IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Le premier bot avocat boosté à l'IA va représenter un accusé devant le tribunal le mois prochain.
S'il venait à perdre, l'entreprise derrière sa conception s'engage à couvrir les amendes

Le , par Stéphane le calme

1PARTAGES

11  0 
Un avocat « bot », boosté à l'intelligence artificielle, sera le premier du genre à aider un accusé à contester une contravention devant le tribunal le mois prochain. Joshua Browder, PDG de DoNotPay, a déclaré que la création d'IA de l'entreprise fonctionne sur un smartphone, écoute les arguments du tribunal et formule des réponses pour le défendeur en temps réel, via des écouteurs. Le bot avocat prendra sa première affaire le 22 février, a annoncé Browder sur Twitter la semaine dernière.

Le PDG de l’entreprise explique que cette solution répond à la lourdeur de la bureaucratie et participe à la réduction des frais d’honoraires.


« Le 22 février à 13h30, l'histoire sera écrite. Pour la toute première fois, un robot représentera quelqu'un dans une salle d'audience américaine. L'IA DoNotPay chuchotera à l'oreille de quelqu'un exactement ce qu'il faut dire. Nous publierons les résultats et donnerons plus d'informations après. Souhaitez-nous bonne chance ! » a tweeté le PDG de DoNotPay.

Il n'a pas révélé le nom du client ou du tribunal.


La société d'intelligence artificielle a déjà utilisé des lettres types et des chatbots générés par l'IA pour aider les gens à obtenir des remboursements pour le Wi-Fi en vol qui n'a pas fonctionné, ainsi que pour réduire les factures et contester les tickets de stationnement, entre autres problèmes, selon Browder. Au total, l'entreprise s'est appuyée sur ces modèles d'IA pour gagner plus de 2 millions de litiges liés au service client et d'affaires judiciaires au nom d'individus contre des institutions et des organisations, a-t-il ajouté.

La société a levé 27,7 millions de dollars auprès de sociétés de capital-risque axées sur la technologie, notamment Andreessen Horowitz et Crew Capital.

« Au cours de la dernière année, la technologie de l'IA s'est vraiment développée et nous a permis d'aller et venir en temps réel avec les entreprises et les gouvernements », a-t-il déclaré au sujet des avancées récentes. « Nous avons parlé en direct [avec des entreprises et des représentants du service client] pour réduire les factures des entreprises*; et ce que nous allons faire le mois prochain, c'est essayer d'utiliser la technologie dans une salle d'audience pour la première fois ».

Si l'avocat robot perd l'affaire, DoNotPay couvrira les amendes, a déclaré Browder.

Légal dans certaines salles d'audience, mais pas dans la plupart

Certains tribunaux autorisent les accusés à porter des appareils auditifs, dont certaines versions sont compatibles Bluetooth. C'est ainsi que Browder a déterminé que la technologie de DoNotPay peut légalement être utilisée dans ce cas.

Cependant, la technologie n'est pas légale dans la plupart des salles d'audience. Certains États exigent que toutes les parties consentent à être enregistrées, ce qui exclut la possibilité qu'un robot avocat entre dans de nombreuses salles d'audience. Sur les 300 cas que DoNotPay a envisagés pour un procès de son robot avocat, seuls deux étaient réalisables.

« C'est dans les textes de loi, mais je ne pense pas que quiconque puisse imaginer que cela se produise », a déclaré Browder. « Ce n'est pas dans l'esprit de la loi, mais nous essayons de faire avancer les choses et beaucoup de gens n'ont pas les moyens de se payer une aide juridique. Si ces affaires aboutissent, cela encouragera davantage de tribunaux à modifier leurs règles ».

Les avocats « ne soutiendraient pas cela »

Le but ultime, selon Browder, est de démocratiser la représentation juridique en la rendant gratuite pour ceux qui ne peuvent pas se le permettre, éliminant dans certains cas le besoin d'avocats coûteux.

Mais étant donné que la technologie est illégale dans de nombreuses salles d'audience, il ne s'attend pas à pouvoir commercialiser le produit de si tôt.

« Ce truc de salle d'audience est plus un plaidoyer », a-t-il déclaré. « C'est plus pour encourager le système à changer », a expliqué Browder.

