IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Mustafa Suleyman, directeur général de Microsoft AI, déclare que l'IA est "une nouvelle espèce numérique, la vague de création la plus rapide et la plus importante jamais observée"

Le , par Mathis Lucas

3PARTAGES

4  0 
Mustafa Suleyman a déclaré que l'IA est une "nouvelle espèce numérique" qui deviendra infiniment intelligente avec un QI presque parfait. Il pense que l'humanité finira par considérer les assistants d'IA comme des "compagnons numériques" ou de "nouveaux partenaires", plutôt que comme un simple outil. Il a ajouté que "l'IA sera dotée d'une intelligence émotionnelle exceptionnelle et les compagnons numériques seront gentils, solidaires, empathiques". Il a cherché à démystifier l'IA dans un contexte d'inquiétude croissante quant à son impact sur des questions telles que l'emploi ou les deepfakes générés par l'IA.

Mustafa Suleyman est chercheur et entrepreneur britannique en IA. Il a cofondé le laboratoire d'IA DeepMind, racheté par Google et rebaptisé Google DeepMind en 2023. Il a également cofondé en 2022 la startup d'IA Inflection AI avec Reid Hoffman et Karén Simonyan. Il a rejoint Microsoft en mars 2024 pour diriger la division Microsoft IA consacrée au développement de produits d'IA grand public, dont l'assistant Copilot. Suleyman a été suivi chez Microsoft par la plupart des employés d'Inflection IA. Cela s'est produit après que Microsoft a dirigé un tour de table de 1,3 milliard de dollars dans Inflection AI l’année dernière.

Suleyman est monté sur la scène de TED2024 la semaine dernière pour exposer sa vision d'un avenir fondé sur l'IA. Il a déclaré que l'IA est la plus récente vague de création depuis le début de la vie sur Terre, et que nous sommes dans la vague de création la plus rapide et la plus importante de l'histoire. Selon lui, l'industrie doit trouver les bonnes analogies pour le potentiel futur de l'IA afin de donner la priorité à la sécurité et de veiller à ce que cette nouvelle vague serve toujours l'humanité et l'amplifie. Bien que la communauté voit l'IA comme un "outil", Suleyman estime que ce terme ne rend pas compte de ses capacités.


Il a déclaré : « pour contenir cette vague, placer l'action humaine en son centre et atténuer les inévitables conséquences involontaires qui risquent de se produire, nous devrions commencer à y penser comme à un nouveau type d'espèce numérique ». Selon le patron de Microsoft IA, si l'on veut vraiment comprendre l'impact de l'IA sur l'espèce humaine, il peut être utile de considérer l'IA comme une "espèce" à part entière. « Je pense que l'IA devrait être considérée comme une nouvelle espèce numérique », a-t-il déclaré. Cette déclaration peut sembler osée, mais il ajoute que cela ne devrait pas être pris au pied de la lettre.

« Ne prenez pas cela trop au pied de la lettre, mais je prédis que nous finirons par les considérer comme des compagnons numériques, de nouveaux partenaires dans les voyages de nos vies », a-t-il ajouté. En bref, Suleyman entrevoit un avenir où les agents d'IA (ou assistants d'IA) joueront un rôle profondément impliqué dans la vie humaine, accomplissant des tâches avec plus d'autonomie que les appareils aujourd'hui conventionnels tels que les ordinateurs et les smartphones. Cela signifie qu'ils ressembleront moins à des outils qu'à des êtres virtuels bourdonnants. Et donc, selon le chercheur, à une autre "espèce".

Quant à savoir à quoi ressemblerait ce monde dans la pratique, les prédictions de Suleyman semblent tout droit sorties d'un roman de science-fiction. Selon lui, tout (c'est-à-dire l'ensemble du Web) sera bientôt représenté par une interface conversationnelle expérimentée par le biais d'une IA personnelle, ou d'un assistant numérique propre à ses utilisateurs. De plus, selon Suleyman, ces IA seront infiniment informées et seront bientôt factuellement exactes et fiables. « Ils auront un QI presque parfait. Ils auront aussi une intelligence émotionnelle exceptionnelle. Ils seront gentils, solidaires, empathiques », a-t-il déclaré.

Cette vision nécessite toutefois quelques mises en garde. Bien que l'industrie de l'IA et les technologies qu'elle recèle aient incontestablement connu une période d'accélération rapide, les outils d'IA existants, notamment les chatbots tels que ChatGPT d'OpenAI et Gemini (anciennement Bard) de Google, se sont révélés à maintes reprises peu fiables dans les faits. Quant au "quotient émotionnel", il est difficile de savoir si les programmes d'IA parviendront un jour à imiter l'expérience émotionnelle humaine, sans parler de la question de savoir si cela serait positif ou négatif pour nous à long terme. La question reste posée.

Mais selon Suleyman, ces attributs ne seraient qu'un début. Il a déclaré que les choses commenceront vraiment à changer lorsque l'IA commencera à faire des choses dans le monde numérique et physique. Il ne s'agira plus seulement d'assistants mécanistes : « ils seront des compagnons, des confidents, des collègues, des amis et des partenaires, aussi variés et uniques que nous le sommes tous. Ils parleront toutes les langues, absorberont tous les types de données de capteurs, de vues, de sons, de flux et de flux d'informations, dépassant de loin ce que chacun d'entre nous pourrait consommer en un millier d'années ».

Cependant, encore une fois, bien que cette prédiction soit fascinante à envisager, elle reste une prédiction. Et elle est résolument optimiste. Bien que Suleyman ait récemment admis que l'IA est fondamentalement une technologie de remplacement de la main-d'œuvre, toute réalité de ce que le déplacement massif de la main-d'œuvre signifierait pour l'humanité était absente de l'utopie de l'IA que le dirigeant de Microsoft a partagée avec le public de TED. Interrogé plus tard sur les risques liés à l'IA, Suleyman a affirmé que les avantages futurs de l'IA parleront d'eux-mêmes, quels que soient les effets néfastes à court terme.

