IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

« C'est notre dernière opportunité de nous réveiller », prévient un économiste qui estime que l'IA pourrait déstabiliser la démocratie
Et réduire les emplois si elle est mal orientée

Le , par Stéphane le calme

3PARTAGES

6  0 
L’intelligence artificielle est souvent présentée comme une source de progrès et de richesse pour l’humanité. Mais selon un économiste de renom, elle pourrait aussi être une menace pour notre avenir. Daron Acemoglu, professeur au MIT et co-auteur du livre The Narrow Corridor: States, Societies, and the Fate of Liberty, met en garde contre les dangers d’une IA mal orientée, qui pourrait accroître les inégalités, réduire l’emploi, et même déstabiliser la démocratie.

Depuis l'émergence explosive de ChatGPT l'hiver dernier, la plus grande préoccupation pour de nombreuses personnes est de savoir si ces outils vont bientôt écrire, coder, analyser, réfléchir, composer, concevoir, illustrer et ainsi remplacer les travailleurs. À cet égard, la Silicon Valley et les entreprises américaines sont curieusement unies dans leur optimisme. Oui, certaines personnes pourraient y perdre, reconnaissent-elles. Mais il n’y a pas lieu de paniquer. L’IA va nous rendre plus productifs, et ce sera formidable pour la société. En fin de compte, la technologie l’est toujours.

« Les économistes considéraient le changement technologique comme quelque chose d'étonnant », déclare Katya Klinova, responsable du département IA, travail et économie de l'ONG Partnership on AI. « De quelle quantité avons-nous besoin ? Autant que possible. Quand ? Hier. Où ? Partout ». Résister à la technologie, c’était inviter à la stagnation, à la pauvreté et à l’obscurité. D’innombrables modèles économiques, ainsi que toute l’histoire moderne, semblaient prouver une équation simple et irréfutable : technologie = prospérité pour tous.

Il n’y a qu’un seul problème avec cette formulation : elle s’avère fausse. En tout cas d'après un économiste qui fait tout pour tirer la sonnette d’alarme.

La remise en question

Dans une interview, Acemoglu explique comment il a changé d’avis sur l’impact de la technologie sur l’économie. Il reconnaît qu’il faisait partie du consensus dominant parmi les économistes, qui voyait la technologie comme une force incontestable de bien. Selon cette vision, l’innovation permet d’augmenter la productivité, la croissance, et le niveau de vie de tous. Acemoglu cite l’exemple de la révolution industrielle, qui a permis de sortir des millions de personnes de la pauvreté et de créer de nouvelles opportunités.

Mais il souligne aussi que la technologie n’est pas neutre, et qu’elle dépend des choix politiques et sociaux qui la façonnent. Il rappelle que la révolution industrielle a aussi engendré des coûts sociaux et environnementaux énormes, et qu’elle a été accompagnée de luttes politiques et de réformes institutionnelles pour garantir une répartition plus équitable des bénéfices. Il affirme que nous sommes aujourd’hui à un tournant historique, où l’IA pourrait avoir des conséquences encore plus radicales que les précédentes vagues d’innovation.

« La prospérité généralisée du passé n'était pas le résultat de gains automatiques et garantis du progrès technologique », estime Acemoglu. « Nous bénéficions du progrès, principalement parce que nos prédécesseurs ont fait en sorte que le progrès profite à un plus grand nombre de personnes ».


L'impact des progrès technologiques

En 2008, il a publié un manuel destiné aux étudiants diplômés qui soutenait la doctrine selon laquelle la technologie est toujours bonne. « Je suivais le canon des modèles économiques, et dans tous ces modèles, le changement technologique est le principal moteur du PIB par habitant et des salaires », a expliqué Acemoglu. « Je ne les ai pas remis en question ».

Mais à mesure qu'il y réfléchissait davantage, il commença à se demander s'il n'y avait pas quelque chose de plus à raconter dans l'histoire. Le premier tournant s’est produit dans un article sur lequel il a travaillé avec l’économiste David Autor. Il s’agissait d’un graphique frappant qui représentait les revenus des hommes américains sur cinq décennies, corrigés de l’inflation. Au cours des années 1960 et au début des années 1970, les salaires de chacun ont augmenté en même temps, quel que soit le niveau d'éducation. Mais ensuite, vers 1980, les salaires des titulaires de diplômes supérieurs ont commencé à monter en flèche, tandis que les salaires des diplômés du secondaire et des décrocheurs ont chuté. Quelque chose rendait manifestement pire la vie des Américains les moins instruits. Était-ce quelque chose de technologique ?