Il est bien conscient du défi et des obstacles qui se profilent à l'horizon.

Lorsqu'il a tweeté à propos de la démonstration de l'avocat robot de DoNotPay devant le tribunal, les avocats l'ont menacé et lui ont dit qu'il serait envoyé en prison, a-t-il déclaré. « Il y a beaucoup d'avocats et d'associations du barreau qui ne soutiendraient pas cela », a reconnu Browder.


Mettre l'IA à l'école de droit

Browder veut armer les individus avec les mêmes outils auxquels les grandes entreprises peuvent généralement accéder, mais qui sont hors de portée pour ceux qui n'ont pas de ressources profondes.

« Ce que nous essayons de faire, c'est d'automatiser les droits des consommateurs », a déclaré Browder. « Les nouvelles technologies tombent généralement d'abord entre les mains des grandes entreprises, et notre objectif est de les mettre d'abord entre les mains des gens ».

Le chatbot alimenté par l'IA ChatGPT a récemment explosé en popularité pour sa capacité à cracher des essais cohérents sur des sujets variés en moins d'une minute. La technologie a suscité l'intérêt des investisseurs, Microsoft annonçant lundi un investissement de plusieurs milliards de dollars dans la société mère OpenAI.

Mais Browder a souligné ses lacunes et, dans certains cas, son manque de sophistication : « ChatGPT est très bon pour tenir des conversations, mais il est exécrable pour ce qui relève de sa connaissance de la loi. Nous avons dû recycler ces IA pour connaître la loi », a expliqué Browder. « l'IA est un lycéen, et nous l'envoyons à l'école de droit ».

La perspective globale

Le tableau soulève des questions sur la possible disparition du métier d’avocat et d’autres comme celui de développeur. En effet, une startup spécialisée en intelligence artificielle prédit que « s’appuyer sur des humains pour écrire des programmes informatiques sera dépassé à l’avenir » et donc tire la sonnette d’alarme sur la possible disparition du métier de développeur informatique dans les années à venir au profit de l’intelligence artificielle.

Lorsqu’on parle d’intelligence artificielle, deux grands courants de pensée s’affrontent : celui des tiers qui pensent qu’il s’agit d’un outil, ce, sans plus et celui des intervenants qui sont d’avis que ce n’est qu’une question de temps avant qu’elle ne devienne une menace pour les humains.

Le plus grand débat tourne autour de la possibilité de voir les machines rendues au stade où elles sont dotées de « bon sens », capables de réflexion causale, c’est-à-dire de cette capacité à raisonner sur « le pourquoi les choses se produisent. »

Google par exemple est lancé en secret sur le développement de Pitchfork, ou AI Developer Assistance. C’est un outil qui utilise l'apprentissage automatique pour apprendre au code à s'écrire et se réécrire lui-même. Comment ? En apprenant des styles correspondant à des langages de programmation, et en appliquant ces connaissances pour écrire de nouvelles lignes de code.

L’intention initiale derrière ce projet était de créer une plateforme capable de mettre automatiquement à jour la base de code Python chaque fois qu'une nouvelle version était publiée, sans nécessiter l'intervention ou l'embauche d'un grand nombre d'ingénieurs. Cependant, le potentiel du programme s'est avéré beaucoup plus important que prévu.

Désormais, l'intention est de donner vie à un système polyvalent capable de maintenir un standard de qualité dans le code, mais sans dépendre de l'intervention humaine dans les tâches de développement et de mise à jour. Un tel objectif pourrait ne plus relever de la science-fiction lorsqu’on sait que des équipes de recherche en intelligence artificielle promettent déjà l’atteinte du stade d’intelligence artificielle générale dans 5 à 10 ans.

Ce qu'en pense le public

Les réactions sont partagées.

Certains y voient un intérêt. Un internaute demande par exemple s'il est possible de développer une version qui s'attaquerait aux frais de santés (il lui a été répondu « Ce truc de salle d'audience est une expérience de plaidoyer. Mais nous travaillons sur un produit accessible au public pour les frais de santé, ouvert à tous »), un autre a déclaré « Cela contribuera à démocratiser la représentation légale. La plupart des gens n'ont pas les moyens d'engager un bon avocat. De plus, cela donnera aux avocats existants plus d'outils pour leur donner une deuxième opinion lors de la formulation d'un argument ». Notons que plusieurs internautes sont revenus sur la suggestion des frais médicaux comme prochain challenge de l'IA.


