IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

L'Ukraine a commencé à utiliser la reconnaissance faciale de Clearview AI,
Pour scanner les visages des Russes décédés, puis contacte les mères

Le , par Bruno

66PARTAGES

4  1 
Les autorités ukrainiennes ont effectué plus de 8 600 recherches par reconnaissance faciale sur des soldats russes morts ou capturés au cours des 50 jours qui ont suivi le début de l'invasion de Moscou, utilisant les scans pour identifier les corps et contacter des centaines de leurs familles dans ce qui pourrait être l'une des applications les plus macabres de cette technologie à ce jour. Certains responsables ukrainiens vont jusqu’à dire que l'utilisation Clearview AI, un logiciel de reconnaissance faciale, pourrait aider à mettre fin à cette guerre brutale.

L'armée informatique du pays, une force bénévole de hackers et de militants qui reçoit ses instructions du gouvernement ukrainien, affirme avoir utilisé ces identifications pour informer les familles de la mort de 582 Russes, notamment en leur envoyant des photos des cadavres abandonnés. Les Ukrainiens défendent l'utilisation du logiciel de scan du visage de la société technologique américaine Clearview AI comme un moyen brutal, mais efficace de susciter la dissidence en Russie, de décourager les autres combattants et de provoquer la fin d'une guerre dévastatrice.


Mais certains analystes militaires et technologiques craignent que cette stratégie ne se retourne contre eux, en attisant la colère d'une campagne de choc dirigée contre des mères qui se trouvent peut-être à des milliers de kilomètres des conducteurs de la machine de guerre du Kremlin. Selon Stephanie Hare, chercheuse en surveillance à Londres, la solidarité de l'Occident avec l'Ukraine rend tentant le soutien d'un acte aussi radical, conçu pour tirer parti du chagrin familial. Mais contacter les parents des soldats, dit-elle, est une « guerre psychologique classique » et pourrait établir une nouvelle norme dangereuse pour les conflits futurs.

« Si c'était des soldats russes qui faisaient cela avec des mères ukrainiennes, nous pourrions dire : "Oh, bon sang, c'est barbare", a-t-elle ajouté. Et cela fonctionne-t-il vraiment ? Ou est-ce que ça leur fait dire : regardez ces Ukrainiens sans foi ni loi, cruels, qui font ça à nos garçons' ? » Le directeur général de Clearview AI, Hoan Ton-That, aurait déclaré que plus de 340 fonctionnaires de cinq agences gouvernementales ukrainiennes peuvent désormais utiliser son outil pour effectuer des recherches par reconnaissance faciale quand ils le souhaitent, gratuitement.

Les employés de Clearview organisent désormais des formations hebdomadaires, parfois quotidiennes, par le biais de Zoom, avec de nouveaux fonctionnaires de police et militaires désireux d'obtenir un accès. Ton-That a raconté plusieurs moments « d'émerveillement » lorsque les Ukrainiens ont constaté la quantité de données y compris des photos de famille, des messages sur les réseaux sociaux et des détails sur les relations qu'ils pouvaient recueillir à partir d'un seul scan de cadavre.

Certains d'entre eux utilisent l'application mobile de Clearview pour scanner des visages sur le champ de bataille, a-t-il ajouté. D'autres se sont connectés pour s'entraîner alors qu'ils étaient postés à un poste de contrôle ou en patrouille, le ciel nocturne étant visible derrière leur visage. « Ils sont si enthousiastes, a déclaré le Ltn Ton-That. Leur énergie est vraiment élevée. Ils disent qu'ils vont gagner, à chaque appel. »

Des pirates informatiques ont créé un outil en ligne qui permet aux utilisateurs d'envoyer des messages automatiques à des numéros de téléphone russes choisis au hasard, avec des informations sur la guerre en Ukraine. Créé par le groupe de pirates connu sous le nom de Squad303, l'outil, hébergé sur le domaine 1920.in charge un message pré-écrit dans l'application SMS native d'un utilisateur qui tente d'informer les Russes sur le conflit en cours.

