IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

« Nous avons confié à Devin de vraies offres sur une plateforme de recrutement et il a rendu satisfaction », soulignent les auteurs à propos de leur IA ingénieur logiciel
« entièrement autonome »

Le , par Patrick Ruiz

32PARTAGES

5  0 
Les discussions battent leur plein à propos de l’intelligence artificielle dans le domaine du génie logiciel. Un sujet central : son impact dans la filière avec, notamment, la question phare de la possible mise au rebut des développeurs humains par l’intelligence artificielle. Devin de Cognition Labs est de nature à raviver le débat de par sa présentation : « la première IA ingénieur logiciel entièrement autonome. » En droite ligne avec ces développements, le PDG de Nvidia est d’avis « qu’il ne sera plus nécessaire d’apprendre à programmer à l’avenir. » En d’autres termes, l’intelligence artificielle fera de tous des programmeurs et donc la filière ne sera plus réservée à des tiers formés pour le développement de logiciels.

Devin est un assistant de développement logiciel qualifié de supérieur par ses créateurs. Ce dernier est capable, d’après les vidéos de démonstrations publiées par l’équipe de développement, d’aller au-delà des tâches de suggestions de codage. Devin peut prendre en charge et terminer tout un projet logiciel de son propre chef.

Pour le mettre à contribution, il suffit de lui confier une tâche en langage naturel : « Crée un site web qui répertorie tous les restaurants italiens de Sydney, par exemple ». Cette intelligence artificielle va alors effectuer une recherche pour trouver les restaurants, obtenir leurs adresses et leurs coordonnées, puis construire et publier un site affichant ces informations.

Devin affiche toutes les tâches qu'il effectue et trouve et corrige lui-même les bogues en testant le code en cours d'écriture. Les fondateurs de Cognition AI sont Scott Wu, directeur général, Steven Hao, directeur de la technologie, et Walden Yan, directeur des produits. Steven Hao était récemment l'un des principaux ingénieurs de Scale AI, une startup très prisée qui aide à entraîner des systèmes d'intelligence artificielle.


« Ici, Devin écrit et débogue le code pour exécuter un modèle de vision par ordinateur. Devin échantillonne les données obtenues et compile un rapport à la fin », commentent ses créateurs à propos de la performance de cette intelligence artificielle sur une offre d’emploi publiée sur la plateforme Upwork.


Devin n’est néanmoins utile que dans 13 % des offres disponibles sur des plateformes de recrutement comme Upwork, ce qui est en accord avec les conclusions d’une récente étude qui arrive à la conclusion que l’IA générative ne remplacera pas les développeurs de sitôt

Des chercheurs de l'université de Princeton ont développé un cadre d'évaluation basé sur près de 2300 problèmes courants de génie logiciel montés à partir de rapports de bogues et de feature requests soumis sur GitHub afin de tester la performance de divers modèles de grands langages (LLM).

Les chercheurs ont fourni à différents modèles de langage le problème à résoudre et le code du dépôt. Ils ont ensuite demandé au modèle de produire un correctif réalisable. Ce dernier a ensuite fait l’objet de tests pour s'assurer qu'il était correct. Mais le LLM n'a généré une solution efficace que dans 4 % des cas.


Leur modèle spécialement entraîné, SWE-Llama, n'a pu résoudre que les problèmes d'ingénierie les plus simples présentés sur GitHub, alors que les LLM classiques tels que Claude 2 d'Anthropic et GPT-4 d'OpenAI n'ont pu résoudre que 4,8 % et 1,7 % des problèmes, de façon respective.

Et l’équipe de recherche de conclure : « le génie logiciel n’est pas simple dans la pratique. La correction d'un bogue peut nécessiter de naviguer dans un grand référentiel, comprendre l'interaction entre des fonctions dans différents fichiers ou repérer une petite erreur dans du code alambiqué. Cela va bien au-delà des tâches de complétion de code. »

C’est la raison pour laquelle Linux Torvalds a tenu à se désolidariser de tout le battage médiatique autour de l’intelligence artificielle. Il la considère comme un outil au stade actuel de son évolution. Il suggère d’ailleurs la révision de code comme domaine d’application de l’intelligence artificielle. La capacité de l’intelligence artificielle à « deviner » l’intention du développeur lui sera utile pour obtenir du code fiable en un temps réduit. Une condition demeurera toutefois nécessaire : le développeur devra à son tour examiner ce que l’intelligence artificielle lui propose.

