IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Un quart des enseignants estime que l'utilisation des outils d'IA dans l'enseignement primaire et secondaire a plus d'inconvénients que d'avantages
Et seulement 6 % pensent le contraire

Le , par Mathis Lucas

6PARTAGES

8  0 
Les enseignants sont davantage préoccupés par l'utilisation croissante des outils d'IA générative dans l'enseignement primaire et secondaire. Ils sont sceptiques quant aux potentiels de l'IA à révolutionner l'enseignement et appellent à un examen minutieux de ses impacts. Une nouvelle enquête publiée par le Pew Research Center révèle qu'un enseignant américain sur quatre estime que les outils d'IA font plus de mal que de bien dans l'enseignement primaire et secondaire. Seulement 6 % d'entre eux pensent que cela fait plus de bien que de mal. Certains craignent que l'IA affecte le niveau scolaire des apprenants et déshumanise l'expérience d'apprentissage.

L'IA se diffuse dans l'enseignement et il est évident que l'avenir de ce secteur ne s'écrira pas sans elle. Les enseignants utilisent l'IA sous la forme d'outils edtech pour les aider à créer des plans de cours ou à calculer les notes des étudiants, tandis que pour les apprenants, l'IA peut les aider à réaliser leurs projets, leurs devoirs et même leurs travaux de recherche. Mais la technologie ne fait pas l'unanimité dans le secteur : les enseignants, les élèves et les responsables de l'enseignement sont divisés sur la question de savoir si l'IA dans les écoles est bénéfique ou non. Il est peut-être trop tôt pour en être certain.

La question de savoir si l'utilisation de l'IA dans l'enseignement présente plus d'avantages ou d'inconvénients devient un sujet brûlant dans le secteur. Pew Research Center s'y est intéressé et a mené une enquête auprès des enseignants américains à l'automne 2023. Les résultats de l'enquête indiquent qu'un quart des enseignants du secteur public affirment que l'utilisation d'outils d'IA dans l'enseignement primaire et secondaire fait plus de mal que de bien. Environ 32 % ont répondu qu'il y a un mélange égal d'avantages et d'inconvénients, tandis que seulement 6 % affirment que cela fait plus de bien que de mal.


Enfin, 35 % d'entre eux se disent incertains. Les opinions des enseignants diffèrent selon le niveau scolaire ; les enseignants du secondaire sont plus susceptibles que ceux du primaire et du collège d'avoir des opinions négatives sur les outils d'IA dans l'enseignement. Environ tiers des enseignants du secondaire (35 %) estiment que ces outils font plus de mal que de bien. Environ un quart des enseignants du secondaire (24 %) et 19 % des enseignants du primaire sont du même avis. Par contre, moins d'un enseignant sur dix, tous niveaux confondus, estime que l'utilisation de ces outils fait plus de bien que de mal.

Quelque 47 % des enseignants du primaire disent ne pas être sûrs de l'impact des outils d'IA dans l'enseignement primaire et secondaire. Ce pourcentage est plus élevé que celui des enseignants des niveaux intermédiaire et secondaire. L'évolution du rôle de l'IA dans l'enseignement offre à la fois des opportunités et des défis pour les enseignants. En adoptant une approche proactive, les enseignants peuvent tirer parti de la technologie pour améliorer les résultats des élèves, tout en préservant le rôle unique que jouent les enseignants en favorisant la croissance, le développement et l'apprentissage de leurs élèves.

« Notre monde évolue et nous devons admettre que le pouvoir de l'IA est susceptible d'apporter plus d'avantages que d'inconvénients, de sorte qu'il faut s'attendre à ce qu'elle soit adoptée non seulement dans l'enseignement, mais aussi dans tous les secteurs d'activité. Nous devons simplement apprendre à utiliser l'IA avec modération et à donner une bonne image à nos étudiants en leur montrant qu'ils ne doivent pas s'en remettre entièrement à la technologie. La confiance en votre expertise, la confiance en vos compétences et un meilleur jugement sont la clé », a écrit un critique sur l'utilisation de l'IA dans l'enseignement.

