IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Eric Schmidt, ancien PDG de Google, travaille discrètement à la création d'une entreprise militaire de drones kamikazes dotés d'une IA,
Et envisagerait notamment de les vendre à l'Ukraine

Le , par Mathis Lucas

1PARTAGES

3  0 
Eric Schmidt, homme d'affaires américain et PDG de Google de 2001 à 2011, aurait discrètement mis sur pied une nouvelle entreprise de fabrication de munitions rôdeuses (drone suicide ou drones kamikazes). Une récente enquête a révélé que l'entrepreneur a utilisé divers stratagèmes pour dissimuler ses activités et l'identité de ses collaborateurs, notamment à plusieurs sociétés-écrans. Le projet viserait à fournir des drones suicide à l'armée américaine et à l'armée ukrainienne, actuellement en guerre contre la Russie. Ces dernières années, les États-Unis investissent de plus en plus dans les armes létales autonomes, suscitant de nombreuses préoccupations.

L'enquête, réalisée par Forbes, a révélé que l'entreprise privée de défense lancée par l'ancien PDG de Google est connue sous le nom de "White Stork", en référence à l'oiseau national et au totem sacré de l'Ukraine, où Schmidt a assumé le rôle de conseiller et de financier en matière de technologie de défense. Selon les registres d'incorporation de l'entreprise, White Stork a été officiellement créée en août dernier. La société aurait développé un drone pouvant être produit en masse, qui utilise l'IA pour le ciblage visuel et peut fonctionner dans des environnements sans communication créés par le brouillage du GPS.

La révolution de l'IA dans la guerre n'est pas sans fondement et la technologie des drones kamikazes jouera probablement un rôle plus important dans les guerres à l'avenir. Cette semaine, une vidéo montrant un drone suicide qui poursuit un soldat désarmé et qui explose au-dessus de sa tête est devenue virale sur X. Ces drones font beaucoup appel aux algorithmes d'IA pour repérer les cibles et contourner les systèmes de défense. Cela pourrait signifier une plus grande présence des entreprises d'IA dans les guerres à l'avenir, ce qui pourrait entrer en conflit avec leurs affirmations sur "les bienfaits de la technologie pour l'humanité".

[tweet]<blockquote class="twitter-tweet"><p lang="en" dir="ltr">At the speed society evolves, so too does warfare. <a href="https://t.co/qU9lP5WAGT">pic.twitter.com/qU9lP5WAGT</a></p>&mdash; Joshua Hartley (@JHartley2) <a href="https://twitter.com/JHartley2/status/1749495155915141203?ref_src=twsrc%5Etfw">January 22, 2024</a></blockquote> <script async src="https://platform.twitter.com/widgets.js" charset="utf-8"></script>[/tweet]

White Stork espère vendre sa technologie avancée de drone suicide à l'Ukraine pour soutenir son effort de guerre contre la Russie. Schmidt a rencontré les principaux dirigeants ukrainiens à de nombreuses reprises depuis que la Russie a envahi le pays. L'été dernier, il a participé avec un groupe à une réunion à Kiev avec le ministre des Industries stratégiques de l'époque de la guerre, Oleksandr Kamyshin, et la première vice-première ministre Yulia Svyrydenko. On ne sait pas exactement sur quoi portait la réunion ni si elle concernait le nouveau projet. Toutefois, Svyrydenko l'a commémorée sur compte X après sa conclusion.

« L'Ukraine s'est engagée à développer de nouvelles technologies et à apporter des améliorations dans ce domaine. Nous sommes heureux que nos partenaires soutiennent nos objectifs », a-t-elle écrit. Étaient également présents Sebastian Thrun, conseiller de White Stork et ancien collègue de Schmidt chez Google, Mark Stonich, ancien vice-président de la chaîne d'approvisionnement de Google, et Damon Vander Lind, ingénieur clé de Kitty Hawk, la startup de Thrun spécialisée dans les taxis aériens, aujourd'hui disparue. Kamyshin, Svyrydenko, Thrun, Stonich et Vander Lind n'avaient pas répondu aux demandes de commentaire.

Depuis qu'il a quitté Google, Schmidt est devenu un pont entre la Silicon Valley et le Pentagone. Il a notamment dirigé la Commission de sécurité nationale sur l'IA, qui a publié un rapport final en 2021 dans lequel elle affirme que "l'IA transformera la façon dont la guerre est menée dans tous les domaines". Aujourd'hui, Schmidt semble capitaliser sur cette vision avec une entreprise qui tire profit des drones kamikazes dotés d'IA. Schmidt a beaucoup écrit sur la façon dont les drones dotés d'IA représentent l'avenir de la guerre, notamment dans un livre qu'il a coécrit avec le belliciste préféré de tous, le regretté Henry Kissinger.

Aujourd'hui, il est clair qu'il ne faisait que parler de White Stork. Les drones kamikazes coûtent environ 400 dollars et transportent une petite quantité d'explosifs, selon un article du Wall Street Journal écrit par Schmidt en juillet. Comparé au budget monstrueux du ministère de la Défense des États-Unis, cela ne représente que quelques centimes. Plus loin dans cet article, il qualifiait les drones kamikazes de nouvelle technologie "la plus importante" qui permettrait de vaincre la Russie et les futurs ennemis. Dans le même temps, Washington passe moins de contrats avec les marchands d'armes traditionnels tels que Palantir.

