IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

« L'IA nous a obligés à le faire » : c'est la nouvelle raison invoquée par les Big Tech pour justifier les licenciements,
Ces derniers sont utilisés pour réaffecter les ressources aux projets d'IA

Le , par Mathis Lucas

16PARTAGES

9  0 
Les grandes entreprises technologiques justifieraient désormais les licenciements massifs par le regain d'intérêt pour l'IA. Elles ont licencié des centaines de milliers d'employés au cours des deux dernières années en vue de faire des économies et de réaffecter les ressources financières au développement d'outils d'IA capables d'occuper les postes vacants. Les perspectives d'emploi pour la nouvelle année sont très incertaines et les analystes craignent que les licenciements se poursuivent à la hausse. L'IA a réduit les perspectives d'emploi dans plusieurs domaines de l'industrie technologique, y compris pour les ingénieurs logiciels, mais les talents en IA sont très demandés.

Le secteur de la technologie a entamé la nouvelle année avec une série de nouvelles suppressions d'emplois qui surviennent au moment même où les investissements dans l'IA s'envolent. Au début du mois, Google a licencié des centaines de travailleurs et a annoncé que l'entreprise veut se concentrer davantage sur l'IA. Certains de ces employés faisaient partie des équipes chargées de la publicité ou du matériel et d'autres travaillaient sur l'un des premiers outils d'IA de Google, Google Assistant. La rumeur indique que l'entreprise tourne progressivement la page de Google Assistant et pourrait le remplacer à l'avenir par un assistant d'IA plus intelligent.

De plus, selon un mémo interne qui a fait l'objet de fuite, Google prévoirait d'autres réductions qui pourraient concerner environ 100 travailleurs au sein du personnel de YouTube. Un porte-parole de Google, Courtenay Mencini, a déclaré que ces changements visaient à améliorer l'efficacité et à se concentrer sur les principales priorités de l'entreprise. Google a publié le mois dernier Gemini qui, selon lui, est son grand modèle de langage (LLM) le puissant à ce jour. Selon certains analystes, il est fort probable que l'entreprise cherche à rationaliser les ressources à travers à de nouveaux licenciements et à les rediriger vers ses efforts en matière d'IA.


Les analystes et les experts de l'industrie estiment que les licenciements seront moins importants et plus ciblés cette année. Les entreprises qui s'efforcent de rattraper leur retard dans la course à l'IA sont plus susceptibles de prendre de telles mesures pour compenser les milliards de dollars qu'elles consacrent à cette technologie. Les bouleversements sociaux qui se poursuivent dans l'industrie même qui crée l'IA pourraient laisser présager d'autres troubles à venir, la technologie étant appelée à remodeler le paysage commercial au sens large à l'avenir. Il y aurait eu plus de 5 500 licenciements moins de deux semaines après le début de l'année 2024.

Amazon a licencié plusieurs centaines d'employés dans ses activités de streaming et de studio la semaine dernière. Des centaines d'emplois ont été supprimés au sein de l'équipe de la plateforme de diffusion en direct Twitch et de l'unité de livres audio Audible. D'autres entreprises telles que Salesforce, Duolingo et même la startup Humane, spécialisée dans le matériel d'IA, ont également annoncé des licenciements ou des gels d'embauche dans le cadre d'un effort visant à se concentrer sur l'IA. Au début de l'année, Duolingo s'est séparé d'environ 10 % de ses sous-traitants et a commencé à utiliser davantage l'IA pour créer le contenu de l'application.

Cette semaine également, la plateforme sociale Discord a annoncé une réduction de 17 % de son personnel. Unity Software, le fabricant de la technologie utilisée dans les jeux mobiles populaires tels que Pokemon Go, a déclaré qu'il supprimait 25 % de ses effectifs. Certains critiques estiment que si les choses continuent ainsi, le nombre de licenciements dans le secteur de la technologie en 2024 risque de surpasser celui des deux dernières années. Selon les données compilées par le site Layoffs.fyi sur les suppressions d'emplois, 262 682 licenciements ont été enregistrés dans le secteur de la technologie en 2023, après 164 969 licenciements l'année précédente.