Dans une enquête distincte, le Pew Research Center a interrogé des adolescents américains sur leur expérience et leur opinion concernant le chatbot d'IA ChatGPT dans le cadre de leurs travaux scolaires. Parmi les adolescents qui ont entendu parler de ChatGPT, 19 % disent l'avoir utilisé pour les aider dans leur travail scolaire. Ce phénomène est plus fréquent chez les adolescents des classes supérieures. Environ un quart des élèves de 11e et 12e année qui ont entendu parler de ChatGPT (24 %) disent l'avoir utilisé dans leurs travaux scolaires, contre 17 % des élèves de 9e et 10e année et 12 % des élèves de 7e et 8e année.


L'opinion des adolescents sur l'acceptabilité de l'utilisation de ChatGPT dépend de l'usage qui en est fait. L'utilisation du chatbot d'IA pour explorer un sujet est assez bien accueillie. Par exemple, d'exemple, une partie des adolescents ayant entendu parler de ChatGPT disent qu'il est acceptable de l'utiliser lorsqu'ils font des recherches sur quelque chose de nouveau, tandis que d'autres disent que ce n'est pas acceptable. Parmi les adolescents qui ont entendu parler de ChatGPT :

  • 69 % disent qu'il est acceptable de l'utiliser pour rechercher de nouveaux sujets ;
  • 39 % disent qu'il est acceptable de l'utiliser pour résoudre des problèmes de mathématiques ;
  • 20 % disent qu'il est acceptable de l'utiliser pour rédiger des essais.


Des parts allant de 18 % à 24 % ne savent pas s'il est acceptable d'utiliser ChatGPT dans chacune de ces situations. Dans l'ensemble, environ deux tiers des adolescents américains disent avoir entendu parler de ChatGPT. Parmi eux, 23 % en ont beaucoup entendu parler et 44 % en ont peu entendu parler. Environ un tiers (32 %) disent n'avoir jamais entendu parler de ChatGPT. Ceux qui ont beaucoup entendu parler de ChatGPT sont plus susceptibles que ceux qui n'en ont que peu entendu parler de dire qu'il est acceptable de l'utiliser pour rechercher des sujets, résoudre des problèmes de mathématiques et rédiger des essais.

En outre, selon Luis von Ahn, cofondateur et PDG de Duolingo, si l'IA est susceptible de remplacer un nombre important d'êtres humains sur le marché du travail, certaines professions, telles que l'enseignement, résisteront mieux. « À un moment donné, il est probable que la plupart des emplois humains seront remplacés par l'IA. Mais je ne pense pas que les enseignants seront particulièrement en danger », a déclaré von Ahn lors d'une discussion libre pendant la séance plénière d'ouverture de la conférence internationale sur l'éducation de la NAFSA (Association of International Educators) à La Nouvelle-Orléans, aux États-Unis.


Selon von Ahn, les raisons en sont le poids des enseignants dans la société et la valeur humaine qu'ils apportent à la classe. « D'abord, le travail des enseignants est très important. Ensuite, les gens apprennent des choses en voyant qu'un enseignant a une bonne moralité. Je pense aussi que les enseignants sont très doués pour inspirer (les élèves) et qu'il est difficile d'imiter cela avec l'ordinateur. Si l'IA est utile pour le partage des connaissances à grande échelle, un enseignant individuel joue toutes sortes d'autres rôles qui ne sont pas vraiment quantifiables avec le rôle du transfert de connaissances », a-t-il déclaré.

Par ailleurs, la question de savoir comment former les étudiants dans des économies où les déplacements d'emplois causés par l'IA sont largement anticipés constitue un autre défi. D'après une analyse du FMI, 40 % des emplois dans le monde sont exposés à l'IA. Alors que dans le passé, l'automatisation et la technologie avaient tendance à remplacer les emplois impliquant des tâches routinières, la capacité de l'IA à avoir un impact sur les emplois hautement qualifiés est ce qui rend cette technologie si puissante. Les prédictions sur son impact potentiel vont dans tous les sens et sont difficiles à suivre.

Selon le FMI, dans les économies avancées, environ 60 % des emplois pourraient être touchés par l'IA, tandis que les marchés émergents et les pays à faible revenu seront moins vulnérables, avec 40 % des emplois concernés. La directrice du FMI, Kristalina Georgieva, affirme que les travailleurs et les entreprises ont très peu de temps pour s'adapter aux nouvelles réalités. Elle pense que l'IA pourrait augmenter la productivité, mais aussi exacerber les inégalités sociales.

