IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

L'inconfortable vérité sur l'impact de l'IA sur la main-d'œuvre se manifeste au sein même des grandes entreprises d'IA,
Et les critiques appellent à l'instauration d'un revenu universel

Le , par Mathis Lucas

9PARTAGES

7  0 
Les entreprises technologiques ont licencié des dizaines de milliers d'employés ces deux dernières années pour faire des économies et réaffecter les ressources aux projets d'IA et à l'embauche de talents en IA. Certaines entreprises ont même supprimé des divisions entières. Mais les économies s'avèrent toujours insuffisantes alors que les dépenses en IA ont flambé. Les entreprises pourraient donc licencier davantage. Les emplois les plus sûrs semblent ceux qui jouent un rôle dans les ambitions en matière d'IA de ces entreprises. Il convient d'en tenir compte non seulement pour les employés de ces deux entreprises, mais aussi pour l'ensemble du secteur technologique.

Les données compilées par certains analystes font état de plus de 262 600 licenciements dans le secteur de la technologie au cours l'année dernière. L'année précédente, les géants de la technologie en avaient licencié plus de 70 000. Mais ce n'est pas fini ; les licenciements massifs se poursuivent en 2024. Par exemple, Alphabet employait environ 182 000 personnes à la fin de l'année 2023, contre plus de 190 000 à la fin de l'année 2022. Et les licenciements chez Alphabet se sont poursuivis en 2024, avec environ 1 000 suppressions supplémentaires. L'entreprise prévoit de réduire encore ses effectifs.


Dans le même temps, les dépenses d'Alphabet en matière d'investissements ont augmenté en 2023 et devraient croître davantage en 2024. « En ce qui concerne les dépenses d'investissement, nos dépenses d'investissement déclarées au quatrième trimestre se sont élevées à plus de 11 milliards de dollars, principalement en raison d'investissements dans notre infrastructure technique, la composante la plus importante étant les serveurs suivis des centres de données », a déclaré Ruth Porat, directrice financière d'Alphabet, lors d'une conférence téléphonique avec les analystes de Wall Street. Elle a également ajouté :

« L'augmentation des investissements au quatrième trimestre reflète nos perspectives d'applications extraordinaires de l'IA pour les utilisateurs, les annonceurs, les développeurs, les entreprises en nuage et les gouvernements dans le monde entier, ainsi que les opportunités de croissance à long terme qui en découlent ». Les géants de la technologie augmentent leurs dépenses en IA, à la fois pour vendre à d'autres entreprises et pour gérer et simplifier leur propre travail interne. Pour cela, ils ralentissent au mieux les embauches dans les domaines autres que l'IA et, au pire, suppriment des emplois dans ces divisions.

Le développement de l'IA nécessite des investissements massifs en matière de capitaux, notamment en serveurs et en centres de données, ce qui représente un grand défi pour les entreprises. Ainsi, certaines entreprises d'IA pourraient opter pour plus de licenciements. Les critiques tirent la sonnette d'alarme sur les bouleversements induits par l'IA sur le marché de l'emploi et l'avenir incertain des employés licenciés. « C'est triste parce que les emplois deviennent plus faciles/obsolètes avec le déploiement de l'IA, alors que le coût de la vie augmente et que nos salaires sont relativement plus bas », note un critique.

« Ma femme travaille dans le secteur de l'assurance. L'IA effectue désormais 63 % du travail qu'elle et ses collègues avaient l'habitude de faire. Cela fait un an qu'elle ne sert presque plus à rien à son employeur et elle pourrait être licenciée à tout moment. Elle vit constamment avec cette peur et va au travail chaque matin sachant que cela pourrait être sa dernière journée. La mise en œuvre de l'IA dans les entreprises devrait être soumise à un débat pour déterminer comment faire en sorte que l'économie et la société demeurent viables. Les inégalités s'accroissent à une vitesse sans précédent », affirme un autre.

Alphabet, la société mère de Google, semble également investir dans des capacités d'IA pour réduire ses propres coûts. Porat a évoqué la rationalisation des opérations au sein d'Alphabet grâce à l'utilisation de l'IA dans le cadre d'un réalignement plus large des dépenses entraînant des suppressions d'emplois et un rythme d'embauche beaucoup plus lent. Bien entendu, cela ne signifie pas qu'Alphabet suspend les embauches. Porat a souligné que l'embauche se concentrera désormais sur les meilleurs talents techniques et selon la nouvelle orientation de l'entreprise, la priorité devrait être donnée aux talents en IA.

