IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Après ChatGPT, c'est au tour de l'IA d'ingénierie logicielle Devin de secouer la filière du développement de logiciels :
Elle peut sonner la fin du besoin de codeurs humains, selon des analystes

Le , par Patrick Ruiz

52PARTAGES

9  0 
Les discussions battent leur plein à propos de l’intelligence artificielle dans le domaine du génie logiciel. Un sujet central : son impact dans la filière avec, notamment, la question phare de la possible mise au rebut des développeurs humains. Devin de Cognition Labs est de nature à raviver le débat de par sa présentation : « la première IA d’ingénierie logicielle entièrement autonome. » Les publications se multiplient à propos de cette dernière et des analystes sont d’avis qu’elle peut marquer la fin du besoin de codeurs humains. Qu’en est-il en réalité ?

Devin fait partie de la nouvelle vague d’intelligences artificielles spécialisées en développement de logiciels. Sa présentation fait suite à celle de l’IA dénommée Magic.dev et annoncée au public comme un « ingénieur logiciel superhumain. » Ce projet a d’ailleurs obtenu 100 millions de dollars de financement de Nat Friedman (PDG de GitHub de 2018 à 2021) et de Daniel Gross (cofondateur du moteur de recherche Cue qu'Apple a acquis en 2013).


Magic.dev et Devin partagent un dénominateur commun : une proposition de valeur qui passe par une présentation musclée ; « ingénieur logiciel superhumain » ou encore « première IA d’ingénierie logicielle entièrement autonome. » Les retours à ce sujet font néanmoins état de ce que Devin, dans sa forme actuelle, apparaît plus comme étant un assistant de codage. Il commet des erreurs, ne rend satisfaction que dans 13 % des cas concrets de développement informatique tirés de plateforme comme Upwork, a besoin d’assistance humaine. Le propre site web de l’entreprise Cognition, qui édite cette intelligence artificielle, ne s’appuie pas sur cette dernière pour sa mise sur pied. L’utilisation de Devin pour la création du site de web de Cognition aurait pourtant été une preuve de son utilisation en production.


Les promoteurs d’outils comme Magic.dev et Devin visent un objectif aussi vieux que l’aube de l’informatique : mettre les développeurs humains au rebut. n 1959, le langage de programmation COBOL a été conçu par l'ingénieur logiciel Grace Hopper. L'objectif déclaré de ce langage était de permettre aux hommes d'affaires n'ayant aucune formation en programmation de l'utiliser.

COBOL était annoncé comme la réponse à l'augmentation du coût des opérations de développement informatique parmi lesquelles on compte les salaires des développeurs informatiques : il permettait à n'importe qui, sans expérience de la programmation, d'écrire des programmes. Le langage était en effet convivial pour les utilisateurs professionnels et a été le langage de programmation le plus populaire au monde pendant une courte période en 1970.

En fin de compte, COBOL n'a pas supprimé le besoin de développeurs : au contraire, il a créé une demande de développeurs informatique avec une spécialisation dans ce langage. Les développements en cours en lien avec la montée en puissance de l’intelligence artificielle et son impact sur la filière du développement de logiciels apparaissent ainsi comme une espèce de redite de l’épisode COBOL.

Une récente étude arrive à la conclusion que l’IA générative ne remplacera pas les développeurs de sitôt

Des chercheurs de l'université de Princeton ont développé un cadre d'évaluation basé sur près de 2300 problèmes courants de génie logiciel montés à partir de rapports de bogues et de feature requests soumis sur GitHub afin de tester la performance de divers modèles de grands langages (LLM).

Les chercheurs ont fourni à différents modèles de langage le problème à résoudre et le code du dépôt. Ils ont ensuite demandé au modèle de produire un correctif réalisable. Ce dernier a ensuite fait l’objet de tests pour s'assurer qu'il était correct. Mais le LLM n'a généré une solution efficace que dans 4 % des cas.


Leur modèle spécialement entraîné, SWE-Llama, n'a pu résoudre que les problèmes d'ingénierie les plus simples présentés sur GitHub, alors que les LLM classiques tels que Claude 2 d'Anthropic et GPT-4 d'OpenAI n'ont pu résoudre que 4,8 % et 1,7 % des problèmes, de façon respective.