« Dans le passé, le déblocage de la croissance économique s'accompagnait souvent d'énormes inconvénients. L'économie se développait à mesure que les gens découvraient de nouveaux continents et ouvraient de nouvelles frontières. Mais en même temps, ils ont colonisé des populations. Nous avons construit des usines, mais c'était des lieux de travail sinistres et dangereux. Nous avons exploité le pétrole, mais nous avons pollué la planète », a-t-il déclaré. Selon lui, l'IA est différente : « aujourd'hui, nous ne découvrons pas un nouveau continent pour en piller les ressources. Nous en construisons un à partir de rien ».

Toutefois, les propos de Suleyman semblent une nouvelle fois loin de la réalité. La construction de l'IA générative a surtout coûté cher aux travailleurs africains, dont beaucoup ont raconté qu'ils avaient subi des traumatismes graves, qui ont changé leur vie, en raison du sinistre travail de modération de contenu nécessaire pour former des modèles d'IA tels que les grands modèles de langage GPT d'OpenAI. Le nouvel employeur de Suleyman a beaucoup investi dans les modèles d'OpenAI. OpenAI aurait fait appel à des travailleurs kényans payés moins de 2 dollars par heure pour rendre ChatGPT moins toxique.

Selon les analystes, l'optimisme de Suleyman est facile à comprendre. Il occupe une position puissante dans l'industrie et a largement contribué au développement de programmes d'IA révolutionnaires, notamment les innovations AlphaGo et AlphaFold. À l'avenir, il serait important de prêter attention aux scénarios que des acteurs comme Suleyman présentent comme les futurs possibles de l'humanité en matière d'IA et aux détails moins reluisants qu'ils laissent de côté dans le processus. Suleyman n'aborde pas non plus les solutions potentielles pour faire face à la consommation énergétique excessive de l'IA.

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?
Peut-on considérer l'IA comme une "espèce" à part entière comme Mustafa Suleyman le prétend ? Pourquoi ?
Partagez-vous son avis selon lequel l'IA aura bientôt un QI presque parfait et deviendra factuellement exacte et fiable ?

Voir aussi

OpenAI a fait appel à des travailleurs kényans payés moins de 2 dollars par heure pour rendre ChatGPT moins toxique, les experts jugent ce tarif faible en raison des "tâches ingrates" des employés

Mustafa Suleyman, cofondateur de DeepMind, avertit que l'IA "remplace fondamentalement la main-d'œuvre", les travailleurs craignent que l'IA rende obsolètes les emplois comme l'écriture et le codage

Mustafa Suleyman, cofondateur de DeepMind et d'Inflection AI, prédit que l'intelligence artificielle va tout envahir et constitue même une menace pour la structure de l'État-nation

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-nous-la !

Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 20/05/2024 à 11:35
Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
Selon Hinton, l'IA augmentera la productivité et créera plus de richesses. Mais à moins que le gouvernement n'intervienne, elle ne fera qu'enrichir les riches et nuire aux personnes qui pourraient perdre leur emploi. « Ce sera très mauvais pour la société », a-t-il déclaré.
Ouais si l'IA devient performante, énormément de gens pourraient perdre leur job (surtout dans les métiers de bureau).

Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
Hinton a également réitéré ses inquiétudes concernant les menaces d’extinction humaine émergentes. Les développements de l’année dernière ont montré que les gouvernements étaient réticents à limiter l’utilisation militaire de l’IA. La concurrence pour développer rapidement des produits signifie qu’il existe un risque que les entreprises technologiques ne « mettent pas assez d’effort dans la sécurité ».
Les robots tueurs représentent un danger.
Ils pourraient se faire hacker, ils pourraient se mettre à bugger et commencer à tuer des civils.

Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
Le professeur Hinton a déclaré que quelque chose de similaire aux Conventions de Genève - les traités internationaux qui établissent des normes juridiques pour le traitement humanitaire en temps de guerre - pourrait être nécessaire pour réglementer l'utilisation militaire de l'IA. « Mais je ne pense pas que cela se produira avant que des choses très désagréables ne se soient produites », a-t-il ajouté.
Ouais enfin quand c'est la guerre, il y a des armées qui s'en foutent complétement des normes juridiques.
Ça m'étonnerait que les USA avaient le droit d'utiliser du Napalm, de l'Agent Orange, du phosphore blanc, des munitions à l'uranium appauvri, etc.

Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
L’intelligence artificielle va bouleverser le marché du travail des cols blancs et créer « un nombre important de perdants » qui seront contraints de quitter leur emploi, selon l’un des cofondateurs du laboratoire d’IA DeepMind, racheté par Google.
Effectivement ça pourrait se passer comme ça.

Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
L’échange avec la BBC met en lumière les préoccupations de Geoffrey Hinton concernant l’impact potentiel de l’intelligence artificielle sur l’emploi et la nécessité d’envisager un revenu de base universel (RBU) comme solution possible. Cependant, il est important de noter qu'il ne va pas plus loin que l'évocation du RBU, ne discutant pas en profondeur des défis pratiques liés à la mise en œuvre du RBU. Par exemple, il ne traite pas des questions de financement, de l’impact sur l’incitation au travail, ni des conséquences économiques à long terme d’une telle politique.
Pourquoi ça devrait concerner tout le monde ?
Les taxes sur l'IA pourraient financer le RSA (ou les équivalents).

Comme ça il n'y a pas d'histoire d'impact sur l'incitation au travail et à la formation.
1  1