IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Avez-vous peur d'être remplacé par un robot ou une IA ? Un outil recommande aux programmeurs de se reconvertir en mathématiciens,
Le risque d'automatisation du métier de programmeur serait de 59 %

Le , par Bill Fassinou

78PARTAGES

10  3 
Des scientifiques de l'École polytechnique fédérale de Lausanne et de l'Université de Lausanne, en Suisse, ont mis au point un outil qui calcule le risque d'automatisation de votre emploi et la manière dont vous pourriez réutiliser vos compétences. Les emballeurs de viande, les nettoyeurs et les constructeurs courent le plus grand risque d'être remplacés par une machine, tandis que les enseignants, les avocats et les physiciens sont en sécurité. Le risque pour les programmeurs informatiques d'être un jour remplacés par une IA est évalué à 59 % par l'outil.

Les risques liés à l'automatisation des emplois à l'avenir

Alors que les dirigeants d'entreprise augmentent chaque année les investissements dans l'automatisation, les scientifiques cherchent à déterminer avec précision quels emplois sont les plus susceptibles d'être automatisés à l'avenir. Le travail des chercheurs suisses a abouti à ce qu'ils appellent l'indice de risque d'automatisation (ARI - automation risk index). C'est un algorithme qui examine quelles exigences d'une description de poste peuvent être exécutées par un robot par rapport à un humain. Il classe ensuite l'importance de ces capacités et évalue dans quelle mesure les robots et la technologie sont prêts à répondre à ces besoins actuellement.

Il utilise ces résultats pour déterminer la probabilité qu'un emploi soit automatisé. L'équipe a utilisé l'ARI pour classer 967 emplois répertoriés dans la base de données du Réseau d'information sur les professions (Occupational Information Network), qui est couramment utilisée dans ce type de recherche. Il contient les connaissances pertinentes sur les emplois, les compétences requises et les aptitudes nécessaires (KSA - knowledge, skills, and abilities). Pour compléter le processus d'analyse, la probabilité qu'une IA ou un robot occupe un poste donné a été évaluée à l'aide des niveaux de préparation technologique de l'Union européenne (UE).



Ces données permettent de déterminer dans quelle mesure les nouvelles technologies sont proches de la réalisation. Selon le classement, les physiciens sont les plus à l'abri de l'automatisation, tandis que les emballeurs de viande et les ouvriers des abattoirs constituent la cohorte la plus à risque. Dans le cadre du calcul de l'ARI, les compétences essentielles de l'homme sont comparées aux capacités pertinentes des robots et de l'IA pour obtenir un chiffre compris entre 0,43 (faible) et 0,78 (élevé) pour le risque d'automatisation. Prenons l'exemple des journalistes et des correspondants d'information : leur score IRA est de 0,58.

Cela représente un peu moins de la moitié de l'échelle. Les programmeurs informatiques se situent un peu plus haut, à 0,59, tandis que les administrateurs de réseaux et de systèmes se situent juste un peu plus bas, à 0,57. Dans la catégorie à haut risque, on trouve la totalité des industries combinées de la préparation et du service des aliments - qui ont un IRA de 0,72 -, les personnes travaillant dans l'industrie minière (0,69) et les emplois d'"aide" dans les industries de la construction et des services. Les scores les plus faibles se trouvent dans l'enseignement postsecondaire (0,5), chez les médecins et autres professions médicales.

C'est également le cas dans les professions juridiques. Les scientifiques ont créé une version des classements accessible au public. Ils ont mis en place un site Web sur lequel les utilisateurs peuvent rechercher un titre de poste dans cet indice de résilience et découvrir le risque d'automatisation qui lui est associé. Bien que la liste soit destinée aux particuliers, l'équipe a déclaré que la méthodologie qu'elle a mise au point pouvait être utilisée à d'autres fins, notamment pour créer les scores de risque d'automatisation figurant dans l'index et pour cartographier les transitions professionnelles des travailleurs déplacés.

En particulier, dans un article consacré à leurs travaux, l'équipe affirme que "les gouvernements pourraient utiliser la méthodologie sous-jacente pour évaluer le risque de chômage de leurs populations et ajuster les politiques éducatives" et que "les entreprises de robotique pourraient l'utiliser comme outil pour mieux comprendre les besoins du marché".

