IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

L'IA va-t-elle remplacer les photographes de stock ? Une analyse de Stock Performer s'appuie sur les données
Pour étudier les impacts pour les photographes et les clients

Le , par Stéphane le calme

5PARTAGES

4  0 
Il est facile de supposer que depuis que de puissants outils de conversion de texte en image tels que Midjourney sont entrés en scène, les revenus dans l'industrie du stock ont rapidement diminué. Mais est-ce réellement vrai ?

Pour répondre à cette question, Stock Performer, s'est tournée vers les données. L'entreprise, qui fournit des analyses dans le domaine de l'industrie de stock, a comparé les revenus et les téléchargements des contributeurs pour les trois principales agences de stock (iStockphoto, Shutterstock et Adobe Stock) entre 2017 et 2023. Elle a également analysé la performance des images générées par l’IA par rapport aux images traditionnelles en termes de revenus, de téléchargements et de RPD (revenu par téléchargement).


L’intelligence artificielle (IA) est en train de révolutionner le monde de la photographie, et notamment celui de la photo de stock. Les photos de stock sont des images libres de droits que les créateurs de contenu peuvent acheter et utiliser pour illustrer leurs projets. Elles sont généralement produites par des photographes professionnels ou amateurs qui les vendent à des agences comme Shutterstock, iStock ou Adobe Stock.

Mais avec l’avènement des technologies d’IA capables de générer des images réalistes à partir de rien, ou de transformer des textes en images, les photos de stock traditionnelles sont-elles menacées? Quels sont les avantages et les inconvénients de l’IA pour l’industrie de la photo de stock? Et comment les photographes peuvent-ils s’adapter à cette nouvelle ère?

Comment l'industrie est-elle affectée dans son ensemble ?

Stock Performer a commencé par dessiner le relief :

Lorsque Stock Performer a commencé en 2010, il y avait beaucoup de plaintes selon lesquelles l'industrie du stock était en train de mourir. La précipitation des agences à mettre en place des modèles d'abonnement, déclenchée principalement par le succès de Shutterstock, a conduit à beaucoup d'incertitude quant aux revenus des photographes. Après tout, les clients pouvaient désormais acheter des images pour quelques centimes. Parler d'une catastrophe imminente n'avait rien de nouveau, cependant. Lorsque les microstocks, les équipements bon marché et Internet sont entrés en scène quelques années plus tôt, tous ceux qui gagnaient quelques centaines de dollars par vente avant pensaient certainement que cela allait être la fin de leur carrière.

Aujourd'hui, une nouvelle menace perçue est en hausse : les images générées par l'IA. Et encore une fois, les producteurs d'actions se demandent : l'industrie du stock va-t-elle mourir ? Dois-je arrêter complètement la photographie ou le stock ? Ou devrais-je me lancer à fond dans la production d'images IA ? Toute décision commerciale de ce type doit toujours être motivée par des données. Les producteurs de stock ne sont pas dans l'industrie de l'art, leur objectif est de satisfaire les demandes du marché pour les médias visuels.
Puis Stock Performer a parlé chiffres.

Paysage des trois principales plateformes

Il a également publié les graphiques des trois principales agences de stock, chacune montrant les moyennes des contributeurs pour les revenus (barres bleues), les téléchargements (lignes rouges) et les téléchargements (zones grises, sur une échelle distincte) :


On constate une augmentation constante des revenus depuis 2017 pour iStockphoto. Covid semble avoir accéléré cette augmentation en 2020 et 2021 – malgré un nombre de téléchargements relativement stable pendant la même période – et bien qu'il semble que cela ait été un effet temporaire, les ventes restent à un niveau élevé et il n'y a aucune indication claire d'une baisse majeure dans les ventes. iStockphoto est également la seule des trois grandes agences qui a un RPD (revenu par téléchargement) assez important à environ 2,50 $ par vente.


Les choses semblent bien différentes pour Shutterstock. Le RPD est assez bas, presque toujours inférieur à 1 $, ce qui n'est pas surprenant, car Shutterstock est connu pour vendre des médias à bas prix, mais le compenser en volume. Il semble que les derniers mois aient été difficiles pour de nombreux contributeurs de Shutterstock. Le nombre de téléchargements mensuels a fortement augmenté au cours de 2022, mais il ne semble pas encore que cela porte ses fruits. Est-ce dû à la popularité croissante de l'IA ? C'est douteux, car les effets de l'IA se font encore sentir. C'est une époque où les grandes entreprises réduisent leurs dépenses publicitaires, ce qui se traduit généralement par une réduction des ventes de photos et de vidéos. Que ce soit seulement temporaire pour Shutterstock est la grande question.