Selon Ton-That, la société Clearview a proposé ses services pour la première fois le mois dernier au ministère ukrainien de la Défense après avoir vu la propagande russe affirmant que les soldats capturés là-bas étaient des acteurs ou des fraudeurs. Le système avait principalement été utilisé par des policiers et des enquêteurs fédéraux aux États-Unis pour voir si la photo d'un suspect ou d'un témoin correspondait à d'autres dans leur base de données de 20 milliards d'images tirées des médias sociaux et de l'Internet public. Mais environ 10 % de la base de données provient du plus grand réseau social russe, VKontakte, connu sous le nom de VK, ce qui en fait un outil potentiellement utile pour les scans de champs de bataille, a déclaré Ton-That.

Clearview a partagé des courriels de trois agences ukrainiennes : la police nationale, le ministère de la Défense et une troisième agence qui a demandé à la société de rester confidentielle, confirmant que le logiciel était utilisé. Les responsables de ces agences et de l'armée informatique ont refusé de faire d'autres commentaires ou n'ont pas répondu aux demandes de commentaires. Clearview a refusé d'identifier deux autres agences ukrainiennes qui, selon elle, utilisent actuellement son logiciel.
Dans des courriels que Clearview a partagés, un représentant du ministère de la Défense a déclaré avoir testé Clearview en scannant des photos de visages de soldats morts et avoir été « agréablement surpris » lorsque l'outil a renvoyé des liens vers les comptes VK et Instagram des Russes.

Avec l'encouragement de l'armée, d'autres agences ont également testé la technologie, a déclaré Ton-That. Un responsable de la police nationale a déclaré dans des courriels partagés avec le Post que l'agence a scanné le visage d'un corps non identifié trouvé à Kharkiv avec la tête enfoncée et a été dirigée vers le profil VK d'un homme de 32 ans qui avait été photographié avec des partisans de la République populaire de Kharkiv, un groupe séparatiste.

Selon Ton-That, les agences ukrainiennes ont utilisé l'application pour confirmer l'identité des personnes aux points de contrôle militaires et pour vérifier si un Ukrainien est un éventuel infiltré ou saboteur russe. Il a fait valoir que le système pourrait dissuader les soldats russes de commettre des crimes de guerre, de peur d'être identifiés, et a ajouté que les Ukrainiens envisageaient d'utiliser cet outil pour vérifier l'identité des réfugiés ukrainiens et de leurs hôtes lorsqu'ils fuient pour se mettre en sécurité.

Mais la stratégie des responsables consistant à informer les familles de la mort de leurs proches a suscité des inquiétudes, car elle pourrait mettre en colère les Russes qu'ils espéraient persuader. Un expert en sécurité nationale a déclaré que d'autres actions ukrainiennes comme la tenue de conférences de presse avec des soldats russes capturés et la diffusion sur les réseaux sociaux de photos et de vidéos montrant des prisonniers de guerre ont été perçues en Russie non pas comme une exposition bienvenue à la vérité, mais comme une humiliation par l'ennemi. La campagne en ligne sanglante que l'Ukraine espère voir semer la dissidence anti-Poutine pourrait également violer la Convention de Genève.

Une vidéo que l'armée informatique a publiée sur Telegram ce mois-ci montre des bribes de ce que le groupe qualifie de conversations avec des proches de soldats russes. Dans une conversation, une personne à qui l'on a envoyé des photos du visage ensanglanté d'un soldat russe aurait répondu : « C'est du Photoshop ! CE N'EST PAS POSSIBLE ». L'expéditeur a répondu, selon la séquence : « C'est ce qui arrive quand on envoie des gens à la guerre. » Dans le clip, la recherche du visage d'un cadavre révèle le profil VK d'un homme photographié debout sur une plage. Le profil de l'homme, qui reste en ligne, montre qu'il suivait des groupes en ligne consacrés à l'armée russe ainsi qu'au fitness, à la pêche et au barbecue.

En plus de scanner les cadavres, l'Ukraine utilise également la reconnaissance faciale pour identifier les soldats russes filmés en train de piller les maisons et les magasins ukrainiens, a déclaré un fonctionnaire du ministère ukrainien de la transformation numérique. Clearview suscite une controverse internationale depuis des années en raison de la manière dont elle recueille les photos pour sa base de données, récoltant des quantités massives de photos auprès des sociétés de réseaux sociaux et d'autres sites Internet sans le consentement des propriétaires.