Chez Microsoft, la volonté de gagner la bataille des applications et des services d'IA s'est accompagnée d'une réduction du nombre d'employés travaillant dans des domaines désormais relégués au second plan. Microsoft a licencié plus de 10 000 employés en 2023, puis près de 2 000 autres dans son unité de jeux cette année. Même avec de nouvelles embauches axées sur les talents en IA, Microsoft comptait 2 % d'employés en moins à la fin de l'année 2023 par rapport à l'année 2022. Et tout comme Alphabet, Microsoft met un accent important sur les investissements à venir dans le domaine de l'IA.

« Nous nous attendons à ce que les dépenses d'investissement augmentent de manière significative en raison des investissements dans notre infrastructure cloud et d'IA. Notre engagement à augmenter nos investissements dans le cloud et l'IA est guidé par la demande des clients et une opportunité de marché substantielle. Alors que nous augmentons ces investissements, nous restons concentrés sur la réalisation de gains d'efficacité à travers chaque couche de notre pile technologique et sur une gestion disciplinée des coûts à travers chaque équipe », a déclaré Amy Hood, directrice financière de Microsoft.

Certains critiques remettent sur la table l'épineuse question du revenu universel. Selon eux, cela permettrait d'éviter l'effondrement. « C'est pourquoi nous avons besoin d'un revenu de base universel. De plus en plus d'entreprises vont remplacer les travailleurs par l'IA afin d'augmenter leurs profits, mais davantage de personnes seront au chômage ou occuperont des emplois mal rémunérés. Ils doivent être taxés davantage et nous avons besoin d'un revenu universel de base, sinon le monde va vite devenir une dystopie infernale avec quelques riches et la pauvreté pour tous les autres », affirme un critique.

De nombreux commentaires soutiennent l'idée d'un revenu universel. Pour l'heure, aucune des entreprises engagées dans la course à l'IA ne semble se préoccuper des conséquences relatives aux licenciements massifs et aux emplois rendus obsolètes par l'IA. Selon certains critiques, la société devrait redéfinir ce que "travailler" et "vivre de son travail" signifient tant qu'il est encore temps. Par ailleurs, les gouvernements semblent également très peu s'intéresser aux impacts de l'IA sur le marché de la main-d'œuvre, alors qu'ils investissent également massivement dans le développement de la technologie.

« Si rien n'est fait dès maintenant, la société se divisera. On verra des familles multigénérationnelles partager une maison. Les grands-parents, leurs enfants, leurs petits-enfants vivront tous ensemble. Quelques privilégiés parmi les 20 % les mieux lotis s'en sortiront. Il y aura une grande classe de travailleurs pauvres. L'économie s'effondrera, car les consommateurs n'auront plus aucun pouvoir d'achat et ne pourront pas s'offrir les biens et services produits par les entreprises. Les entreprises ne pourront plus réaliser leurs superprofits. Un tel scénario pourrait facilement conduire à une guerre civile », affirme un critique.

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?
Que pensez-vous des suppressions massives d'emplois au profit de l'IA ?
Les entreprises se tirent-elles une balle dans le pied en optant pour cette solution ?
Selon vous, à quoi ressemblera la société dans un avenir proche si cette tendance se poursuit ?
Quel est votre avis sur la question du revenu universel ? Est-elle plus pertinente plus que jamais ?
Comment les travailleurs pourraient-ils s'en sortir à l'ère de l'IA ?

Voir aussi

L'IA perturbera d'innombrables emplois dans l'animation au cours des trois prochaines années, selon un rapport soulignant à quel point l'impact de l'IA générative sera dévastateur pour les artistes

Le travail à distance n'a vraisemblablement ni freiné ni stimulé la croissance de la productivité, selon une étude des économistes de la Fed de San Francisco

Plus de 70 000 employés ont été licenciés par les géants de la technologie au cours des 12 derniers mois, dont environ 37 000 travailleurs pour Twitter, 18 000 pour Amazon et 11 000 pour Meta

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-nous-la !

Avatar de totozor
Membre expert https://www.developpez.com
Le 06/02/2024 à 8:05
Citation Envoyé par petitours Voir le message
oui apprécier ne rien faire est un beau fantasme sauf que au delà de ça il y a le sens même de la vie qui est sur la balance.
J'observe une transformation intéressante chez mes parents, plus si jeunes retraités.
Les deux étaient très fiers de leur travail et de ce qu'ils "apportaient au monde" (plus ou moins grand suivant le cas).
Ils ne travaillent plus et ils sont encore plus fiers de leur vie, leurs loisirs apportent encore plus au monde d'après eux.
Ils ne travaillent plus mais leur vie a encore plus de sens pour eux (parce qu'ils choisissent ce qu'ils apportent).

Si demain je n'ai plus besoin d'être salarié pour vivre je ne m'arrêterais pas pour autant de travailler, mais je choisirais mes travaux (parce que je me disperserais surement plus qu'aujourd'hui).
Et je pense que ma vie aurait encore plus de sens pour moi.

