IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Selon un groupe de chercheurs en IA, les LLM actuels ne mèneront pas à l'AGI, mais les robots dotés d'une IA qui se développent dans le monde 3D pourraient le faire

Le , par Mathis Lucas

44PARTAGES

5  0 
Les chercheurs de Meta pensent qu'une intelligence artificielle générale (AGI) ne sera pas possible tant que l'IA ne sera pas dotée d'un corps physique. Il s'agit de l'hypothèse de l'IA incarnée. Selon cette approche, une IA de niveau humain ne peut émerger que si elle est capable de sentir et de naviguer dans un environnement physique, comme le font les bébés. À travers ce corps, l'IA peut interagir avec le monde physique et en tirer des enseignements. Cette hypothèse suscite de nombreuses discussions et pousse certains investisseurs à investir massivement dans les entreprises qui fabriquent des robots humanoïdes à usage général. Bien sûr, l'idée ne fait pas l'unanimité.

L'intelligence artificielle générale (AGI) est un système d'IA théorique dont les capacités rivalisent avec celles de l'homme. Pour atteindre ce niveau, l'IA doit maîtriser de nombreuses capacités, notamment : la perception sensorielle (vue, ouïe, touché, etc.), une motricité fine, le traitement du langage naturel, la résolution de problème, la navigation, la créativité, un engagement social et émotionnel, etc., et peut-être aussi le bon sens. Les plus optimistes affirment que l'on pourrait attendre une forme d'AGI d'ici cinq à dix ans, mais d'autres experts pensent que nous sommes encore à des décennies, voire des siècles, de l'AGI.

L'atteinte de l'AGI reste un défi de taille. Et de plus en plus de chercheurs affirment que l'industrie ne pourra pas atteindre cet objectif si elle ne change pas son approche actuelle. Ils plébiscitent une approche dans laquelle des agents artificiels adaptent leurs réseaux neuronaux ("cerveaux") en fonction des réactions de leur corps et de leur environnement, c'est-à-dire qu'ils apprennent à naviguer dans leur environnement. Selon ces chercheurs, cette approche constitue la prochaine étape fondamentale dans la poursuite de l'AGI et elle doit être juxtaposée aux progrès actuels de l'IA, en particulier les grands modèles de langage.


Cette approche est connue sous le nom de : IA incarnée. Elle défend l'hypothèse selon laquelle le seul moyen pour qu'une IA développe une véritable intelligence est de lui donner un corps et la capacité de se déplacer et d'expérimenter le monde. En comparaison, les IA exclusivement numériques peuvent être excellentes pour des tâches limitées, mais elles se heurteront toujours à un plafond en matière d'intelligence. Par exemple, selon certains chercheurs, l'action incarnée a des effets causaux sur la nature et les statistiques des entrées sensorielles, qui peuvent à leur tour entraîner des processus neuronaux et cognitifs.

Les statistiques des entrées sensorielles peuvent être saisies en e utilisant des méthodes issues de la théorie de l'information, en particulier des mesures d'entropie, d'information mutuelle et de complexité, sur des flux de données sensorielles. « Les systèmes d'IA qui n'ont pas d'incarnation physique ne pourront jamais être vraiment intelligents. Pour comprendre pleinement le monde, il est essentiel d'interagir avec lui et d'observer les résultats de ces interactions », explique Akshara Rai, chercheur chez Meta. Les robots humanoïdes comme Atlas et Optimus représentent peut-être le pas nécessaire dans la bonne direction.

L'hypothèse de l'IA incarnée est soutenue par les chercheurs du laboratoire Noah's Ark de Huawei basé à Paris. Ils ont évoqué cette idée dans un rapport d'étude publié en février. Selon l'équipe de Huawei, donner un corps à l'IA est le seul moyen pour elle d'apprendre le monde par l'interaction. « On croit généralement que le simple fait d'augmenter la taille de ces modèles, en matière de volume de données et de puissance de calcul, pourrait conduire à l'AGI. Nous contestons ce point de vue », écrit l'équipe. Comme les chercheurs de Meta, l'équipe de Huawei affirme qu'il s'agit d'une étape fondamentale pour atteindre l'AGI.