Certains intervenants sont néanmoins d’avis que les actuels modèles d’IA ne font qu’effleurer la surface du tableau futur de la filière du développement de logiciels et renforcent l’idée de la possible disparition du métier de développeur

« ChatGPT et autres GitHub Copilot donnent juste un aperçu introductif de ce que la filière informatique sera dans l’avenir », déclare le CEO de la startup IA Fixie AI.

« Les assistants de programmation tels que CoPilot ne font qu'effleurer la surface de ce que je décris. Il me semble tout à fait évident qu'à l'avenir, tous les programmes seront écrits par des intelligences artificielles, les humains étant relégués, au mieux, à un rôle de supervision. Quiconque doute de cette prédiction n'a qu'à regarder les progrès très rapides réalisés dans d'autres aspects de la génération de contenu par l'intelligence artificielle, comme la génération d'images. La différence de qualité et de complexité entre DALL-E v1 et DALL-E v2 - annoncée seulement 15 mois plus tard - est stupéfiante. Si j'ai appris quelque chose au cours de ces dernières années à travailler dans le domaine de l'IA, c'est qu'il est très facile de sous-estimer la puissance de modèles d'IA de plus en plus grands. Des choses qui semblaient relever de la science-fiction il y a seulement quelques mois deviennent rapidement réalité.

Je ne parle pas seulement du fait que CoPilot de Github de remplacer les programmeurs. Je parle de remplacer le concept même d'écriture de programmes par des agents d’intelligence artificielle dédiés. À l'avenir, les étudiants en informatique n'auront pas besoin d'apprendre des compétences aussi banales que l'ajout d'un nœud à un arbre binaire ou le codage en C++. Ce type d'enseignement sera dépassé, comme celui qui consiste à apprendre aux étudiants en ingénierie à utiliser une règle à calcul », ajoute-t-il.


Lorsqu’on parle d’intelligence artificielle, deux grands courants de pensée s’affrontent : celui des tiers qui pensent qu’il s’agit d’un outil, ce, sans plus et celui des intervenants et observateurs qui sont d’avis que ce n’est qu’une question de temps avant qu’elle ne devienne une menace pour la race humaine. Matt Welsh fait partie du deuxième groupe auquel les critiques du second fixent une limite : l’atteinte par les équipes de recherches d’une intelligence artificielle de niveau humain. En effet, le plus grand débat tourne autour de la possibilité de voir les machines rendues à ce stade où elles sont dotées de « bon sens », capables de réflexion causale, c’est-à-dire de cette capacité à raisonner sur « le pourquoi les choses se produisent. »

Google par exemple est lancé en secret sur le développement de Pitchfork, ou AI Developer Assistance. C’est un outil qui utilise l'apprentissage automatique pour apprendre au code à s'écrire et se réécrire lui-même. Comment ? En apprenant des styles correspondant à des langages de programmation, et en appliquant ces connaissances pour écrire de nouvelles lignes de code.

L’intention initiale derrière ce projet était de créer une plateforme capable de mettre automatiquement à jour la base de code Python chaque fois qu'une nouvelle version était publiée, sans nécessiter l'intervention ou l'embauche d'un grand nombre d'ingénieurs. Cependant, le potentiel du programme s'est avéré beaucoup plus important que prévu. Désormais, l'intention est de donner vie à un système polyvalent capable de maintenir un standard de qualité dans le code, mais sans dépendre de l'intervention humaine dans les tâches de développement et de mise à jour. Un tel objectif pourrait ne plus relever de la science-fiction lorsqu’on sait que des équipes de recherche en intelligence artificielle promettent déjà l’atteinte du stade d’intelligence artificielle générale dans 5 à 10 ans.

Et vous ?

Les développements en cours dans la filière du génie logiciel donnent-ils lieu à des inquiétudes légitimes quant à l’avenir des informaticiens humains dans la filière ?
Comment voyez-vous l'intelligence artificielle dans 5 à 10 ans ? Comme un outil ou comme un danger pour votre poste de développeur ?

Voir aussi :

La conduite autonome serait-elle à ce jour qu'une vision futuriste chez Tesla Motors ? L'entreprise vient de changer les objectifs de son Autopilot
La SEC demande à Musk de renoncer à son poste de président de Tesla et exige une amende de 40 millions $ US pour un règlement à l'amiable
Tesla annonce que le nouvel ordinateur pour une conduite entièrement autonome de ses véhicules est en production et fera ses preuves ce mois-ci
Les actions Tesla chutent après que son système d'autopilote soit impliqué dans un accident et l'annonce des batteries de ses véhicules prenant feu

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-nous-la !