Acemoglu avait le pressentiment que c'était le cas. Avec Pascual Restrepo, l'un de ses étudiants de l'époque, il a commencé à considérer l'automatisation comme quelque chose qui fait simultanément deux choses opposées : elle vole des tâches aux humains, tout en créant de nouvelles tâches pour les humains. Selon lui et Restrepo, le sort des travailleurs dépend en grande partie de l’équilibre entre ces deux actions. Lorsque les tâches nouvellement créées compensent les tâches volées, les travailleurs s’en sortent bien : ils peuvent se déplacer vers de nouveaux emplois qui sont souvent mieux rémunérés que les anciens. Mais lorsque les tâches volées dépassent les nouvelles tâches, les travailleurs déplacés n’ont nulle part où aller. Dans des travaux empiriques ultérieurs, Acemoglu et Restrepo ont montré que c’était exactement ce qui s’était passé. Au cours des quatre décennies qui ont suivi la Seconde Guerre mondiale, les deux types de tâches se sont équilibrés. Mais au cours des trois décennies suivantes, les tâches volées ont largement dépassé les nouvelles tâches. En bref, l’automatisation allait dans les deux sens. Parfois c'était bien, et parfois c'était mal.

C’était le mauvais côté dont les économistes n’étaient toujours pas convaincus. Acemoglu et Restrepo, à la recherche de preuves empiriques supplémentaires, se sont donc concentrés sur les robots. Ce qu’ils ont découvert est stupéfiant*: depuis 1990, l’introduction de chaque robot supplémentaire a réduit l’emploi d’environ six personnes, tout en réduisant de manière mesurable les salaires. « Cela m'a ouvert les yeux », a déclaré Acemoglu. « Les gens pensaient qu'il ne serait pas possible d'avoir des effets aussi négatifs de la part des robots ».

De nombreux économistes, s'accrochant à la doctrine technologique, ont rejeté les effets des robots sur les travailleurs humains comme un « phénomène transitoire ». En fin de compte, insistaient-ils, la technologie s’avérerait bénéfique pour tout le monde. Mais Acemoglu a trouvé ce point de vue insatisfaisant. Peut-on vraiment qualifier de « transitoire » quelque chose qui dure depuis trois ou quatre décennies ? Selon ses calculs, les robots avaient mis au chômage plus d’un demi-million d’Américains. Peut-être qu’à long terme, les avantages de la technologie finiront par profiter à la plupart des gens. Mais comme a un jour dit sur le ton de la plaisanterie l’économiste John Maynard Keynes, à long terme, nous sommes tous morts.


Un changement de cap

Acemoglu distingue deux types d’IA: l’IA de remplacement et l’IA de renforcement. L’IA de remplacement vise à substituer les travailleurs humains par des machines, dans des tâches routinières ou cognitives. L’IA de renforcement vise à compléter les capacités humaines, dans des tâches créatives ou complexes. Acemoglu soutient que l’IA de remplacement est actuellement dominante, et qu’elle pose de graves problèmes pour l’économie et la société. Il explique que l’IA de remplacement réduit la demande de travail, ce qui entraîne une baisse des salaires, une hausse du chômage, et une concentration des revenus entre les mains d’une élite qui contrôle les technologies. Il ajoute que l’IA de remplacement diminue aussi la qualité du travail, en le rendant plus monotone, plus surveillé, et moins autonome. Il craint que l’IA de remplacement ne finisse par éroder le pouvoir de négociation et la représentation des travailleurs, et par affaiblir les institutions démocratiques.