Cependant, tous les développeurs d'IA n'adhèrent pas à l'hypothèse de l'incarnation - il pourrait s'avérer possible de créer une superintelligence uniquement numérique qui ne sentirait jamais la Terre sous ses pieds robotiques. Les critiques de cette approche affirment qu'elle pose de nombreux risques pour l'homme et l'environnement. L'un des défis majeurs du développement de l'IA incarnée est le risque d'erreurs au cours du processus d'apprentissage, qui peut entraîner des dommages à la fois pour l'IA et pour son environnement. Pour atténuer ces risques, les chercheurs se sont tournés vers les simulations informatiques.

Selon les chercheurs, ces simulations fournissent un environnement virtuel où l'IA peut apprendre par essais et erreurs sans conséquences dans le monde réel. Par exemple, AI Habitat, une plateforme open source développée par Meta et dévoilée en 2019, permet à l'IA de s'entraîner à naviguer et à interagir avec différents environnements, de la maison au bureau, dans un monde simulé. Cette approche permet à l'IA d'acquérir des compétences essentielles avant de passer à des robots physiques. Cette méthode réduit considérablement la courbe d'apprentissage et les risques associés aux interactions dans le monde réel.

Mais AI Habitat reste un environnement simulé et n'est pas le monde réel. Malgré les avantages des simulations, le passage du monde virtuel au monde physique présente sa propre série de défis, connus sous le nom de "fossé entre la simulation et la réalité". Ce fossé résulte de la difficulté de reproduire avec précision la physique complexe et l'imprévisibilité du monde réel dans un environnement virtuel. Boyuan Chen, de l'université Duke, souligne les limites inhérentes aux simulations, en notant que "même des choses simples, comme une balle qui rebondit [...], ne peuvent pas être très bien modélisées dans une simulation".


L'amélioration continue des technologies et des stratégies de simulation est essentielle pour réduire cet écart et faciliter la transition de l'IA du virtuel au tangible. En gros, le test ultime pour l'IA incarnée se produit lorsqu'elle entre dans le monde réel. L'IA incarnée en est maintenant au point où certaines entreprises sont prêtes à passer à l'étape suivante et à envoyer leurs robots dotés d'IA dans le monde réel, comme des parents qui déposent leurs enfants à l'école pour la première fois. Le fabricant de robots Agility Robotics a déployé des exemplaires de son robot humanoïde Digit comme dans certains entrepôts d'Amazon.

Le fabricant de robots humanoïdes Apptronik envoie ses robots Apollo travailler dans une usine Mercedes-Benz afin de prouver qu'ils sont capables fonctionner efficacement et en toute sécurité à côté de personnes. La startup Figure AI déploie ses humanoïdes IA dans une usine de fabrication BMW. Figure AI a présenté le mois dernier une mise à jour de son robot Figure 01 équipé d'un modèle de vision-langage (Vision-language model - VLM) développé par OpenAI. Avec ce modèle, Figure 01 peut maintenant comprendre le langage naturel, exécuter des commandes verbales et même expliquer pourquoi il fait ce qu'il fait.

Si l'hypothèse de l'incarnation se vérifie, l'association d'une entreprise qui développe des cerveaux d'IA parmi les plus avancés et d'une autre qui construit des corps de robots à la pointe de la technologie pourrait être la combinaison qui permettra de doter un être artificiel d'une intelligence comparable à celle de l'homme, et ce dans un avenir proche.

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?
Que pensez-vous de l'approche dite de l'IA incarnée décrite ci-dessus ?
Les agents physiques dotés d'une IA sont-ils indispensables pour atteindre l'AGI ?
L'IA peut-elle apprendre et évoluer en interagissant avec le monde réel comme un humain ?
Quelles sont les limites de cette nouvelle approche ? Et quelles sont les préoccupations qu'elle pose ?

Voir aussi

L'IA a besoin d'un corps pour passer à l'étape suivante de l'IA générale (AGI), un corps est le seul moyen pour elle d'apprendre le monde par l'interaction, d'après les chercheurs d'Huawei

L'intelligence générale artificielle (AGI), qui surpasse l'intelligence humaine dans presque tous les domaines, verrait le jour d'ici 10 ans, a déclaré Masayoshi Son, PDG de SoftBank

« L'AGI est le mensonge de l'année. L'intelligence artificielle générale n'existe pas », selon un critique qui affirme que ce mensonge est raconté pour des raisons financières et politiques

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-nous-la !