Avatar de BenaeSan
Membre régulier https://www.developpez.com
Le 22/03/2024 à 10:50
Bonjour,
étant formateur dev web dans un CFA pour une formation plutôt orientée Webdesign (on ne forme pas spécialement des dev, mais plutôt des touche à tout), Je peux vous assurer, que même ceux qui ont le plus d'appétence pour le code, n'arrive pas spécialement à formaliser leur demande.

C'est-à-dire qu'ils vont voir la problématique, mais comment demander ? Et par la suite, une fois la demande formalisée, bah il faut réussir à utiliser et à adapter le code.

Donc, je pense que cette histoire d'IA qui va remplacer les dev est une manière de se faire peur, mais le fait de Madame Michu puisse remplacer une personne formée à l'algo, à la conception logiciel, etc. Permettez-moi d'en douter.

Attention, c'est un formidable outil, mais je pense que nous avons une vision biaisée, en tant qu'expert, mais il faut se rappeler qu'au moins 80% de la population(en étant large) n'est pas foutu d'utiliser un PC ni une tablette comme il faut.

Et bon, la révolution no-code, pour avoir testé, la courbe d'apprentissage, sans aucune connaissance de l'algo bah bon courage hein.
7  1 
Avatar de totolehero777
Membre régulier https://www.developpez.com
Le 22/03/2024 à 12:25
Et sur la page d'accueil de magic.dev ...ils recrutent des développeurs
6  0 
Avatar de Nym4x
Membre averti https://www.developpez.com
Le 14/03/2024 à 6:56
Avant que l’ia remplace les developpeurs elle aura remplacé les pdgs. C’est un métier beaucoup plus simple où il suffit de prendre des décisions approximatives en fonction du contexte avec des conséquences floues et non vérifiables. Même chat gpt 0.1 peut le faire 🙄
5  0 
Avatar de Prox_13
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 18/03/2024 à 16:14
A moins d'avoir une IA entrainée en interne, un système créé autour d'une IA ou un système de données extrêmement générique, les développeurs ne seront pas en danger car les systèmes actuels sont très spécifiques et complexes. (En tout cas dans l'industrie)
La site proposé en exemple (Jeu d'échec en ligne) est d'une complexité relativement basse et spécificité nulle (Générique), c'est le genre de prototype qui pourrait être présenté dans le cadre d'un projet BTS SIO SLAM par exemple, mais rien de définitif et/ou professionnel.

Personnellement, je trouve ça intéressant comme concept, mais c'est assez outrancier de dire que l'IA est en passe de remplacer les développeurs. Le plus gros problème reste l'interface Humain-IA, de faire en sorte que le code qui répond aux attentes soit maintenable, ou simplement optimisé et interopérable au point qu'il n'y ait jamais besoin d'y revenir.

Je pense qu'aucun des deux derniers points ne peut être considéré comme validés, en tout cas pour l'instant.
3  0 
Avatar de ParseCoder
Membre averti https://www.developpez.com
Le 22/03/2024 à 14:51
> Il me semble tout à fait évident qu'à l'avenir, tous les programmes seront écrits par des intelligences artificielles

Justement non ça n'a rien d'évident, bien au contraire: Le sage montre la lune, l'IA regarde le doigt
3  0 
Avatar de Vincent PETIT
Modérateur https://www.developpez.com
Le 23/03/2024 à 9:54
Il y a une grande confusion (et entretenue) dans le jargon de l'IA, entre ce qu'est un assistant et ce qu'est un sous traitant.

L'IA est un assistant et tout ceux qui l'ont utilisé (moi y compris) l'ont normalement constaté. Ça veut dire que pour l'exploiter il faut que vous soyez déjà développeur.
2  0 
Avatar de L33tige
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 19/03/2024 à 12:30
Citation Envoyé par Prox_13 Voir le message
A moins d'avoir une IA entrainée en interne, un système créé autour d'une IA ou un système de données extrêmement générique, les développeurs ne seront pas en danger car les systèmes actuels sont très spécifiques et complexes. (En tout cas dans l'industrie)
La site proposé en exemple (Jeu d'échec en ligne) est d'une complexité relativement basse et spécificité nulle (Générique), c'est le genre de prototype qui pourrait être présenté dans le cadre d'un projet BTS SIO SLAM par exemple, mais rien de définitif et/ou professionnel.

