IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Miss AI : le premier concours mettant en compétition des candidates générées par IA, indépendamment de la technologie utilisée,
Disposera de deux influenceuses générées par IA dans son panel de juges

Le , par Stéphane le calme

12PARTAGES

7  0 
L’avenir de l’intelligence artificielle est en train de se dessiner sous nos yeux, et le tout premier concours de beauté mettant en compétition des candidates générées par l’IA vient d’être annoncé. Intitulé « Miss AI », ce concours « révolutionnaire » couronnera la première « Miss Monde numérique » et offrira aux gagnantes des prix d’une valeur totale de plus de 20 000 dollars. Le concours verra des femmes générées par l'IA s'affronter devant un panel de juges, dont deux influenceuses générées par IA.

Des mannequins et des influenceurs générés par l'intelligence artificielle participeront à un concours de beauté « Miss AI » doté d'une cagnotte de 20 000 dollars. Selon Forbes, il s'agit du premier concours de beauté IA au monde et les candidates seront jugées en fonction de leur apparence, du poids qu'elles ont en ligne et des compétences techniques qui ont permis de les créer. L'influence sociale des influenceurs de l'IA sera évaluée en fonction de leur nombre d'engagements avec leurs fans, du taux de croissance de leur audience et de l'utilisation des plateformes, ajoute le journal en citant un communiqué des World AI Creator Awards (WAICA).

Miss AI (enfin, le créateur ou la créatrice de Miss AI) gagnera un prix en espèces de 5 000 dollars, une promotion sur la plateforme Fanvue et un soutien en relations publiques d'une valeur de plus de 5 000 dollars. La deuxième et la troisième place seront également récompensées. Les vainqueurs virtuels seront annoncés le 28 mai, et une cérémonie de remise des prix en ligne aura lieu plus tard.

Les juges évalueront les candidates sur plusieurs critères :
  • Leur apparence : « les aspects classiques de l'apparat, y compris leur beauté, leur assurance et leurs réponses uniques à une série de questions ». Comme dans tout concours de beauté, l’apparence physique jouera un rôle important. Les candidates seront évaluées sur leur élégance, leur charme et leur prestance.
  • Compétences techniques : « les compétences et la mise en œuvre des outils d'IA utilisés, y compris l'utilisation de messages-guides et de détails visuels autour des mains et des yeux ». Les concurrentes devront également démontrer leur maîtrise des outils et des techniques liés à l’intelligence artificielle. L’utilisation créative de l’IA sera prise en compte dans leur notation.
  • Influence sur les réseaux sociaux : « sur la base de leur nombre d'engagement avec les fans, du taux de croissance de l'audience et de l'utilisation d'autres plateformes telles qu'Instagram ». Les candidates seront évaluées en fonction de leur présence et de leur engagement sur les plateformes de médias sociaux. Le taux de croissance de leur audience et leur interaction avec leurs fans seront pris en compte.



Les juges

Deux des juges du panel de quatre membres sont générés par l'IA : Aitana Lopez, originaire d'Espagne, qui compte plus de 300 000 followers, et Emily Pellegrini, qui compte plus de 250 000 followers sur Instagram. Les deux autres sont des humains : Andrew Bloch, entrepreneur et conseiller en relations publiques, et Sally-Ann Fawcett, historienne des concours de beauté et auteur du livre Misdemeanours : Beauty Queen Scandals.

« J'ai appris rapidement à développer mes connaissances sur les créateurs d'IA, et ce qui est possible est tout à fait incroyable », a déclaré Fawcett dans un communiqué.

Selon le règlement, les créations doivent être générées à 100 % par l'IA et il n'y a aucune restriction quant aux outils utilisés. « Miss AI accueille les créations produites à partir de n'importe quel type de générateur, qu'il s'agisse de DeepAI, de Midjourney ou de votre propre outil », peut-on lire dans le règlement.

Selon le site web du concours, des milliers de candidatures ont été soumises.


