IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

ChatGPT : le PDG d'OpenAI menace de quitter l'Europe à cause du projet de loi AI Act qu'il estime trop strict
Après avoir déclaré au Congrès US qu'il était pour une réglementation de l'IA

Le , par Stéphane le calme

1PARTAGES

8  0 
Le PDG d'OpenAI, Sam Altman, a déclaré mercredi que le fabricant de ChatGPT pourrait envisager de quitter l'Europe s'il ne pouvait pas se conformer aux réglementations à venir sur l'intelligence artificielle (IA) de l'Union européenne. L'UE travaille sur ce qui pourrait être le premier ensemble de règles à l'échelle mondiale pour régir l'IA. Dans le cadre du projet, les entreprises déployant des outils d'IA génératifs, tels que ChatGPT, devront divulguer tout matériel protégé par le droit d'auteur utilisé pour développer leurs systèmes. Elles devront également garantir la sécurité et la fiabilité de leurs systèmes et respecter les droits fondamentaux des utilisateurs.

Plus tôt ce mois-ci, les législateurs européens se sont rapprochés de l'adoption de nouvelles règles régissant les outils d'intelligence artificielle tels que ChatGPT, à la suite d'un vote serré où ils ont convenu d'un projet de loi plus strict.

La loi de l'UE sur l'intelligence artificielle (AI Act) a été initialement proposée en avril 2021 pour faire face à l'influence grandissante de l'IA dans notre vie quotidienne. Les règles régiraient les applications de l'IA en fonction des risques perçus, et seraient effectivement les premières lois axées sur l'IA introduites par un organisme de réglementation majeur. Ce projet de loi vise à établir la norme pour l’IA avant la Chine et les États-Unis, alors que l’utilisation croissante de la technologie a suscité des craintes de pertes d’emplois, de désinformation et d’atteintes aux droits d’auteur.

Sam Altman se dit favorable à une réglementation plus stricte...

Il y a quelques jours, le patron de ChatGPT a comparu devant le Congrès pour mettre en garde contre le « dommage important pour le monde » que ces plates-formes de haute technologie peuvent avoir si leur supervision tourne mal. Altman a déclaré lors d'une audience au Capitol Hill devant le comité sénatorial sur la vie privée, la technologie et la loi: « Si cette technologie tourne mal, elle peut mal tourner et nous voulons en parler. Nous voulons travailler avec le gouvernement pour empêcher que cela ne se produise ».

Il a fait cette déclaration devant le Congrès alors que les législateurs américains examinent de plus en plus les technologies de l'IA comme le très populaire ChatGPT d'Altman pour un usage personnel et sur le lieu de travail.

Il a assuré aux législateurs américains qu'il était favorable à une réglementation plus stricte pour prévenir les « méfaits » de l'IA, en particulier de l'IA générative. « Ma pire crainte est que nous - l'industrie - causions des dommages importants au monde. Je pense que si cette technologie va mal, elle peut aller très mal et nous voulons nous exprimer à ce sujet et travailler avec le gouvernement. Nous pensons qu'une réglementation gouvernementale sera essentielle pour atténuer les risques liés à des modèles de plus en plus puissants », a déclaré Altman.

Bien sûr, il n'a pas manqué de vanter les potentiels des systèmes d'IA développés par OpenAI et d'autres.


Altman a déclaré qu'il ne pensait pas que des exigences lourdes devraient s'appliquer aux entreprises et aux chercheurs dont les modèles sont beaucoup moins avancés que ceux d'OpenAI. Ses propositions peuvent se résumer comme suit :
  • créer une nouvelle agence gouvernementale chargée de délivrer des licences pour les grands modèles d'IA, et l'habiliter à retirer ces licences aux entreprises dont les modèles ne sont pas conformes aux normes gouvernementales ;
  • créer un ensemble de normes de sécurité pour les modèles d'IA, y compris des évaluations de leurs capacités dangereuses. Par exemple, les modèles devraient passer certains tests de sécurité, notamment pour savoir s'ils peuvent "s'autoreproduire" et "s'exfiltrer dans la nature", c'est-à-dire devenir des voyous, et commencer à agir de leur propre chef ;
  • exiger des audits indépendants, réalisés par des experts indépendants, des performances des modèles en fonction de divers paramètres.