Acemoglu partage ces terribles avertissements pour ne pas exhorter les travailleurs à résister complètement à l’IA, ni pour nous résigner à compter les années qui nous mèneront à notre catastrophe économique. Il voit la possibilité d'un résultat bénéfique pour l'IA : « la technologie que nous avons entre nos mains a toutes les capacités pour apporter beaucoup de bien », mais seulement si les travailleurs, les décideurs politiques, les chercheurs et peut-être même quelques magnats de la technologie aux idées nobles travaillent dans cet objectif. Compte tenu de la rapidité avec laquelle ChatGPT s'est répandu sur le lieu de travail (81 % des grandes entreprises interrogées dans une enquête ont déclaré utiliser déjà l'IA pour remplacer le travail répétitif), Acemoglu exhorte la société à agir rapidement. Et sa première tâche est ardue : nous déprogrammer tous de ce qu’il appelle le « techno-optimisme aveugle » adopté par « l’oligarchie moderne ».

Acemoglu plaide pour un changement de cap, vers une IA de renforcement, qui serait plus bénéfique pour l’humanité. Il propose de réorienter les incitations économiques et les politiques publiques, pour favoriser le développement et l’adoption de technologies qui augmentent la productivité et la créativité des travailleurs, plutôt que de les remplacer. Il appelle à une régulation plus forte de l’IA, pour éviter les abus de pouvoir, les atteintes à la vie privée, et les biais discriminatoires. Il invite à une participation plus large des travailleurs, des consommateurs, et des citoyens, dans la conception et le contrôle de l’IA, pour qu’elle réponde à leurs besoins et à leurs valeurs. Il espère que ces mesures permettront de créer une IA plus inclusive, plus éthique, et plus démocratique.


« C'est notre dernière opportunité de nous réveiller »

Acemoglu conclut son interview en lançant un avertissement: « C’est la dernière opportunité pour nous de nous réveiller ». Il estime que nous avons encore le temps de changer le cours des choses, mais que nous devons agir vite et de manière coordonnée, avant que l’IA ne devienne trop puissante et trop incontrôlable. Il affirme que l’IA est un défi existentiel pour l’humanité, et que nous devons choisir entre deux scénarios: un scénario de cauchemar, où l’IA nous domine et nous appauvrit, ou un scénario de rêve, où l’IA nous libère et nous enrichit. Il espère que nous saurons faire le bon choix.

Source : Interview Daron Acemoglu

Et vous ?

Que pensez-vous des propos de Daron Acemoglu ? Partagez-vous son point de vue ? Si oui, dans quelle mesure ? Si non, pourquoi ?
Quelle est votre opinion sur l’IA de remplacement et l’IA de renforcement? Laquelle préférez-vous et pourquoi?
Quels sont les risques et les opportunités de l’IA pour l’économie et la société? Comment les anticiper et les gérer?
Quel rôle devraient jouer les travailleurs, les consommateurs, et les citoyens, dans la régulation de l’IA? Quels sont les moyens et les enjeux de leur participation?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-nous-la !

Avatar de Anselme45
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 27/12/2023 à 10:31
"L'IA remplacera tous les emplois humains, et il y aura un revenu universel élevé, et non de base, dans un avenir positif pour l’IA", d'après Elon Musk
Et Musk offrira gratuitement à tout le monde un belle Tesla toute neuve...

Qui a dit "les promesses rendent les fous heureux"?
3  0 
Avatar de OrthodoxWindows
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 27/12/2023 à 12:35
Concernant l'IA, il y a depuis un moment le muskdi et le gatesdi (le trolldi ne suffit plus)
3  0 
Avatar de Anselme45
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 30/12/2023 à 13:03
Citation Envoyé par unanonyme Voir le message
Bonjour,

@Anselm_45, on ne serait pas à poil non plus..... Faut pas déconner.
Mais tu as raison, on peut se passer de pétrole et être tous habillé en toile de jute qui gratte ou de maillots de laine au mois d'août sous un petit 45° à l'ombre...

On peut se passer de pétrole et en revenir à la fin du 18ème siècle... A ce propos, est-ce que tu connais la raison première de la révolution française en 1789? La faim!

Je suppose que tu proposes de revenir à une agriculture locale sans l'apport du moindre engrais chimique descendant direct du pétrole? Je suppose que tu es prêt à changer de métier et à revenir à la structure sociale de l'avant pétrole avec 95% de la population française qui est... un paysan qui vit les mains dans la merde en alternant les années où ils mangent à sa faim et les années de disette???

