IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

L'IA : un allié ou un rival pour les travailleurs ? Jon Stewart accuse les PDG de l'industrie de faire de « fausses promesses »
Notant qu'ils minimisent la possibilité que l'IA remplace les travailleurs tout en licenciant massivement

Le , par Stéphane le calme

2PARTAGES

10  1 
Jon Stewart, animateur du Daily Show, a abordé un sujet épineux qui préoccupe de nombreuses personnes : l’avenir avec l’intelligence artificielle. « Nous avons déjà connu des avancées technologiques qui promettaient une vie utopique sans corvées », a expliqué Stewart. « Mais la réalité est qu’elles viennent pour [prendre] nos emplois. Alors je veux votre assurance que l’IA ne retire pas l’humain de la boucle ».

L'humoriste et légende de la télévision de fin de soirée Jon Stewart en a assez de voir les dirigeants de l'industrie de l'IA faire des déclarations fracassantes sur la façon dont la technologie résoudra tous les problèmes, du changement climatique aux maladies génétiques, tout en célébrant la disparition du marché de l'emploi pour les humains.

Dans un épisode du "Daily Show" diffusé lundi, Stewart a pris à partie les PDG de l'industrie de l'IA, les accusant de faire de « fausses promesses » au sujet de l'IA en brossant le tableau d'une « vie utopique sans corvée ».

« Mais la réalité, c'est qu'ils viennent pour [prendre] nos emplois », a-t-il déclaré. « Je veux donc avoir l'assurance que l'IA n'élimine pas l'humain de la boucle ».

Ses commentaires donnent à réfléchir sur une situation de plus en plus désastreuse. Alors que les leaders de l'IA, notamment Sam Altman, PDG d'OpenAI, et Satya Nadella, PDG de Microsoft, ont à maintes reprises minimisé la possibilité que l'IA remplace massivement les travailleurs humains, nous avons déjà vu émerger une tendance inquiétante, avec des entreprises qui choisissent d'investir des milliards dans la technologie, tout en procédant à des licenciements massifs.


« C'est une question de productivité »

Dans son monologue, Stewart s'est penché sur les raisons possibles de cette tendance. « C'est une question de productivité », a déclaré Stewart avec dérision. « Et c'est une bonne chose pour nous tous, n'est-ce pas ? Bien qu'ils laissent échapper la vérité de temps en temps », a-t-il ajouté, en faisant référence à Nadella qui a admis qu'il y aurait un « déplacement de la main-d'œuvre sur le marché ».

« L'IA peut donc guérir les maladies et résoudre le problème du changement climatique », a déclaré Stewart. « Mais ce n'est pas exactement ce à quoi les entreprises vont l'utiliser, n'est-ce pas ? »

Stewart a cité l'exemple de Dukaan, une entreprise qui a utilisé l'IA pour licencier 90 % de ses employés. Comme l'a dit le PDG de l'entreprise, Suumit Shah, sur Fox News : « C'est brutal, si vous pensez comme un humain ». Et Stewart de déclarer :« "L'IA : c'est brutal, si vous pensez comme un humain" - ce n'est pas le slogan publicitaire le plus accrocheur que j'aie jamais entendu ».

« C'est comme la productivité sans l'impôt d'un plus grand nombre de personnes », déclare Brian Chesky, PDG d'Airbnb, dans une vidéo. « L'impôt sur les personnes : anciennement appelé employés », a déclaré Stewart.

« Alors que nous attendons que cette chose guérisse les maladies et résolve le problème du changement climatique, elle nous remplace sur le marché du travail - pas dans le futur, mais maintenant ».

Un accrochage avec Apple

Jon Stewart a diffusé ses critiques sur l'intelligence artificielle dans l'édition de lundi (1er avril) du Daily Show, affirmant qu'Apple refusait qu'il le fasse sur son ancienne émission Apple TV+.

Stewart a lancé The Problem With Jon Stewart sur Apple TV+ en 2021, après avoir passé 16 ans à l'émission The Daily Show. Cependant, la série a été supprimée après deux saisons à la suite d'informations selon lesquelles l'animateur s'était heurté à Apple au sujet de la couverture par l'émission d'histoires liées à la Chine et à l'IA.

Stewart est revenu au Daily Show cette année, succédant à Trevor Noah. Lundi dernier, il a invité la présidente de la Federal Trade Commission, Lina Khan assurant au passage qu'Apple lui a demandé de ne pas parler avec elle l'émission The Problem With Jon Stewart.

« Je voulais vous faire participer à un podcast et Apple nous a demandé de ne pas le faire », a déclaré Stewart. Ils nous ont littéralement dit : « S'il vous plaît, ne lui parlez pas ».

Khan est une éminente critique des grandes entreprises technologiques et fait campagne depuis des années contre les monopoles d'entreprises telles qu'Amazon, Apple et Meta.

La confiance du public en l'IA et son impact sur les emplois

Même si le monologue de Stewart se caractérise par une rhétorique enjolivée et pince-sans-rire, l'humoriste met en lumière un problème très réel dont les analystes nous avertissent depuis de nombreuses années.