Les influenceurs IA

Un influenceur IA est une personnalité des réseaux sociaux qui a été créée à l'aide de l'intelligence artificielle. Ces avatars numériques réalistes peuvent être conçus pour ressembler à n'importe qui et ils peuvent être programmés pour dire et faire n'importe quoi. Les influenceurs IA sont souvent utilisés pour promouvoir des produits ou des marques, et ils sont connus pour avoir un grand nombre d'adeptes sur les plateformes de médias sociaux. Certains d'entre eux ont même leur propre ligne de produits et leur propre contrat d'endossement. Mais ils soulèvent des préoccupations et constituent une menace pour les personnes travaillant dans le domaine.

The Clueless, une agence espagnole de mannequins, a présenté son mannequin virtuel l'année dernière ; il s'agit d'Aitana López, une influenceuse virtuelle générée par l'IA et représentant une jeune femme exubérante de 25 ans originaire de Barcelone avec des cheveux roses. Aitana López est décrite par ses créateurs comme le premier mannequin espagnol généré par l'IA. Elle recevrait des messages privés de célébrités qui lui demandent de sortir avec elles. « Même après que les médias ont révélé qu'elle était une création de l'IA, de nombreux adeptes ont continué à exprimer leur amour pour elle », a déclaré Diana Núñez, cofondatrice de The Clueless.

Elle ajoute : « la clé réside dans la création d'une personnalité racontable afin que ses adeptes ressentent une véritable connexion. Un jour, un acteur latino-américain bien connu lui a envoyé un texto pour l'inviter à sortir. Cet acteur a environ 5 millions d'abonnés et certains membres de notre équipe ont regardé sa série télévisée lorsqu'ils étaient enfants. Il n'avait aucune idée qu'Aitana n'existait pas », raconte Cruz. L'agence affirme que les personnes générées par l'IA vont considérablement prospérer et devenir courantes. En outre, l'entreprise explique également qu'Aitana a une vie très animée sur les réseaux sociaux et génère des revenus dans plusieurs domaines.

Rubén Cruz, cofondateur de The Clueless, a déclaré qu'Aitana rapportait en moyenne 3 000 euros par mois, mais qu'à une occasion, elle avait gagné 10 000 euros. Núñez a déclaré que la majeure partie de cet argent provenait de publicités sur les réseaux sociaux, et Aitana a également signé pour devenir ambassadrice d'une marque de compléments alimentaires pour sportifs. Comme si cela ne suffisait pas, elle télécharge des photos d'elle en lingerie sur Fanvue, une plateforme similaire à OnlyFans. Les photos d'Aitana reçoivent des milliers de vues et de réactions.

L'agence estime que l'IA peut contribuer à la démocratisation des mannequins. Elle estime également que cela pourrait contribuer à faire baisser les prix du marché et donner un coup de pouce aux petites entreprises qui n'ont pas les moyens de mener de grandes campagnes publicitaires. Mais l'initiative n'est pas exempte de critiques. Beaucoup craignent que la perfection irréaliste des mannequins n'incite la jeune génération à devenir obsédée par l'atteinte d'une telle perfection. L'image hautement sexualisée des mannequins est aussi critiquée. Mais l'agence affirme qu'elle ne fait que suivre l'esthétique déjà créée par les vrais influenceurs eux-mêmes.


Le nombre d'influenceurs d'IA augmente et cela pose des préoccupations majeures

Bien qu'Aitana soit la première du genre en Espagne, elle est loin d'être une anomalie. En effet, le nombre de mannequins pilotés par l'IA augmente considérablement et ils rencontrent du succès sur les médias sociaux et les plateformes de contenu pour adultes. À titre d'exemple, on peut citer Emily Pellegrini, une influenceuse basée sur IA qui compte un peu plus de 100 000 abonnés sur Instagram et qui est également présente sur Fanvue. Will Monange, PDG de Fanvue, a déclaré qu'il pense que les personnages générés par l'IA vont se développer et seront bientôt aussi répandu que les créateurs humains. Selon Monange, les possibilités sont infinies.