Citation Envoyé par melka one Voir le message
pour les véhicules a moteur thermique rien aurais été possible sans la bougie qui utilise l'électricité pour créer l’étincelle qui enflamme le pétrole modifié c'est plutôt l'inverse sans l'électricité le pétrole ne serait pas autant répandu

...

je dit des bêtises ?
Oui et c'est un euphémisme!

Les gens qui ont une connaissance de l'histoire de la technologie savent que les premières voitures étaient à propulsion... électrique (la vapeur exigeait un équipement trop lourd pour équiper un véhicule léger comme la voiture)!!! C'est justement parce que les moteurs électriques avaient trop d'inconvénients que le moteur thermique s'est généralisé!!!

Et tu sais la meilleure? Il n'y a pas eu de révolution technologique au niveau de la mobilité électrique depuis cette époque! La capacité des batteries n'a pas fait un bon révolutionnaire depuis plus de 100 ans.

C'est comme la farce du moteur à hydrogène: Il faut fabriquer de l'électricité pour pouvoir produire de l'hydrogène et ensuite on utilise l'hydrogène pour le transformer en électricité pour l'utiliser dans la voiture... Résultat:Le processus a un rendement médiocre par rapport à la solution thermique... Il y a plus de 60% de l'énergie qui est perdue dans le processus!!!
3  0 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 06/11/2023 à 10:40
Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
La vision de Musk sur l’IA soulève des questions sur les implications économiques et sociales d’une technologie qui pourrait remplacer le travail humain. Certains experts estiment que l’IA pourrait créer de nouvelles opportunités de croissance, d’innovation et de bien-être, en libérant les humains des tâches routinières et en leur permettant de se consacrer à des activités plus créatives et enrichissantes. D’autres craignent que l’IA ne provoque une augmentation du chômage, des inégalités et de l’exclusion, en rendant obsolètes de nombreux emplois et en concentrant les richesses et le pouvoir entre les mains d’une élite technologique.
C'est clairement le deuxième groupe qui a raison.
L'autre scénario est un délire utopiste qui n'arrivera jamais.

Qui peut croire que la classe dominante mette ça en place :
Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
D’autres suggèrent de repenser le concept même de travail, en valorisant davantage les activités qui contribuent au bien commun, à la solidarité et à l’épanouissement personnel, plutôt que celles qui visent uniquement à maximiser le profit. Il s’agirait de promouvoir une économie plus humaine et plus durable, qui respecte les besoins et les aspirations de chacun, ainsi que les limites de la planète.
C'est beau, mais ça n'arrivera pas.

Ce serait cool un système dans lequel les légumes qui ont été cultivés par des humains, en permaculture, sans utilisation d'aucun produit (engrais, pesticide), sans machine agricole, soit acheté aux agriculteurs 20 fois le prix des légumes industriels.
Mais ce n'est malheureusement pas réaliste.

=====
Il y a trop d'humains, les humains consomment trop de ressource.
Donc le niveau de vie des humains va diminuer. Profitez d'aujourd'hui, demain sera pire.
Le futur ne va pas être marrant.
2  0 
Avatar de calvaire
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 29/12/2023 à 20:14
Citation Envoyé par melka one Voir le message
pour les véhicules a moteur thermique rien aurais été possible sans la bougie qui utilise l'électricité pour créer l’étincelle qui enflamme le pétrole modifié c'est plutôt l'inverse sans l'électricité le pétrole ne serait pas autant répandu et aussi extraire le pétrole implique d'utilise un moteur thermique ou électrique afin de pomper le pétrole des sol c'est vrais c'est possible de le pomper manuellement (bon courage) pareille pour le plastique la c'est une résistance électrique qui vas permettre de contrôle avec précision les température et la précision c'est un des point important qu'apporte électricité

je vois le coup venir donc j’anticipe, il existe bien le moteurs diesel qui n'utilise pas d’étincelles mais pour fabriquer les divers pièce de précision qui le constitue on utilise des machines outils qui elles fonctionnes avec l'électricité (la précision)

je dit des bêtises ?