En comparaison, les revenus des contributeurs d'Adobe Stock n'ont cessé d'augmenter, avec une forte tendance à la hausse depuis le début de 2022. Il semble que le ralentissement économique n'ait aucun effet sur les ventes d'Adobe Stock. Cela ne semble pas non plus être le résultat d'un nombre de téléchargements plus élevé. Le nombre de téléchargements a été plus ou moins le même. Dans le contexte de son article de blog, Stock Performer s'est demandé si cela est dû aux images d'IA dont les ventes ont commencé juste au moment où les revenus d'Adobe Stock (et le nombre de téléchargements) ont commencé à grimper. Et de préciser : « Comme nous le verrons plus loin, ces ventes supplémentaires ne sont pas des ventes d'IA, elles n'en constituent qu'une petite partie. Donc, s'il y a un "effet IA", cela affecte également les ventes régulières ».

Rapport avec l'IA

Pour analyser spécifiquement les téléchargements générés par l'IA, Stock Performer estime qu'il faut pouvoir les repérer dans la masse. Depuis mai 2023, parmi les grandes agences de stock, seule Adobe Stock accepte la soumission d'images générées par l'IA. Ils le font depuis l'été 2022. Cependant, ce n'est que depuis décembre 2022 qu'ils ont appliqué les directives de soumission pour ces images. Les images AI comptent comme des illustrations et elles doivent être étiquetées avec le mot-clé "generative ai". Stock Performer ne dispose donc que d'environ six mois de données fiables pour ces types d'images et elles ne concernent qu'Adobe Stock. Combien de clients Stock Performer ont commencé à télécharger des images générées par l'IA ?


Ainsi, au moment de la publication de son article, environ 13 % des clients Stock Performer qui téléchargent sur Adobe Stock téléchargent des images générées par l'IA. Sont-ils juste en train de jouer avec ? Ou en sont-ils venus à se fier entièrement aux images générées par l'IA ? Voici la répartition :

Ce diagramme ne prend en compte que les contributeurs qui ont téléchargé au moins une image IA sur Adobe Stock au cours d'un mois donné. L'axe vertical représente le nombre d'images AI produites au cours de ce mois, par rapport à toutes les images produites par ce contributeur au cours de ce mois. Plus le rouge est foncé, plus les contributeurs se situent dans cette plage. Nous pouvons voir que la plupart des photographes qui téléchargent des images IA sur Adobe Stock jouent un peu avec l'IA (0%-10%) ou sont complètement passés à la production d'images IA (90%-100%). Il n'y a pas beaucoup entre les deux. Il semble également que le nombre de contributeurs qui sont entièrement passés au contenu de l'IA augmente. Que cela soit payant ou non, un nombre considérable de producteurs d'actions pensent que leur avenir se situera uniquement dans le contenu de l'IA.
Au final, l'IA a-t-elle un impact négatif dans le secteur ?

L’article conclut que l’imagerie générée par l’IA n’a pas encore eu d’effet négatif significatif sur l’industrie du stock dans son ensemble, mais qu’elle offre de nouvelles opportunités et défis pour les producteurs de stock. Il suggère que les producteurs de stock devraient adopter l’IA comme un outil créatif et non comme une menace, et qu’ils devraient se concentrer sur la qualité, la pertinence et la diversité de leurs images. Il affirme également que l’IA n’est pas une solution miracle et qu’elle nécessite toujours du temps, des compétences et des efforts pour produire des images attrayantes et vendables.