L'entreprise a dû faire face à des enquêtes gouvernementales, à des procès en cours et à des demandes de pays de supprimer les données de leurs citoyens. Des membres du Congrès ont proposé de bloquer l'octroi de fonds fédéraux à Clearview, au motif que ses images ont été obtenues de manière illégitime. Dans une présentation aux investisseurs, la société a déclaré vouloir lever 50 millions de dollars pour étendre ses offres aux clients de l'industrie privée et renforcer ses pouvoirs de collecte de données afin que « presque tout le monde puisse être identifié ».

L'utilisation agressive des recherches Clearview par l'Ukraine a poussé l'entreprise privée en première ligne d'un conflit diplomatiquement tendu, dans lequel même le gouvernement américain s'est engagé avec prudence, de peur de déclencher une guerre mondiale. Hare, le chercheur, a déclaré que la société semblait désireuse d'utiliser son travail en Ukraine comme un moyen de se faire connaître auprès des clients gouvernementaux du monde entier et de « tirer profit de la tragédie ».

Et vous ?

Que pensez-vous de ces méthodes des autorités ukrainiennes ? Efficaces ou contre-productives ?

Voir aussi :

L'Ukraine fait pression pour débrancher la Russie d'Internet, les experts estiment que cela pourrait être un désastre

L'Ukraine fait pression pour débrancher la Russie d'Internet, les experts estiment que cela pourrait être un désastre

Que s'est-il passé après l'arrivée du service Internet par satellite de Starlink en Ukraine ? Les drones ukrainiens utiliseraient Starlink pour pilonner les chars russes

L'Ukraine affirme que son "armée informatique" a mis hors service des sites Web clefs de la Russie, ce qui montre que la ligne de front cybernétique entre les deux pays s'intensifie

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Bill Fassinou
Chroniqueur Actualités https://www.developpez.com
Le 09/05/2022 à 16:40
La Russie subirait des violations de données "sans précédent" de la part de pirates informatiques pro-ukrainiens,
des dizaines de téraoctets de données auraient été divulgués jusqu'à présent

La Russie serait aux prises avec une vague de piratage sans précédent qui mêle activité gouvernementale, volontarisme politique et action criminelle. Plusieurs sources indiquent que les assaillants numériques auraient volé les données financières du pays, défiguré des sites Web et transmis des décennies d'emails gouvernementaux à des militants anti-secrets à l'étranger. Une étude récente a montré que le nombre de mots de passe et d'autres données sensibles provenant de Russie qui ont été déversés sur le Web ouvert en mars était supérieur à celui des informations provenant de tout autre pays.

Pendant des années, Dmitriy Sergeyevich Badin a trôné au sommet de la liste des personnes les plus recherchées par le FBI. Le hacker soutenu par le gouvernement russe a été soupçonné de cyberattaques contre le Bundestag allemand et les Jeux olympiques de 2016, qui ont eu lieu à Rio de Janeiro. Mais quelques semaines après l'invasion de l'Ukraine par la Russie, ses informations personnelles - y compris ses comptes et mots de passe de messagerie et de Facebook, son numéro de téléphone portable et même les détails de son passeport - ont été divulguées en ligne. Dmitriy Badin n'était qu'une cible parmi des milliers qui vont suivre.

Depuis le début de l'invasion, il y a deux mois, une autre cible a été la Société nationale russe de télévision et de radiodiffusion, connue pour être la voix du Kremlin et le siège de Vladimir Solovyov, dont l'émission quotidienne amplifie la propagande la plus extrême du gouvernement russe. Le 30 mars, près d'un million d'emails couvrant 20 ans d'histoire du radiodiffuseur ont été divulgués sur Internet. La divulgation de leurs secrets s'inscrivait dans le cadre d'une attaque généralisée menée dans le cyberespace, les entreprises et les organismes gouvernementaux russes ayant été assaillis par des hordes de pirates informatiques pro-ukrainiens.



Selon plusieurs rapports sur le sujet, beaucoup d'entre eux étaient des acteurs nouveaux et inconnus des experts en cybersécurité. Les données publiées comprennent également un cache d'un bureau régional de l'autorité russe de régulation des médias Roskomnadzor. Elle a révélé les sujets qui préoccupent le plus ses analystes sur les médias sociaux - notamment l'antimilitarisme et la légalisation des drogues. Elle a indiqué qu'il transmettait des rapports au service de renseignement fédéral FSB, qui a arrêté certaines personnes qui se plaignent des politiques gouvernementales. Ces attaques se seraient amplifiées au cours du mois d'avril.