Source : Pew Research Center

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?
Que pensez-vous de l'utilisation des outils d'IA générative dans l'enseignement ?
Quelles sont les préoccupations que pose l'utilisation des outils d'IA dans l'enseignement ?
Quels seraient leurs impacts sur le niveau scolaire des apprenants ? Va-t-il s'améliorer ou se dégrader ?
L'utilisation de l'IA dans l'enseignement présente-t-elle plus d'avantages ou d'inconvénients ?

Voir aussi

Environ 1 adolescent sur 5 ayant entendu parler de ChatGPT l'a utilisé pour ses travaux scolaires, mais 57 % pensent que c'est de la triche, selon une enquête du Pew Research Center

Les élèves utilisent ChatGPT pour leurs devoirs et les enseignants utilisent ChatGPT pour les corriger, d'après des rapports qui suscitent des comparaisons avec les examens écrits et oraux

L'IA devrait toucher 40 % des emplois et jusqu'à 60% pour les économies avancées, et aggraver les inégalités, selon le FMI

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-nous-la !

Avatar de Anselme45
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 02/06/2024 à 14:00
Citation Envoyé par RenarddeFeu Voir le message
L'IA est salutaire dans le sens où elle tue la difficulté de certains devoirs et exercices sans grand intérêt. Il faut en finir avec les faux prétextes type "gym de l'esprit" qui prévalent encore dans le monde de l'enseignement.
Pour votre information, des études sérieuses ont déjà démontré que l'usage des tablettes dans les petites écoles étaient responsable de retards dans le développement des capacités cognitives chez le petits enfant.

Vous avez raison après faire en sorte que 26 % des écoliers ne savent pas lire ou calculer à la fin du primaire et avoir 2,5 millions des 18-65 ans illettrés en 2011 en France (métropole parce que l'on n'ose même pas comptabiliser Guyane & co), soit 7 % de la population, il serait dommages de ne pas en faire des décérébrés incapables de développer une idée sans faire appel à l'IA!!!

Je cite l'article ci-dessous:

https://www.lemonde.fr/archives/arti...2_1819218.html

26 % des écoliers ne savent pas lire ou calculer à la fin du primaire

ÉDUCATION Le ministère de l'éducation nationale a rendu public, jeudi 2 mai, le bilan des épreuves d'évaluation réalisées à la dernière rentrée auprès des élèves entrant en classe de CE2 et en sixième. CES RÉSULTATS confirment qu'à la fin des cinq premières années d'école 9 % d'entre eux ne maîtrisent pas les compétences de base en lecture et 23,5 % en calcul. Au total, 6 % des élèves sont déjà en situation de grand échec scolaire.
2  0 
Avatar de Kannagi
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 02/06/2024 à 15:13
A l'ENTRÉE en sixième, 9 % des élèves ne savent pas lire et 23,5 % éprouvent les plus grandes difficultés en calcul. Au total, 6 % ne maîtrisent ni l'une ni l'autre de ces compétence
ça me semble invraisemblable ^^'
Je ne sais pas comment c'est possible....
0  0 
Avatar de sevyc64
Modérateur https://www.developpez.com
Le 02/06/2024 à 18:27
Citation Envoyé par Anselme45 Voir le message
Publié le 03 mai 1996 à 00h00
Effectivement, on peut aisément imaginer que, 30 ans après, ces chiffres sont toujours pertinents.
A l'époque, les tablettes et ChatGPT n'existaient pas encore, les (télé)phones n'étaient pas encore réellement smart.

Des résultats un peu plus récents seraient plus crédibles pour décrire la situation actuelle.
1  1 
Avatar de Anselme45
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 02/06/2024 à 19:45
Citation Envoyé par sevyc64 Voir le message
Des résultats un peu plus récents seraient plus crédibles pour décrire la situation actuelle.
N'hésitez surtout pas à faire vous-même une recherche sur le web pour connaître des "chiffres plus crédibles" ou comment mettre en oeuvre la stratégie de l'autruche pour refuser de voir la réalité...

https://www.anlci.gouv.fr/illettrism...e-en-chiffres/
Ce que nous apprend l’enquête « Formation tout au long de la vie » de l’Insee sur la nouvelle réalité de l’illettrisme :

10% des personnes âgées de 18 à 64 ans éprouvent des difficultés dans les domaines fondamentaux de l’écrit. Parmi celles qui ont débutées leur scolarité en France, 4% sont en situation d’illettrisme. Cela représente environ 1.400.000 personnes.