Et je peux te présenter un paquets de caissiers, de femmes de ménage, d'opérateurs, de transporteurs dont le sens de la vie aujourd'hui est de se buter au travail pour espérer donner une vie digne à leurs enfants.
Je met ma main à couper que ces personnes auraient le sentiment que leur vie a 1000 fois plus de sens s'ils avaient les moyens de choisir leur travail. Et certains feraient le même travail, pas de la même façon, pas pour les mêmes personnes.
4  0 
Avatar de RenarddeFeu
Membre à l'essai https://www.developpez.com
Le 13/02/2024 à 13:41
L'IA est surtout une bonne excuse pour licencier sans avouer que l'entreprise connait des difficultés, très vrai actuellement dans la tech américaine.
3  0 
Avatar de Matthieu Vergne
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 05/02/2024 à 22:45
Perso, j'ai hâte de me faire remplacer. Ca voudrait dire qu'une majorité de gens se serait fait remplacé, et la mise en place d'un revenu de base ne serait alors plus une option mais un besoin sociétal pour éviter la guerre civile.
3  1 
Avatar de unanonyme
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 06/02/2024 à 9:22
du coup, vous n'êtes pas d'accord pour servir de chair à canon au théâtre d'ombre biden/putin/xi
mais vous dites tout même que c'est le "mieux qui puisse nous arriver"
que les autres aillent se faire trucider pour "resetter" le système.

Intéressant.

Du coup, vous êtes quand même du camp des stanislas ?
Je crois qu'il y a un mot pour nommer ce genre de personnes chez les stanislas.
Je vous laisse y réfléchir.
2  0 
Avatar de Anselme45
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 05/02/2024 à 22:04
Je suis impatient de lire les interventions des "spécialistes" de ce forum qui n'ont de cesse d'affirmer qu'il n'y aucun risque de perte d'emploi... Des emplois vont disparaître mais plein de nouveaux métiers vont apparaître pour compenser ces pertes qui finalement n'en seront pas
2  1 
Avatar de petitours
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 05/02/2024 à 23:01
Citation Envoyé par Matthieu Vergne Voir le message
Perso, j'ai hâte de me faire remplacer. Ca voudrait dire qu'une majorité de gens se serait fait remplacé, et la mise en place d'un revenu de base ne serait alors plus une option mais un besoin sociétal pour éviter la guerre civile.
oui apprécier ne rien faire est un beau fantasme sauf que au delà de ça il y a le sens même de la vie qui est sur la balance.

Perso je n'ai absolument pas envie d'un revenu universel ou plus personne ne fait et sert à rien, le tout dans une immonde société toute lisse.
3  2 
Avatar de unanonyme
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 06/02/2024 à 13:09
@calvaire, votre suggestion, c'est la théorie schumpeterrienne appliquée à la folie.
1  0 
Avatar de L33tige
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 07/02/2024 à 12:37
Citation Envoyé par petitours Voir le message
oui apprécier ne rien faire est un beau fantasme sauf que au delà de ça il y a le sens même de la vie qui est sur la balance.

Perso je n'ai absolument pas envie d'un revenu universel ou plus personne ne fait et sert à rien, le tout dans une immonde société toute lisse.
C'est bien triste de penser qu'on à besoin d'un travail pour faire quelque-chose.

Au contraire, c'est les jobs vide de sens qui épuisent les gens qui ensuite ne font rien en rentrant.
1  0 
Avatar de chrtophe
Responsable Systèmes https://www.developpez.com
Le 08/02/2024 à 19:35
J'en connais aussi, mais le problème n'est pas qu'ils touchent le rsa, mais qu'avec un petit salaire,que tu as en début de carrière ou avec un travail peu qualifié tu ne puisses pas vivre décemment. surtout que l'inflation rapproche beaucoup de gens vers le SMIC, vu que les salaires n'évoluent pas au même niveau.

Et l'idée de base du RMI, ancêtre du RSA c'est que ça devait être payé par l'ISF.

Un vrai revenu universel serait un sacré changement de paradigme. Le boulots durs ou "dégradants" comme un éboueur confronté à quelqu'un qui jette un papier par terre devant lui ne trouverait preneur que payé à la hauteur de ses contraintes. Le cout de la main d’œuvre exploserait, cout répercuté sur les produits/services vendus, sans compter que ce sont les impôts qui financerait ce revenu universel.

Les gens au revenu universel ne serait pas forcément oisif, il pourrait s'impliquer dans la vie associative par exemple, ce qui permettrait peut-être de récupérer une partie des subventions.