D'autres sont plus dans l'amusement. Un internaute suggère de baptiser l'IA Saul (petit clin d’œil à ceux qui connaissent la série Better Call Saul), un autre déclare « C'est une cascade amusante, mais vous devriez faire ce que fait Tesla et utiliser un agent fantôme pour fournir des conseils en temps réel basés sur les entrées de l'environnement de la salle d'audience - mais ne les utilisez pas. Enregistrez-les simplement et analysez-les. Vous obtiendrez plus de traction avec les avocats et en apprendrez beaucoup plus de cette façon ».

D'autres s'interrogent sur la légalité. Un internaute commente en disant : « Normalement, c'est moi qui dis "ce n'est pas illégal", mais je suis presque sûr que cette histoire va se terminer par une situation où vous serez en garde à vue ». Un autre se demande : « Mais est-ce vraiment illégal ? Et si vous aviez devant vous un ipad avec des "notes" générées par l'IA*? Je ne dis pas que c'est une bonne idée... juste... je ne suis pas sûr que ce serait "illégal"... Mais, la façon dont il le fait ? Je ne peux pas imaginer qu'un juge ne dise pas "enlevez ces airpods" ».

Et d'autres sur l'utilité : « Je ne comprends pas pourquoi, en tant qu'humains, nous pensons que c'est une bonne chose*? Pourquoi nous concentrons-nous tellement sur les robots au point de les entraîner à prendre le relais*?*! Je veux dire, oui, il y a des avantages, mais à cette échelle, absolument pas, je veux dire, bientôt les drones nous surveilleront m*****! Les gens veulent ça ? »

Source : Joshua Browder

Et vous ?

Comment analysez-vous cette situation ?
Pour ou contre les « avocats numériques » ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Fagus
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 24/01/2023 à 13:35
Citation Envoyé par calvaire Voir le message
...
"Le but ultime, selon Browder, est de démocratiser la représentation juridique en la rendant gratuite pour ceux qui ne peuvent pas se le permettre, éliminant dans certains cas le besoin d'avocats coûteux."
Tout homme devrait être défendu gratuitement
Je dirais même plus, défendu gratuitement et de manière équilibrée.
En France il y a les avocats gratuits commis d'office, mais est-ce équilibré si la partie d'en face peut se payer une armée d'avocats d'élite ?

Ens tous cas, c'est mieux qu'aux USA, avec leur système de tribunaux accusatoire (là où en France, le parquet instruit à charge et à décharge, en principe...). Là bas, celui qui a le meilleur avocat a une grosse longueur d'avance ; autant dire qu'il ne faut pas être pauvre. Je ne donne pas cher d'une confrontation bon avocat vs chatGPT
4  0 
Avatar de Jon Shannow
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 27/01/2023 à 15:46
41m21 : graphique : taux de suicide en prison en 2020 en France et d'autres pays d'Europe en 2020. La France a la première place !
Bon, ben, y a quand même un domaine où on est les premiers !
3  0 
Avatar de archqt
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 26/01/2023 à 22:33
Ils ont peur pour leur business les avocats. Et quand les IAs "médecin" vont arriver on va faire quoi ? ah mais non on va perdre notre gagne pain quitte à perdre des vies ?
2  0 
Avatar de Pyramidev
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 27/01/2023 à 13:59
Citation Envoyé par Fagus Voir le message
Pour les problèmes de la justice française, je vous conseille le point de vue le la journaliste juriste Olivia Dufour sobrement intitulé LA CLOCHARDISATION DE LA JUSTICE : UN ÉTAT DE DÉLABREMENT INIMAGINABLE –
+1 pour le relai de cet article qui cite une très bonne vidéo :


J'ai failli la relayer sur le fil Les macronneries, c'est pas bientôt fini ? Mais j'ai jeté un coup d'œil au fil présent avant de me décider où la relayer.