Et l’équipe de recherche de conclure : « le génie logiciel n’est pas simple dans la pratique. La correction d'un bogue peut nécessiter de naviguer dans un grand référentiel, comprendre l'interaction entre des fonctions dans différents fichiers ou repérer une petite erreur dans du code alambiqué. Cela va bien au-delà des tâches de complétion de code. »

C’est la raison pour laquelle Linux Torvalds a tenu à se désolidariser de tout le battage médiatique autour de l’intelligence artificielle. Il la considère comme un outil au stade actuel de son évolution. Il suggère d’ailleurs la révision de code comme domaine d’application de l’intelligence artificielle. La capacité de l’intelligence artificielle à « deviner » l’intention du développeur lui sera utile pour obtenir du code fiable en un temps réduit. Une condition demeurera toutefois nécessaire : le développeur devra à son tour examiner ce que l’intelligence artificielle lui propose.

Certains intervenants sont néanmoins d’avis que les actuels modèles d’IA ne font qu’effleurer la surface du tableau futur de la filière du développement de logiciels et renforcent l’idée de la possible disparition du métier de développeur

« ChatGPT et autres GitHub Copilot donnent juste un aperçu introductif de ce que la filière informatique sera dans l’avenir », déclare le CEO de la startup IA Fixie AI.

« Les assistants de programmation tels que CoPilot ne font qu'effleurer la surface de ce que je décris. Il me semble tout à fait évident qu'à l'avenir, tous les programmes seront écrits par des intelligences artificielles, les humains étant relégués, au mieux, à un rôle de supervision. Quiconque doute de cette prédiction n'a qu'à regarder les progrès très rapides réalisés dans d'autres aspects de la génération de contenu par l'intelligence artificielle, comme la génération d'images. La différence de qualité et de complexité entre DALL-E v1 et DALL-E v2 - annoncée seulement 15 mois plus tard - est stupéfiante. Si j'ai appris quelque chose au cours de ces dernières années à travailler dans le domaine de l'IA, c'est qu'il est très facile de sous-estimer la puissance de modèles d'IA de plus en plus grands. Des choses qui semblaient relever de la science-fiction il y a seulement quelques mois deviennent rapidement réalité.

Je ne parle pas seulement du fait que CoPilot de Github de remplacer les programmeurs. Je parle de remplacer le concept même d'écriture de programmes par des agents d’intelligence artificielle dédiés. À l'avenir, les étudiants en informatique n'auront pas besoin d'apprendre des compétences aussi banales que l'ajout d'un nœud à un arbre binaire ou le codage en C++. Ce type d'enseignement sera dépassé, comme celui qui consiste à apprendre aux étudiants en ingénierie à utiliser une règle à calcul », ajoute-t-il.


Et vous ?

Les développements en cours dans la filière du génie logiciel donnent-ils lieu à des inquiétudes légitimes quant à l’avenir des informaticiens humains dans la filière ?
Comment voyez-vous l'intelligence artificielle dans 5 à 10 ans ? Comme un outil ou comme un danger pour votre poste de développeur ?

Voir aussi :

La conduite autonome serait-elle à ce jour qu'une vision futuriste chez Tesla Motors ? L'entreprise vient de changer les objectifs de son Autopilot
La SEC demande à Musk de renoncer à son poste de président de Tesla et exige une amende de 40 millions $ US pour un règlement à l'amiable
Tesla annonce que le nouvel ordinateur pour une conduite entièrement autonome de ses véhicules est en production et fera ses preuves ce mois-ci
Les actions Tesla chutent après que son système d'autopilote soit impliqué dans un accident et l'annonce des batteries de ses véhicules prenant feu

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-nous-la !

Avatar de BenaeSan
Membre régulier https://www.developpez.com
Le 22/03/2024 à 10:50
Bonjour,
étant formateur dev web dans un CFA pour une formation plutôt orientée Webdesign (on ne forme pas spécialement des dev, mais plutôt des touche à tout), Je peux vous assurer, que même ceux qui ont le plus d'appétence pour le code, n'arrive pas spécialement à formaliser leur demande.

C'est-à-dire qu'ils vont voir la problématique, mais comment demander ? Et par la suite, une fois la demande formalisée, bah il faut réussir à utiliser et à adapter le code.

Donc, je pense que cette histoire d'IA qui va remplacer les dev est une manière de se faire peur, mais le fait de Madame Michu puisse remplacer une personne formée à l'algo, à la conception logiciel, etc. Permettez-moi d'en douter.

