IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Xénobots : les minuscules biorobots ressemblant à Pac-Man, conçus par l'IA, sont désormais capables de se reproduire,
Cela pourrait permettre de développer une intelligence générale artificielle

Le , par Bill Fassinou

5PARTAGES

5  0 
Les scientifiques de l'université du Vermont (UVM) qui ont introduit les Xenobots il y a environ deux ans affirment dans un nouvel article de recherche que ces petits robots organiques, créés en laboratoire à l'aide de l'IA et des cellules de grenouille, peuvent maintenant se reproduire. Les chercheurs de l'UVM estiment que les résultats de leur recherche pourraient révolutionner la médecine régénérative tout en permettant aux scientifiques de faire un grand bond dans les traitements contre les maladies comme le cancer et les opérations de pontage. Cela pourrait également servir de base pour le développement d'une intelligence générale artificielle (AGI).

À en croire les scientifiques de l'université du Vermont, l'IA et la robotique seraient sur le point de faire un grand bond avec le nouveau concept de robots "vivants" autorégénérateurs et autorépliquants : les xénobots. Les xénobots des organismes simples et "programmables" créés par l'assemblage de cellules souches dans une boîte de Petri. « On peut voir cela comme l'utilisation de différentes cellules [comme] des blocs de construction, comme on le ferait avec des LEGO ou Minecraft », explique Douglas Blackiston, coauteur de l'étude. Ils étaient initialement constitués d'environ 500 à 1000 cellules de peau et de muscle cardiaque de grenouilles.

Selon les scientifiques, ces spécimens de moins d'un millimètre seraient même capables de transporter de minuscules objets. Les minirobots utilisent les réserves des cellules comme carburant, ce qui peut fournir de l'énergie pendant plusieurs jours. Surnommés "robots vivants", les xénobots sont des robots autoguérisseurs et autonomes. Comme les cellules animales et végétales naturelles, les cellules utilisées pour créer les xénobots meurent également après avoir achevé leur cycle de vie. Leur taille minuscule et leur autonomie permettent aux xénobots de pénétrer dans le corps humain et dans des pipelines de taille microscopique.



Ils peuvent également pénétrer dans des souterrains ou dans des espaces extrêmement petits et restreints pour effectuer divers types de tâches. En outre, ces robots présentent une certaine ressemblance avec les nanobots. Bien que les nanobots soient beaucoup plus petits que les xénobots, ils sont tous deux utilisés pour effectuer des opérations ultra-sensibles. Selon les chercheurs, des technologies telles que l'IA et la robotique, associées à la technologie des cellules souches, permettent à ces robots de se fondre parfaitement dans les autres cellules et tissus s'ils pénètrent dans le corps humain à des fins de soins de santé futuristes.

L'un des principaux avantages des xénobots est leur nature furtive, qui leur permet de se fondre dans l'environnement lors d'une opération. Et maintenant, les chercheurs sont parvenus à ajouter une nouvelle caractéristique majeure aux xénobots : l'autoréplication. Ils seraient désormais capables de se reproduire de manière autonome et créer une armée en un rien de temps. Selon le document de recherche, publié dans la Revue scientifique PNAS, les xénobots suivent en fait de près le mécanisme de reproduction des cellules réelles des plantes, des animaux et d'autres organismes que l'on trouve dans divers écosystèmes du monde entier.

Les cellules souches à l'intérieur des xénobots pourraient subir une fission sans fin pour déclencher une chaîne d'autoréplication qui peut être utile pour divers types de tâches. Bien que les xénobots soient un concept relativement nouveau et ne possèdent aucune application connue et éprouvée, leur mécanisme de fonctionnement établit un parallèle avec la robotique en essaim, une sous-section de l'IA et de la robotique impliquant des robots collectifs qui fonctionnent en parfaite synchronisation par rapport aux mouvements des autres afin d'exécuter des fonctions complexes, telles que la distribution et la redirection des chaînes d'approvisionnement.

Les chercheurs parlent d'une "nouvelle classe d'artefacts vivants". Il y a deux ans, certaines personnes avaient déclaré que les xénobots n'étaient pas des organismes parce qu'ils ne pouvaient pas se reproduire, mais maintenant ils le peuvent. Cela a été rendu possible grâce à des algorithmes d'IA qui ont simulé une grande variété de méthodes pour répliquer les cellules. Il s'est avéré que l'assemblage final des cellules ressemble au personnage du jeu Pac-Man. Avec l'aide des cellules souches, celles-ci ont pu continuer à se reproduire, de sorte que jusqu'à cinq nouvelles générations de xénobots ont pu être formées.

