IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Lyon : ChatGPT utilisé par la moitié des élèves de Master d'un professeur pour rédiger leurs devoirs.
« Cette pratique m'inquiète. Elle pose un véritable problème d'intégration des savoirs »

Le , par Stéphane le calme

173PARTAGES

18  0 
À Lyon, un professeur a remarqué de curieuses similitudes dans les copies rendues par la moitié de ses étudiants; il leur avait donné une semaine pour rédiger leurs devoirs. Si les mots différaient, leurs structures démonstratives et leurs exemples sont restés constamment les mêmes. C’est en se renseignant auprès de ses élèves que l’un d’eux a fini par avouer l’utilisation de ChatGPT dans la rédaction.

À en croire des témoignages de professeurs d'université, les étudiants confient à ChatGPT la résolution de leurs devoirs de maison, notamment en dissertation. « Le monde universitaire n'a rien vu venir. Nous sommes donc pris au dépourvu », explique Darren Hudson Hick, professeur adjoint de philosophie à l'université Furman.

« Je l'ai signalé sur Facebook, et mes amis [professeurs] ont dit : "ouais ! J'en ai attrapé un aussi" », a-t-il ajouté. Au début du mois, Hick aurait demandé à sa classe d'écrire un essai de 500 mots sur le philosophe écossais du 18e siècle David Hume et le paradoxe de l'horreur, qui examine comment les gens peuvent tirer du plaisir de quelque chose qu'ils craignent, pour un test à la maison. Mais selon le professeur de philosophie, l'une des dissertations qui lui sont parvenus présentait quelques caractéristiques qui ont "signalé" l'utilisation de l'IA dans la réponse "rudimentaire" de l'étudiant. Hick explique que cela peut être détecté par un œil avisé.

« C'est un style propre. Mais il est reconnaissable. Je dirais qu'il écrit comme un élève de terminale très intelligent », a expliqué Hick à propos des réponses apportées par ChatGPT aux questions. « Il y avait une formulation particulière qui n'était pas fausse, mais juste étrange. Si vous deviez enseigner à quelqu'un comment écrire des essais, c'est ce que vous lui diriez avant qu'il crée son style », a-t-il ajouté. Malgré sa connaissance de l'éthique du droit d'auteur, Hick a déclaré qu'il était presque impossible de prouver que le document avait été concocté par ChatGPT. Le professeur affirme avoir fait appel à un logiciel de vérification de plagiat.

Être capable de distinguer l'écriture produite par un humain ou une machine changera la façon dont ils peuvent être utilisés dans le milieu universitaire. Les écoles seraient en mesure d'appliquer plus efficacement l'interdiction des essais générés par l'IA, ou peut-être seraient-elles plus disposées à accepter des articles si elles pouvaient voir comment ces outils peuvent aider leurs élèves.


Premier cas connu en France de l'utilisation de ChatGPT en milieu universitaire ?

Le journal lyonnais Le Progrès nous fait déjà part d’un premier cas connu d’utilisation de l’IA chez les étudiants dans l'Hexagone.

Stéphane Bonvallet, enseignant en handicapologie (matière enseignée dans certains cursus de santé du secondaire), a demandé à ses élèves de faculté de Lyon de «*Définir les grands traits de l’approche médicale du handicap en Europe*». Il leur a laissé une semaine pour travailler sur le sujet.

Cependant, lors de la correction, il s'est aperçu que sept copies sur les quatorze de sa classe font appel à une construction identique, avancent des arguments qui se ressemblent, mais sans jamais tourner au plagiat : «*Il ne s’agissait pas de copier-coller. Mais les copies étaient construites exactement de la même manière*», relate-t-il. «*On y retrouvait les mêmes constructions grammaticales. Le raisonnement était mené dans le même ordre, avec les mêmes qualités et les mêmes défauts ».

Stéphane Bonvallet raconte au Progrès en avoir discuté directement avec une étudiante. Elle reconnaît alors que la moitié de la promotion de 14 élèves ont eu recours à ChatGPT.

Les étudiants n’ont pas reçu de blâme pour cet usage, puisque l’utilisation d'outil de la même trempe que ChatGPT n'est pas proscrit par le milieu scolaire : « n’ayant pas de cadre interdisant actuellement cette pratique, j’ai été contraint de les noter », explique-t-il au quotidien. Puisque les autres notes étaient comprises entre 10 et 12,5, le professeur a choisi d'attribuer la même note de 11,75 à tous ces travaux qui se sont appuyés sur ChatGPT.