Du coup, c'est ici que je vais partager mes notes sur cette vidéo :

• 3m45 : graphique : durée moyenne de jugement en première instance en France et d'autres pays d'Europe, en 2010, en 2016 et en 2019. En France, cette durée a beaucoup augmenté.
• 4m40 : À cause du retardement des divorces, certains couples finissent par se taper dessus et se retrouvent à voir le juge correctionnel avant le juge du divorce.
• 6m34 : Sans surprise, le fait que la justice soit si lente décourage les gens de faire appel à la justice. Par exemple, cela décourage les salariés de saisir les prud'hommes.
• 8m18 : Emmanuel Macron a fait plafonner les indemnisations aux prud'hommes, ce qui n'arrange pas les choses.
• 9m36 : graphique : nombre de juges pour 10 000 habitants en France et d'autres pays d'Europe, en 2010, en 2016 et en 2019. La France est bien en dessous de la moyenne. Olivia Dufour parle alors de l'épuisement professionnel (burnout) des juges.
• 13m32 : graphique : évolution de la part de la justice dans le budget de la France de 1822 à 2023.
• 15m47 : graphique : budget de la justice en pourcentage du PIB en France par rapport aux autres pays européens en 2020. La France est mal classée.
• 18m54 : graphique : dépenses de l'État budgétées pour 2023 pour les intérêts de la dette, la défense, la police, la justice et d'autres choses, et aussi, en parallèle, les pertes de recettes avec la suppression de l'ISF, de l'impôt sur le revenu et de la CVAE. Pourquoi la justice manque-t-elle de moyens ?
• 22m03 : Pour Olivia Dufour, c'est parce que "ça ne rapporte rien électoralement de s'occuper de la justice". La police est plus vendable électoralement que la justice.
• 25m43 : Olivia Dufour dit avoir "le sentiment que la justice s'industrialise juste avant de se numériser". Le temps accordé à un dossier est limité et les plaidoiries sont chronométrées.
• 29m18 : "La justice est en voie de clochardisation." En novembre 2021, des juges ont fini par publier une tribune. Ensuite, des juges ont témoigné de leurs souffrances, dont du harcèlement. Les juges n'ont pas les moyens de faire correctement leur boulot et le vivent mal.
• 32m27 : Chez les avocats, il y a beaucoup d'inégalités. Mais, en règle générale, la situation s'est dégradée aussi.
• 34m05 : graphique : nombre d'avocats pour 100 000 habitant en France et d'autres pays d'Europe, en 2010 et en 2020. En France, il y en a moins que dans la moyenne.
• 34m40 : La discussion se penche sur l'insalubrité des prisons. Les prisons sont surpeuplées. Les rats amènent des maladies. Il y a aussi des puces de lit. Attention que, en prison, il n'y a pas que des gens jugés coupables : il y a aussi des détentions provisoires (détentions préventives).
• 38m19 : graphique : proportion de détention préventive en France et d'autres pays d'Europe en 2021. C'était 27 % en France !
• 39m30 : Il y a des circonstances dans lesquels un prisonnier a normalement le droit de sortir temporairement de la prison pour aller à l'hôpital ou à un enterrement d'un proche (puis être reconduit en prison), mais où cette extraction n'a pas lieu à cause du manque de moyens.
• 41m21 : graphique : taux de suicide en prison en 2020 en France et d'autres pays d'Europe en 2020. La France a la première place !
• 44m27 : La discussion se penche sur les troubles mentaux en prison et d'autres sujets connexes.
• 47m24 : Quelles sont les solutions pour améliorer la justice ? Olivia Dufour insiste sur les moyens.
• 49m31 : Olivia Dufour parle des budgets de fonctionnement. Les tribunaux manquent même de papier pour imprimer les documents.
• 50m40 : Pourquoi les politiciens ne réagissent pas ? Les politiciens reçoivent des revendications en continue et ce sont ceux qui gueulent le plus fort qui ont tendance à se faire entendre.
• 56m48 : La discussion se penche sur l'impact des médias sur la justice. Il y a un juste milieu à trouver, mais les médias ont fini par prendre trop de pouvoir.
• 1h00m52 : La présomption d'innocence s'effondre à cause des médias, surtout en politique.
• 1h03m11 : Pourquoi la présomption d'innocence est-elle importante ? Olivia Dufour donne un exemple de fausse accusation de viol et critique, dans le mouvement #MeToo, les dérives qui veulent pulvériser la présomption d'innocence. Olivia Dufour défend l'état de droit, dans lequel on préfère un coupable dehors qu'un innocent en prison.
• 1h17m42 : La discussion se penche sur la déshumanisation de la justice. Par manque de moyens, on va probablement introduire de l'IA dans l'aide à la décision, même si on sait que ça ne marche pas. La jurisprudence doit prendre en compte les changements culturels.
• 1h22m41 : Olivia Dufour critique l'utilisation des visioconférences. Au bout d'un moment, elle donne un exemple de mésaventures de la justice en visio avec un décalage de son qu'un juge pas très doué n'avait pas compris. Ensuite, elle donne un autre exemple où la personne jugée n'était pas la bonne.