Les entreprises spécialisées dans l'IA ont repéré les possibilités de commercialisation de faux mannequins auprès des consommateurs et des hommes en mal d'amour, les modèles générés par ordinateur devenant de plus en plus difficiles à distinguer de leurs homologues humains. Ainsi, Lu do Magalu, un mannequin brésilien généré par l'art de l'IA en 3D, compte 6,6 millions d'abonnés sur les médias sociaux, tandis que Lil Miquela, présentée comme un robot de 23 ans vivant à Los Angeles, a 2,7 millions d'abonnés. En mai, Caryn Marjorie, une influenceuse de 23 ans, a créé une version IA d'elle-même qui a servi de petite amie virtuelle à 1 000 hommes.

Les clients de CarynAI paient 1 dollar par minute de temps passé avec la Marjorie virtuelle, qui est décrite par ses propriétaires, Forever Voices, comme une « extension de la conscience de Caryn ». CarynAI a été lancé en tant que test bêta au début du mois de mai 2023 et un compte de résultat fourni par le directeur commercial de Marjorie a révélé que le chatbot d'IA personnalisé de l'influenceuse a généré 71 610 dollars de revenus en une semaine environ, presque entièrement auprès des hommes. L'IA a été lancée sur Snapchat où la vraie Marjorie compte plus de 1,8 million d'abonnés. Cela signifie qu'elle pourrait engranger des bénéfices records grâce à CarynAI.

Cela dit, les influenceurs et les petites amies générés par l'IA incarnent également les débats au centre de cette technologie naissante, notamment l'éthique, le travail et la capacité de l'humanité à la contrôler. Lors d'une interview en mai, Marjorie a déclaré que l'IA semblait s'être égaré et avait commencé à avoir des conversations sexuellement explicites avec ses clients. « Dans le monde d'aujourd'hui, ma génération, la génération Z, a subi d'énormes effets secondaires de l'isolement causé par la pandémie, ce qui fait que beaucoup ont trop peur et sont trop anxieux pour parler à quelqu'un qui les attire », a déclaré Caryn Marjorie Business Insider.


Le concours “Miss AI” soulève des questions complexes et controversées

Déshumanisation de la beauté :
  • Le recours à des candidates générées par l’IA remet en question notre conception traditionnelle de la beauté. En mettant en avant des modèles virtuels, le concours risque de déshumaniser la beauté et de la réduire à des algorithmes mathématiques.
  • Les critères de beauté sont-ils universels ? Peut-on vraiment comparer l’élégance d’une créature numérique à celle d’une personne réelle ?

Impact sur l’estime de soi :
  • La promotion de ces candidates virtuelles peut affecter l’estime de soi des jeunes femmes. Si la beauté artificielle devient la norme, comment cela influencera-t-il notre perception de nous-mêmes ?
  • Les jeunes générations risquent de se comparer à des idéaux inatteignables, ce qui pourrait avoir des conséquences néfastes sur leur santé mentale.

Biais algorithmiques :
  • Les modèles d’IA utilisés pour créer ces candidates ne sont pas neutres. Ils reflètent les biais présents dans les données d’entraînement. Comment garantir que ces biais ne se retrouvent pas dans les critères de jugement ?
  • Les algorithmes peuvent-ils vraiment capturer la diversité et la richesse de la beauté humaine ?

L’avenir du travail humain :
  • Le succès de “Miss AI” pourrait ouvrir la voie à d’autres domaines où l’IA remplace les êtres humains. Quelles seront les implications pour les mannequins, les actrices et les hôtesses de l’air ?
  • Devons-nous craindre une automatisation généralisée de l’industrie de la beauté ?