En se renseignant auprès de ses collègues, il a fait le constat que ce cas était loin d’être isolé.

« Cette pratique m’inquiète. Elle pose un véritable problème d’intégration des savoirs, car les élèves n’ont plus besoin d’effectuer la moindre recherche pour composer », a regretté le professeur.

Les copies sont désormais en possession de la direction.

La ville de New York interdit aux étudiants et aux enseignants d'utiliser ChatGPT

« En raison de préoccupations concernant les effets négatifs sur l'apprentissage des élèves, ainsi que la sécurité et l'exactitude du contenu, l'accès à ChatGPT est prohibé sur les réseaux et les appareils des écoles publiques de la ville de New York », déclare un porte-parole du Département de l’éducation de la ville.

La controverse au sujet de cette décision tient au moins sur l’observation évidente que ChatGPT peut faire office de complément à un moteur de recherche. Décider d’en interdire l’accès revient donc à faire pareil avec des plateformes sur lesquels les étudiants sont aussi susceptibles de trouver des réponses à leurs évaluations : Wikipedia, Google, etc.

Oui, les modèles de langage génératif peuvent être bons mais ils ne savent pas de quoi ils parlent

Aussi impressionnant que puisse paraître l'écriture générée par l'IA dans les gros titres avec des conférences universitaires et des écoles interdisant les articles écrits par machine, voici un rappel qu'ils manquent de compréhension par rapport à la véritable écriture humaine.

Dans un éditorial publié dans Salon, Gary Smith, professeur d'économie au Pomona College, a présenté quelques exemples où GPT-3 ne parvient pas à raisonner et à répondre efficacement aux questions :

« Si vous jouez avec GPT-3 (et je vous encourage à le faire), votre réponse initiale sera probablement l'étonnement... Vous semblez avoir une vraie conversation avec une personne très intelligente. Cependant, en approfondissant, vous découvrirez bientôt que si le GPT-3 peut enchaîner des mots de manière convaincante, il n'a aucune idée de ce que signifient les mots », a-t-il écrit.

« Prédire que le mot terre est susceptible de suivre le groupe de mots tomber par ne nécessite aucune compréhension de ce que signifie l'un ou l'autre mot - seulement un calcul statistique que ces mots vont souvent ensemble. Par conséquent, GPT-3 est enclin à faire des déclarations faisant autorité qui sont finalement complètement fausses ».

Cela a-t-il été écrit par un robot ? Ces outils aident à détecter le texte généré par l'IA

C'est tellement difficile d'être un bot de nos jours. Juste au moment où vous pensiez que nous écririons tous avec l'IA d'ici à l'éternité, les ingénieurs ont commencé à développer de nouvelles façons de détecter si le texte a été écrit par ChatGPT ou un autre générateur de texte AI.

Voici trois outils de détection qui peuvent être utilisés dès maintenant (ou très bientôt).

Détecteur de sortie GPT-2

OpenAI impressionne Internet avec ses efforts pour reproduire l'intelligence humaine et les capacités artistiques depuis 2015. Mais en novembre dernier, la société est finalement devenue méga-virale avec la sortie du générateur de texte AI ChatGPT. Les utilisateurs de l'outil bêta ont publié des exemples de réponses textuelles générées par l'IA à des invites qui semblaient si légitimes qu'elles ont semé la peur dans le cœur des enseignants et ont même fait craindre à Google que l'outil ne tue son activité de recherche.

Si les ingénieurs d'OpenAI sont capables de créer un bot qui peut écrire aussi bien ou mieux que l'humain moyen, il va de soi qu'ils peuvent également créer un bot qui est meilleur que l'humain moyen pour détecter si le texte a été généré par IA.

La démo en ligne du modèle de détecteur de sortie GPT-2 vous permet de coller du texte dans une boîte et de voir immédiatement la probabilité que le texte ait été écrit par l'IA. Selon les recherches d'OpenAI, l'outil a un taux de détection relativement élevé, mais « doit être associé à des approches basées sur les métadonnées, au jugement humain et à l'éducation du public pour être plus efficace ».