Les rapports indiquent que le cache et certains autres renseignements notables ont été obtenus par un petit groupe d'hacktivistes formé alors que la guerre commençait à sembler inévitable. Le groupe est connu sous le nom de "Network Battalion 65". Des experts en cybersécurité ont fait remarquer qu'il s'agit de la première fois que Russie est attaquée de la sorte. « La Russie est piratée à une échelle sans précédent par un niveau inférieur d'attaquants, et des dizaines de téraoctets de données tombent du ciel », a déclaré Juan Andres Guerrero-Saade, chercheur principal sur les menaces chez SentinelOne, un groupe de cybersécurité.

« Par le passé, la Russie était systématiquement prise à partie par un niveau supérieur - les Five Eyes [alliance du renseignement comprenant l'Australie, le Royaume-Uni, les États-Unis, le Canada, et la Nouvelle-Zélande] et le gouvernement chinois - mais aujourd'hui, l'ampleur des fuites est tout simplement stupéfiante », a ajouté Guerrero-Saade. Des centaines de millions de documents se sont ainsi échappés de cibles aussi variées que Transneft, un grand opérateur d'oléoducs proche du Kremlin, le ministère russe de la Culture et une branche de l'Église orthodoxe russe qui a soutenu la guerre en Ukraine.

Certains des hacktivistes se conteraient de lancer des "attaques par déni de service" relativement simples, qui inondent les sites Web russes de trafic afin de les faire tomber. En réaction, les entreprises russes, des banques aux téléscripteurs des chemins de fer en passant par les médias, se sont temporairement isolées de l'Internet mondial, s'assurant que leurs sites ne pouvaient être consultés que depuis la Russie. « Nous payons notre propre infrastructure et y consacrons notre temps en dehors de nos emplois et de nos obligations familiales », a déclaré en anglais un porte-parole anonyme d'un groupe de pirates pro-ukrainiens.

« Nous ne demandons rien en retour. C'est tout simplement la bonne chose à faire », a-t-il ajouté. Christopher Painter, anciennement le plus haut diplomate américain sur les questions cybernétiques, a déclaré que la recrudescence de ces activités risquait de s'intensifier et d'interférer avec les opérations secrètes du gouvernement. Mais jusqu'à présent, elle semble aider les objectifs des États-Unis en Russie. « Les cibles sont-elles dignes d'intérêt ? Bien sûr. C'est une tendance intéressante qu'ils soient maintenant la cible de tout cela », a déclaré Painter. Ce dernier a tout de même averti qu'une riposte russe pourrait être dévastatrice.

En outre, des experts pensent que la victime la plus importante de cette vague d'attaques est sans doute le mythe de la cybersupériorité de la Russie, qui a contribué pendant des décennies à effrayer les pirates informatiques d'autres pays - ainsi que les criminels à l'intérieur de ses frontières - et à les dissuader de s'attaquer à une nation dotée d'une opération aussi redoutable. Selon Guy Golan, ancien officier du renseignement militaire israélien, l'attaque généralisée contre les cibles russes a eu pour conséquence involontaire de perturber l'équilibre soigneusement maintenu entre les principales cyberpuissances mondiales (États-Unis, Chine et Russie).

Golan, qui dirige aujourd'hui Performanta, une société de cybersécurité, a déclaré que les trois pays pénètrent depuis des décennies dans les réseaux informatiques de leurs infrastructures civiles respectives, mais qu'ils n'ont pas tenté de les perturber à plus grande échelle. Il a averti que la situation actuelle menace cette entente. « Ces armées de hackers seront une belle histoire à raconter à nos enfants dans des années, mais c'est dangereux comme l'enfer. Ils peuvent penser qu'ils font quelque chose d'héroïque, mais imaginez un général en Russie qui doit réagir à la perte de l'approvisionnement en eau de Moscou ? », a déclaré Golan.

« Soudain, ce niveau d'équilibre peut être perturbé de manière désastreuse », a-t-il ajouté. Les pirates volontaires ont reçu un coup de pouce inédit du gouvernement ukrainien, qui a soutenu leurs efforts et suggéré des cibles par le biais de son canal IT Army sur Telegram. Les pirates du gouvernement ukrainien sont supposés agir directement contre d'autres cibles russes, et les responsables ont distribué des données piratées comprenant les noms de troupes et de centaines d'agents du FSB. Des criminels ordinaires n'ayant aucun intérêt idéologique dans le conflit ont également pris part à l'opération.