Par exemple, il y a deux semaines, un nouveau rapport de l'Institute for Public Policy Research a révélé que jusqu'à 8 millions d'emplois au Royaume-Uni pourraient être supprimés en raison de l'adoption de l'IA dans ce qu'ils ont appelé une « apocalypse de l'emploi ».

Citation Envoyé par Institute for Public Policy Research
Les effets globaux de l'IA générative dépendront de la conception, de l'adoption et des choix politiques. « L'augmentation » signifie que la technologie est utilisée pour accroître la productivité des travailleurs afin de produire plus ou mieux, tandis que le « déplacement » signifie qu'elle est utilisée pour licencier des travailleurs avec moins d'effet d'entraînement sur la production. Nous présentons trois scénarios pour illustrer ce point. Dans notre scénario « d'augmentation totale », nous montrons qu'il peut n'y avoir aucun déplacement d'emplois. Si l'IA générative était largement intégrée dans l'économie, nous estimons qu'elle pourrait donner un coup de pouce économique de 13 % du PIB. À l'autre extrême, dans notre scénario de « déplacement total », 8 millions d'emplois pourraient être perdus sans que le PIB ne progresse. Entre ces deux scénarios se situe notre scénario central, dans lequel 4,4 millions d'emplois disparaissent, mais avec des gains économiques significatifs d'environ 6,4 % du PIB. Cela montre qu'il n'y a pas de voie prédéterminée pour la mise en œuvre de l'IA.

Une enquête menée en janvier auprès de PDG lors du Forum économique mondial de Davos, en Suisse, a également révélé que 25 % des PDG envisageaient de réduire les effectifs d'au moins 5 % « en raison de l'IA générative ». Entre-temps, la confiance du public dans l'IA s'érode rapidement: un récent sondage réalisé auprès de 32 000 personnes interrogées dans le monde entier a montré que 53 % d'entre elles seulement faisaient confiance à cette technologie.

Pour Stewart, l'IA est un « appât et un échange », les entreprises s'emparant du contenu créé par les humains pour le synthétiser et le régurgiter par le biais de modèles d'IA générative - tout cela au nom du profit.

« Qu'il s'agisse de la mondialisation, de l'industrialisation ou maintenant de l'intelligence artificielle », a déclaré Stewart, « le mode de vie auquel vous êtes habitué n'a rien à envier à la promesse de profits accrus et de nouveaux marchés ».

« Mais au moins ces autres perturbations se sont déroulées sur un siècle ou des décennies », a-t-il ajouté. « L'IA sera prête à prendre le relais d'ici jeudi ».

« Et une fois que ce sera le cas, qu'est-ce qu'il nous restera à faire, nous autres ? »

« L'IA pourrait remplacer toutes les formes de travail », selon Larry Summers, membre du conseil d'administration d'OpenAI

Larry Summers, 69 ans, est économiste et homme politique américain. Ancien secrétaire au Trésor et président émérite de l'université de Harvard, Summers a rejoint en novembre dernier le nouveau conseil d'administration d'OpenAI constitué après les troubles suscités par l'éviction momentanée de Sam Altman du poste de PDG de l'entreprise. Bien que controversé dans ce rôle, il exerce maintenant une influence considérable sur l'avenir de l'organisation qui, plus que toute autre, a favorisé la commercialisation et l'adoption à grande échelle de l'IA. Jeudi, il s'est exprimé sur l'impact potentiel de l'IA sur l'avenir du travail.

Lors de l'événement Fortune Innovation Forum qui s'est tenu fin mars à Hong Kong, Summers a déclaré que l'IA pourrait remplacer presque toutes les formes de travail. Mais ne vous attendez pas à un « miracle de la productivité » de sitôt. Il a déclaré : « la bonne règle générale en matière d'innovation technologique est que les choses prennent plus de temps à se produire que ce que l'on pense, et qu'elles se produisent ensuite plus rapidement que ce que l'on pensait. Je ne pense pas que l'IA va provoquer un miracle de productivité dans les trois à cinq prochaines années ». Il a ajouté qu'il reste encore plusieurs défis à relever.

Summers a expliqué que le franchissement du "dernier kilomètre" du développement technologique (le moment où une technologie révolutionnaire devient utilisable par le grand public) prend généralement plus de temps qu'on l'espère. Il a cité l'exemple de ce qu'il a appelé la "courbe de productivité en J", affirmant que la réalisation de gains de productivité à partir d'une nouvelle idée nécessite des années d'investissement, de recherche et de développement. Son avis contraste avec celui d'autres partisans de l'IA, dont l'un a affirmé avoir déployé un modèle d'IA capable de réaliser le travail de 700 personnes.


« Pensez, par exemple, aux véhicules autonomes. Des dizaines, voire des centaines de milliers de travailleurs se consacrent depuis des années aux véhicules autonomes [...] et jusqu'à présent, aucun conducteur, camionneur ou chauffeur de taxi n'a perdu son emploi. Nous avons eu un tas de travailleurs qui se sont consacrés aux véhicules autonomes, et aucun résultat n'a été mesuré dans les statistiques », a déclaré Summers. Mais le membre du conseil d'administration de l'OpenAI est loin d'être un sceptique en matière d'IA. Il s'est montré beaucoup plus optimiste en ce qui concerne l'impact potentiel de l'IA sur l'emploi.