GLTR (Giant Language model Test Room)

Lorsque OpenAI a publié GPT-2 en 2019, les gens du MIT-IBM Watson AI Lab et du Harvard Natural Language Processing Group ont uni leurs forces pour créer un algorithme qui tente de détecter si le texte a été écrit par un bot.

Un texte généré par ordinateur peut sembler avoir été écrit par un humain, mais un écrivain humain est plus susceptible de sélectionner des mots imprévisibles. En utilisant la méthode « il en faut un pour en connaître un », si l'algorithme GLTR peut prédire le mot suivant dans une phrase, alors il supposera que cette phrase a été écrite par un bot.

GPTZero

Durant la période des fêtes de fin d'années, Edward Tian était occupé à créer GPTZero, une application qui peut aider à déterminer si le texte a été écrit par un humain ou un bot. En tant qu'universitaire à Princeton, Tian comprend comment les professeurs d'université pourraient avoir un intérêt direct à détecter un « AIgiarism », ou un plagiat assisté par IA.

Tian dit que son outil mesure le caractère aléatoire des phrases ("perplexité") plus le caractère aléatoire global ("burstiness") pour calculer la probabilité que le texte ait été écrit par ChatGPT. Depuis qu'il a tweeté à propos de GPTZero le 2 janvier, Tian dit qu'il a déjà été approché par des sociétés à capital risque souhaitant investir et qu'il développera bientôt des versions mises à jour.

Filigrane (à venir)

En plus d'aborder le problème comme les détecteurs de plagiat l'ont fait dans le passé, OpenAI tente de résoudre le problème en filigranant tout le texte ChatGPT. Selon une récente conférence sur la sécurité de l'IA par le chercheur invité d'OpenAI, Scott Aaronson, les ingénieurs ont déjà construit un prototype fonctionnel qui ajoute un filigrane à tout texte créé par OpenAI.

« Fondamentalement, chaque fois que GPT génère un texte long, nous voulons qu'il y ait un signal secret autrement imperceptible dans ses choix de mots, que vous pouvez utiliser pour prouver plus tard que, oui, cela vient de GPT », explique Aaronson. L'outil utiliserait ce qu'il appelle une « fonction cryptographique pseudo-aléatoire ». Et seul OpenAI aurait accès à cette clé.

Conclusion

Le plus grand débat tourne autour de la possibilité de voir les intelligences artificielles rendues au stade où elles sont dotées de « bon sens », capables de réflexion causale, c’est-à-dire de cette capacité à raisonner sur « le pourquoi les choses se produisent. »

Google par exemple est lancé en secret sur le développement de Pitchfork, ou AI Developer Assistance. C’est un outil qui utilise l'apprentissage automatique pour apprendre au code à s'écrire et se réécrire lui-même. Comment ? En apprenant des styles correspondant à des langages de programmation, et en appliquant ces connaissances pour écrire de nouvelles lignes de code.

L’intention initiale derrière ce projet était de créer une plateforme capable de mettre automatiquement à jour la base de code Python chaque fois qu'une nouvelle version était publiée, sans nécessiter l'intervention ou l'embauche d'un grand nombre d'ingénieurs. Cependant, le potentiel du programme s'est avéré beaucoup plus important que prévu.

Désormais, l'intention est de donner vie à un système polyvalent capable de maintenir un standard de qualité dans le code, mais sans dépendre de l'intervention humaine dans les tâches de développement et de mise à jour. Un tel objectif pourrait ne plus relever de la science fiction lorsqu’on sait que des équipes de recherche en intelligence artificielle promettent déjà l’atteinte du stade d’intelligence artificielle générale dans 5 à 10 ans.

Source : Le Progrès

Et vous ?

Pour ou contre l'utilisation des outils comme ChatGPT en milieu scolaire ? Pourquoi ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-nous-la !

Avatar de thamn
Membre averti https://www.developpez.com
Le 19/02/2023 à 21:59
Citation Envoyé par Erviewthink Voir le message
Si il n'est pas content il change de boulot, personne ne l'a obligé à faire ça.

Pas compliqué si ? C'est à cause des personnes comme ça qu'il y a du dumping social.

Si les gens refusaient ces boulots sous payés il n'y aurait pas ce problème.