En avril dernier, une enquête trimestrielle sur les adresses électroniques, les mots de passe et d'autres données sensibles diffusées sur le Web a révélé que les comptes victimes susceptibles d'être russes étaient plus nombreux que ceux de tout autre pays. La Russie est arrivée en tête de l'enquête pour la première fois, selon la société lituanienne SurfShark, spécialisée dans les réseaux privés virtuels et la sécurité, qui utilise les informations sous-jacentes pour avertir les clients concernés. Le nombre d'identifiants présumés russes, tels que ceux des adresses électroniques se terminant par .ru, a bondi en mars pour représenter 50 % du total mondial.

Cela représente le double du mois précédent et plus de cinq fois le nombre publié en janvier. Painter a déclaré qu'il craignait que certains des pirates volontaires aillent trop loin et portent atteinte à des infrastructures civiles ou déclenchent une réaction majeure, et il a mis en garde contre le fait que certains pourraient cacher d'autres motifs. « Dans le cours normal des choses, vous ne voulez pas encourager les "pirates justiciers" », a déclaré Painter. Mais il a ensuite convenu que l'on n'est pas dans un cours normal des événements.

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?
Que pensez-vous du niveau élevé des cyberattaques contre la Russie ?
Pensez-vous que cette guerre cybernétique va rompre l'équilibre des forces du cyberspace comme certains le disent ?
Pensez-vous que les gouvernements peuvent soutenir ouvertement les pirates informatiques comme c'est le cas actuellement ?
Quels pourraient être les impacts des événements actuels après la guerre en Ukraine ? Les choses reviendront-elles à la normale ?

Voir aussi

300 000 hackers volontaires se réunissent pour combattre la Russie, dans un groupe Telegram appelé « IT Army of Ukraine »

Le collectif de pirates informatiques Anonymous déclare une "cyberguerre" contre la Russie, et désactive le site d'information de l'État

Un groupe de pirates informatiques lié à la Russie se serait introduit dans des comptes Facebook et aurait publié de fausses vidéos de soldats ukrainiens se rendant, selon Meta

L'Ukraine affirme que son "armée informatique" a mis hors service des sites Web clefs de la Russie, ce qui montre que la ligne de front cybernétique entre les deux pays s'intensifie
9  0 
Avatar de OrthodoxWindows
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 23/04/2022 à 0:54
Citation Envoyé par krakatoa Voir le message
les ricains c'est :
- 2 bombes atomiques sur des civils (et non sur des soldats sur le front)
- viet nam et le napalm sur les villageois
- irak et ses fausses armes de destructions
- afghanistan (200.000 civils tués et bon nombre de crimes de guerres mais chuuuut)
- lybie

alors russe, ricain.. c'est la meme chose. (et français avec la lybie)

je prends juste l'exemple de la france, un pays démocratique ?
- non à l'europe du vote Français en 2005 qui a été ignoré
- les médias, une vitrine ideologique de gauche qui pratique la censure et la manipulation
- 30 manifestants gilets jaunes éborgnés, sans compter les arrestations arbitraires
- le pass sanitaire pour privé la liberté
- plus aucun referendum n'est organisé depuis 2005

conclusion:
arrêter de faire la morale à la russie, à la chine !

après concernant cette guerre :
- ça fait 20 ans que les ricains manipulent les ukrainiens
- ça fait 20 ans que poutine avertie sur l'extension de l'otan
- zelinski c'est un clown corrompu qui c'est bien rempli les poches et trafiquote avec des nationalistes AZOV
- traités de minsk ignorés par l'ukraine et même par l'allemagne et la france

conclusion:
poutine est coupable puisqu'il a envahi
les occidentaux sont responsables

ne soyez pas naifs: ricains, russes, ukrainiens (surtout zelinski)... tous manipulent dans leurs intérêts
les seuls qui souffrent , c'est les peuples, tous les peuples...

je prends un autre exemple :
ça ne vous pose pas de problème de morale d'acheter du pétrole d'arabie saoudite ? pourtant qui massacre les civils au yemen et avec des armes française ?
la vie d'un yéménite vaut elle moins que celle d'un ukrainien , dites moi ?
Je suis tout à fait d'accord.