Les propositions d'Altman ont fortement été critiquées, de nombreux critiques affirmant qu'elles sont insuffisantes et ne couvrent pas toutes les préoccupations liées à ces systèmes d'IA. Pour être plus clair, parmi les propositions d'Altman, il n'est pas question d'exiger que les modèles d'IA soient transparents en ce qui concerne leurs données d'apprentissage, comme l'a demandé son collègue Gary Marcus, ou d'interdire leur apprentissage sur des œuvres protégées par des droits d'auteur, comme l'a suggéré le sénateur Marsha Blackburn (R-Tenn.). Il s'agit de deux points essentiels qui sont actuellement sujets à des débats intenses dans la communauté.

Certains vont même jusqu'à affirmer que les appels d'Altman à une réglementation de l'IA sont une supercherie pour freiner les nouveaux acteurs du secteur. « Une fois que vous êtes établi dans un nouveau domaine, vous voulez ajouter autant d'obstacles que possible aux autres qui essaient de s'établir », a écrit un critique. Un autre a également écrit : « je travaille dans le domaine du calcul intensif et de la recherche sur l'IA. Les systèmes d'IA connus sont actuellement de très bons algorithmes de recherche et des manipulateurs d'images et de sons. Le message qu'Altman veut faire passer est le suivant : "fermez la porte ! Vous allez laisser entrer toute la racaille !" ».


...mais s'oppose au projet de loi européen tel qu'il est formulé

L'offensive de charme à l'étranger du PDG d'OpenAI, Sam Altman, poursuit le train de battage médiatique sur l'IA qu'il a commencé avec ses récents entretiens devant le Congrès américain. Bien que, contrairement aux États-Unis favorables à l'IA, Altman a menacé d'emmener ses gros jouets technologiques à l'autre bout du bac à sable si les législateurs européens ne sont pas disposés à respecter ses règles.

Altman a été en mouvement, de Lagos, au Nigeria, à toute l'Europe. Enfin, à Londres, au Royaume-Uni, il a esquivé quelques manifestants pour dialoguer avec les grands noms de la technologie, les entreprises et les décideurs politiques à propos de ses modèles d'IA. Son discours principal a été de promouvoir son ChatGPT basé sur un grand modèle de langage et de soutenir les politiques réglementaires pro-IA. Lors d'une table ronde organisée par l'University College de Londres, Altman aurait déclaré que même si OpenAI « allait essayer de se conformer » aux réglementations de l'UE avec la loi sur l'IA, il était contrarié par la façon dont l'organisme européen définissait les systèmes « à haut risque ».

La loi sur l'IA de l'UE est l'une des lois proposées par la Commission européenne en 2021 qui classerait l'IA en trois catégories de risque. Certaines IA présentent un « risque inacceptable » comme les systèmes de notation sociale, l'IA d'ingénierie sociale manipulatrice, ou vraiment tout ce qui « violerait les droits fondamentaux ». À l'extrémité inférieure, un « système d'IA à haut risque » dépend de son utilisation prévue, mais il devrait se conformer à des normes générales de transparence et de surveillance.

Altman a déclaré que selon la manière dont le projet de loi est actuellement rédigé, ChatGPT et le grand modèle de langage GPT-4 pourraient être désignés à haut risque. Cela obligerait l'entreprise à se conformer à certaines exigences. Selon Time, le PDG d'OpenAI a déclaré : « Si nous pouvons nous conformer, nous le ferons, et si nous ne pouvons pas, nous cesserons nos activités… Nous essaierons. Mais il y a des limites techniques à ce qui est possible ».

En réalité, la loi a été conçue pour lutter contre les utilisations potentielles de l'IA comme le système de crédit social chinois et la reconnaissance faciale. Puis vinrent OpenAI et d'autres startups dans le domaine de l'IA, d'abord avec la génération d'images d'IA de diffusion, puis avec le très populaire ChatGPT basé sur un grand modèle de langage. L'UE a rédigé de nouvelles dispositions à la loi en décembre qui imposeraient des contrôles de sécurité et une gestion des risques sur les « modèles fondamentaux » tels que les LLM qui exécutent les chatbots d'IA. Une commission du Parlement européen a approuvé ces modifications au début du mois.

L'UE a été plus disposée à examiner OpenAI que les États-Unis. Le comité européen de la protection des données de l'UE a déclaré qu'il surveillait ChatGPT pour s'assurer qu'il respectait ses lois sur la confidentialité. Bien sûr, la loi sur l'IA n'est pas gravée dans le marbre et le langage peut changer, ce qui est probablement une autre raison de sa tournée mondiale.