Utiliser la reconversion professionnelle comme solution

En consultant le site, les gens peuvent également trouver des "alternatives résilientes", c'est-à-dire des emplois présentant un risque d'automatisation plus faible et vers lesquels une personne pourrait se tourner avec un minimum de formation. En effet, les chercheurs ne voulaient pas seulement savoir quel poste était à risque, ils voulaient aussi créer une méthode de comparaison des emplois afin de suggérer des carrières plus résilientes pour ceux qui risquent de perdre leur emploi à cause de l'automatisation. Cela a donné lieu à un second indice qu'ils appellent : indice de résilience (RI - Resilience Index).

Selon le rapport de recherche, l'IR génère un chiffre - plus il est bas, mieux c'est - qui indique les transitions professionnelles offrant un meilleur compromis entre le risque d'automatisation et l'effort de reconversion. Les emplois présentant des compétences pertinentes, du moins d'après la façon dont l'équipe a construit son modèle, sont classés en fonction du score ARI et de l'effort requis pour apprendre les KSA pertinents. L'outil que les scientifiques ont mis en ligne comprend trois alternatives de carrière pour chacune des 967 professions étudiées.



Selon l'outil, devenir mathématiciens est la première alternative résiliente pour les programmeurs informatiques, avec un indice de risque d'automatisation de 0,50. Leur deuxième alternative résiliente est le métier de physicien, avec un indice de risque d'automatisation de 0,43. Enfin, les programmeurs peuvent aussi envisager de devenir "ingénieurs et testeurs en assurance qualité logicielle". Ce métier a un indice de risque d'automatisation de 0,57. Les reporters et les correspondants devraient à leur tour envisager de devenir professeurs de droit au niveau postsecondaire, physiciens ou mathématiciens.

C'est exactement le même conseil qu'il donne aux acteurs, poètes, paroliers et écrivains créatifs, et presque le même conseil qu'il donne aux musiciens. Ces professions peuvent sembler, à première vue, peu susceptibles d'être remplacées par des robots dans un avenir proche. Néanmoins, il est bon de savoir que les musiciens peuvent s'appuyer sur les statistiques si nécessaire. L'étude prévoit que les robots remplaceront rapidement les humains dans les secteurs de la comptabilité, de la gestion des clients, de l'industrie, de la poste et du secrétariat.

Selon les chercheurs, un défi majeur consistera à recycler les travailleurs, qui devront eux-mêmes mettre à jour leurs compétences, principalement dans les domaines de la créativité, de l'esprit critique et de la persuasion. Les conclusions de l'étude, intitulée "How to compete with robots by assessing job automation risks and resilient alternatives", ont été publiées dans la revue Science Robotics de l'American Association for the Advancement of Science.

Plus tôt cette année, la société de recherche et de conseil Forrester a suggéré que plus d'un tiers (34 %) de tous les emplois européens pourraient être menacés par l'automatisation. Elle prévoyait également que les entreprises européennes dépenseraient plus de 2,4 milliards d'euros en automatisation pour accroître leur productivité cette année.

Sources : L'outil des chercheurs, le rapport d'étude

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?
Que pensez-vous des conclusions de l'étude ?
Que pensez-vous des alternatives au métier de programmateur informatique ?

Voir aussi

L'automatisation pourrait supprimer 12 millions d'emplois en Europe d'ici les 20 prochaines années, selon une étude de Forrester Research

L'automatisation des processus doit être renforcée pour soutenir la transformation numérique et faire face à la complexité des demandes des clients et des employés, selon un rapport de Transposit

Les revenus mondiaux du marché de l'intelligence artificielle devraient augmenter de 19,6 % d'une année sur l'autre en 2022 pour atteindre 432,8 milliards de dollars, selon les prévisions d'IDC

Les développeurs jouent un rôle de plus en plus important dans l'entreprise moderne, étant impliqués dans la conception, la construction et l'exécution des stratégies numériques, selon IDC

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de walfrat
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 04/05/2022 à 11:40
Franchement, j'hésite a downvoter l'article, même si je ne doute pas de la bonne foi de la personne qui nous l'a relayer ici, ça devient juste fatiguant de voir ce genre d'article se propager tel les retweet d'une foulu en délire suite a une ènième phrase choc bidon.

