IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Les craintes liées à la sécurité conduisent les entreprises à interdire l'utilisation de la GenAI : 27 % des organisations ont interdit l'utilisation de l'IA générative
Selon Cisco

Le , par Sandra Coret

4PARTAGES

4  0 
Une nouvelle étude révèle que la plupart des entreprises limitent l'utilisation de l'IA générative pour des raisons de confidentialité et de sécurité des données, et que 27 % d'entre elles ont interdit son utilisation, au moins temporairement.

L'étude menée par Cisco auprès de 2 600 professionnels de la protection de la vie privée et de la sécurité révèle que parmi les préoccupations citées figurent les menaces pour les droits juridiques et de propriété intellectuelle d'une organisation (69 %) et le risque de divulgation d'informations au public ou à des concurrents (68 %).

La plupart des organisations sont conscientes de ces risques et mettent en place des contrôles pour limiter l'exposition. 63 % ont établi des limites sur les données qui peuvent être saisies, 61 % ont des limites sur les outils GenAI qui peuvent être utilisés par les employés, et 27 % disent que leur organisation a complètement interdit les applications GenAI pour le moment. Cependant, de nombreuses personnes ont saisi des informations qui pourraient être problématiques, notamment des informations sur les employés (45 %) ou des informations non publiques sur l'entreprise (48 %).

Les entreprises reconnaissent la nécessité de rassurer leurs clients sur la manière dont leurs données sont utilisées, et 98 % d'entre elles déclarent que les certifications externes en matière de protection de la vie privée sont un facteur important dans leurs décisions d'achat.


"94 % des répondants ont déclaré que leurs clients n'achèteraient pas chez eux s'ils ne protégeaient pas correctement leurs données", déclare Harvey Jang, vice-président de Cisco et responsable de la protection de la vie privée. "Ils recherchent des preuves tangibles de la fiabilité de l'organisation. La protection de la vie privée est devenue inextricablement liée à la confiance et à la fidélité des clients. C'est encore plus vrai à l'ère de l'IA, où l'investissement dans la protection de la vie privée permet aux organisations de mieux se positionner pour tirer parti de l'IA de manière éthique et responsable."

L'étude montre également qu'au cours des cinq dernières années, les dépenses en matière de protection de la vie privée ont plus que doublé, les bénéfices ont eu tendance à augmenter et les rendements sont restés élevés. Cette année, 95 % des répondants affirment que les avantages de la protection de la vie privée dépassent ses coûts, et l'organisation moyenne déclare obtenir des avantages en matière de protection de la vie privée 1,6 fois supérieurs à ses dépenses. 80 % des organisations obtiennent des avantages significatifs en termes de loyauté et de confiance grâce à leurs investissements dans la protection de la vie privée, et ce chiffre est encore plus élevé (92 %) pour les organisations les plus matures en matière de protection de la vie privée.

Source : Cisco

Et vous ?

Trouvez-vous cette étude crédible ou pertinente ?
Que pensez-vous de l'interdiction de l'IA générative par les entreprises ?

Voir aussi :

Découvrir les attaques par courrier électronique générées par l'IA : exemples réels de 2023, découvrez comment les pirates utilisent l'IA générative pour contourner la sécurité et tromper les employés

52 % des membres de conseils d'administration français considèrent l'IA générative comme un risque pour la sécurité de l'entreprise, pour 84 % d'entre eux, la cybersécurité est une priorité

Les développeurs et les responsables de la sécurité des applications se tournent vers l'IA générative, malgré les risques de sécurité identifiés, selon une étude de Sonatype

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-nous-la !