Mais bon comme la majorité des gens n'ont pas ou peu de dignité...
Ah oui bien sur, pour changer de boulot suffit de traverser la rue comme disait l'autre.
Essaye de changer de job sans debaler ton joli diplome qui t'aurais couté un bras au US, et revient nous en causer apres.
13  0 
Avatar de babacool421
Nouveau membre du Club https://www.developpez.com
Le 10/02/2023 à 12:52
Citation Envoyé par Mat.M Voir le message
la méga différence entre Google et ChatGPT c'est que le premier est une entreprise vraiment commerciale qui gagne du cash.
ChatGPT je sais pas ce que c'est, est-ce un outil développé par un collectif d'universitaires ?
Comment ce truc 'est financé ?

Google est dirigé par des informaticiens, Serguei Brin en particulier, est un ingénieur/chercheur brillant qui développe et intervient sur les projets R&D encore aujourd'hui. Serguei est convaincu pour avoir eu la chance de participer à une conférence "intimiste" que l'émergence de l'IA forte est primordiale et une étape importante dans l'évolution de notre civilisation (voir pour sa survie). L'IA forte nous permettrait, selon lui, de faire un nouveau bon technologique et de résoudre plus rapidement des problématiques hors de portée de l'intelligence humaine à ce jour (amélioration importante de la durée de vie, maitrise de la fusion nucléaire ou des réactions matières/anti-matière, maitrise du voyage interstellaire (trou de vers, métrique d’Alcubierre,...),...
N'oublions pas qu'à tout moment un évènement stellaire pourrait détruire notre habitat (comète, sursaut gamma, trou noir errant) et même le réveil des trapps de sibérie pour rendre notre planète inhabitable. Cet évènement arrivera et nous ne pouvons prédire quand. Demain peut-être.

remarque pertinente..sans trop faire du H.S. j'espère que c'est possible pour nos "fleurons" hexagonaux comme Cap ou Atos quand on voit les déboires d'Atos...
Citez moi une innovation technologique impactante à l'échelle de l'humanité (même de l'Europe) développée de Cap ou Atos ? Pour avoir travaillé pour ces entreprises et d'autres ESN, ces sociétés détournent les dispositifs comme le CIR/CII pour améliorer leur marge au lieu de financer de vrais projets R&D et développer des nouvelles technologies. Et même les ratios de ces "faux" budgets R&D sont ridicules comparés aux investissements de Google ou Amazon.
En France, nous sommes très bons en recherche fondamentale ou en recherche appliquées de part notre réseau universitaire et d'école assez performant. Mais, les entreprises françaises qui profitent de ses travaux sont dirigés par des investisseurs, des ignorants en science, incapable de juger par eux même de la pertinence d'une thèse par rapport à une autre. Nous avons probablement entre 10 et 15 ans de retard sur la R&D sur le domaine de l'informatique, l'IA ou la robotique par rapport à Google et Amazon.
11  0 
Avatar de electroremy
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 02/03/2023 à 9:28
Bonjour,

Le problème avec ChatGPT, ou plus généralement à notre époque, c'est qu'on a énormément d'informations à disposition MAIS il y a de bonnes et de fausses informations mélangées.
De plus, un certain nombre de bonnes informations sont parfois méconnues.

C'est vrai dans tous les domaines.

J'ai 42 ans, ingénieur généraliste, passionné de bricolage, j'en apprends encore tous les jours, et notamment des choses que "j'aurais dû savoir avant"

Quelques exemples :

J'ai fait moi-même mon chauffage central il y a 15 ans.
J'ai découvert il y a 2 ou 3 ans qu'un mitigeur thermostatique n'était pas compatible avec une chaudière à production d'eau chaude instantanée
Et qu'il fallait ajuster la température de l'eau chaude au minimum, de façon à ne se doucher qu'avec de l'eau chaude (qui est en fait tiède)
La chaudière (modèle à condensation) fonctionne mieux, avec un meilleur rendement, et il n'y a pas de risque sanitaire car il n'y a pas d'accumulation d'eau chaude, étant donné que la production d'eau chaude est instantanée. C'est uniquement quand de l'eau chaude stagne (cumulus) qu'il faut qu'elle soit suffisamment chaude pour éviter un risque sanitaire.
Cette information, beaucoup de gens, y compris "du métier", ne la connaissent pas ou pire disent qu'elle est fausse.