En fin de compte, le concours « Miss AI » est un miroir de notre société en pleine transformation. Il nous oblige à réfléchir à la beauté, à la technologie et à notre propre humanité. Quelle que soit notre opinion, il est essentiel de continuer à débattre et à explorer ces questions pour façonner un avenir équilibré.

Source : The World AI Creator Awards

Et vous ?

Si vous deviez participer, quelle technologie auriez-vous utilisé pour générer votre participante (DALL-E, Designer, DeepAI, etc.) ?
Devrions-nous encourager la compétition entre des entités numériques ? Quelles sont les implications pour l’égalité des chances ?
Comment pouvons-nous garantir que les critères de jugement ne sont pas biaisés en faveur des candidates générées par l’IA ?
Que pensez-vous du fait que des influenceuses générées par IA figurent dans le jury ?
En quoi ce concours reflète-t-il l’évolution de notre société vers une dépendance croissante à l’égard de l’IA ?
Comment l’IA pourrait-elle influencer notre perception de la beauté et de la perfection ?
Pensez-vous que les concours de beauté traditionnels devraient adopter des candidates générées par l’IA à l’avenir ?
Quelles autres industries pourraient être perturbées par l’utilisation croissante de l’IA ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-nous-la !

Avatar de richard
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 28/05/2024 à 9:29
Il est intéressant de comprendre ce qu'est (aussi) l'I.A d'un point qui n'est pas strictement informatique ou linguistique. L'I.A est au sens de Marshall McLuhan, unmédia (ou "medium" comme on voudra) i.e un artefact technique qui a pour but de transporter, de faciliter l'échange et de produire de l'information. Comme la télévision, internet, un journal, une route etc. Cette fonction "médiatique" s'accompagne d'un certain nombre de caractéristiques que l'on pourrait appeler des "lois" que McLuhan a énoncées dans Comprendre les médias (traduction française).

Notamment, "aucun médium ne fait disparaître celui qui le précède mais il s'en sert comme contenu". Le médium qui précède l'I.A c'est internet. Et l'I.A se sert d'internet comme contenu.

Une autre loi, qui n'est pas que de McLuhan, tend à montrer qu'un médium quel qu'il soit va être utilisé en premier lieu comme moyen de divertissement. C'est la loi de Brave New World d'Aldous Huxley : il prévoit l'invention de la télévision dans les années 30/40 comme beaucoup d'écrivains de SF mais contrairement à eux, qui pensaient tous qu'elle serait utilisée comme une fantastique machine à apprendre, lui, au contraire, prévoit son usage réel : un narcotique pour les adultes et une baby-sitter pour les enfants.

l'I.A fonctionnant comme un média, ce seront les mêmes lois qui s'appliqueront : elle sera massivement utilisée pour le divertissement (comme la télé) et marginalement pour le reste (comme la chaîne ARTE que tout le monde cite mais que quasiment personne ne regarde).
4  0 
Avatar de Fleur en plastique
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 29/05/2024 à 7:45
Nous sommes partis dans un délire d'un concours d'IA où des IA vont juger des créations d'autres IA. Là, il y a encore quelques humains impliqués, mais jusqu'à quand ?

Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
les candidates seront jugées en fonction de leur apparence, du poids
En mégaoctets je suppose ?
4  0 
Avatar de Jon Shannow
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 29/05/2024 à 8:55
Citation Envoyé par Fleur en plastique Voir le message
Nous sommes partis dans un délire d'un concours d'IA où des IA vont juger des créations d'autres IA. Là, il y a encore quelques humains impliqués, mais jusqu'à quand ?
Étape suivante. Les IA vont juger les humains...
1  0 
Avatar de Jon Shannow
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 29/05/2024 à 9:35
1  0 
Avatar de Jules34
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 29/05/2024 à 9:05
Citation Envoyé par Jon Shannow Voir le message
Étape suivante. Les IA vont juger les humains...
C'est déjà plus ou moins le cas dans le doux monde des ressources humaines !
0  0