Avatar de petitours
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 31/01/2024 à 8:42
Une fois que l'on a compris que ChatGPT n'est qu'un agent conversationnel on peut le trouver super.
Dans le détail ça ne vaut pas plus qu'une discussion de lundi matin à la machine à café basée sur le fait qu'il faut absolument dire un truc et où le plus bavard, ici chatGPT, va absolument avoir un anecdote et répondre un truc quel que soit le sujet.
J'ai testé, longuement, et reçu des réponses régulièrement débiles.
Aujourd'hui je ne l'utilise que sur des sujets que je connais très bien pour voir ce qu'il me répond, notamment dans le cadre d'enseignements que je donne pour voir ce que mes étudiants vont avoir comme informations en passant par lui. Ce qu'il raconte est au mieux très vague, au pire profondément faux, souvent parce que révélant des mauvaises pratiques.
Cette médiocrité de l'information est à mon sens le plus négatif, sans doute basée sur le volume de données qu'il va chercher copieusement "enrichies" par des forums, blogs ou autres écrits par des non spécialistes.
Le fait qu'il fouine partout et utilise des données personnelles ou viole les droits des auteurs est un autre problème majeur mais personnellement je le le mettrait en 2, après celui de donner des informations fausses ou médiocres qui tirent vers le bas celui qui pose la question.
8  0 
Avatar de L33tige
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 13/02/2024 à 13:01
Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
Ça ne sert à rien que trop d'étudiants apprennent à se servir de l'IA, puisqu'avec l'IA il faudra moins d'humains pour réaliser autant de travail.
Au bout d'un moment ceux qui bossent dans l'IA ne trouveront plus de boulot.

Si ça se trouve le bon plan c'est de partir totalement à l'opposé.
L'avenir c'est peut-être l'artisanat sans machine, entièrement fait à la main.
On ne sait pas, il y aura peut-être des riches près à mettre beaucoup d'argent dans des produits humains.

C'est clair que beaucoup de gens vont perdre leur boulot à cause de l'IA.
Et ils vont galérer à se reconvertir.

Ce n'est pas dans la conception des IA ou dans la maintenance des robots qu'il y aura beaucoup de boulot.
Parce qu'il y a besoin de peu d'humains pour faire beaucoup.
Je me pose quand même la question, toute cette augmentation de productivité, qui va pouvoir en acheter les fruits, si on se retrouve avec des gens sans travail, qui va acheter ce que produit l'IA ?
6  0 
Avatar de smobydick
Membre averti https://www.developpez.com
Le 16/02/2024 à 7:57
Il y a tellement d'experts qui disent tout et son contraire qu'il y en aura bien un qui finira par avoir raison.
6  0 
Avatar de calvaire
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 21/02/2024 à 17:43
Une explication la plus probable, c'est que un modèle ca coute de la tune a faire tourner, open ai a surement crée un modèle dégradé mais qui consomme beaucoup moins pour arriver à tenir financièrement.

si demain google search utilisait un système comme openai, google serait surement en faillite, les couts sont multiplié par 10 je crois par rapport au algos de recherche classique au dernnier articles que j'avais lu (ca date de plus d'1ans cela dit, les couts ont surrement baissé)
mais même un facteur x2 c'est trop cher, ca signifierais que google devrait mettre 2 fois plus de pub ou augmenter le prix du référencement par 2.
6  0 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 13/02/2024 à 9:24
Citation Envoyé par Jade Emy Voir le message
"Pour les éducateurs, l'évolution de l'IA souligne l'importance de doter nos étudiants d'outils innovants qui remodèlent le travail dans divers secteurs", a déclaré Debbie Compeau, doyenne par intérim du Carson College of Business. "Nous avons constitué un groupe de travail sur l'IA générative afin d'intégrer ces avancées dans nos programmes existants et d'explorer la manière dont l'IA peut transformer l'enseignement des affaires. Lorsque nous embrassons le potentiel de l'IA pour créer de la valeur et transformer le travail - tout en répondant aux préoccupations légitimes concernant son utilisation et son impact - nous créons un environnement d'apprentissage qui permet à nos étudiants d'exceller dans un avenir axé sur l'IA."
Ça ne sert à rien que trop d'étudiants apprennent à se servir de l'IA, puisqu'avec l'IA il faudra moins d'humains pour réaliser autant de travail.
Au bout d'un moment ceux qui bossent dans l'IA ne trouveront plus de boulot.