Comme l'explique Josh Bongard, de l'UVM, la forme des xénobots est essentiellement leur programmation. Selon le chercheur, la technologie en est encore à un stade très précoce. Mais les scientifiques voient dans la combinaison de l'IA et de la biologie moléculaire un potentiel d'applications dans le corps. Par exemple, ils pourraient produire de l'insuline, traiter le cancer, transporter des objets ou réparer des lésions de la moelle épinière. L'équipe pense qu'ils pourraient aussi un jour collecter des microplastiques dans les mers. Ils mentionnent également qu'il n'y a pas lieu de s'inquiéter de l'autoréplication des biomachines.



Les petits robots seraient biodégradables et stockés en toute sécurité dans le laboratoire. Certains scientifiques ont toutefois des préoccupations éthiques. « Chaque fois que nous nous efforçons d'exploiter la vie, nous devrions reconnaître qu'elle peut très mal tourner », a déclaré Nita Farahany, professeur de droit et de philosophie à l'université Duke, où elle étudie l'éthique liée aux nouvelles technologies. Les chercheurs de l'UVM notent néanmoins qu'un xénobot ne peut se copier lui-même sans matières premières. Donc, il n'y a pratiquement aucune chance qu'ils puissent s'échapper du laboratoire et commencer à se reproduire par eux-mêmes.

D'après les chercheurs, il suffit d'éliminer les cellules souches en vrac pour qu'il n'y ait plus rien qui puisse permettre de fabriquer de nouveaux xénobots. « Comme il n'y a pas de matériel génétique provenant du xénobot parent, ils ne peuvent pas non plus muter ou évoluer par eux-mêmes. Ce serait comme si l'on trouvait des morceaux d'un être humain qui flottent et qu'on les collait ensemble pour en faire une copie. Il est donc difficile de comprendre comment la sélection [évolutive] agirait sur cela, car il n'y a rien de transféré entre chaque génération - chacune est indépendante », explique Blackiston.

Ce que les chercheurs espèrent, c'est qu'un jour ces xénobots et leur capacité à s'autorépliquer pourraient être exploités pour le bien de l'humanité. Par ailleurs, d'autres experts estiment que les xénobots pourraient permettre aux scientifiques des données, aux développeurs de technologies, aux entreprises et aux gouvernements du monde entier de créer enfin une intelligence générale artificielle (AGI). En termes simples (car le concept a également un sens plus large), l'AGI permet aux machines et aux applications numériques de comprendre et d'effectuer des tâches intelligentes comme le font les humains.

L'AGI, qui n'est pour l'instant qu'un concept, implique que les robots et les outils intelligents possédant des niveaux élevés de sensibilité et de conscience machine puissent définitivement penser comme des humains et prendre des décisions ou exécuter des fonctions de manière autonome avec l'efficacité impitoyable d'une machine tout en possédant le sens stratégique et la capacité d'adaptation à court terme du cerveau humain.

Source : Rapport d'étude des chercheurs de l'UVM

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?
Que pensez-vous des xénobots et de leur capacité d'autoréplication ?
Selon vous, quels pourraient être les cas d'utilisation futurs de cette technologie ?
Selon vous, quels pourraient être les impacts négatifs de cette technologie sur l'humanité ?

Voir aussi

Des scientifiques ont créé les tout premiers robots faits entièrement à partir de cellules-souches de grenouilles, et capables de se régénérer tous seuls après avoir été coupés

Des scientifiques découvrent un procédé qui stabilise les plasmas de fusion dans les tokamaks, la perspective d'une nouvelle source d'énergie propre ?

« L'intelligence artificielle va surpasser l'humain dans 5 ans », d'après Elon Musk, qui indique comment sa société Neuralink qui conçoit des ordinateurs à implanter dans le cerveau va nous sauver

Les scientifiques utilisent les mathématiques pour calculer les réseaux de neurones et analyser comment ils se comportent au "bord du chaos", cela peut aider l'IA à mieux cerner le comportement humain

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !