IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

L'IA pourrait-elle remplacer les PDG ? L'IA s'améliore dans les tâches des PDG telles que l'analyse de marché et des tendance
Et pourrait permettre de réaliser des économies sur la rémunération élevée des PDG

Le , par Mathis Lucas

0PARTAGES

4  0 
L'IA semble devenir une menace de plus en plus crédible pour les PDG. L'amélioration continue des grands modèles de langage (LLM) permet d'optimiser les performances de l'IA en matière d'analyse de marché, d'identification des tendances, de communication et de prise de décision. Il s'agit de quatre des principales tâches d'un PDG et l'IA semble de plus en plus capable de les accomplir. En outre, la rémunération des PDG est très élevée, ce qui signifie que les économies réalisées en les éliminant seront considérables. Des entreprises expérimentent déjà l'idée d'utiliser "l'IA comme PDG", mais pour l'instant, le concept est controversé et les résultats sont mitigés.

L'IA apparaît de plus en plus comme une menace pour les chefs d'entreprise

L'IA pourrait potentiellement rendre obsolètes des centaines de millions d'emplois à l'avenir. Et la menace ne plane pas seulement sur les employés, mais également sur les cadres supérieurs et les dirigeants. De nouveaux rapports indiquent que les chefs d'entreprise eux-mêmes semblent enthousiastes face à cette perspective ; ou peut-être simplement fatalistes. EdX, la plateforme d'apprentissage en ligne créée par des administrateurs de Harvard et du MIT, qui fait maintenant partie de l'entreprise cotée en bourse 2U inc., a interrogé des centaines de dirigeants d'entreprise et d'autres cadres l'été dernier sur la question.


Les personnes interrogées ont été invitées à participer et ont reçu ce qu'edX appelle "une petite incitation financière" à le faire. Les résultats sont frappants. Près de la moitié (47 %) des cadres interrogés ont déclaré qu'ils pensaient que la plupart ou la totalité de la fonction de PDG devrait être entièrement automatisé ou remplacé par l'IA. Même les cadres pensent que les dirigeants d'entreprise sont superflus à la fin de l'ère numérique. Anant Agarwal, fondateur d'edX et ancien directeur du Computer Science and AI Lab (CSAIL) du MIT, s'est dit surpris par les résultats de l'étude et la réponse des cadres. Il a déclaré :

« Mon premier réflexe a été de penser qu'ils allaient dire : "remplacez tous les employés, mais pas moi". Mais j'ai réfléchi plus profondément et je dirais que 80 % du travail effectué par un directeur général peut être remplacé par l'IA. Auparavant, il y avait une courbe entre les personnes douées pour les chiffres et celles qui ne l'étaient pas. Puis la calculatrice est apparue et a été le grand égalisateur. Je pense que l'IA fera la même chose pour l'alphabétisation. Tout le monde pourrait devenir directeur général ». Agarwal pense que si l'IA atteint les niveaux promis, elle va démocratiser le travail des dirigeants tout en le réduisant.

Les employés semblent également à l'aise avec cette idée. Dans une enquête réalisée en 2017 auprès de 1 000 travailleurs britanniques, 42 % ont déclaré qu'ils seraient "à l'aise" pour recevoir des ordres d'un ordinateur. En outre, bien avant le boom actuel de l'IA, Jack Ma, alors PDG de la société chinoise de commerce électronique Alibaba, prédisait que dans 30 ans; "un robot ferait probablement la couverture du magazine Time en tant que meilleur directeur général". L'homme d'affaires avait souligné que les robots sont plus rapides et plus rationnels que les humains et ne sont pas guidés par des émotions telles que la colère.

Quelques entreprises utilisent déjà une IA comme PDG humain. Le monde a été témoin d'un moment révolutionnaire lorsque la société chinoise de jeux en ligne NetDragon Websoft a nommé Tang Yu, un programme d'IA, au poste de PDG. Ce robot humanoïde virtuel (à l'apparence d'une femme) piloté par l'IA a été chargé de soutenir la prise de décision pour les opérations quotidiennes de l'entreprise. Peu après cette nomination, l'action de l'entreprise a connu une croissance significative, dépassant l'indice Hang Seng de Hong Kong et propulsant l'évaluation de l'entreprise au-dessus du milliard de dollars.