Personnellement, je trouve ça intéressant comme concept, mais c'est assez outrancier de dire que l'IA est en passe de remplacer les développeurs. Le plus gros problème reste l'interface Humain-IA, de faire en sorte que le code qui répond aux attentes soit maintenable, ou simplement optimisé et interopérable au point qu'il n'y ait jamais besoin d'y revenir.

Je pense qu'aucun des deux derniers points ne peut être considéré comme validés, en tout cas pour l'instant.
Ce qui me fait peur c'est la quantité de personne qui vont beaucoup trop se reposer là-dessus, c'est deja un soucis quand les stagiaires copient collent du code là c'est le même truc mais sous stéroïdes...

Et même si le projet est réussi, bonjour les apps génériques fades et qui se ressemblent toutes... J'ai le même discours sur les marvels, c'est déjà du fast food recyclé quand les humains les produisent imaginez quand c'es de l'IA...
1  0 
Avatar de calvaire
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 25/03/2024 à 8:50
Citation Envoyé par nhugodot Voir le message
Au pire, les IA permettront ce que les compilateurs et transpilateurs permettent: écrire en langage de plus en plus naturel, mais formel néanmoins, pour créer du code machine encore plus optimisé que C. Et ce sera déjà énorme : passer tout le code C de Linux ou C++ de Windows à la moulinette de l'IA pour le transformer en Rust ou en anglais, ou mieux encore en la langue qu'on veut, la mienne, et trouver les bugs, trous de sécurité, optimisations, améliorations de design d'UI et même d'UX, rendre les logiciels personnalisés à l'utilisateur selon son niveau besoins et envies, prendre le meilleur des autres logiciels concurrents, améliorer et enrichir le logiciel en temps réel au fur et à mesure de son utilisation...
Wait and see, and dream!
les langages humains sont pas adaptés.
un mots et une phrase peut avoir plusieurs sens et en fonctions du milieu/de la culture d'un humain et du dataset d'une ia ça produit des choses très différente ce l'attendue.

pour une couleur par exemple, dire je veux un texte en rouge ca n'a pas de sens, il existe des 100aines de couleurs rouges. ils faut un code couleur sinon l'ia va te donner des couleurs rouges random et tu ne va pas respecter la charte graphique de ton entreprise.
80% de la population ne sait pas ce la par exemple, qu'une couleur c'est un code, des trucs tout bête comme ça y'en a pleins.

si tu dis ensuite je veux plus de rouge, es ce que je veux + ou - de rouge ?
des exemples comme ca y'en a la pelle et ca signifie qu'il va falloir écrire des romans de promptes... plus long que du code et avec des résultats incertains.

Incertains car quand le modele est re entrainé et bien les résultats changent. ChatGPT rétaintraine souvent ces ia et les réusktats change. Alors on pourrait faire du versionning, mais 1 modele de chatgpt sa doit peser plusieurs to de data, ça va vite couté cher pour un modele qui doit surrement être modifier tous les jours (j'ai pas dit re entrainé, mais les pipeline, certains doivent etre souvent modifié). un compilateur C ca fait que quelques mo et donc ton code de 20ans tourne encore et produit le même code assembleur.
2  1 
Avatar de totozor
Membre expert https://www.developpez.com
Le 20/03/2024 à 8:24
Citation Envoyé par L33tige Voir le message
Ce qui me fait peur c'est la quantité de personne qui vont beaucoup trop se reposer là-dessus, c'est deja un soucis quand les stagiaires copient collent du code là c'est le même truc mais sous stéroïdes...
Je pense que le problème est en effet que certains vont s'immiscer dans la brèche, avoir des réponses rapides et relativement satisfaisantes dans un premier temps. Puis se retrouveront avec des systèmes impossible à faire évoluer ou à maintenir.
Mais quelques années auront passé et le mal aura été fait donc ils devront investir plus que ce qu'ils avaient économiser pour refaire la même chose en mieux - dans un monde idéal. Ils commenceront surtout par demander le "AS IS" et s'arrêterons là parce que que ça coute cher.
C'est un peu l'histoire des applications dans l'industrie. Et oublions tout retour d'expérience sur ce genre de chose, l'informatique c'est pas notre domaine...
0  0 
Avatar de d_d_v
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 16/05/2024 à 9:13
Ce que j'attend d'une IA - et je ne dois pas être le seul - c'est plutôt de prendre en charge du code "legacy", par exemple suite au rachat d'un projet déjà existant, non documenté (très fréquent ), de l'analyser et d'en faire un synthèse en décrivant l'architecture du projet, avec les diagrammes qu'il faut, et en documentant chacun des composants du projet.
0  0