Autre sujet : le béton.
La meilleure façon de bien couler du béton c'est :
- de mettre la quantité d'eau minimum : quand sur le sac c'est écrit "2,7 à 3 litres d'eau" il faut mettre 2,7 litres d'eau pas plus
- d'ajouter du fluidifiant (produit spécifique)
- de vibrer le béton une fois coulé
Beaucoup de gens l'ignorent, et notamment mettent trop d'eau => le béton est fragile, il y a un risque de malfaçon importante voir un danger si la structure est porteuse...
Même en magasin de bricolage, j'ai vu des vendeurs conseiller de doser l'eau au pifomètre !
Même des "professionnels" ajoutent de l'eau dans la toupie pour travailler plus facilement
Ces gens sont incompétents, ce sont des escrocs qui mettent des vies en danger.

ChatGPT se base sur Internet.
Internet est démocratique.
Mais, comme l'a dit mon prof de physique en 1re année de prépa (cela m'avait choqué à l'époque) :
"Le problème avec la démocratie, c'est quand 10 personnes se trompent et 9 personnes ont juste, et bien on donne raison aux 10 personnes qui se trompent"
Les réseaux sociaux, en permettant à n'importe qui de publier très facilement n'importe quoi, ont amplifié le phénomène.
Avant les réseaux sociaux, créer un site demandait un minimum de travail, et pour avoir des visiteurs il fallait publier des contenus intéressants, ça faisait office de filtre (même si il pouvait y avoir pas mal de conneries quand même mais nettement moins qu'aujourd'hui )
D'autant que les algorithmes des réseaux sociaux sont conçus pour amplifier les contenus émotionnels négatifs.
ChatGPT va juste faire la moyenne de tout.
Certes pour quelqu'un qui n'y connais rien sur un sujet, ChatGPT va probablement apporter une réponse.
Mais par rapport aux experts de chaque domaine, ChatGPT est clairement en dessous.
L'IA aboutit donc à un nivellement par le bas

Ainsi le créationnisme en vient à être enseigné dans certains pays comme théorie aussi valable que la théorie de l'évolution
Et on voit, en 2023, des gens croire que la terre est plate.

Que dire de l'IA ? On devrait plutôt parler de connerie artificielle
11  0 
Avatar de
https://www.developpez.com
Le 30/01/2023 à 23:01
Si je resume, je dois travailler jusqu'a 64 ans mais je serais remplacé par une IA prochainement... Quelle belle époque !
Bon, faut donc que je trouve une méthode pour vivre des aides, tranquille, loin du stress...
11  1 
Avatar de electroremy
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 02/02/2023 à 11:10
Que penser de toute cette agitation autour de "l'intelligence artificielle" ?

D'abord, sur le principe il n'y a rien de nouveau. Les réseaux de neurones, algorithmes génétiques, la logique floue, les systèmes experts existent depuis des décennies. Au début des années 2000, j'avais moi même utilisé un algorithme génétique qui donnait "presque miraculeusement" rapidement de bons résultats à un problème d'optimisation.

Aujourd'hui, nous avons juste à disposition :

- des ordinateurs beaucoup plus rapides avec beaucoup plus de mémoire

- beaucoup de données exploitables facilement et directement, grâce (ou à cause) de l'usage de l'informatique dans la vie quotidienne et professionnelle.

Les résultats sont impressionnants, notamment grâce à la façon dont ils sont présentés : langage "naturel", synthèse vocale de bonne qualité, avatars en 3D voire vidéos réalistes.

Il faut garder la tête froide : ces dispositifs ne "réfléchissent" et ne "comprennent" pas du tout. Ce sont des boites noires, qui arrivent à sortir rapidement un résultat connu depuis les données dont ils disposent.

Ils sont similaires à une grande encyclopédie : une étagère complète de livres épais qui "connaissent" toutes les définitions, toutes les biographies, tous les faits historiques... pourtant personne ne va trouver une encyclopédie "intelligente".

Cette "intelligence artificielle" peut se planter de façon totalement imprévisible, comme le montrent les expérimentations sur la conduite autonome des voitures dans un milieu ouvert.

