IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Airbus teste une technologie appelée DragonFly qui vise à rendre ses avions de ligne entièrement autonomes,
Mais beaucoup sont sceptiques face aux systèmes visant à supprimer les pilotes du cockpit

Le , par Bill Fassinou

2PARTAGES

6  0 
Airbus UpNext, une filiale du géant de l'aéronautique qui valide les nouvelles technologies avant de les déployer sur l'ensemble de la flotte, a annoncé qu'elle teste une nouvelle technologie de vol autonome. Appelée DragonFly, la nouvelle technologie s'attaque aux opérations automatisées telles que les déroutements, les atterrissages et les procédures de roulage grâce à une combinaison de capteurs, d'algorithmes de vision par ordinateur et de calculs de guidage robustes. Airbus a présenté sa nouvelle technologie DragonFly comme un niveau de sécurité supplémentaire pour les opérations d'urgence.

Airbus explore le prochain niveau d'automatisation du cockpit, en testant un système qui fournirait une assistance avancée allant des alertes au sol aux déroutements d'urgence à l'altitude de croisière en cas d'incapacité de l'équipage. La société indique que DragonFly est conçue pour permettre aux avions d'effectuer un atterrissage automatisé même dans des conditions météorologiques difficiles ou par faible visibilité, tout en communiquant avec le contrôle du trafic aérien ainsi qu'avec l'équipe opérationnelle de la compagnie aérienne. L'entreprise teste ces nouvelles fonctionnalités à l'aide d'un avion A350-1000 à l'aéroport de Toulouse-Blagnac.

« Dans le cas improbable où l'équipage serait incapable de contrôler l'avion, la technologie DragonFly peut rediriger le vol vers l'aéroport approprié le plus proche et faciliter un atterrissage en toute sécurité. À terme, on espère que ces technologies ouvriront la voie à l'atterrissage automatique ou, du moins, qu'elles compenseront la défaillance du pilote en cas d'urgence. Si le capitaine avait le poisson, par exemple », explique la société aérospatiale. Le nom DragonFly (libellule en français) n'est pas une erreur. Airbus affirme que la technologie est censée imiter la capacité de l'insecte à reconnaître certains endroits.



« Ces tests constituent l'une des nombreuses étapes de la recherche méthodique de technologies visant à améliorer encore les opérations et la sécurité. Inspirés par le biomimétisme et la nature, de la même manière que les libellules sont connues pour avoir la capacité de reconnaître des points de repère, les systèmes en cours de développement sont conçus pour identifier les caractéristiques du paysage qui permettent à un avion de ligne de "voir" et de manœuvrer en toute sécurité de manière autonome dans son environnement », a déclaré Isabelle Lacaze, responsable du démonstrateur Airbus UpNext, dans un communiqué.

Une vidéo de marketing de DragonFly indique qu'une fonction d'atterrissage en toute sécurité est incluse. Elle fonctionne en détectant l'aéroport le plus approprié pour l'atterrissage et calcule une trajectoire pour s'y rendre, en tenant compte de la météo, des zones militaires et d'autres facteurs. Au cours des essais, l'avion expérimental d'Airbus a été capable de reconnaître et de réagir à des conditions externes, comme des zones de vol, certains terrains et la météo. L'avion a généré une nouvelle trajectoire de vol et a communiqué ces informations au contrôle du trafic aérien et aux autres opérateurs aéroportuaires, le tout de manière autonome.

Dans la vidéo, Airbus assure que les liaisons de communication entre le contrôle du trafic aérien et le centre de contrôle des opérations sont en place. En revanche, la société ne dit pas comment l'avion communique avec le contrôle du trafic aérien pour obtenir l'autorisation d'entrer dans l'espace aérien contrôlé en cas d'incapacité du pilote, car cette tâche est réalisée par interaction verbale humaine. En outre, DragonFly est équipé d'une application d'assistance au roulage pour gérer ses manœuvres au sol dans un aéroport très fréquenté. Les autorisations du contrôle du trafic aérien sont interprétées et traduites en signaux de guidage au sol.

L'automatisation est devenue une caractéristique commune des avions commerciaux modernes, permettant aux pilotes de confier de nombreuses tâches aux systèmes informatiques, notamment en altitude de croisière. Compte tenu du degré de puissance informatique déjà en place aujourd'hui, certaines compagnies aériennes et certains organismes de réglementation font pression pour n'avoir qu'un seul pilote dans le cockpit des avions de ligne afin de réduire les coûts et d'atténuer la pression exercée par la pénurie d'équipages. Mais les détracteurs de cette proposition estiment qu'elle fait peser trop de responsabilités sur un seul individu.