Attention, c'est un formidable outil, mais je pense que nous avons une vision biaisée, en tant qu'expert, mais il faut se rappeler qu'au moins 80% de la population(en étant large) n'est pas foutu d'utiliser un PC ni une tablette comme il faut.

Et bon, la révolution no-code, pour avoir testé, la courbe d'apprentissage, sans aucune connaissance de l'algo bah bon courage hein.
7  1 
Avatar de totolehero777
Membre régulier https://www.developpez.com
Le 22/03/2024 à 12:25
Et sur la page d'accueil de magic.dev ...ils recrutent des développeurs
6  0 
Avatar de ParseCoder
Membre averti https://www.developpez.com
Le 22/03/2024 à 14:51
> Il me semble tout à fait évident qu'à l'avenir, tous les programmes seront écrits par des intelligences artificielles

Justement non ça n'a rien d'évident, bien au contraire: Le sage montre la lune, l'IA regarde le doigt
3  0 
Avatar de Vincent PETIT
Modérateur https://www.developpez.com
Le 23/03/2024 à 9:54
Il y a une grande confusion (et entretenue) dans le jargon de l'IA, entre ce qu'est un assistant et ce qu'est un sous traitant.

L'IA est un assistant et tout ceux qui l'ont utilisé (moi y compris) l'ont normalement constaté. Ça veut dire que pour l'exploiter il faut que vous soyez déjà développeur.
2  0 
Avatar de calvaire
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 25/03/2024 à 8:50
Citation Envoyé par nhugodot Voir le message
Au pire, les IA permettront ce que les compilateurs et transpilateurs permettent: écrire en langage de plus en plus naturel, mais formel néanmoins, pour créer du code machine encore plus optimisé que C. Et ce sera déjà énorme : passer tout le code C de Linux ou C++ de Windows à la moulinette de l'IA pour le transformer en Rust ou en anglais, ou mieux encore en la langue qu'on veut, la mienne, et trouver les bugs, trous de sécurité, optimisations, améliorations de design d'UI et même d'UX, rendre les logiciels personnalisés à l'utilisateur selon son niveau besoins et envies, prendre le meilleur des autres logiciels concurrents, améliorer et enrichir le logiciel en temps réel au fur et à mesure de son utilisation...
Wait and see, and dream!
les langages humains sont pas adaptés.
un mots et une phrase peut avoir plusieurs sens et en fonctions du milieu/de la culture d'un humain et du dataset d'une ia ça produit des choses très différente ce l'attendue.

pour une couleur par exemple, dire je veux un texte en rouge ca n'a pas de sens, il existe des 100aines de couleurs rouges. ils faut un code couleur sinon l'ia va te donner des couleurs rouges random et tu ne va pas respecter la charte graphique de ton entreprise.
80% de la population ne sait pas ce la par exemple, qu'une couleur c'est un code, des trucs tout bête comme ça y'en a pleins.

si tu dis ensuite je veux plus de rouge, es ce que je veux + ou - de rouge ?
des exemples comme ca y'en a la pelle et ca signifie qu'il va falloir écrire des romans de promptes... plus long que du code et avec des résultats incertains.

Incertains car quand le modele est re entrainé et bien les résultats changent. ChatGPT rétaintraine souvent ces ia et les réusktats change. Alors on pourrait faire du versionning, mais 1 modele de chatgpt sa doit peser plusieurs to de data, ça va vite couté cher pour un modele qui doit surrement être modifier tous les jours (j'ai pas dit re entrainé, mais les pipeline, certains doivent etre souvent modifié). un compilateur C ca fait que quelques mo et donc ton code de 20ans tourne encore et produit le même code assembleur.
2  1 
Avatar de nhugodot
Membre habitué https://www.developpez.com
Le 22/03/2024 à 14:58
Au pire, les IA permettront ce que les compilateurs et transpilateurs permettent: écrire en langage de plus en plus naturel, mais formel néanmoins, pour créer du code machine encore plus optimisé que C. Et ce sera déjà énorme : passer tout le code C de Linux ou C++ de Windows à la moulinette de l'IA pour le transformer en Rust ou en anglais, ou mieux encore en la langue qu'on veut, la mienne, et trouver les bugs, trous de sécurité, optimisations, améliorations de design d'UI et même d'UX, rendre les logiciels personnalisés à l'utilisateur selon son niveau besoins et envies, prendre le meilleur des autres logiciels concurrents, améliorer et enrichir le logiciel en temps réel au fur et à mesure de son utilisation...
Wait and see, and dream!
0  3