Les trains a vapeur n'avais pas besoin d'électricité et meme chose pour la 1ere voiture qui était une voiture a vapeur sur le meme principe
Mais je ne vois pas le rapport en faite entre son commentaire et le tien.
l'électricité a apporter du grand confort avec les bougies et le démarreur et plus largement avec l'informatique, électricité produite majoritairement dans le monde en brulant du charbon/gaz et pétrole.

chaque énergie a des avantages.

le pétrole reste encore aujourd'hui une énergie bon marché par rapport à la voiture électrique avec batterie.
et reste une bon moyen pas cher avec le charbon de produire de l'electrcité

je parle pas de la france avec ces taxes abusif sur ces énergies mais de la majorité des pays dans le monde (inde, chine...etc)

malgré le sacrifice isolé et suicidaire des européens et la cop28 de dubai cette année la production de co2 a encore dépassé un record dans le monde.
2  0 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 31/12/2023 à 14:42
Citation Envoyé par Anselme45 Voir le message
Je suppose que tu proposes de revenir à une agriculture locale sans l'apport du moindre engrais chimique descendant direct du pétrole?
Je pense que c'était une mauvaise idée d'utiliser autant d'engrais.

Quand on mange, on consomme aussi du pétrole
Issus de l’industrie pétrochimique, les engrais contiennent un mélange de nitrates, de phosphates et de potassium. Ces engrais ont permis d’améliorer la croissance des plantes et le rendement des cultures. Le problème est qu’ils ont ouvert la voie à une surexploitation des sols. Ces sols se sont appauvris et les agriculteurs ont été contraints d’y déverser de plus en plus d’engrais. Un vrai cercle vicieux. Réduire la quantité d’engrais utilisée dans les champs est donc un formidable moyen de limiter l’empreinte carbone de notre alimentation. C’est ce que tentent de réaliser les fermes bio : en 2017, 92% des exploitations françaises pratiquaient l’agriculture conventionnelle ou intensive, et 8% l’agriculture biologique, ce qui représentait 36 000 producteurs. Cette proportion croît chaque année.
Il est possible qu'en utilisant de l'engrais :
- les mauvaises herbes poussent plus vite donc il faut utiliser des herbicides
- les champignons poussent plus vite donc il faut utiliser des fongicides
- il y a plus d'insectes donc il faut utiliser des insecticides
L'industrie pétrochimique vend beaucoup de produits aux agriculteurs.

Il faut utiliser des semences OGM "roundup ready" pour pouvoir utiliser du roundup. (cela dit ça a commencé avec le le soja Roundup-ready en 1996, donc avant ils arrivaient à faire sans)
Ce serait mieux que chaque cultivateur produise ses propres semences, car elles seraient adaptées aux conditions locales, elles seraient plus résistantes aux maladies, aux insectes, etc.
Les plantes OGM poussent mal si on utilise pas de produit.

Citation Envoyé par calvaire Voir le message
en 2023 on a des voitures électrique capable de 600km sur autoroute à 130, le probleme c'est le prix.
On verra combien de temps ça va durer et si le propriétaire arrive à revendre sa voiture électrique.
Les voitures électriques n'auront peut-être pas une longue espérance de vie.

Peut-être que quand 1L de Diesel sera vendu 5€ on sera obligé d'abandonner le thermique, mais ça prendra peut-être des décennies à arriver.
Ça ne sert à rien de se presser à acheter une voiture électrique.

Citation Envoyé par unanonyme Voir le message
C'est vrai que ça va finir par se cracher.
Ça ne peut pas continuer éternellement.
2  0 
Avatar de L33tige
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 09/04/2024 à 12:40
Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
Je pense que c'était une mauvaise idée d'utiliser autant d'engrais.

Quand on mange, on consomme aussi du pétrole

Il est possible qu'en utilisant de l'engrais :
- les mauvaises herbes poussent plus vite donc il faut utiliser des herbicides
- les champignons poussent plus vite donc il faut utiliser des fongicides
- il y a plus d'insectes donc il faut utiliser des insecticides
L'industrie pétrochimique vend beaucoup de produits aux agriculteurs.

Il faut utiliser des semences OGM "roundup ready" pour pouvoir utiliser du roundup. (cela dit ça a commencé avec le le soja Roundup-ready en 1996, donc avant ils arrivaient à faire sans)
Ce serait mieux que chaque cultivateur produise ses propres semences, car elles seraient adaptées aux conditions locales, elles seraient plus résistantes aux maladies, aux insectes, etc.
Les plantes OGM poussent mal si on utilise pas de produit.