12 % des personnes âgées de 18 à 64 ans éprouvent des difficultés en calcul. Parmi celles qui ont débuté leur scolarité en France, 9% sont en situation d’innumérisme.

Dans 2/3 des cas, les difficultés à l’écrit se cumulent avec des difficultés en calcul.

L’enquête ne permet pas d’évaluer les compétences numériques. Toutefois, elle montre que les personnes en difficultés à l’écrit utilisent moins internet et font moins de démarches administratives en ligne.

Certains territoires sont plus concernés par des personnes en difficultés avec les fondamentaux :
Les territoires d’outre-mer ;
Les quartiers politiques de la ville (QPV).

Dans ces territoires les difficultés sont 3 fois plus présentes.
C'est plus "crédible" pour vous???????????????????
0  0 
Avatar de totozor
Membre expert https://www.developpez.com
Le 03/06/2024 à 7:13
Mais ne vous inquiétez par Attal va faire des classes de "bons" et des classes de "cancres" pour pouvoir écarter les cancres plus vite et les envoyer au travail mettre plus d'efforts chez les cancres pour qu'ils puissent rattraper le troupeau...
PS : une grande partie des 18-64 ans ont fini leurs études bien avant 1996, ce qui confirme l'étude de 1996 l'enseignement des années 80's, 90's c'était pas si bien que ça
0  0 
Avatar de calvaire
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 03/06/2024 à 8:32
je m'inquite pas pour l'éducation, on sait faire des écoles d’excellence.
Si pas d'idée, dans le monde, on peut s'inspirer du système éducatif de Singapour (le meilleur au monde).

Mais la france n'a pas a rougir, elle a eu fut un temps (50ans) l'une des meilleurs école au monde (et les meilleurs hôpitaux), aujourd'hui encore on a des écoles classé parmi les meilleur du monde comme l’école Polytechnique et l’université Paris I Panthéon-Sorbonne.
Donc suffit de copier le modèle pour avoir le même niveau partous.

Mais si ce n'est pas le cas c'est comme toujours, une volonté inavouable du pouvoir d'avoir des gens illettrés et débile et une minorité de caste sachant.
Meme poyur chose pour l'immigration, elle n'est pas subit elle est souhaité (main d'oeuvre pas cher).

Bercy a l'inverse a le meilleur système fiscal au monde, eux sont capable de voir en temps réel les fraudeurs/oublie, et on même des satellites espions avec ia pour détecter l'abri de jardin non déclaré. Quand on a la volonté de faire on peut.
Si cette même volonté était appliqué a l'école, a la sécurité et a l'immigration comme a Singapour par exemple, on aurait un pays sans crime, avec des gens intelligent en moins de 20ans. Mais ce n'est pas souhaité par la caste dirigeante.

C'est pas une question de moyen financier je précise, il n'y a pas besoin de dépenser beaucoup pour avoir avoir des enfants intelligents et un pays calme/apaisé. Il suffit de mettre les élèves perturbateurs au après un 1er avertissement dans ces centres de redressement, pour ceux qui ont pas le niveaux des cours en rab (moins de vacances scolaires surtout l'été pour eux), pour les enfants qui foute le bordel dans la rue go les centres de redressements 2-3mois et suppressions des apl pour les parents. Pour les adultes la moindre petite bagagre, direction le bagne, des bagnes comme a Singapour, des prisons sombres et petites enfermé seul, ça calme.
A New york le maire dans les années 70 a réglé le problème de la criminalité en foutant en prison a vie tous ceux qui avait de la drogue et foutait le bordel dans la rue.

Dans les écoles à Hong Kong, les enfants apprennent que de la science de 6h du mat à 20h du soir. Ils sont les meilleurs en math dans le monde. Sans aller a ces extrêmes, je dis juste que on peut mieux faire que l'école Hakuna Matata en france. En fin sauf dans les écoles de bourge ou la étonnamment c'est très strictes et la comme par hasard les élevées réussissent (sans aller au niveau extrême de Hong Kong).
0  0 
Avatar de RenarddeFeu
Membre habitué https://www.developpez.com
Le 01/06/2024 à 5:28
L'IA est salutaire dans le sens où elle tue la difficulté de certains devoirs et exercices sans grand intérêt. Il faut en finir avec les faux prétextes type "gym de l'esprit" qui prévalent encore dans le monde de l'enseignement.
0  3