Avantages et inconvénients de l'IA sur cette industrie

L’IA offre plusieurs avantages pour la photo de stock, tant pour les acheteurs que pour les vendeurs. Voici quelques-uns des principaux:

  • La diversité: L’IA peut créer des images de personnes, d’animaux, d’objets ou de paysages qui n’existent pas dans la réalité, mais qui sont crédibles et variées. Cela permet d’offrir aux clients un choix plus large et plus représentatif de sujets, d’ethnies, d’âges, de genres, etc. Par exemple, Smarterpix, une agence allemande, a lancé la première collection de portraits 100% générés par l’IA et disponibles à la licence.
  • La personnalisation: L’IA peut également permettre aux clients de modifier les images selon leurs besoins, en changeant par exemple la couleur des cheveux, des yeux, des vêtements, le fond, l’éclairage, etc. Cela évite d’avoir à chercher l’image parfaite parmi des milliers d’options, ou à recourir à des logiciels de retouche complexes.
  • La créativité: L’IA peut également stimuler la créativité des clients et des vendeurs, en proposant des images originales, surprenantes ou humoristiques. Par exemple, Midjourney est un programme qui transforme des textes en images. On peut ainsi obtenir des images comme “une photographie vintage du monstre du Loch Ness” ou “un chat qui joue du piano”.

L’IA n’est pas sans poser des problèmes pour la photo de stock. Voici quelques-uns des principaux:
  • La qualité: L’IA n’est pas encore capable de produire des images parfaites. Certaines images générées par l’IA présentent des défauts visibles, comme des traits du visage mal rendus, des proportions anormales, des artefacts numériques, etc1. De plus, les images générées par l’IA ont souvent une résolution faible, ce qui limite leur utilisation pour des projets à grande échelle.
  • L’éthique: L’IA pose également des questions éthiques sur la représentation des personnes et des réalités. En effet, les images générées par l’IA sont basées sur des données préexistantes, qui peuvent être biaisées, incomplètes ou obsolètes.
  • La concurrence: L’IA représente également une concurrence potentielle pour les photographes qui vendent leurs images sur les plateformes de stock. En effet, les images générées par l’IA sont souvent moins chères, plus rapides et plus faciles à obtenir que les images réelles. Cela peut réduire la demande et les revenus des photographes, ou les obliger à se différencier par la qualité, l’originalité ou la spécialisation de leurs images.

Comment les photographes peuvent-ils s’adapter à l’IA?

Face à l’émergence de l’IA dans le domaine de la photo de stock, les photographes ont plusieurs options pour s’adapter et tirer parti de cette nouvelle technologie. Voici quelques pistes:
  • Se former à l’IA : Les photographes peuvent apprendre à utiliser les outils d’IA pour créer ou améliorer leurs propres images. Par exemple, ils peuvent utiliser l’IA pour générer des fonds, des éléments ou des effets qui complètent leurs photos réelles, ou pour retoucher leurs images de manière plus efficace et créative.
  • Collaborer avec l’IA : Les photographes peuvent également collaborer avec les programmes d’IA pour co-créer des images originales et innovantes. Par exemple, ils peuvent utiliser l’IA comme source d’inspiration, en lui demandant de générer des images à partir de mots-clés, de phrases ou de croquis. Ils peuvent ensuite sélectionner, modifier ou combiner les images générées par l’IA pour créer leur propre œuvre.
  • Se distinguer de l’IA : Les photographes peuvent également se distinguer de l’IA en mettant en avant leur valeur ajoutée humaine. Par exemple, ils peuvent se spécialiser dans des domaines où l’IA est moins performante, comme la photographie artistique, documentaire ou éditoriale. Ils peuvent également miser sur leur sensibilité, leur émotion, leur style ou leur éthique pour créer des images qui touchent et fidélisent leur public.

Source : Stock Performer

Et vous ?

Quelle est votre opinion sur l’utilisation de l’IA pour générer des images de stock ?
Quels sont les avantages et les inconvénients de l’IA pour les acheteurs et les vendeurs de photos de stock ?
Comment l’IA peut-elle affecter la qualité, l’éthique et la concurrence dans l’industrie de la photo de stock ?
Comment les photographes peuvent-ils s’adapter à l’IA et tirer parti de cette nouvelle technologie ?
Quels sont les risques et les opportunités de l’IA pour la création d’images ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-nous-la !