Summers a déclaré : « si l'on se place dans la perspective de la prochaine génération, il pourrait s'agir de l'événement le plus important de l'histoire économique depuis la révolution industrielle. Elle [l'IA] offre la perspective de remplacer non pas certaines formes de travail humain, mais presque toutes les formes de travail humain ». De la construction de maisons à l'établissement de diagnostics médicaux, il a prédit que l'IA sera un jour capable d'effectuer presque tous les travaux humains, en particulier le "travail cognitif" des cols blancs. Il n'a pas précisé comment l'IA s'y prendra pour prendre en charge les travaux manuels.

Sources : vidéo dans le texte, Institute for Public Policy Research

Et vous ?

L’IA est-elle une menace pour l’emploi humain ? Discutez des avantages et des inconvénients de l’automatisation et de l’intelligence artificielle dans le monde du travail.
Comment pouvons-nous garantir que l’IA ne laisse personne de côté ? Explorez des idées pour assurer une transition équitable vers un avenir automatisé.
Quels emplois sont les plus vulnérables à l’automatisation ? Pensez aux secteurs spécifiques et aux compétences qui pourraient être remplacées par des machines.
Devrions-nous craindre l’IA ou l’accueillir à bras ouverts ? Évaluez les perspectives positives et négatives de l’intégration de l’IA dans notre société.
Comment pouvons-nous former et préparer les travailleurs pour l’ère de l’IA ? Partagez des idées sur l’éducation, la formation continue et l’adaptabilité.

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-nous-la !

Avatar de seedbarrett
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 08/04/2024 à 17:27
Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message

« L'IA pourrait remplacer toutes les formes de travail », selon Larry Summers, membre du conseil d'administration d'OpenAI
Et dire qu'il y a des gens qui vont le croire... Pour rappel, on nous avait vendu des voitures volantes et des robots pour faire les corvées à la maison pour l'an 2000, on a eu le 11 septembre. Vivement la fin de cette bulle ridicule et un retour des GPU accessible, parce qu'on sait tous qu'on va devoir travailler encore plus, pour un salaire toujours plus bas. Sauf ceux qui sont biens nés, eux ils vont apprécier
5  0 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 09/04/2024 à 10:54
Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
L’IA est-elle une menace pour l’emploi humain ?
Oui, comme on le voit là :
Stewart a cité l'exemple de Dukaan, une entreprise qui a utilisé l'IA pour licencier 90 % de ses employés. Comme l'a dit le PDG de l'entreprise, Suumit Shah, sur Fox News : « C'est brutal, si vous pensez comme un humain ». Et Stewart de déclarer :« "L'IA : c'est brutal, si vous pensez comme un humain" - ce n'est pas le slogan publicitaire le plus accrocheur que j'aie jamais entendu ».

« C'est comme la productivité sans l'impôt d'un plus grand nombre de personnes », déclare Brian Chesky, PDG d'Airbnb, dans une vidéo. « L'impôt sur les personnes : anciennement appelé employés », a déclaré Stewart.

« Alors que nous attendons que cette chose guérisse les maladies et résolve le problème du changement climatique, elle nous remplace sur le marché du travail - pas dans le futur, mais maintenant ».
On voit beaucoup de licenciements massifs qui sont en partis liés à l'IA.

Moins de jobs => moins de revenus => moins de consommation (et ça boucle).
Quand une entreprise avec plein d'employés s'installent quelque part, on nous raconte toujours le même "ça va faire vivre plein de commerces autour de l'entreprise".
Ben là l'entreprise va virer tout le monde, donc les commerces autour vont couler.

Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
Comment pouvons-nous garantir que l’IA ne laisse personne de côté ? Explorez des idées pour assurer une transition équitable vers un avenir automatisé.
Il n'y a pas de solution.
Le chômage et la précarité vont exploser.

Ça ne fonctionne pas l'histoire "on va énormément taxer les entreprises qui utilisent l'IA afin que ça finance le RSA et les retraites de tout le monde".

Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
Quels emplois sont les plus vulnérables à l’automatisation ? Pensez aux secteurs spécifiques et aux compétences qui pourraient être remplacées par des machines.
Tous les emplois de bureaux sont menacés.
L'IA va augmenter la productivité des humains, donc il y aura besoin de moins d'humains pour faire la même quantité de travail.

Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
Comment pouvons-nous former et préparer les travailleurs pour l’ère de l’IA ? Partagez des idées sur l’éducation, la formation continue et l’adaptabilité.
Ben déjà il ne faut surtout pas commencer des études pour travailler dans l'IA.
Il y a assez de spécialistes et au bout d'un moment les grosses entreprises rachèteront les petites et vireront les employés.

Peut-être que l'avenir c'est l'artisanat.
Peut-être cultiver des légumes en permaculture, sans engrais, pour les vendre à des riches.
1  2