Muddu Sudhakar, cofondateur et PDG de l'entreprise de solutions d'IA générative Aisera, a déclaré qu'il constatait "un énorme déplacement de cols blancs" dans les emplois de développeurs de logiciels de base ainsi que dans les rôles d'administrateurs de bases de données. Lorsque les entreprises annoncent des licenciements par vagues, les porte-parole donnent souvent les mêmes raisons pour justifier les licenciements. L'année dernière, le refrain commun était le climat macroéconomique, et aujourd'hui, de nombreuses entreprises technologiques affirment que les licenciements sont le résultat d'un "regain d'intérêt pour les technologies d'IA".

Sur la toile, les internautes critiquent cet argument que certains parmi eux trouvent "insensé". « La meilleure excuse pendant ces périodes de licenciements de masse a été celle de Satya Nadella, PDG de Microsoft. Il avait annoncé qu'il n'y aurait pas d'augmentation de salaire pour les employés parce que l'entreprise a investi plusieurs milliards de dollars dans OpenAI. N'oubliez pas qu'il s'agit d'une entreprise dont les réserves de trésorerie se chiffrent en milliards. C'est une excuse bidon et ils le savent », a écrit un critique. Certains sont inquiets à l'idée qu'une machine qu'ils ont contribué à créer pourrait les mettre au chômage dans un avenir proche.

Tigran Sloyan, cofondateur et PDG de la plateforme d'évaluation des compétences techniques CodeSignal, affirme que l'argument du regain d'intérêt pour l'IA pourrait signifier que les entreprises technologiques réorientent leurs ressources pour dépenser davantage en salaires plus élevés pour les ingénieurs hautement qualifiés. Cela dit, il a ajouté qu'il pourrait aussi s'agir d'une "manière agréable de gérer l'élément de relations publiques" des licenciements. Cela pourrait aussi signifier que les entreprises automatisent complètement les emplois et remplacent les travailleurs par l'IA. (Dans le cas de Duolingo, l'entreprise a remplacé ses contractants par l'IA.)

Il existe encore des offres d'emploi pour des postes d'ingénieurs en IA extrêmement bien rémunérés, comme celui de 900 000 dollars chez Netflix l'année dernière, qui est devenu viral. Cela dit, peu de travailleurs possèdent les compétences requises pour ces emplois. Ces salaires mirobolants s'expliquent par l'offre limitée et la forte demande de chercheurs titulaires d'un doctorat. « Il y a très peu de personnes qui ont suivi une formation aussi poussée et qui ont acquis autant de compétences », explique Sloyan. Selon une étude, aux États-Unis, les chercheurs en IA peuvent s'attendre à des rémunérations pouvant aller jusqu'à 865 000 dollars par an.

Selon un récent rapport de la CompTIA, les offres d'emploi dans le domaine de l'IA avec des compétences spécialisées représentent plus de 10 % de l'ensemble des offres d'emploi dans le secteur de la technologie. Sudhakar a déclaré que si les rémunérations sont en hausse dans le domaine de l'IA, les salaires de l'IA générative ne représentent qu'une petite partie du marché de l'IA. « Il va y avoir une pression à la baisse sur les salaires dans le domaine de l'IA à mesure que l'automatisation de la génération de code devient plus répandue dans les entreprises, en particulier avec des outils comme Github Copilot », a déclaré Sudhakar.

Mark Muro, chercheur principal à Brookings Metro, a déclaré qu'il y avait un besoin immédiat de talents ayant des compétences en IA. Mais le nombre d'embauches est loin d'atteindre l'ampleur des licenciements de l'année dernière, et les nouveaux postes sont concentrés dans un petit nombre de pôles technologiques. À ce propos, des données récentes relatives au marché américain de l'emploi indiquent que seulement 700 nouveaux emplois auraient été créés dans le secteur technologique en 2023 aux États-Unis. Les professionnels en IA seraient très demandés, mais le nombre d'emplois reste encore insignifiant par rapport aux licenciements.