On a des caisses automatiques, cependant il y a toujours une caissière, pour les codes barres qui ne passent pas, la machine qui se bloque, annuler une ligne, etc.

Bon il y a une caissière pour 4 caisses automatiques. Quand il n'y a pas grand monde, c'est sur que ça va plus vite, quand il y a du monde, je ne suis pas si sur, quand on passe à une caisse normale on a déjà le temps de poser nos articles avant de passer, et autant dire que la caissière va largement plus vite qu'une personne sur une caisse automatique.
9  0 
Avatar de kilroyFR
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 08/05/2022 à 22:13
De toutes facons le developpeur etant l'ouvrier des temps modernes, toutes ces "revolutions" n'ont qu'un seul but, le ramener encore plus a sa condition d'ouvrier, bref au bas de l'echelle.
Si j'en ai peur ? non, parce que je suis en fin de carriere mais par contre je plains les petits jeunes qui deja fuient le metier de dev au bout de 1 ou 2 projets quand ils ont compris qu'ils etaient la variable d'ajustement sur les projets et ceux sur qui on tape, pour faire de l'encadrement puisque mieux remunere (dans toutes les boites que j'ai connues, la notion d'expertise technique n'etait jamais considérée, sachant que les technos evoluent rapidement, on a besoin de gens pointus ponctuellement seulement.
Contairement a beaucoup de pays a l'etranger, un developpeur reste un developpeur. En france que tu sois ingenieur ou developpeur, tu restes un dev. Au mexique par exemple INGENIEUR est un titre (comme docteur) et on doit appeler un ingenieur par ce terme. En france c'est totalement galvaudé et nos managers ont l'art de simplifier a DEVELOPPEUR (ce qui permet aussi au passage de rappeler que pisser du code n'importe qui peut le faire puisqu'on sous traite massivement en inde, chine, etc).
6  0 
Avatar de totozor
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 03/05/2022 à 7:38
Citation Envoyé par Bill Fassinou Voir le message
Des scientifiques de l'École polytechnique fédérale de Lausanne et de l'Université de Lausanne, en Suisse, ont mis au point un outil qui calcule le risque d'automatisation de votre emploi [...] Les emballeurs de viande, les nettoyeurs et les constructeurs courent le plus grand risque d'être remplacés par une machine, tandis que les enseignants, les avocats et les physiciens sont en sécurité
En gros des gens ont fait une étude qui prouve que leur propre métier est faiblement remplaçable par un machine.
Merci les gens... Moi aussi je trouve que les métiers que je connais mal sont facilement remplaçable, par exemple un avocat c'est juste un gars qui lit une tonne de documents et qui va prouver sur base de ça si ce que M. dupont a fait est légal ou pas.
Ou un prof c'est juste un vieux qui te répètes ce qu'il a appris il y a 30 ans, qui mets un mots dans ton cahier de correspondances ou t'impose d'écrire 100 fois une phrase vide de sens parce que tu as refusé de lui obéir.
Donc je ne vois pas en quoi ces métiers sont à l'abris

Par contre écouter des gens parler de leurs problèmes, récolter des données, les mettre en forme pour faire des camemberts ou des histogrammes c'est vraiment pas remplaçable. Il faut distinguer ce qui est factuel de ce qui est du ressentiment, il faut détecter comment traduire tout ça en faits, mettre en place des indicateurs, former les gens à leur utilisations et leurs interprétations etc.

En sortant du troll il y a des taches qui ont peu de valeur ajoutée et qui devraient être traitées par des robots mais je ne connais pas de métier qui est remplaçable quand il est vraiment bien fait mais on demande souvent aux gens de faire leur travail suffisamment bien, ce qui les rend plus facilement remplaçable.
5  0 
Avatar de lukskiwalker
Membre à l'essai https://www.developpez.com
Le 04/05/2022 à 16:53
Clinical Psychologists 53%

Ce qui est certain c'est qu'on peut remplacer les auteurs de cet outil par une IA à 100% tellement il est bullshité
5  0 
Avatar de palnap
Membre averti https://www.developpez.com
Le 02/05/2022 à 22:10
Je demande à voir 😁
4  0 
Avatar de calvaire
Membre expert https://www.developpez.com
Le 03/05/2022 à 8:37
En 2022 je ne vois aucun magasin sans caissière ni aucun avion sans pilote pourtant c'est 100 plus simple d'automatiser ça que développeur.