Seul le passage entre 1h17m42 et 1h22m41 est vraiment centré sur l'IA, mais le reste de la vidéo est intéressant. Le manque de moyens de la justice s'inscrit dans une politique de destruction progressive de la France.
2  0 
Avatar de marsupial
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 24/01/2023 à 12:49
Comment analysez-vous cette situation ?
Nous vivons le début d'une révolution. Par contre, l'IA doit rester un assistant et rien qu'un assistant. Surtout pour un jugement et même si l'IA avec ses progrès doit être meilleure juge qu'un être humain.

Pour ou contre les « avocats numériques » ?
En permettant de démocratiser l'accès au droit, je pense que l'IA en tant qu'assistant a de beaux jours devant elle. Sinon, l'IA juge et bourreau dans un robocop, ça donne Judge Dredd version cyberpunk...
1  0 
Avatar de calvaire
Membre expert https://www.developpez.com
Le 24/01/2023 à 13:21
cette article démontre surtout la décadence des états unis.

Un internaute demande par exemple s'il est possible de développer une version qui s'attaquerait aux frais de santés
La santé devrait être gratuite

Le but ultime, selon Browder, est de démocratiser la représentation juridique en la rendant gratuite pour ceux qui ne peuvent pas se le permettre, éliminant dans certains cas le besoin d'avocats coûteux.
Tout homme devrait être défendu gratuitement

Ce robot avocat ne résout pas les vrais problèmes de fond de la société.

Demain, quand la délinquance aura trop augmenté on fera quoi ? offrirons nous une meilleur éducation, une meilleur intégration, u réduction des inégalités aux pauvres ou bien on mettra des drones automatique qui tuera les délinquants ?
1  0 
Avatar de Fagus
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 24/01/2023 à 13:30
Je trouve que c'est malhonnête de prétendre remplacer un avocat par un bot conversationnel dans l'état actuel des connaissances. On a vu chatGPT énoncer correctement les règles de pierre feuille ciseaux sans les comprendre, car ces logiciels ne sont pas des IA généralistes et n'ont aucune idée de la signification. Ce ne sont que des machines à sortir des liens statistiques de bases de données bien triées.

Le métier de la justice c'est le droit mais aussi apporter le discernement humain à chaque cas particulier, dans un système souvent avec information souvent incomplète (quand ils ont le temps ...). Sinon, on peut revenir à un recueil expéditif de droit coutumier comme le code de Hammurabi ( "si quelqu'un a commit tel crime, alors la sentence est").

Pour les problèmes de la justice française, je vous conseille le point de vue le la journaliste juriste Olivia Dufour sobrement intitulé LA CLOCHARDISATION DE LA JUSTICE : UN ÉTAT DE DÉLABREMENT INIMAGINABLE –
2  1 
Avatar de maxtal
Membre régulier https://www.developpez.com
Le 24/01/2023 à 16:58
Je trouve ça interessant.
En extrapolant, tout ce qui éxige de suivre une procédure peut être automatisé, et un médecin ou un avocat c'est jamais qu'n homme qui déroule un questionnaire et un ensemble de faits pour en établir un diagnostique ou trouver une parade a des accusations. Exceptions mises à part bien sûr, mais il ne faut pas sacraliser ces professions, il y'a des cas d'erreures médicales et légales qui coutent la vie à des gens ou permettent à des criminels de repartir en liberté.
Donc dans l'idéal avec des algos parfaits qui pourraient être clairs, précis, impartiaux et méthodiques: un grand oui.