Selon Muro, les grands modèles de langage présentent des risques réels pour les emplois dans le domaine de l'IA. Il évoque les travaux à venir de Brookings Metro, qui montrent que "les emplois dans le domaine de l'informatique - y compris le développement de logiciels - sont confrontés à des scores d'exposition à l'IA générative de 90 % et plus, ce qui signifie que 90 % de leurs tâches pourraient être effectuées en deux fois moins de temps en utilisant des outils d'IA comme ChatGPT".

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?
Que pensez-vous du nouvel argument des Big Tech pour justifier les licenciements ?
Selon vous, cet argument est-il valable ? La stratégie des Big Tech va-t-elle porter ses fruits ?
Pourquoi l'IA a du mal à créer rapidement des milliers de nouveaux emplois comme cela a été annoncé ?

Voir aussi

Duolingo s'est séparé de 10 % de ses sous-traitants et utilise davantage l'IA pour créer le contenu de l'application, soulevant de nouvelles inquiétudes quant à l'impact de l'IA sur l'emploi

Amazon, Netflix et Meta sont prêts à payer des salaires allant jusqu'à 900 000 dollars pour attirer les talents de l'IA générative et certains postes n'exigent aucun diplôme universitaire

Google lance Gemini, un modèle d'IA puissant qui, selon lui, peut surpasser GPT-4 et dispose de « capacités de raisonnement » avancées pour « réfléchir plus attentivement »

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-nous-la !

Avatar de nirgal76
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 23/01/2024 à 14:13
Vivement que l'on puisse remplacer les chefs d'entreprise par des IA.
9  1 
Avatar de rsuinux
Membre habitué https://www.developpez.com
Le 20/01/2024 à 20:45
Citation Envoyé par tmcuh Voir le message
du coup moins de charges social = plus de profit = plus d'impots = paiement des chomeurs sans problème ? Il va bien falloir occuper tout ces employés temporairement... il y a des milliers d'offres mais il faut des formations et qui payera pour celle-ci ?
Plus de profits?
Vous les cherchez ou les profits ?
Avec les achats des chômeurs ? Ah ben non, puisque qu'ils n'ont pas un rond, puisque l'entreprise ne paye plus de charge sociale non plus.
Et pas de formation puisque personne n'aura les moyens.
Je vois bien l'avenir pour mes enfants.
7  1 
Avatar de fodger
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 22/01/2024 à 10:37
Que le système s'emballe, que ça soit la grosse merde niveau maintenance etc.
Là ils vont bien chialer.
3  1 
Avatar de schlebe
Membre actif https://www.developpez.com
Le 26/01/2024 à 10:29
Tant qu'ils commencent par remplacer les personnes dont la charge salariale est la plus élevée et qui en font le moins possible (autrement dit "eux-mêmes"), ce n'est pas un problème.

Les sociétés ne pourront que s'en porter mieux.
3  1 
Avatar de el_slapper
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 29/01/2024 à 16:35
Autant je peux comprendre qu'avoir trop de gens fasse baisser le bénéfice, autant je ne comprends pas que ça puisse faire baisser le chiffre d'affaires (revenue, en anglais). Soit la traduction est approximative, soit on nous raconte des salades.

Sinon, ma boite vend l'IA comme une assistance (pour par exemple faciliter la saisie par un médecin d'un compte rendu, les gains sont spectaculaires), sur des métiers ou on peine à trouver des gens compétents (les médecins, les infirmières, etc...). Ca me parait plus sain, comme usage- mais on verra à la longue.
2  0 
Avatar de olsimare
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 02/02/2024 à 20:13
Ce monde devient vraiment de la merde...

L'IA n'a d'intelligent que le nom.

Il faudrait expliquer aux troupeaux qu'il s'agit de système statistique afin qu'ils comprennent bien que tous ce qui sort de la "normalité" (au sens loi normale) sera traité comme aberrant.