Pourtant, en juillet 2022, Schmidt déclarait que l'IA est aussi puissante et destructrice que la bombe atomique et réclamait une sorte de traité de dissuasion similaire à celui appliqué pour l'utilisation des armes nucléaires. Il a fait cette déclaration alors qu'il répondait à une question sur le degré de neutralité dans le domaine de la technologie. Schmidt a expliqué qu'il avait lui-même été préoccupé par la capacité de l'IA dans les premières années de Google. Il a demandé que l'IA soit davantage en phase avec les croyances et le comportement des personnes qu'elle sert et a fait une allégorie de l'IA et des armes nucléaires.

L'ex-PDG de Google a publié lundi un article intitulé "L'Ukraine perd la guerre des drones". Schmidt explique comment il a été en contact étroit avec des responsables ukrainiens et comment les armes occidentales se sont mal comportées face aux systèmes de défense russes. Il ajoute que l'Ukraine prévoit d'acheter plus d'un million de drones à ses alliés en 2024, ce qui l'arrange bien ! Dans leur rapport publié en 2021, Schmidt et le groupe d'experts qu'il préside ont déclaré que les États-Unis ne sont pas prêts à se défendre ou à rivaliser à l'ère de l'IA. Ils ont averti que l'IA ne restera pas seulement dans le cadre de la science-fiction.

Mais en ce qui concerne l'écosystème militaire en Ukraine, Schmidt est un nouveau venu relatif. L'année dernière, le milliardaire a injecté des millions de dollars dans un accélérateur de startups ukrainien appelé D3, ou Dare To Defend Democracy, qui fournit un financement initial de 125 000 $ aux entreprises technologiques de défense de ce pays. Will Roper, un ancien responsable des acquisitions de l'armée de l'air américaine et fondateur d'Istari Digital, a également participé à la réunion avec les représentants du gouvernement ukrainien l'été dernier. (Istari Digital est un simulateur d'armes basé sur l'IA soutenu par Schmidt.)

Selon le rapport de Forbes, Schmidt a créé White Stork sous la forme d'une série de sociétés-écrans. L'une d'entre elles s'appelle Volya Robotics OÜ et mentionne Schmidt comme bénéficiaire et un employé de son bureau familial comme seul membre du conseil d'administration. White Stork semble employer plusieurs anciens cadres de la technologie, comme il est mentionné ci-dessus. Selon Schmidt, pour triompher, "l'Ukraine doit gagner la guerre des startups" qui apporte constamment de nouveaux systèmes et de nouveaux logiciels sur le champ de bataille. Selon Forbes, White Stork n'est pas encore sortie de la clandestinité.

Mais l'entreprise serait devenue un secret de polichinelle dans la communauté des drones. En Ukraine, Schmidt a visité des usines et des champs d'essai et a pris contact avec de nombreuses autres startups en sa qualité d'investisseur prolifique dans la technologie militaire, ont déclaré trois de ces personnes. La création de White Stork par Schmidt fait écho aux efforts constants de Washington visant à créer des supersoldats et à créer des technologies capables de donner l'avantage aux États-Unis sur le champ de bataille. Le pays envisagerait notamment l'avènement de supersoldats qui ne ressentent rien lorsqu'ils tuent.

Récemment, OpenAI a discrètement supprimé sa politique interdisant l'utilisation de ces technologies à des fins militaires et sur des théâtres d'opérations. Les rapports sur le sujet indiquent que la manœuvre vise à permettre à OpenAI de travailler avec le Pentagone pour développer une série de technologies, dont la nature et le but restent encore inconnus, et des outils de cybersécurité.

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ? Selon vous, pourquoi l'IA est-elle de plus en plus militarisée ?
Que pensez-vous du projet d'Eric Schmidt visant à fournir des drones kamikazes à l'Ukraine et à l'armée américaine ?
À quoi pourrait-on s'attendre dans les guerres à l'avenir ? Un nouveau traité mondial interdisant la militarisation de l'IA est-il nécessaire ?

Voir aussi

Les USA "ne sont pas prêts à se défendre ou à rivaliser à l'ère de l'IA", déclare un groupe d'experts présidé par Eric Schmidt, il avertit que l'IA ne restera pas dans le cadre de la science-fiction

OpenAI abandonne l'interdiction d'utiliser ses outils à des fins « militaires et de guerre » pour s'associer au Pentagone, notamment sur des outils de cybersécurité open source

L'armée américaine envisagerait d'équiper des chiens-robots semi-autonomes d'une nouvelle génération d'armes de combat, dans le but de les déployer avec les soldats sur les théâtres d'opérations

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-nous-la !

Avatar de Cpt Anderson
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 25/01/2024 à 10:59
quelle excellente idée. Les technos au service de tueries de masses. Bravo !
5  0 
Avatar de calvaire
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 25/01/2024 à 11:53
ca a existé dans années 40 du nom de V1 et V2, des drones kamikaze sans informatique en plus.

une V2 était même en chantier pour bombarder new york
2  0 
Avatar de marc.collin
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 25/01/2024 à 14:46
donc le patronat encore plus au service militaires... certain ne pourront plus critiquer certaine entreprise de fournis l'iran, russie, chine....
1  0 
Avatar de _toma_
Membre actif https://www.developpez.com
Le 25/01/2024 à 17:16
La vidéo citée dans l'article fait bien flipper :
https://twitter.com/JHartley2/status...95155915141203
0  0