Avatar de OuftiBoy
Membre averti https://www.developpez.com
Le 03/05/2024 à 3:59
C'est fou ce qui se passe en se moment. Il y a certainement quelque chose qui se trame dernière tous ça. Faire dépenser l'argent des autres, cela semble le jeu du moment. Mais qui sont les investisseurs derrière tout ceci ? Qui a les moyens d'investir de la sorte ?

Le monde s'éloigne de plus en plus de la réalité. Tous les pays sont endettés jusqu'au cou, mais qui "doit" combien et à "qui", je ne trouve pas l'info. L'économie mondial ressemble de plus en plus à un montage style système de Ponzi. Le capitalisme semble s'emballer dangereusement. Il n'est basé que sur la confiance. Si cette dernière s'écroule, c'est tout qui s'écroule. Et j'ai bien peur que cela finisse par arriver. Perso, je pense que le problème n'est pas de savoir "Si" ça va arriver, mais "Quand" cela va arriver.

Quand tout n'est plus basé que sur de la spéculation, et pas sur du concret, c'est inévitable.

Mais pour rester plus "terre à terre", quelles sont les compétences de ce Monsieur Altman ? Quel crédit donner à ses propos ? Connaît il seulement de quoi il parle ? De ce que j'ai compris, c'est juste un (très bon) vendeur. Mais même le meilleur des vendeurs ne peut pas vendre éternellement ce qui n'existe pas. Il faut avoir un sacré culot (et ego), pour se permettre de dire ce qu'il raconte. ChatGPT 4, c'est moins que rien dit-il, mais ChatGPT 5 ça sera de la balle, mais ce ne sera rien par rapport à ChatGPT 6. On peut aller loin comme ça. Je suis certains que ChatGPT 9672 se meilleur que ChatGPT 9671. Mais est-ce ça sera une AGI ? J'ai bien peur que non. Il faut être fou pour croire un seul instant que cela ne se terminera pas (très) mal.

De quoi parle-t-on ? Qui sait ne fusse que définir ce qu'est sensé être une AGI ? J'en suis incapable, mais si quelqu'un ici peut m'expliquer, je suis preneur. Mais bon, je me lance, avec mes faibles connaissance de petit humain que je suis. Si on veut accorder rien qu'un peu de crédibilité à la chose, il faut admettre qu'une AGI serait capable d'évoluer au moins au niveau d'un être humain. Quand on voit ce que l'humanité a fait, "l'AGI" ne pourra pas faire "mieux", ni "pire". Elle est juste bombardée d'informations existantes (vrai ou fausse), et tente de triturer ces "informations" pour donner réponde à une question. Je ne vois rien ressemblant à "l'intelligence humaine" (qu'on a déjà du mal a définir). L'AGI ne "pensera pas". Et Qu'est-ce que la pensée au fait ? Comment une "idée" vient-elle titiller notre "esprit" ? Pourquoi certains génies comme Einstein ont-ils "pensé" et "développé" leurs "idées/pensée" ?

Et puis, je pense que tout le monde sera d'accord pour dire que tous les "cerveaux" humains ne se valent pas. Le mien n'atteint pas la cheville, que dis-je, le bout de l'orteil, de celui des grands chercheurs des siècles passés. S'il n'y a pas deux cerveaux les même en ce bas monde, comment croire qu'une "AGI" serait "unique", "omnisciente", et capable d'avoir réponse à toute question ? Répondre correctement à des questions dont l'humanité a déjà la réponse, je ne vois pas où est le progrès ?

Le propre de l'homme, c'est son "esprit" de découverte, d'exploration, d'expérimentation, de conclusion. Et même dans ce cas, il faut admettre que l'homme ne progresse que par "tâtonnement", une "théorie" ne restant correcte et établie que jusqu'à preuve du contraire.

Si vous avez lu toute ma petite prose, il n'y a pas énormément de possibilités de conclure. Soit tous ces "devins" sont des Einsteins en culotte courte, ou des arnaqueurs "en col blanc".

Je me suis fais mon idée, chacun étant libre de choisir la sienne.