Je voudrait juste nuancer ça :

arrêter de faire la morale à la russie, à la chine !
L'un n’empêche pas l'autre, surtout que la Chine est en train de devenir l'un des pire régime au monde. Même si la France est loin d'être irréprochable, je pense que c'est toujours important de dénoncer ce genre de régime.

D’ailleurs, plutôt que de dénoncer, c'est de prendre une vrai indépendance économique qui serait intéressant (ce qui va à l'encontre des intérêts des américains )...
5  0 
Avatar de krakatoa
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 23/04/2022 à 0:27
les ricains c'est :
- 2 bombes atomiques sur des civils japonais (et non sur des soldats sur le front)
- viet nam et le napalm sur les villageois
- irak et ses fausses armes de destructions
- afghanistan (200.000 civils tués et bon nombre de crimes de guerres mais chuuuut)
- lybie

conclusion :
russes, ricains.. c'est la meme chose. (et français avec la lybie)

la démocratie ?
je prends juste l'exemple de la france ?
- non à l'europe du vote Français en 2005 qui a été ignoré
- les médias, une vitrine ideologique de gauche qui pratique la censure et la manipulation
- 30 manifestants gilets jaunes éborgnés, sans compter les arrestations arbitraires
- le pass sanitaire pour privé la liberté
- plus aucun referendum n'est organisé depuis 2005

conclusion:
dictature et fausse démocratie.
donc arrêter de faire la morale à la russie, à la chine sur ces points !

après concernant cette guerre :
- ça fait 20 ans que les ricains manipulent les ukrainiens
- ça fait 20 ans que poutine avertie sur l'extension de l'otan
- zelinski c'est un clown corrompu qui c'est bien rempli les poches et trafiquote avec des nationalistes AZOV
- traités de minsk ignorés par l'ukraine et même par l'allemagne et la france

conclusion:
poutine est coupable puisqu'il a envahi
les occidentaux sont responsables (avancé de l'otan, non respect de minsk)

ne soyez pas naifs: ricains, russes, ukrainiens (surtout zelinski), macron , johnson... tous des pourris qui manipulent tout le monde en fonction d'intérêts

les seuls qui souffrent : c'est les peuples, tous les peuples...

je prends un autre exemple :
ça ne vous pose pas de problème de morale d'acheter du pétrole d'arabie saoudite ? pourtant qui massacre les civils au yemen et avec des armes française ?
la vie d'un yéménite vaut elle moins que celle d'un ukrainien , dites moi ?
8  4 
Avatar de Bill Fassinou
Chroniqueur Actualités https://www.developpez.com
Le 07/05/2022 à 18:50
Des Ukrainiens auraient mené des attaques par déni de service contre les chaînes d'approvisionnement en vodka en Russie
interrompant temporairement les expéditions

Des hacktivistes ukrainiens, notamment des membres du groupe d'hacktivistes disBalancer, auraient mené des attaques par déni de service distribué (DDoS) contre le site Web du système d'information comptable de l'État russe sur l'alcool (EGAIS). Plusieurs rapports indiquent que ces attaques ont eu lieu les 2 et 3 mai, interrompant ainsi le registre des expéditions. Les distributeurs et les négociants ont confirmé à des médias locaux qu'ils avaient rencontré des problèmes avec le site, de sorte que les délais d'expédition des produits n'ont pas été respectés.

Depuis l'invasion de l'Ukraine par la Russie le 24 février, les groupes de pirates informatiques des deux pays se livrent également une guerre cybernétique. À ce jour, plusieurs infrastructures clés du cyberspace de la Russie comme de l'Ukraine ont déjà été la cible de cyberattaques, et des sites gouvernementaux sont régulièrement mis hors services. Mi-mars, c'est un plus de 300 000 hacktivistes qui se sont engagés aux côtés de l'Ukraine afin de combattre la Russie dans le cyberspace. Anonymous a également déclaré une "cyberguerre" à la Russie au lendemain de son invasion en Ukraine. Le groupe fait régulièrement des annonces sur ses activités.

