IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Les tests de robots chiens de patrouille autonomes par les USA à la frontière mexicaine suscitent un tollé à cause de leur caractère déshumanisant
La fiction Black Mirror Metalhead devenue réalité ?

Le , par Patrick Ruiz

93PARTAGES

4  0 
Les USA procèdent à des tests de robots chiens de patrouille autonomes le long de leur frontière avec le Mexique. Le Département de la sécurité intérieure (DHS) qualifie la manœuvre d’utilisation intelligente de ressources dans un environnement difficile à affronter pour l’humain. Les organisations de défense de droits de l’Homme pour leur part s’indignent du caractère déshumanisant de l’approche : un robot chien de patrouille autonome aux trousses d’immigrants a le don de rappeler l’épisode Metalhead de la fiction black Mirror.

Ghost Robotics, la société derrière les robots lancés par le Département de la sécurité intérieure à la frontière mexicaine, a déjà présenté un prototype à quatre pattes équipé d’un fusil de précision sur son dos. Dans l’ensemble, les robots proposés par cette société sont autonomes et équipés d’outils utiles pour la « chasse à l’homme » dont des caméras thermiques et de vision nocturne. Toutes choses qui invitent à visualiser la matérialisation de l’épisode titré Metalhead dans la sérié télévisée Black Mirror.


Le Département de la sécurité intérieure précise que les robots lui sont utiles dans le rôle de sentinelle à l’extérieur : ils font la patrouille de manière autonome sur des points de repère GPS prédéfinis, inspectent des wagons de train dans les gares de triage, explorent des bâtiments résidentiels. Les robots chiens de patrouille autonomes déployés par le DHS dans la région désertique d’El Paso au Texas sauraient en sus « gérer des cas de rencontres avec des individus potentiellement dangereux. » Ce cas de figure en particulier (rencontre avec un individu potentiellement dangereux) n’est pas sans faire penser au déploiement d’essaims de drones autonomes par Israel sur le Hamas en complément de frappes aériennes et des tirs d’artillerie.

L'Union américaine pour les libertés civiles avertit que le déploiement de robots chiens de patrouille autonomes à ses frontières est « un désastre pour les libertés civiles en cours de réalisation. » « Le gouvernement doit retirer cette proposition dangereuse et l'administration Biden doit freiner le glissement de notre pays vers une dystopie anti-immigrés », insiste-t-elle.


Grosso modo, les groupes de défense des droits de l’Homme considèrent les interactions humains – robots de ce genre déshumanisantes. Les forces frontalières américaines impliquées dans ces récents essais, comme le Customs and Border Protection (CBP), sont elles-mêmes connues pour leur comportement déshumanisant envers les immigrants. Une enquête menée en 2021 par Humans Right Watch a détaillé 160 rapports internes d'abus physiques et sexuels de demandeurs d'asile à la frontière au cours des dernières années.

C’est d’éthique en lien avec l’utilisation de l’intelligence artificielle dont il est plus que jamais question. L’ouverture desdits systèmes à plus d’autonomie leur conférerait au final un droit de vie ou de mort. La position de l’UE sur la question est que les robots-tueurs doivent faire l’interdiction. Le Parlement européen a adopté une résolution y relative en 2018. D’autres pays parmi lesquels les USA et la Russie mettent en avant la nécessité d’explorer les avantages des armes autonomes. C’est d’ailleurs l’un des motifs pour lesquels les négociations en la matière se sont trouvées bloquées au niveau des Nations Unies il y a 3 ans.

Source : DHS

Et vous ?

Que vous inspire cette matérialisation grandissante des scènes de fiction dystopiennes dans notre quotidien ?

Voir aussi :

Un ancien travailleur de Google craint que des « robots tueurs » ne provoquent des atrocités massives, l'ingénieur logiciel prévient que l'IA pourrait aussi déclencher accidentellement une guerre
L'Europe estime qu'une IA ne doit pas avoir le droit de vie ou de mort sur le champ de bataille, et appelle à interdire les robots-tueurs
Des scientifiques demandent l'interdiction du développement d'armes contrôlées par l'IA, en évoquant de nombreux problèmes sous-jacents
Interdiction des robots tueurs : quelques pays, y compris les USA et la Russie, bloquent les négociations, menées au niveau des Nations Unies

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-nous-la !

Avatar de Anselme45
Inactif https://www.developpez.com
Le 06/02/2022 à 10:13
La police de New York a déjà testé un robot chien lors des interventions sur le terrain.

Résultat? Le robot en question a dû être retiré parce que les usagers en avaient peur et que sa présence compliquait les interventions.

Certaines autorités ont très certainement pensé que ce que l'on n'impose pas à des américains sous les regards des médias, on peut l'imposer aux migrants sur un frontière qui a l'avantage de courir loin des regards médiatiques en plein désert

A remarquer que les décideurs étaient dans les 2 cas des démocrates! Vous savez les "gentils" qui aiment les pauvres... Pas ces méchants républicains qui avait Trump à leur tête...
10  0