BàV et "Peace & Love"
11  0 
Avatar de kain_tn
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 03/05/2024 à 0:45
10  0 
Avatar de Aiekick
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 27/05/2024 à 20:08
dans quelques années ils vont devoir reembocher massivement des dev pour combler tous les trou de securité de cette ia de merde
8  0 
Avatar de phil995511
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 03/05/2024 à 17:34
On voit bien qu'il ne s'agit pas de son pognon...
6  0 
Avatar de CHAF007
Membre à l'essai https://www.developpez.com
Le 06/05/2024 à 14:37
Hâte d'être dans cinq ans pour réaliser que tout ça n'est que du flan. Mais malheureusement notre mémoire est bien courte. On ne devait pas déjà "rouler" en voitures volantes, avoir des robots à la maison et partir en vacances sur Mars ?

Évidemment que le Monsieur ponce les conférences et sort ses petites phrases pseudo prophétiques à qui veut bien les entendre. D'ailleurs il en devient relativement fatigant. En prenant le problème dans l'autre sens, étant donnée sa position, aurait-il un intérêt à ne pas tout enjoliver de la sorte ? Évidemment que lors de la ruée vers l'or, les vendeurs de pelles promettaient à quiconque qu'il y avait encore des tonnes d'or dans les sous-sols.

Quand on n'a pas grand chose à dire sur le présent, on parle du futur, ça fait vendre. Il passe de plus en plus de fondateur génial, parti de rien, à un être bien antipathique notre monsieur.
6  0 
Avatar de Jon Shannow
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 08/07/2024 à 10:01
Résumé en dessin des politiques écologiques mises en place par les états.
6  0 
Avatar de Matthieu Vergne
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 12/04/2024 à 0:22
Le domaine de l'intelligence artificielle s'est creusé sur l'idée de faire des agents artificiels spécialisés variés et de les mettre ensemble pour faire un agent composite général. Cela n'a rien de loufoque à première vue, car c'est comme on fait des fonctions très spécialisées, qu'on combine ensuite pour faire des fonctions de plus haut niveau qui font des choses plus complexes.

Là où le bas blesse, c'est que même aujourd'hui, personne n'a créé la moindre fonction capable de faire tout et n'importe quoi. Et dans les faits, plus on monte en capacités diverses et variées, plus il faut introduire de "management". C'est le principe de "découper" la grosse brique monolithique en petits bouts (micro services) gérés de manière standardisée pour qu'on arrive à s'y retrouver (merci les ops). En bref, tout comme la fonction unique pouvant tout faire, l'IA générale comme combinaison d'IA spécifiques est un doux rêve théorique infaisable en pratique.

L'IA générale, qualifiée comme telle justement pour contrer cet aspect spécialisé, n'est cela dit pas un concept nouveau : il s'agit à la base d'une niche dans le domaine de l'IA, où on cherche justement à construire un agent non spécialisé. Par exemple l'intelligence pourrait être modélisée comme une capacité à maximiser les futurs possibles, quels qu'ils soient.

Ce qui se fait majoritairement dans le domaine de l'IA, à savoir de la performance spécialisée, c'est ce qu'on appelle de l'expertise (artificielle). Et je suis content de voir qu'on commence à s'en rendre compte avec des modèles comme Mixtral qui introduisent des concepts de "mixture of experts". Dans le temps on avait aussi ce qu'on appelait des systèmes experts (ça se fait encore mais ça n'est pas la tendance), mais le principe est d'incorporer dans la machine les connaissances d'un ou plusieurs experts, experts qu'on a cherché à mettre au placard avec les systèmes à apprentissage.

Aujourd'hui, le terme d'IA générale est sur le devant de la scène pour de mauvaises raisons : tout comme on fait l'amalgame entre intelligence et expertise depuis longtemps, on fait désormais l'amalgame entre IA générative et générale. Certes les systèmes actuels donnent l'impression de capacités générales, mais on voit vite que ce n'est pas le cas quand on joue un peu avec. Passé l'effet "wow !", on se rend vite compte qu'on a un générateur de texte sans cervelle : s'il a été entraîné sur les bonnes données, il régurgite ce qu'il a vu ailleurs (ce n'est pas pour rien que les procès liés à la propriété intellectuelle explosent), sinon il régurgite quelque chose en lien avec ce qu'on demande mais qui ressemble à ce qu'il a vu, quitte à générer des énormités. Énormités pour lesquelles il n'aura aucun mal à admettre ses erreurs (réponse cohérente dans un texte faisant état d'une erreur), mais sans pour autant les corriger si on recommence (réponse cohérente aussi : même garbage in, même garbage out).