Cette semaine, les médias russes ont rapporté que les hacktivistes ukrainiens ou soutenant l'Ukraine se sont attaqués à la chaîne d'approvisionnement en vodka en Russie. Selon les informations disponibles sur le sujet, la loi impose aux producteurs et distributeurs d'alcool d'enregistrer leurs expéditions sur le portail EGAIS. Mais plusieurs entités du secteur ont rapporté cette semaine que des attaques DDoS menées par des hacktivistes ukrainiens avaient mis le site hors service les 2 et 3 mai. La panne aurait touché non seulement la distribution de vodka, mais aussi les entreprises viticoles et les fournisseurs d'autres types d'alcool.



Des sources gouvernementales citées par certains médias locaux affirment que le site fonctionne normalement et que tout temps d'attente excessif est simplement dû à une forte demande. Toutefois, une entreprise, Fort, n'avait pas réussi à télécharger environ 70 % de ses factures sur EGAIS en raison de la panne. « En raison d'une panne à grande échelle, les usines ne peuvent pas accepter les réservoirs d'alcool, et les clients - magasins et distributeurs - ne peuvent pas recevoir les produits finis qui leur ont déjà été livrés », a déclaré un employé de la société. Les sources indiquent que les livraisons ont été suspendues dans la nuit du 4 mai.

Cela aurait provoqué une saturation dans plusieurs entrepôts en Russie. EGAIS a informé ses partenaires de la défaillance du système et a veillé à ce que les choses reviennent à la normale dès le lendemain. Bien que le portail ait commencé à fonctionner partiellement, l'attaque a provoqué l'interruption de la fourniture de produits aux détaillants et aux restaurants. Selon les médias locaux, les domaines "egais.ru", "service.egais.ru" et "check.egais.ru" étaient répertoriés sur le canal Telegram de l'"armée informatique" ukrainienne (IT Army of Ukraine). Il s'agit d'une initiative de piratage informatique coordonnée par le gouvernement ukrainien.

Dans le cadre de cette initiative, des sites russes importants sont répertoriés comme cibles et les pirates informatiques volontaires pour aider l'Ukraine à combattre les infrastructures Internet de la Russie sont invités à les attaquer par déni de service. Par le passé, cette initiative a conduit à la fermeture du site Web de la Bourse de Moscou. L'on ignore pour l'instant l'ampleur des dommages et des perturbations que ces attaques causent à l'État russe, mais selon des experts, l'initiative présente une valeur de propagande occasionnelle pour Kiev. Si les attaques sur le réseau de distribution d'alcool continuent, la Russie pourrait finir par en manquer.

Igor Kosarev, représentant de la vodka Ladoga, a déclaré que la société avait un arriéré de plus de 1 500 dossiers à charger, prévoyant qu'il y aura des retards jusqu'à ce que la situation se normalise. Bien que ce retard n'ait pas d'effet négatif sur les célébrations du 9 mai, certains responsables de sociétés vinicoles sont inquiets. Par exemple, Alexander Lipilin, directeur du groupe Beluga, a confirmé que les ventes aux consommateurs finaux restent inchangées. Si la panne dure plus longtemps que prévu - ou si d'autres attaques DDoS compromettent l'infrastructure d'EGAIS - il est probable qu'il y ait une pénurie de vodka et d'autres boissons alcoolisées.

Beluga est le plus grand producteur de boissons alcoolisées en Russie. D'autres sources ont rapporté que le groupe disBalancer propose son outil "Liberator" pour mener des attaques DDoS contre des sites de propagande ou des sources qui contribuent à l'invasion russe. L'application est disponible pour Windows, macOS et Linux. Bien que Liberator puisse amplifier les attaques de piratage sur la Russie, les chercheurs d'Avast signalent que son utilisation n'est pas sûre. « L'analyse d'un de ces outils montre qu'il n'est pas sûr, car il collecte des données personnelles qui peuvent identifier les utilisateurs », mentionnent-ils.

« Ces données comprennent l'adresse IP, le code pays, la ville, l'emplacement dérivé de l'adresse IP, le nom d'utilisateur, la configuration du matériel et du système. Les outils simples et faciles à utiliser partagés par ces initiatives peuvent constituer un risque pour la vie privée et la sécurité de la personne qui les télécharge », précisent-ils. En plus de disBalancer et d'Anonymous, d'autres groupes se targuent d'avoir piraté les bureaux et les systèmes du gouvernement russe en réponse à l'invasion de l'Ukraine.