En revenant dans le monde réel j'y suis parfaitement opposé, je vois déjà quelle galère ça peut être avec les serveurs vocaux des assurances alors pour des choses plus complexes...
1  0 
Avatar de Fagus
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 24/01/2023 à 17:43
Citation Envoyé par maxtal Voir le message
Je trouve ça interessant.
[...]
Donc dans l'idéal avec des algos parfaits qui pourraient être clairs, précis, impartiaux et méthodiques: un grand oui.

En revenant dans le monde réel j'y suis parfaitement opposé,[...]...
Sans compter qu'il y a des problèmes à solution algorithmique, et des problèmes qui à priori ne sont pas algorithmiques . est-ce que quelqu'un peut établir un algo de la beauté ou de la créativité ?

La médecine, c'est un peu le flou. il y a des cas simples algorithmiques (qui sont justement les cas où normalement on n'a pas vraiment besoin d’algorithmes), et beaucoup de cas où personne ne sait écrire un algo parfait, toutes les tentatives ayant échoué. Un algo parfait doit être réalisé par des gens capables d'anticiper tous les futurs hypothétiques, les exceptions, les défaillances à partir d'une connaissance très partielle des problèmes. On n'a pas ce genre de gens sous la main... et on n'a donc pas les données simples pour éduquer les machines pour cette tâche...

De plus, l'essentiel de la médecine est non-déterministe (c'est à dire qu'un test a une probabilité non nulle et souvent non négligeable d'échouer ; que chaque manifestation d'une maladie a une probabilité d'apparaître ou non sachant que plusieurs maladies partagent les mêmes manifestations, et que la sensibilité humaine s'en mêle. De plus, les maladies sont d'abord des constructions intellectuelles de type hypothèses de travail, comme les théories scientifiques. Avec le temps on les démembre en plusieurs entités distinctes, on les réfute, on les rassemble et souvent en cas de problème, on butte sur les limites de la connaissance et de la science ...

Bref, tout ça pour dire que si beaucoup de problèmes ordinaires sont algorithmiques, la plus value de garder un humain c'est quand l'algo échoue ou sort des cas prévus.

Mon avis, c'est qu'arriver à créer un système automatisé capable de donner un 2e avis, pour toutes les professions avec des décisions difficiles serait une aide appréciable pour limiter les erreurs humaines, donc comme outil et certainement pas pour remplacer et économiser pour le moment.

Pour la justice, même problème : les faits présentés ne sont pas forcément solides ... l'expérience du covid a crée les jugements à distance avec des dysfonctionnements graves : son coupé d'un seul côté, décalage son vidéo avec juge qui croit que la personne inculpée se moque de la justice , vidéo ne permettant pas de voir le visage avec carrément des erreurs d'identité passées inaperçues sur la personne qui est jugée... Dur à détecter pour un système informatique !
1  0 
Avatar de HaryRoseAndMac
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 25/01/2023 à 6:20
Citation Envoyé par Fagus Voir le message
Je trouve que c'est malhonnête de prétendre remplacer un avocat par un bot conversationnel dans l'état actuel des connaissances. On a vu chatGPT énoncer correctement les règles de pierre feuille ciseaux sans les comprendre, car ces logiciels ne sont pas des IA généralistes et n'ont aucune idée de la signification. Ce ne sont que des machines à sortir des liens statistiques de bases de données bien triées.

Le métier de la justice c'est le droit mais aussi apporter le discernement humain à chaque cas particulier, dans un système souvent avec information souvent incomplète (quand ils ont le temps ...). Sinon, on peut revenir à un recueil expéditif de droit coutumier comme le code de Hammurabi ( "si quelqu'un a commit tel crime, alors la sentence est").

Pour les problèmes de la justice française, je vous conseille le point de vue le la journaliste juriste Olivia Dufour sobrement intitulé LA CLOCHARDISATION DE LA JUSTICE : UN ÉTAT DE DÉLABREMENT INIMAGINABLE –
quand je vois l'état des avocats en 2023, entre les avocats influenceurs/influenceuses, les corrompus qui finissent ministre, les croyant totalement tarés, ...
Oui, que l'IA les remplaces est surement l'une des meilleures choses à faire !
1  0