Et c'est plus simple d'automatiser le métier de développeur qu'avocat, médecin ou enseignant, vraiment ???
5  1 
Avatar de Artemus24
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 04/05/2022 à 18:17
Salut à tous.

Citation Envoyé par Bill Fassinou
tandis que les enseignants, les avocats et les physiciens sont en sécurité.
Les physiciens sûrement car c'est un travail de recherche, ce qu'est incapable de fournir une IA.
Il n'y a rien de plus automatique que les métiers de l'enseignement et de la justice.
Je ne dirai pas cela de la police, là où il est nécessaire d'enquêter et d'avoir de l'intuition.

Citation Envoyé par Bill Fassinou
Quel est votre avis sur le sujet ?
C'est bien joli de remplacer l'humain par une machine.
Mais si la machine tombe en panne, qui va la remplacer ?
Certainement pas l'humain car il est devenu obsolète.
Une autre machine, peut-être ? Mais qui va prendre la décision de se remplacement ?

Citation Envoyé par Bill Fassinou
Que pensez-vous des conclusions de l'étude ?
Je crains que c'est utopique de croire que les machines vont remplacé les humains.

S'il n'y a plus de travail pour tout le monde, et qu'en plus nous avons une surpopulation, je crains le risque d'un explosion de notre société.

Citation Envoyé par Bill Fassinou
Que pensez-vous des alternatives au métier de programmateur informatique ?
Une machine ne peut pas tout faire.

La créativité est bien absente du domaine de l'IA.
Résoudre un problème ne veut pas dire que la machine comprend ce qu'elle fait.
La machine répète ce qu'on lui a appris, mieux que l'humain, je le reconnais.

On juge que l'humain est une variable ajustable mais à quoi sert un monde utopique IA, si l'humain n'y est pas présent ?

Je me demande ce qu'il entende par IA ? Une IA, pour moi, ce n'est pas un automate avec plein de capteurs.
Les langages de cinquième générations ne sont pas des IA.

Faire du dénombrement comme résoudre des problèmes, ce n'est pas non plus de l'IA.
Je pense à des jeux comme AlphaGo, où les performances de ces IA dépendent de la capacité de nos ordinateurs.

Que l'on m'explique ce qu'est une IA.
Est-ce un robot qui va prendre ma place au bureau et va faire mon travail ?
Sera-t-il syndicalisé ? Aura-t-il des droits ? Va-t-il aussi payer des impôts ? Et quel sera sa tendance politique ?

Cordialement.
Artemus24.
@+
4  0 
Avatar de moldavi
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 08/05/2022 à 1:07
Bonjour.

Cela fait 15 ans que j'entends ce discours. Avant c'était les générateurs de code, maintenant c'est l'IA. Dans 15 ans, on vous dira que c'est le quantique qui va remplacer les développeurs.

L'idée derrière tout cela, c'est de rabaisser le métier de développeur. D'ailleurs nous ne sommes pas des développeurs, mais des ingénieurs en développement.
4  0 
Avatar de Papik92
Futur Membre du Club https://www.developpez.com
Le 09/05/2022 à 18:53
Début de années 90 je suis développeur chez IBM France. La grande nouvelle c'est que les développement d'applications ne servent plus à rien. Il y a plein de logiciels qui répondent à tous les besoins. Aussi tous les services liés aux développements sont transférés dans la filiale Axone.
Moins de cinq ans plus tard, grâce aux développeurs, la filiale gagne plus d'argent que la maison mère (IBM France). Visiblement les logiciels n'ont pas tenu leurs promesses . Nous sommes donc tous réintégrés à IBM France.
4  0 
Avatar de smarties
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 02/05/2022 à 22:41
Il faudrait que le client sache ce qu'il veut et l'écrive précisément, qu'il énumère tous les cas, qu'il ne change pas d'avis.
Donc pour moi le métier de développeur ne risque pas d'être automatisé.

Par contre, je suis en train d'essayer Tabnine sur VSCode avec du Rust qui n'est pas encore officiellement supporté et les complétions proposés sont globalement correctes. Il y a Sourcery pour Python mais je n'ai pas essayé.

Je crois plutôt qu'à l’avenir on ira plus vite pour développer grâce aux outils de ce genre.
3  0