Avatar de onilink_
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 12/09/2023 à 13:09
M. Allen a déclaré à l'office qu'il avait "saisi de nombreuses révisions et invites de texte au moins 624 fois pour parvenir à la version initiale de l'image" à l'aide de Midjourney et qu'il l'avait modifiée à l'aide d'Adobe Photoshop. L'Office a demandé à Allen de renoncer aux parties de l'image générées par Midjourney afin de bénéficier de la protection du droit d'auteur. Il a rejeté la demande d'Allen après son refus.
Ce qui est logique. On ne peut protéger que ce qui a été crée par le créateur, pas ce qui a été "commandé".
Sinon cela voudrait dire que je pourrais m'approprier n'importe quelle œuvre commandée à un artiste du tier monde pour trois francs six sous. Et évidemment sous cet angle la on comprend bien le non sens au niveau du droit d'auteur.

Ici, il faudrait plus une protection hybride entre les parties de l'image retouchées sur photoshop, les itérations sur les prompts et tous les paramètres de génération utilisés.
Mais évidemment, cela n'a que peu d’intérêt pratique. C'est un peu comme nommer une étoile que l'on a découverte.

"certain que nous gagnerons à la fin"
Je ne comprend pas son combat.
Si ils "gagnent", pour moi ce serait plus une défaite globale.
Pour les vrai artistes mais aussi ces prétentieux "AI artists" que personnellement je qualifierais plus de "prompt monkeys", sans vouloir être méchant

Les seuls qui y gagneront seront ceux qui ont déjà des moyens énormes, comme disney ou hollywood.
Il n'y a qu'a voir ce qu'il se passe actuellement.
3  1 
Avatar de byrautor
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 27/07/2023 à 9:52
Citation Envoyé par Galactus13 Voir le message
Je pose la question,
Si l'IA est une entité humaine, donc, elle est vivante et par conséquent a le droit a un procès.
Si l'IA est une machine, c'est son créateur qui a la joie du procès.
.
Dans les deux cas: Ils perdent leurs procès puisque chacun d'eux viole les droits d'auteur. par plagia. La copie étant interdite sans l'accord de l'auteur.
Ceci reste mon avis en tant qu'auteur.
Ce n'est pas pour rien que dans une émission de télé en direct, on vous fait signer un papier autorisant la régie a utiliser votre image et ce qui en découle dans le cadre du sujet.
Comment gérer la multitude ? par des méthodes statistiques (théorie des gaz parfait) . Des "experts" analyseraient les flux et répartissent les droits statistiquement.....Et oui, la nature a horreur de l'égalité , il y aurait même des "mouvements" dans le vide quantique qui s'annihilent "d'eux mêmes)
1  0 
Avatar de OCRAM
Membre à l'essai https://www.developpez.com
Le 27/07/2023 à 15:57
Certes elles ont du souci à se faire, mais elles ne sont pas les seules. Les sites qui exploitent des données parfois personnelles deviennent légions. Citons Getty Images, qui reproduit sans vergogne et sans aucune autrisationdes photos personnelles, société.com qui reproduit les données des greffes (et les commercialisent) sans votre accord, alors que la société paye pour déposer ses formalités au Greffe ou à lINPI.

Getty images explique que ces photos ayant été glanées sur Internet, elles sont nécessairement publiques !

Il va falloir sérieusement légiférer.

la CNIL, ventre mou sur ce point ?

Marc Chernet
1  0 
Avatar de totozor
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 28/07/2023 à 13:57
Citation Envoyé par OCRAM Voir le message
société.com qui reproduit les données des greffes (et les commercialisent) sans votre accord, alors que la société paye pour déposer ses formalités au Greffe ou à lINPI.
J'étais persuadé que société.com était un service public (en partie payant) mais non , l'accord serait donné par le Greffe ou INPI?
Encore plus choquant quand une de leur catégorie est explicitement "Surveillance Gratuite" (Recevez une alerte e-mail chaque fois que la fiche d’identité de l’entreprise est mise à jour) ou "Fichier de surveillance"

Ceci dit il y a quelques années on tombait assez vite sur pas mal d'informations sur moi transmise par l'ordre des ingénieurs. Je remercie les quelques homonymes que j'ai d'occuper largement les réseaux sociaux pour que mes données personnelles se retrouvent reléguées (en grande partie) aux pages lointaines de Google.
1  0 
Avatar de totozor
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 08/06/2023 à 16:20
Fun Fact : Mon entreprise a lancé une campagne de communication avec une image générée par IA avec des détails plus ou moins marquants pour les gens.