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?

Voir aussi

300 000 hackers volontaires se réunissent pour combattre la Russie, dans un groupe Telegram appelé « IT Army of Ukraine »

Anonymous affirme avoir mis la main sur 820 Go de données de l'agence fédérale russe chargée de la supervision des communications, dont 526,9 Go d'emails et 290,6 Go de données brutes

L'Ukraine affirme que son "armée informatique" a mis hors service des sites Web clés de la Russie, ce qui montre que la ligne de front cybernétique entre les deux pays s'intensifie

Les derniers piratages russes montrent à quel point les "groupes criminels" sont utiles au Kremlin, les codeurs russes travailleraient avec le gouvernement, qui, de son côté, couvre leurs activités
4  1 
Avatar de sanderbe
Membre averti https://www.developpez.com
Le 15/05/2022 à 23:27
Bonsoir,

Des Ukrainiens auraient mené des attaques par déni de service contre les chaînes d'approvisionnement en vodka en Russie interrompant temporairement les expéditions

Quel est votre avis sur le sujet ?
La vodka en Russie c'est sacré. C'est aussi un secteur qui "rapporte". Cibler ce secteur économique et le perturber fait parti donc de la "cyberguerre".

La Russie subirait des violations de données "sans précédent" de la part de pirates informatiques pro-ukrainiens, des dizaines de téraoctets de données auraient été divulgués jusqu'à présent

Quel est votre avis sur le sujet ?
Rien d'étonnant. Pendant longtemps il y a eu la légende urbaine "on ne pirate pas le vieux loup gris russe". Cette légende urbaine est tombée ... Les pays voisins ou la pègre et la mafia règnent s'en sont chargés.

Que pensez-vous du niveau élevé des cyberattaques contre la Russie ?
Comme tout pays en guerre, c'est "un dommage collatéral" L'espace cyber est donc lui aussi "victime"

Pensez-vous que cette guerre cybernétique va rompre l'équilibre des forces du cyberspace comme certains le disent ?
Oui . Le mythe de a muraille russe ou un "russe" n'attaque pas son propre pays vient de tomber . La Russie entre dans le club très "fermé" des pays ou l'on peut maintenant piller la data de ces concitoyens. Les autorités n'auront plus grande chose pour tenter de stopper le phénomène.

Pensez-vous que les gouvernements peuvent soutenir ouvertement les pirates informatiques comme c'est le cas actuellement ?
Cela a toujours été le cas ...

Les choses reviendront-elles à la normale ?
Non. Il y a eu un point de bascule
0  0 
Avatar de Hanoi85
Membre à l'essai https://www.developpez.com
Le 23/04/2022 à 13:53
Il n'y a pas de guerre propre, et cette guerre est sale, comme les autres.

Le danger pour l'Europe, et une partie du monde, c'est que Volodymyr Zelensky est une marionnette, douée du talent d'acteur, qui est son métier de base.

Cette marionnette est en partie au service du peuple Ukrainien, il serait indécent de le nier.

Mais elle est aussi, en grande partie, au service des US et de l'OTAN, pour lesquels le peuple UKRAINIEN n'a aucune valeur, si ce n'est de faire un rempart humain contre l'invasion de Poutine.

Je pense qu'il faut différentier Poutine du peuple Russe. Associer la Russie aux actes de Poutine serait proche d'une forme de négationnisme, qui consisterai à vouloir négliger l'avis d'une bonne partie d'un peuple...qui n'a justement pas son mot à dire depuis que Poutine est en place.

L'ennemi, s'il y en a un, c'est Poutine, et une partie de sa "cour".

Supprimer Internet est l'un des moyen à éviter, car les réseaux militaires utilisent des protocoles et des circuits spécialisés, et c'est surtout les civils qui paieraient le prix.

Malgré les images et messages immondes dont on nous abreuve, toutes les actions amenant à une escalade d'agressions et de violence ma paraissent non seulement inutiles mais dangereuses.

Si on veut que cette guerre s'arrête, ce sont les actions de protection des populations civiles et de désescalade de la violence qu'il faut développer.
0  2 
Avatar de TotoParis
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 19/04/2022 à 10:59
Les russes termineront cette guerre par l'utilisation d'armes nucléaires tactiques.
1  5