À Londres, Altman a réitéré certains des mêmes points de discussion qu'il a donnés devant le Congrès américain. Il a notamment fait savoir qu'il était inquiet face aux dangers de l'IA, mais qu'il y avait aussi de nombreux avantages potentiels. Le PDG d'OpenAI a déclaré aux législateurs américains qu'il était favorable à une réglementation qui pourrait même inclure de nouvelles exigences de sécurité ou une agence gouvernementale pour tester les produits et assurer la conformité réglementaire. Il a appelé à une certaine régulation « entre l'approche européenne traditionnelle et l'approche américaine traditionnelle », quoi que cela signifie.

Il a déclaré à son auditoire londonien qu'il ne voulait rien qui puisse nuire aux petites entreprises ou au mouvement de l'IA open source. Cela ne veut pas dire que toute nouvelle réglementation bénéficierait intrinsèquement à OpenAI. Cependant, de nouveaux contrôles de conformité rendraient également plus coûteux le développement de nouveaux modèles d'IA à partir de zéro, donnant à l'entreprise une longueur d'avance dans la course effrénée à l'IA en cours.

Il y a eu quelques pays qui ont déjà interdit ChatGPT. L'Italie a interdit le service en mars puis s'est ravisée, estimant qu'OpenAI a donné aux utilisateurs un meilleur accès aux contrôles de confidentialité. Peut-être qu'OpenAI peut continuer à faire suffisamment de petites améliorations pour rendre les gouvernements du monde heureux. Bien sûr, tant qu'il peut contenir ses plus de 100 millions d'utilisateurs actifs de ChatGPT.

Source : PDG d'OpenAI

Et vous ?

Que pensez-vous de la possibilité que OpenAI quitte l’Europe?
Quels sont les avantages et les inconvénients d’une réglementation stricte de l’IA?
Comment pensez-vous que l’IA va évoluer dans les prochaines années?
Quels sont les domaines d’application de l’IA qui vous intéressent le plus?
Quelles sont les mesures que vous prenez pour vous protéger des risques liés à l’IA?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-nous-la !

Avatar de mith06
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 16/06/2023 à 11:34
Quand ils vont se rendre compte qu "l'IA" permet de faire de la surveillance de masse, ils vont renommer ca en "algorithme à réseaux de neurone profond" pour contourner leur propre interdiction

les applications et les systèmes qui créent un risque inacceptable, tels que les systèmes d'évaluation sociale gérés par le gouvernement, comme ceux utilisés en Chine, sont interdits ;
Le modèle Chinois c'est leur rêve....

les applications qui ne sont pas explicitement interdites ou répertoriées comme présentant un risque élevé échappent en grande partie à la réglementation.
Normalement tout c'est qui n'est pas interdit est autorisé.
Mais pour ces gens tout ce qui n'est pas autorisé devrait être interdit.
5  1 
Avatar de OrthodoxWindows
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 07/02/2024 à 22:16
Encore une étude de greenwashing
4  0 
Avatar de Anselme45
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 24/03/2024 à 11:22
Et comme pour le 99,9% des résolutions de l'ONU, strictement personne n'en tiendra compte!
4  0 
Avatar de Jon Shannow
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 10/04/2024 à 8:28
Je n'ai pas très bien compris ce qui était mesuré pour définir que l'IA émet moins de CO2 qu'un humain pour écrire une page.