Cependant, outre les défis techniques, les technologies de vol autonome doivent également être acceptées par les voyageurs. Autrement dit, les passagers ont l'habitude d'avoir deux pilotes sur le pont d'envol. Mais Airbus pense que cela changera avec le temps. « Les ascenseurs avaient des opérateurs, par exemple, mais ce concept semble étrange aujourd'hui. Grâce à nos antécédents en matière de sécurité, Airbus est idéalement positionné pour conduire ce changement », a déclaré Arne Stoschek, directeur du projet Airbus Wayfinder, un projet qui vise à développer des systèmes de vol autonomes, dans un communiqué il y a deux ans.

En 2020, le constructeur aéronautique français expliquait que le vol autonome n'est pas synonyme d'une proposition du tout ou de rien. Elle affirme qu'il s'agit en effet d'une combinaison sur mesure d'humain et de machine qui évoluera avec le temps. Selon ses explications, les systèmes se concentreront sur la gestion de l'avion tandis que le pilote restera au cœur de l'opération pour prendre des décisions, se voyant présenter toutes les informations nécessaires et disposer de temps pour les analyser. C'est un objectif pour lequel la technologie de traitement d'image de détection et d'évitement derrière les projets ATTOL et Wayfinder d'Airbus est essentielle.

Airbus UpNext a annoncé qu'elle utilise les données issues des tests du système DrongFly pour "préparer la prochaine génération d'algorithmes basés sur la vision par ordinateur afin de faire progresser l'assistance à l'atterrissage et au roulage". Cela signifie que, dans un avenir pas si lointain, vous pourriez vous retrouver dans un avion doté de bien plus de fonctions automatisées que les modèles précédents. La filiale du géant français de l'aéronautique estime qu'un jour le système DragonFly permettra l'atterrissage automatique sur n'importe quel aéroport, que l'équipement au sol soit ou non équipé pour ce type d'atterrissage.

L'entreprise française n'a pas hésité à vanter ses préparatifs pour l'avenir. Au fil des ans, Airbus a financé plusieurs projets de décollage et d'atterrissage verticaux électriques (eVTOL), dont Vahana et CityAirbus. Le premier était un démonstrateur eVTOL monopilote de forme ovoïde, tandis que le second peut transporter quatre passagers et a une autonomie de 97 km. La société travaille également avec la startup Luminar, spécialisée dans les lidars, afin de trouver des applications pour les capacités de cartographie 3D du capteur laser.

Source : Airbus

Et vous ?

Que dites-vous d'un avion de ligne entièrement autonome ?
Que pensez-vous de la technologie DragonFly d'Airbus ?
Pensez-vous qu'il s'agit d'un niveau de sécurité supplémentaire comme le prétend Airbus ?
Seriez-vous prêt à embarquer dans un avion de ligne sans aucun pilote ? Pourquoi ?

Voir aussi

A350-1000 XWB, l'avion autonome d'Airbus vient de terminer avec succès les tests de roulage, de décollage et d'atterrissage, ouvrant la porte à un vol entièrement autonome

Airbus choisit GNAT Pro Ada d'AdaCore pour le développement du projet de prototype VSR700, un système aérien tactique sans pilote

Airbus dispose déjà de la technologie nécessaire pour faire voler des avions sans pilote, d'après le directeur des ventes de la société

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de SofEvans
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 16/01/2023 à 11:05
Bon, puisque la redondance de pilote semble poser un problème aux compagnies aériennes, il ne reste plus qu'à espérer que la redondance des capteurs et autres système critique de l'avion ne soit pas en options.

Franchement, c'était déjà un tantinet stressant de prendre l'avion pour ma part, mais maintenant je me demande si j'aurais le cran de monter dans un de ces tombeaux volants ...

Et au fait, ca veut dire quoi

À terme, on espère que ces technologies [....] compenseront la défaillance du pilote en cas d'urgence. Si le capitaine avait le poisson, par exemple
Avoir le poisson ? C'est une expression anglaise/américaine ?
Quelqu'un pourrait m'expliquer, je ne comprends pas vraiment.
2  0 
Avatar de kain_tn
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 16/01/2023 à 17:45
Citation Envoyé par Bill Fassinou Voir le message
« Les ascenseurs avaient des opérateurs, par exemple, mais ce concept semble étrange aujourd'hui. Grâce à nos antécédents en matière de sécurité, Airbus est idéalement positionné pour conduire ce changement », a déclaré Arne Stoschek, directeur du projet Airbus Wayfinder[...].
Si cette personne n'est pas fichue de faire la différence entre une cage de métal qui suit un rail dans un couloir contrôlé et sans obstacles, et un avion, il faut sérieusement qu'elle envisage de changer de métier. Je pense que c'est vraiment un argument de mauvaise foi!