Si ça se trouve le bon plan c'est de partir totalement à l'opposé.
L'avenir c'est peut-être l'artisanat sans machine, entièrement fait à la main.
On ne sait pas, il y aura peut-être des riches près à mettre beaucoup d'argent dans des produits humains.

Citation Envoyé par Patrick Ruiz Voir le message
Dans le domaine de la traduction, nous assistons déjà à la perte massive d'emplois chez Duolingo et dans toutes les grandes entreprises multilingues du monde. Les sociétés d'enseignement ont été les premières à constater les gains de productivité et ont licencié des milliers de personnes. L'idée qu'il n'y a pas eu ou qu'il n'y aura pas de remplacement d'emplois réels est absurde. C'est une belle phrase à lancer lors de conférences pour obtenir des applaudissements chaleureux, mais elle est dangereusement naïve. Les orateurs ont tendance à vouloir être aimés, plutôt que d'affronter l'inconfortable vérité économique selon laquelle les changements techniques majeurs entraînent TOUJOURS des pertes d'emplois », souligne-t-il.
C'est clair que beaucoup de gens vont perdre leur boulot à cause de l'IA.
Et ils vont galérer à se reconvertir.

Ce n'est pas dans la conception des IA ou dans la maintenance des robots qu'il y aura beaucoup de boulot.
Parce qu'il y a besoin de peu d'humains pour faire beaucoup.
3  0 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 13/02/2024 à 14:53
Citation Envoyé par calvaire Voir le message
les possédants.
il faut bien comprendre que la classe moyenne disparait.
Je pense aussi que la classe moyenne est en train de disparaitre.
Nous perdons du pouvoir d'achat, nos niveaux de vies se dégradent.

Profitez d'aujourd'hui demain sera pire.

Il est possible que dans un futur proche la population humaine diminue. (espérance de vie qui diminue et les gens deviennent stérile)

Citation Envoyé par calvaire Voir le message
des smartphones de pauvres à 200 balles et des hdg à +1000€
Il y a des gens au SMIC qui ont un téléphone à 1000€, ils sont complétement taré les types.

Citation Envoyé par calvaire Voir le message
ou des voitures electrique à 50k-70k.
C'est effectivement un truc de riche.
Ça a une autonomie faible et une espérance de vie réduite (ça tiendra pas 30 ans et 300 000 km comme une Diesel).

Les riches peuvent acheter une voiture électrique puisqu'il ont plusieurs grosses voitures thermique à côté.
3  0 
Avatar de Jon Shannow
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 13/02/2024 à 15:19
Citation Envoyé par petitours Voir le message
Ils ne sont pas tarés, ils sont tirés vers le bas par des valeurs qui n'ont pas de sens.
Beaucoup de gens dans la misère ont été précipités dans le trou par cette consommation et ce n'est pas des aides ou des revenus universels qui aident ces gens là, très nombreux ; c'est une épaule, une oreille et une parole bienveillante qui les aide à redonner du sens et une dynamique positive.
J'en connais un a été technicien usineur en Suisse, qui a acheté une grosse bagnole, consommait dans tous les sens avec son "gros" salaire puis il a eu une fille malade, a du faire de la route et de la route jusqu'à se planter sur la route, a découvert qu'en suisse il n'avait pas de couverture sociale et s'est retrouvé sans un rond pour se soigner... je passe l'histoire sous un pont ; il est aujourd'hui dans une ressourcerie à valoriser les circuits courts et retaper du matériel destiné à la benne, c'est le sens qu'il a découvert et qui je crois le rend heureux aujourd'hui alors qu'il gagne infiniment moins qu'avant.
Perso je me suis mis à mon compte et je passe beaucoup de temps avec mes gamins + du temps pour des projets énergie citoyen (j'ai arrêté le social, ça me bouffait), je gagne bien 50% de moins que quand j’étais salarié à y a 12ans et je suis bien plus heureux que salarié bien payé et protégé.