Est-ce que l'empreinte carbone des datas center servant à l'IA pour produire sa page est comptée ou non ? Si c'est juste l'empreinte carbone pour l'écriture finale, c'est-à-dire le "pouillème" final, alors l'étude est biaisée.
4  0 
Avatar de Prox_13
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 25/05/2023 à 12:05
Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
Le PDG d'OpenAI a déclaré aux législateurs américains qu'il était favorable à une réglementation qui pourrait même inclure de nouvelles exigences de sécurité ou une agence gouvernementale pour tester les produits et assurer la conformité réglementaire.
Oui, évidemment. Le gouvernement qui aurait la main-mise sur les modèles d'IA les plus performants/expérimentaux. Qu'est ce qui pourrait mal se passer après tout ?
3  0 
Avatar de Prox_13
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 25/05/2023 à 16:10
Citation Envoyé par walfrat Voir le message
Et qu'est ce qui pourrait se passer si a la place du gouvernement, ce sont des entreprises privées sans aucune régulation ? Qu'est ce qui pourrait mail se passer après tout
C'est pas précisément ce que dis l'article justement ? Que les entreprises privées doivent ployer à une réglementation européenne ? Et qu'OpenAI refuse de coopérer ?
3  0 
Avatar de marsupial
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 26/05/2023 à 15:00
Le lobbying, ça fonctionne très bien en Europe : Sam Altman déclare qu'open ai ne quittera pas l'Europe.
2  0 
Avatar de totozor
Membre expert https://www.developpez.com
Le 06/06/2023 à 14:57
Je trouve qu'elle annonce une solution incomplète au problème.
Doit on reprocher à l'outil ou à l'utilisateur le résultat qui en ressort?
Faire un choix c'est déresponsabiliser l'autre donc j'ai tendance à dire que restreindre les sociétés qui produisent l'IA est très largement insuffisant.
Demain le moindre torchon diffusera de la merde et se dédouanera en prétextant que l'IA n'avait pas le warning qui va bien.
Demain le moindre politicien sortira des inepcies et se dédouanera en prétextant que l'IA n'avait pas le warning qui va bien.
Demain le moindre pseudo-scientifique sortira une étude moisie et se dédouanera en prétextant que l'IA n'avait pas le warning qui va bien.
...
La vérification fait partie de leur travail normalement.
3  1 
Avatar de mach1974
Membre averti https://www.developpez.com
Le 13/12/2023 à 16:20
Bonjour,
Un peu de rationalisation que diable. On reste sur de l'ia qui calcule les corrélations et en tire des arbres causaux sans décrire les mécaniques même avec LIME et SHAPE, alors que l'analyse grammaticale avec les COI et COD permet de déterminer le sujet et le complément , ce qui permet une logique de prédicat avec le respect des 3 lois d'ASIMOV. C'est un cauchemar. On va voir revenir le temps des sorciers même si Athur C Clarke parle de magie comme la techno qui disparaît. On va élever l'ordinateur au rang de Dieu dans la prochaine étape . C'est bien la peine de faire du modèle checking dans la norme ISO179 pour l'aéronautique ou dans le ferroviaire ....
2  0 
Avatar de totozor
Membre expert https://www.developpez.com
Le 10/04/2024 à 8:01
Citation Envoyé par Jade Emy Voir le message
Il est essentiel de se pencher sur le type d'impact environnemental que l'IA peut finir par avoir. Cependant, il s'avère que l'IA pourrait en fait produire moins d'émissions de carbone que les humains, ce qui la rendrait plus durable. L'IA émet des centaines de fois moins de gaz à effet de serre que l'homme lorsqu'il s'agit d'écrire et de créer des images.
C'est une analyse intéressante mais est ce que ça veut dire qu'utiliser une IA émet moins de carbone qu'utiliser une personne?
Non, pour une raison simple:
Quand la personne travaille et pas l'IA, l'IA n'émet rien
Quand l'IA travaille et pas la personne, la personne émet toujours.
Donc il faudrait comparer le surplus d'émission de la personne quand elle travaille à l'IA.
Les autres facteurs sont nombreux :
L'IA produit (probablement) peu de carbone quand elle travaille parce qu'elle est plus rapide que l'homme mais combien émet son apprentissage?
L'IA nécessite une revue de son travail plus importante que la personne donc combien émet la différence de revue?
Combien d'IA différente faut il pour remplacer toutes les taches d'une personne?
Et je n'ai pas encore parlé de l'apport social d'une personne...

Pensez-vous que cette étude est crédible ou pertinente ?
L'étude en tant que telle à l'air crédible (faite de façon honnête et rigoureuse) par contre le but de celle ci me parait beaucoup moins pertinent.
Quelle conclusion tirer? Qu'il faut faire travailler les IA plutôt que les personnes pour l'édition? Ce n'est pas ce que disent les chercheurs, c'est pourtant ce que nous lisons.
Qui a financer cette étude? Dans quel but? Avec ces réponses nous aurons peut être une clarification de sa pertinence.
On sait que l'un des auteur détient des actions chez NVIDIA mais je n'ai rien trouvé chez le financeur.
Quel est votre avis sur le sujet ?
L'IA n'a rien d'écologique parce qu'elle ajoute de la production de carbone à la production humaine, attaquer la question par cet angle est absurde. (A moins que l'on décide de "faire disparaitre" les personnes qui deviennent "inutiles" mais on dérive vers des gros problèmes éthiques).
Par contre l'IA a d'autres avantages qui méritent d'être étudiés.

Des gens essayent d'aborder les sujets de façon "rationnelle" en ce moment pour transformer des solutions plus ou moins absurdes en bon sens.
La Science n'apporte pas toujours les bonnes réponses aux problèmes parce qu'elle ignore les sciences humaines ou l'éthique.
Pourtant il me semble qu'Asimov nous avait déjà prévenu que cette méthode ne fonctionnait pas.
2  0