Mais bon, quand les IA feront des user stories, que d'autres développeront du code pour y répondre et que d'autre testeront pour qu'il soit utilisé par d'autres IA, on sera arrivé au bout du tunnel...
2  0 
Avatar de L33tige
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 23/01/2024 à 12:21
Citation Envoyé par tmcuh Voir le message
du coup moins de charges social = plus de profit = plus d'impots = paiement des chomeurs sans problème ? Il va bien falloir occuper tout ces employés temporairement... il y a des milliers d'offres mais il faut des formations et qui payera pour celle-ci ?
Plus de profit généralement ça permets de faire des magouilles fiscales, désolé mais plus t'as d'argent plus il est facile de ne pas en payer.

Ah oui et surtout oubliez pas de réarmer démographiquement le pays hein, ça donne envie.
2  1 
Avatar de el_slapper
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 30/01/2024 à 8:47
Citation Envoyé par Mat.M Voir le message
simple logique comptable d'entreprise: sur le chiffre d'affaire on en prend une partie pour verser les salaires.
En fait dans toute entreprise à but lucratif ce n'est pas l'entreprise qui verse les salaires mais indirectement les clients et les commandes.
Sauf si l'entreprise a contracté un emprunt pour augmenter les salaires. Mais ça c'est un autre sujet.
Il est évident pour moi que si une entreprise fait mettons 10 millions de chiffre d'affaires, la fiscalité payée, le coût d'exploitation payé, il faut verser les salaires.
Si il y a beaucoup de salariés et que l'entreprise a des charges l'entreprise aura une petite marge bénéficiaire
Justement, l'article parle de chiffre d'affaires (revenu), pas de bénéfice. Bien évidemment que le bénéfice baisse quand on recrute des gens, et si le revenu ne bouge pas (ce qui semble avoir été le cas). Mais dans ma compréhension, un salarié en plus ne fait pas fuir les clients. Le revenu stagne, les bénéfices chutent, pas l'inverse.

Citation Envoyé par calvaire Voir le message
mais pourquoi ne pas vendre des cabines de téléconsultations par ia, les cas simple (la majorité des clients des médecins traitants) sont auto soigné par l'ia avec compte rendu et ordonnance généré automatiquement.
les rares cas sont envoyé a de vrai médecins ou directement à des spécialistes (pas besoin d'aller chez le médecin traitant avant).
Parceque le diagnostic et le compte-rendu (les parties qui marchent de mieux en mieux sous l'I.A. - et encore, le compte rendu, seulement si il est piloté par le médecin) ne sont pas les seuls éléments de travail du praticien, qui a aussi un rôle de coordination des soins et d'analyse. Donc il faut toujours un praticien. Par contre, on peut le concentrer sur les tâches ou il a une forte valeur ajoutée. L'I.A. comme assistant, pas comme décideur.
1  0 
Avatar de marsupial
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 19/01/2024 à 16:09
Quel est votre avis sur le sujet ?
Comme dit dans la news, MS et toutes les big techs sont assis sur un paquet de fric et font des bénéfices annuels records. De plus, leur capitalisation boursière et leur force de marque leur permettent d'emprunter si nécessaire à des taux plus qu'avantageux. Dans une crise ou un virage comme celui induit par l'arrivée de Chat GPT, il faut investir. Pour investir, les big techs choisissent de licencier pour payer de nouveaux employés plus chers que la majorité, spécialisés qu'ils sont. Pourtant, je ne négligerai pas le marché d'origine qui fait leur CA et leurs bénéfices. Surtout lorsqu'on peut se le permettre avec les montagnes de cash qu'ils ont accumulées depuis la crise de 2008. Le seul Apple a une réserve de plus 250 milliards de cash aux dernières nouvelles. Et ça date de 2017 comme chiffre. Et ils font quasiment 100 milliards de bénéfice par an sur 300 milliards de CA.
0  0 
Avatar de shenron666
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 26/01/2024 à 16:21
Comme toute enquête, le problème se situe majoritairement dans l'interprétation des résultats et de leurs agrégats.
0  0