On verra combien de temps ça va durer et si le propriétaire arrive à revendre sa voiture électrique.
Les voitures électriques n'auront peut-être pas une longue espérance de vie.

Peut-être que quand 1L de Diesel sera vendu 5€ on sera obligé d'abandonner le thermique, mais ça prendra peut-être des décennies à arriver.
Ça ne sert à rien de se presser à acheter une voiture électrique.

C'est vrai que ça va finir par se cracher.
Ça ne peut pas continuer éternellement.
Alors, je dis ça pourtant j'ai un daily ET une voiture plaisir pour le weekend, une bécane également, j'aime l'essence quand ça fait vroom et tout ce que tu veux,

La bagnole c'est un piège, une connerie, on à complètement transformé les villes et le paysage autour d'un moyen de transport, chose impensable pour le bus le train ou les piétons sans que tout le pays se mette à râler sur ces "saletées de cyclistes", il suffit d'un mort en trotinette pour qu'on interdise la location, si on devait faire de même pour la bagnole je t'explique même pas le truc. On à été matrixé par la bagnole, tellement qu'aujourd'hui on pense qu'en achetant un béhémot électrique de 2 tonnes NEUVE qui plus est pour circuler dans les bouchons et en ville, c'est écolo. La véritée c'est que la voiture est contraire à ce principe même.
2  0 
Avatar de Jules34
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 06/05/2024 à 16:30
C'est rigolo que le plus gros vautour de la finance mondiale dise qu'il a "peur".

Je n'y crois pas une seule seconde.

On parle d'un gestionnaire de fond qui a participé et participe encore à la ruine de certains états ayant fait faillite en rachetant leur dette et en réclamant son remboursement à l'aide d'une armée d'avocat. On appelle ça les fonds vautour dans le jargon.

Un pays pauvre surendetté qui ne peut rembourser ses créanciers est déclaré en cessation de paiement. Le voici seul et vacillant face aux banques internationales pour négocier une réduction de sa dette. Les fonds rapaces rappliquent, rachètent les anciennes obligations à prix cassé. Puis des bataillons d'avocats engagent des procédures pour contraindre le pays pourtant ruiné et le peuple à l'agonie dans les bidonvilles à rembourser ces obligations à hauteur de 100% de leur valeur.

En 2015, 26 fonds vautours menaient 277 procédures devant 48 juridictions différentes contre 32 pays débiteurs. Dans 77% des cas, ils gagnent. Ces procès rapportent entre 300 et 2000% d'intérêts. Les juridictions britanniques et américaines sont les plus prisées.

«Les fonds vautours tuent», écrit Jean Ziegler. Exemple parmi tant d'autres: la famine qui s'est déclarée au Malawi en 2002. Le gouvernement n'a pas pu nourrir sa population car pour payer sa dette de plusieurs dizaines de millions de dollars à un vautour, il a dû vendre toutes ses réserves de maïs - 40.000 tonnes.
Warren a aussi eu ce mot doux à notre encontre:
Warren Buffett, riche parmi les plus riches: «La lutte des classes, ça existe, évidemment, mais cette guerre, c'est la classe des riches qui est en train de la gagner.»
Je pense pas qu'il ait peur de l'IA. Il a su faire de l'argent sur la mort des autres, il va continuer. Et il doit déjà avoir plein d'idée avec l'IA pour faire du fric.
2  0 
Avatar de Jules34
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 25/09/2023 à 16:50
Les démocraties européenne sont en danger depuis que les américains leurs ont vendus le plan Marshall. Le reste c'est de la science fiction. On a déjà un pied et demi dans Orwell.
1  0 
Avatar de Anselme45
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 05/11/2023 à 11:23
Et qui va offrir des salaires à tout ce petit monde qui n'aura plus besoin de travailler pour gagner sa vie? Les GAFAM? Musk peut-être? Les états qui, n'encaissant plus d'impôts, feront fonctionner la planche à billets pour offrir à leur peuple de la monnaie de singe?

Musk ferait mieux d'arrêter de fumer la moquette et mieux encore de nous éviter ses avis sur tout et n'importe quoi!

Cela nous fera des vacances!
3  2