C'est peut-être techniquement faisable, mais vu les dirigeants qu'on se tape, je pense qu'il faut attendre la faillite du pays.
1  0 
Avatar de unanonyme
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 09/02/2024 à 11:31
On pourrait aussi s'interroger à la qualité bénéfique du travail.

est ce que c'est du travail bénéfique d'être commentateur au café de la télé ?
est ce que c'est du travail bénéfique de formuler des pesticides ?
est ce que c'est du travail bénéfique de vendre du pétrole ?
est ce que c'est du travail bénéfique de développer des algos d'embrigadement cognitif ?
est ce que c'est du travail bénéfique de monter un parti en sachant que de toute manière c'est pour le pire ?
est ce que c'est du travail bénéfique de taper dans un ballon pour quelques millions ?
est ce que c'est du travail bénéfique de vendre des voitures et autre systèmes de transport en sachant les impacts que cela aura sur la société ? (là faut que j'explique, on est passé d'une société dont le travail était organisé autour de la ressource vivrière, à une société dont la ressource vivrière est organisée autour du travail, donc système de transport et tout ce qui s'en suit)
est ce que c'est du travail bénéfique de produire des systèmes de surveillance de masse ?
est ce que c'est du travail bénéfique de produire des systèmes informatique trop intelligent ? suffisamment pour remplacer des pans d'emplois en cascade alors qu'on est bloqué dans l'idéologie monétaire comme condition d'existence.
est ce que c'est du travail bénéfique de vendre son corps pour une publicité qui n'a d'autres prétentions que de vendre mensonges et déchets ?
est ce que c'est du travail bénéfique de produire des propagandes que les gens passeront leur vie à écouter au prétexte de quelques exemples, qui ne peuvent faire une généralité, dans l'espoir de se sauver ?
est ce que c'est du travail bénéfique de construire des barres d'immeubles dégueulasse qui rendent les gens malheureux ?
est ce que c'est du travail bénéfique de produire des sachets plastique par milliards ? Que de toutes façons les gens jettent allègrement, même quand on leurs filent des sacs réutilisable.

Et à tout cela, je reconnais, sans problèmes, que, par ailleurs, ça résout aussi d'autre problèmes.
Mais reste tout de même que quand on regarde au global, et là où ça nous mène, normalement,
c'est à minima très gênant, c'est malaisant,
quand on est pas tout simplement révulsé.

C'est bien le problème, je suis bien d'accord avec les plaintes de calvaire, pour autant,
le comportement qu'il incarne, infusé par les idéologies qui s'égrainent, n'aura d'autre
conséquences que l'échec de ses espoirs (de vivre dans un pays du tiers monde pour pas cher).

Et "en même temps", est ce une bonne idée que de filer un tas de pognon à une bande d'ignare jmefoutiste
qui vont s'en servir pour polluer plus que de nécessité. Pas sûr.

Et "en même temps", est ce qu'il est possible de retourner à la terre pour faire du bio et toutes ces histoires qu'on se raconte,
réponse, non.

Il y au moins un point sur lequel je m'accorde avec musk, si on pouvait coloniser l'espace,
on aurait, vu d'ici à l'instant T, une possibilité infinie d'expansion,
et on ne se poserait pas tant de questions.
Reste alors la folie schumpéterrienne, qui semble résoudre des trucs, mais qui amha ne fait qu'occuper les corps et les esprits (sans même évoquer l'indignité et la déchéance).

Finalement, je précise tout de même qu'il ne s'agit pas tant de dénoncer la fable des abeilles et ce que cela à produit, l'enfumage de tous par tous, la société elle est pourrie etc, que de montrer que le problème est complexifié à hauteur du manque de colonne vertébrale des uns et des autres qui se laissent aller à un concours àquimieuxmieux enfumera les autres et que dans cette démarche, les bonnes intentions sont perverties, et à 100% des cas on perd tous. Le truc intéressant c'est que le paradigme et les paramètres du problème mute plus vite qu'on ne parvient à s'y adapter.
Hors, pour parvenir à coloniser l'espace, il faudrait qu'on ai beaucoup de temps devant nous, pour beaucoup pratiquer la science et la recherche, sauf que pratiquer la science et la recherche démontre que cela participe plus rapidement de la boursouflure du problème, que du développement de notre expansion vers "l'au delà et l'infini". Bref, pas de colonne vertébrale, des poulets sans tête qui produisent un nuage de poussière. On pourrait aussi que dire nécessité fait loi, que nous ne faisons jamais que chuter dans le vide pour toujours et l'éternité, et que seul l'instant présent importe, une branche par ci, une branche par là, mais alors comment décemment expliquer l'endettement rémunérateur ?

Pour reprendre une signature d'un intervenant,
ne prenez pas la vie trop au sérieux, vous n'en sortirez pas vivant (quelque chose de ce goût là).
1  0