Citation Envoyé par Bill Fassinou Voir le message
Que dites-vous d'un avion de ligne entièrement autonome ?
C'est une très mauvaise idée. Aujourd'hui, non seulement Airbus (avion sans pilote) mais Boeing (avion à un seul pilote) travaillent là-dessus, en mettant en avant une pénurie de pilotes. Je pense que supprimer des équipages de deux pilotes, ce n'est pas résoudre le problème mais le faire empirer: moins d'heures de vols, que ce soit pour le pilote qui assume le rôle de "pilote" ou pour celui qui assume le rôle de navigateur, le temps d'un vol.

C'est aussi enlever toute possibilité de résolution d'incident en cas de dysfonctionnement.

Citation Envoyé par Bill Fassinou Voir le message
Pensez-vous qu'il s'agit d'un niveau de sécurité supplémentaire comme le prétend Airbus ?
Non. C'est juste le fruit de l'imagination d'un énième compteur de haricots. Un financier sans imagination et sans connaissance du terrain, en gros.

Citation Envoyé par Bill Fassinou Voir le message
Seriez-vous prêt à embarquer dans un avion de ligne sans aucun pilote ? Pourquoi ?
Jamais de la vie. Aujourd'hui, il y a déjà beaucoup de phases de vol qui se font de manière automatiques, sous la supervision des pilotes. On voit d'ailleurs que ces derniers font un excellent travail à superviser ces systèmes, diagnostiquer les problèmes, et résoudre ces problèmes en prenant des décisions. Un avion sans pilote, c'est enlever de la sécurité, pas en ajouter.
1  0 
Avatar de totozor
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 17/01/2023 à 8:18
Citation Envoyé par Bill Fassinou Voir le message
Que dites-vous d'un avion de ligne entièrement autonome ?
C'est un marronnier (j'en entends parler depuis 2012 environ, ça a toujours fait rire les BE) qui n'arrivera pas de sitôt pour une raison simple : la FAA s'est fait épinglé pour laxisme avec la crise de BOEING et je penses que l'EASA s'est fait des sueurs froides par a même occasion. Les autorités de certifications ne vont pas accepter un avion sans pilotes avant un dossier ultra solide (quelques milliers d'heures de vols réels avec rapports détaillés des vols + listes des incidents qui doivent avoir été vécus et bien gérés) d'Airbus ou Boeing.
Que pensez-vous de la technologie DragonFly d'Airbus ?
En système de secours pourquoi pas, en remplacement d'un pilote c'est non.
Pensez-vous qu'il s'agit d'un niveau de sécurité supplémentaire comme le prétend Airbus ?
Remplacer un humain (en dehors des situations de danger) n'est jamais une sécurité supplémentaire. L'accompagner dans ses décisions peut l'être.
Seriez-vous prêt à embarquer dans un avion de ligne sans aucun pilote ? Pourquoi ?
Non, un pilote met autant sa vie en jeu que celle de ses passagers, rien que pour ça je lui fait confiance. D'ailleurs les pilotes font eux même l'inspection de leur avion avant le vol. Tout ceci a du sens.

Le monde de l'aéronautique fantasme des choses autour des domaines de la data (IA, machine learning, big data) en ce moment, je suis impatient de voir les autorités siffler la fin de la récré.

Pour la blague, il y a une dizaine d'année on a envisager de mettre des sièges de scooter dans les avions pour pouvoir mettre plus de passagers dedans. Problème : les normes ne le permettent pas.
1  0 
Avatar de kain_tn
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 17/01/2023 à 21:03
Citation Envoyé par calvaire Voir le message
un truc qui mettra tous le monde d'accord:
On peut envisager dans un avenir proche des avions sans pilotes pour le transport de marchandise (donc sans passager).
La FAA est contente, les fabriquants sont content car ils peuvent continuer de vendre leurs joujoux et en faire de la pub et les passages sont contents car ca les concerne pas et enfin les transporteurs sont content car ca doit réduire les couts (en théorie).
Oui, enfin, ça ne concerne pas les passagers jusqu'au jour ou une de ces cochonneries vient s'écraser sur leur maison, hein...
1  0 
Avatar de Fagus
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 16/01/2023 à 13:20
ça peut servir au cas où les deux pilotes sont inaptes (Si un fait un AVC et que l'autre a le poison " has been poisoned" je suppose )

Normalement ça n'arrive pas, mais sur les milliers de vols, c'est déjà arrivé qu'un civil lamba qui a déjà joué à flight simulator soit guidé par la tour pour gérer un atterrissage en urgence...
0  0 
Avatar de calvaire
Membre expert https://www.developpez.com
Le 17/01/2023 à 11:44
un truc qui mettra tous le monde d'accord:
On peut envisager dans un avenir proche des avions sans pilotes pour le transport de marchandise (donc sans passager).
La FAA est contente, les fabriquants sont content car ils peuvent continuer de vendre leurs joujoux et en faire de la pub et les passages sont contents car ca les concerne pas et enfin les transporteurs sont content car ca doit réduire les couts (en théorie).
0  0