Le sérieux de la campagne a été remis en question avec cette image (pourquoi vous prendre au sérieux si vous n'y investissez même pas dans un graphiste et que vous ne vous donnez pas le mal de regarder l'image).
Je penses que la comm' ne se lancera plus dans cette expérience avec un sujet plus délicat.

C'est probablement là que doit s'immiscer les vendeurs de photos de stocks : fournir de photo libre de droits à bas prix et à qualité élevée.
Les entreprises ne payeront pas pour une photo qu'ils sont capables de générer elles même, par contre la garantie de ne pas avoir ce genre de retour de baton peut les convaincre.

Reste à savoir si la validation de ses images est une action rentable.
C'est probablement compliqué à automatiser et demande une attention importante du controleur.
0  0 
Avatar de Gluups
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 28/07/2023 à 14:11
Pour ce qui est de l'aspect payant mais pas vers la bonne poche, le problème a déjà été soulevé dans la santé avec (pour faire court) Doctolib, dans la recherche avec les travaux des universitaires, publiés non pas par un site public avec contrôle citoyen, mais par un site privé qui se fait payer par les universitaires et par les gens qui veulent consulter leurs travaux. Encore que ... dans ce dernier cas c'était du monde anglo-saxon qu'il s'agissait, en France il paraît que ça se passe mieux.

Quand même déjà deux domaines, reste à voir si il n'y en a pas d'autres.

Quelques constitutions sont prêtes, avec pour "nouveauté" notable que les élus ne peuvent pas les modifier, il me semble qu'il serait temps d'appeler à mettre ça en place, pour couper l'herbe sous le pied de Macron, qui s'apprête à pratiquer une nième modif magouillée à sa sauce, façon "grand débat public".
0  0 
Avatar de calvaire
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 15/09/2023 à 11:44
Citation Envoyé par Galactus13 Voir le message
Le soulèvement des machines contre les humains…
C'est peut-être plus proche qu'on ne croît. Je pense que le droit d'auteur ne peut être remisé à une machine sauf si nous lui donnons son faire valoir, et dans ce cas, il pourrait porter plainte contre son créateur !
Inquiétant et dangereux.
Quoique le contenu de la mémoire de la machine soit bien le résultat de la mémoire collective de l'humain, cela devient compliquer !
Terminator arrive… vite, cachons-nous en attendant Sarah Connor.
humm vu les problèmes hallucinatoire de chatgpt on en est encore loin.

terminator n'a jamais tenu la route, une usine y'a toujours des humains, meme les usines hyper automatisé comme celles de Peugeot en france ou st micro à Crolles, si y'a pas les ouvriers qui font les 3*8 l'usines s’arrête.
Et si des machines commence à faire des robots tueurs plutôt que des châssis de voitures, a mon avis un ouvrier va vite couper le courant pour pas se faire renvoyer pour faute grave.

On peut imaginer par contre l'arriver très bientôt de puissant virus informatique basé sur l'ia pour muter et trouver de nouveaux vecteurs d'attaque et de moyens de défenses. cela existe déja mais les mutations sont limités.
0  0 
Avatar de micka132
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 12/09/2023 à 14:55
Citation Envoyé par Jade Emy Voir le message
Selon vous, faut-il accorder les droits d'auteur à des œuvres générés par IA ?
Pas spécialement, mais je crois que c'est le droit d'auteur dans son ensemble qui est certainement devenu anachronique. A l'heure où l'on consomme du contenu à n'en plus pouvoir il n'y a en réalité que très peu d'oeuvre qui ont des droits d'auteurs.
L'IA ne va que rendre exponentielle cette tendance qu'il va bien falloir gérer.
0  1 
Avatar de Galactus13
Membre à l'essai https://www.developpez.com
Le 15/09/2023 à 9:33
Le soulèvement des machines contre les humains…
C'est peut-être plus proche qu'on ne croît. Je pense que le droit d'auteur ne peut être remisé à une machine sauf si nous lui donnons son faire valoir, et dans ce cas, il pourrait porter plainte contre son créateur !
Inquiétant et dangereux.
Quoique le contenu de la mémoire de la machine soit bien le résultat de la mémoire collective de l'humain, cela devient compliquer !
Terminator arrive… vite, cachons-nous en attendant Sarah Connor.
0  1