Le pouvoir d'achat c'est ce qui rend malheureux, à regarder ses pieds et ce que le voisin a. Dans les cas où ça rendrait "heureux" on parle de sortir de la misère pas de bien être.
L'humain sera plus heureux le jour ou Il mettra le verbe "être" au-dessus du verbe "avoir".
3  0 
Avatar de Matthieu Vergne
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 19/02/2024 à 0:15
Citation Envoyé par Bruno Voir le message
Autor suggère que l'IA pourrait permettre à un plus grand nombre de travailleurs, dotés de la formation de base, d'assumer des responsabilités actuellement réservées à une élite d'experts, démocratisant ainsi l'accès à des postes de décision au-delà des barrières traditionnelles.
Je comprends le raisonnement, mais je ne pense pas que ça aille dans ce sens. La démocratisation des tâches amène plutôt à rendre des tâches initialement concentrées là où sont leurs élites vers des domaines moins élitistes, et non à donner accès à ces domaines élitistes à des gens lambda. Pour être conrêt, la programmation s'est démocratisée grâce à la création de langages plus haut niveau, et donc plus faciles d'utilisation, ce qui permet à tout un chacun de pouvoir faire des programmes sans trop se prendre la tête. Pour autant, ça ne veut pas dire que ces même "tout un chacun" on plus facilement accès aux postes de développeurs, en tout cas pas directement. Cela ouvre plutôt l'accès à la formation, qui s'acquiert plus facilement, et c'est cela qui permet d'accèder aux postes plus recherchés, si tant est que la personne s'implique dans cette formation. La formation de base mentionnée dans la citation n'est pas suffisante, il faut toujours une formation liée à l'expertise, mais cette formation est plus accessible. Des gens ayant la formation de base peuvent utiliser les outils, désormais plus facile d'accès, mais à leur niveau, sans atteindre celui des experts.
3  0 
Avatar de petitours
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 20/02/2024 à 12:03
Jusque là les méfaits de ses produits pour la société ne l'ont pas beaucoup préoccupé, pourquoi en serait il autrement aujourd'hui ?
Ce serait comme demander à Bezos ou aux dirigeants de Temu si c'est un problème de détruire le commerce de proximité, de faire bossertuer les ouïghours ou de démultiplier la consommation de trucs qui seront jetés dans 2 jours.
3  0 
Avatar de Serge Rochain
Membre du Club https://www.developpez.com
Le 22/02/2024 à 11:15
Je conteste la soi disant intelligence de chatGPT qui n'apprend effectivement rien au fil des discussions qu'il lui sont imposées par les tiers qui l'interpellent.
A une question qu'il lui est posée il donne une réponse fausse en regard de celle dûment enregistrée dans le site officiel de l'organisme seul habilité à gerer ces données (en l'occurence le site de l'UAI, Union Astronomique Internationale, géré par la NASA.
Je lui corrige sa reponse en fonction de la base de données de la NASA.
Il me repond qu'il s'excuse (Au moins, on ne peut pas lui reporocher l'impolitesse) pour sa confusion, et confirme que la bonne réponse est bien celle que je lui ai communiqué.
Le lendemain, je lui repose la même question il donne à nouveau une réponse fausse, mais, pas la même que la veille.

J'en conclu d'une part, qu'il n'apprend rien, ce qui est un minimum pour se réclamer de l'intelligence, et que d'autre part, ne resservant pas la même réponse fausse que la veille, il ne refere pas à une bibliothèque de reponses mais à un ensemble de reponses possibles dont il en tire une au hasard à chaque fois que la question lui est posée. Nous sommes très loin d'un processus intelligent.
Serge Rochain, 82 ans, informaticien depuis 1959 (avant même que les mots ordinateurs et informatique, n'existent)
3  0