cloud. IBM a conservé une participation d'un peu moins de 20 % dans Kyndryl. Selon l'information la plus répandue, IBM essaie de trouver des acheteurs pour l'activité Watson Health depuis plus d'un an, et il cherchait un prix de vente d'environ 1 milliard de dollars.

Alors qu'IBM continuera probablement à poursuivre ses activités dans le domaine des soins de santé par d'autres moyens au sein de l'entreprise, même après la vente de plusieurs parties importantes de Watson Health, "il faudrait considérer qu'il s'agit d'une stratégie ratée après avoir investi tant d'argent dans cette entreprise contre une rentabilité médiocre". Francisco Partners prévoit de transformer ces actifs en une société autonome sous la direction de l'équipe actuelle. Ils serviront leurs clients actuels dans les secteurs des sciences de la vie, des fournisseurs, de l'imagerie, ainsi que des services de santé et des services sociaux gouvernementaux.

Source : IBM

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?
Que pensez-vous de la vente de Watson Health par IBM ?
Selon vous, qu'est-ce qui pourrait expliquer l'échec de Watson Health ?

Voir aussi

IBM annonce une série de mesures dans son soutien du framework Spark qui passe en version 1.4.0

Watson IA bientôt disponible partout, IBM compte externaliser son service vers les autres clouds concurrents

Watson, l'Intelligence artificielle d'IBM découvre chez une patiente une leucémie rare, qui n'avait pas pu être détectée par les médecins

Le prochain défi d'IBM Watson est de moderniser le code hérité selon Ruchir Puri, scientifique en chef d'IBM Research

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de GLDavid
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 25/01/2022 à 8:04
Bonjour

Pas si étonnant que ça. Même si tu t'appelles IBM, tu ne peux pas t'improviser comme fournisseur de soins personnalisés.
Evidemment, cela passe par du recrutement massif de scientifiques mais la direction (au sens stratégie) est importante. Dans ce cas, c'était plus une idée qui a été testée immédiatement avec souci de rentabilité à court terme.
D'autres entreprises s'essaient à cet exercice: NVidia, Amazon... Oui, toutes comptent sur leur technologie pour faire du diagnostic et du traitement personnalisé.
Mais, la biologie intégrative ou des systèmes est bien plus complexe que cela !
Combien de fois j'ai vu des résultats de génomique se faire contredire par des résultats en protéomique. Autrement dit, un organisme se régule et les voies sont encore bien mal éclairées.
Il y a encore bien du progrès à faire en bioinformatique, biochimie, génomique, protéomique, métabolomique et physiologie avant de pouvoir imprimer votre état de santé sur un papier (cette perspective d'ailleurs m'effraie).
Oh, autre chose, quand on voit ce que les scientifiques en ont bavé pour un virus alors je vous laisse imaginer pour quelque chose de plus complexe comme un cancer.

@++
0  0