Pour résumer, je suis d'accord que parler d'IA générale sur les technos d'aujourd'hui est un mensonge, mais au même titre que parler d'intelligence tout court l'est aussi depuis le début. Passé la frustration de la définition, c'est à prendre comme un buzzword marketing, et ça c'est la peine usuelle depuis que la publicité existe : faire passer des vessies pour des lanternes. C'est pourquoi on a les retours inverses que finalement on s'en fiche du terme employé, tant que ça sert (comprendre "tant que c'est bon pour le business"). La seule solution pérenne à ma connaissance est de développer son esprit critique pour ne pas tomber dans le panneau.
5  0 
Avatar de Matthieu Vergne
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 13/05/2024 à 20:54
Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
Il n'y a qu'à se dire qu'il y a une histoire de polysémie et voilà le débat est clos.
On s'en moque un peu de la sémantique, non ?
Tu as d'un côté ceux qui pensent qu'effectivement ça n'a pas d'importance, et de l'autre ceux qui pensent qu'au contraire c'est un problème fondamental. J'en ai croisé quelques uns du premier bord, moi je suis du second. Je ne comprends pas qu'on puisse établir un consensus (notamment scientifique) si on ne sait pas de quoi on parle, et rechigner à définir revient à laisser chacun y aller de sa propre interprétation, ce qui pour moi ne permet justement pas de conclure puisqu'on n'a pas de base commune. Quand tu en as qui tirent des conclusions en étudiant l'intelligence d'un point de vue performance, d'autre d'un point de vue conscience, d'autres d'un point de vue renseignement (rare mais déjà vu), etc. comment veux-tu comprendre à quoi tu as affaire ? Chacun parlant d'un truc différent sans jamais préciser quoi exactement. Et après d'autres souffrent (ou profitent) de cette ambiguïté sémantique en prenant des hypothèses qui font sens pour une interprétation, mais en tirent ensuite des conclusions qu'ils appliquent à une autre interprétation, ce qui donne des raisonnements fallacieux pas toujours évidents à déceler.
5  0 
Avatar de Matthieu Vergne
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 27/05/2024 à 22:32
IA de merde pas forcément, elle fait ce pour quoi elle a été conçue. Mais l'utilisateur, ici BP, peut en abuser. Et vu le discours tenu, il semble qu'il soit en bonne voie de le faire (l'abus). Donc oui, s'il pousse trop loin il devra réembaucher par la suite. On ne devient pas bon dans ce qu'on fait en lisant juste ce que font les autres, même les meilleurs. La pratique reste indispensable. S'il se contente de faire valider le code aux humains, même s'il garde les meilleurs, ils vont naturellement perdre en qualité (et en motivation pour d'autres raisons). Ce qu'il gagne là il le perdra par ailleurs. Et selon comment le process évolue, il peut y avoir une perte de cohérence qui rendra le code d'autant plus difficile à reprendre quand il faudra y remettre de l'humain dedans.

Maintenant, si ce qu'il dit est vrai et se passe bien, c'est que le code de BP est vraiment du code basique et inintéressant au possible. Auquel cas merci d'épargner aux dévs ce genre d'expérience.
5  0 
Avatar de pebaroiller
Membre à l'essai https://www.developpez.com
Le 28/05/2024 à 9:22
Pourquoi pas, mais pour avoir testé / utlisé copilot & co, le gain n'est pas si énorme, et surtout , on ne peut pas faire confiance à 100% à l'IA. le code généré peut sembler être bon, mais il est souvent "mal pensé", "pas optimisé", voir même peut générer des bugs avec le reste du code existant.
Après, on verra d'ici quelques années si ils arrivent à se passer de nous ou si on contraire, ils auront besoin de personne ultra-qualifiées pour débugger tout ce qui aura été "codé automatiquement" pendant plusieurs années!
5  0