De plus, elle ne semblent pas pouvoir inventer des choses réellement nouvelles - attention, la grande quantité de données dont elles disposent peuvent laisser croire le contraire, car les capacités des datacenters actuels dépassent les capacités de mémorisations du commun des mortels. Si une IA vous donne l'impression d'avoir fait quelque chose de nouveau, c'est probablement parce qu'elle a des données sur quelque chose que vous ne connaissez pas, ce qui vous laisse croire que c'est nouveau.

En fait c'est ça la véritable leçon de l'histoire : aujourd'hui, l'humanité a accumulé tellement de connaissances sur tellement de sujets qu'il est impossible pour quelqu'un de tout savoir. Même si vous êtes touche-à-tout, que vous lisez beaucoup de livres et écoutez beaucoup de musique, à la fin de votre vie vous n'aurez vu, entendu et compris qu'une toute petite partie de ce qui a été dit ou écrit...
11  1 
Avatar de schlebe
Membre actif https://www.developpez.com
Le 08/06/2023 à 19:26
La moindre des choses à exiger des articles publiés par ChatGPT et qu'il les signe afin de permettre aux lecteurs de connaître la véritable source des articles.

Il faudrait également sanctionner les sociétés qui publient des articles générés par ChatGPT avec du contenus inventés ou mensongers.

Une amende de 2% du chiffre d'affaire par articles mensongers publiés et une amende de 2% du chiffre d'affaire par jour et par articles mensongers constatés et toujours publiés plus d'une semaine après le constat.

Dans moins d'un mois, on ne parlera plus de ChatGPT de la même façon et il faudra engager du personnel pour vérifier tout ce qu'il aura écrit.
12  2 
Avatar de steel-finger
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 20/02/2023 à 13:07
Citation Envoyé par Erviewthink Voir le message
Si il n'est pas content il change de boulot, personne ne l'a obligé à faire ça.

Pas compliqué si ? C'est à cause des personnes comme ça qu'il y a du dumping social.

Si les gens refusaient ces boulots sous payés il n'y aurait pas ce problème.

Mais bon comme la majorité des gens n'ont pas ou peu de dignité...
La vie ne fonctionne pas comme ça, il faut que tu sortes de ton cocon pour t'en rendre compte.
Malheureusement, il y a des personnes qui préfèrent nourrir leur enfant en prenant les boulots qui nuise à la dignité plutôt que de n'avoir aucune rentrée d'argent !
8  0 
Avatar de walfrat
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 07/04/2023 à 9:55
"Hey chatGPT, voilà toutes les donneés confidentielles économiques de mon entreprises, fait moi le rapport financier stp, j'ai la flème".
8  0 
Avatar de Jon Shannow
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 09/06/2023 à 14:59
Citation Envoyé par coolspot Voir le message
Macron si on peut dire c'est un Poutine avec 20 ans de moins. Il se prépare deja à vouloir bidouiller la constitution ou faire comme la presse commence à le dire une "Poutine/Medvedev" pour etre président à vie
Heu ! Tu as des infos la dessus ? Non seulement sur la préparation, mais aussi la faisabilité...
8  0 
Avatar de totozor
Membre expert https://www.developpez.com
Le 09/06/2023 à 15:48
Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
C'est pas marrant d'être sans emploi.
C'est pas marrant d'être sans emploi dans un système capitaliste.
Que se passerait il si les gens n'avaient plus besoin de se salarier pour vivre?
La plupart travailleraient.
Par exemple que font les retraités qui ont la santé?
Il s'investissent dans les associations, ils gardent leurs petits enfants, ils investissent dans leur quartier, ils s'entreaident etc.
(Et ceux qui revaient d'être rentiers partent en voyage)

Pourquoi ceci n'est pas souhaitable?
Comment nos dirigeants s'assureraient d'avoir de la main d'oeuvre (au sens large)?
Bernard Arnault perdrait "de la valeur" (je ne dit pas qu'il n'en aurait plus) et Gérard l'éboueur, Géraldine l'aide soignante, Marcel le passionné d'astronomie en gagneraient

Oui le monde que je décrit est peut être idéaliste mais il y a des faisceau de pistes qui suggèrent que c'est viable
Et ce n'est qu'un monde à envisager parmi d'autres
Celui dans lequel on vit ne semble pas viable pour la majorité.
9  1