L'IA a encore de nombreux défis à relever avant de pouvoir remplacer les PDG

La capacité de l'IA à traiter de grandes quantités de données et à générer des informations précieuses l'a positionnée comme un atout crucial pour la prise de décision stratégique, un aspect fondamental du rôle de tout chef d'entreprise. Mais selon McKinsey, l'IA n'est pas encore en mesure d'automatiser complètement l'élaboration de la stratégie. Néanmoins, elle peut améliorer considérablement les éléments clés de la formulation de la stratégie, tels que l'analyse de la concurrence et l'évaluation des performances dans les différents secteurs d'activité, ce qui permet en fin de compte d'obtenir de meilleurs résultats.


Cela permet à son tour une prise de décision plus rapide et plus précise, favorisant une approche agile et efficace du leadership. Selon Agarwal, l'IA excelle dans l'automatisation technique et doit relever de grands défis pour reproduire les "soft skills" (compétences de base généralement applicables à toutes les professions) essentiels qui définissent un chef d'entreprise efficace et performant. Ces compétences comprennent la pensée critique, la vision, la créativité, le travail d'équipe, la collaboration et la capacité d'inspirer et d'écouter, etc. Selon les experts, sans ces compétences, l'IA ne sera pas capable de remplacer les PDG.

En effet, une étude publiée dans la Harvard Business Review révèle que depuis 2007, les entreprises à la recherche de candidats à la fonction de chef d'entreprise mettent de plus en plus l'accent sur l'importance des compétences sociales (humaines) tout en minimisant l'importance de "l'expertise opérationnelle et technique. Cela montre que l'intelligence émotionnelle et l'empathie sont aujourd'hui essentielles à un leadership efficace. En outre, les experts affirment que l'utilisation de l'IA comme PDG pose des préoccupations, notamment en matière de responsabilité et de sécurité. Sean Earley, PDG de Teneo, a déclaré :

« Les humains sont responsables d'une manière que les machines n'ont pas. L'IA pourrait être exploitée par certains comme un moyen d'éviter d'avoir à assumer une "responsabilité" fiduciaire. À quel moment devient-on coupable d'une erreur ? ». Par exemple, un client a récemment poursuivi Air Canada pour avoir refusé d'accorder "la réduction sur le tarif de deuil" promise par un chatbot sur le site Web de la compagnie aérienne. Cependant, Air Canada a fait valoir pour sa défense qu'elle ne pouvait être tenue responsable des informations fournies par l'un de ses agents, préposés ou représentants - y compris un chatbot.

Le juge a statué en faveur du client en février, mais le spectre d'une entreprise soutenant que sa propre IA n'est pas digne de confiance n'est pas de bon augure pour les équipes de gestion de l'IA. Vinay Menon, qui dirige la pratique mondiale de l'IA au sein de l'entreprise de conseil Korn Ferry, estime que même si vous n'avez pas besoin du même nombre de dirigeants, vous aurez toujours besoin de leadership. Selon certains experts, l'avenir de la gestion réside dans la collaboration entre l'IA et les PDG humains.

Les capacités de l'IA seront combinées à la touche humaine des PDG à l'avenir

Malgré ses capacités, l'IA ne fonctionne pas de manière isolée. La clé pour exploiter pleinement le potentiel de l'IA réside dans la compréhension de ses forces et de ses limites et dans la création d'une relation complémentaire qui tire parti des atouts des deux parties. Les chefs d'entreprise apportent la touche humaine, l'empathie et l'intelligence émotionnelle qui font actuellement défaut à l'IA, mais qui sont essentielles à un leadership efficace. En revanche, l'IA excelle dans l'analyse des données et la prise de décision basée sur des algorithmes logiques, ce qui en fait une ressource inestimable pour les dirigeants.

Par ailleurs, même si l'IA pouvait entièrement reproduire le travail d'un PDG, elle est confrontée à des défis éthiques, réglementaires, sociétaux et de confiance qui entravent son adoption par le grand public. Il n'y a pas de lois ni de règlements clairs régissant l'IA dans les rôles d'un dirigeant, ce qui crée une ambiguïté quant à la responsabilité juridique dans la prise de décision fondée sur l'IA. L'acceptation sociétale d'une IA comme PDG pourrait se heurter à des résistances dues aux craintes de perte d'emploi et en matière de protection de la vie privée, ainsi qu'à la méfiance à l'égard des décisions prises par les machines.

Faisant écho à ce sentiment, l'étude 2023 de Korn Ferry a révélé que les PDG comprennent l'importance de l'implication humaine dans les processus de prise de décision basés sur les données de l'IA. En effet, 33 % des dirigeants interrogés déclarent qu'ils expérimentent déjà des moyens de tirer parti de l'IA pour stimuler la productivité et l'efficacité opérationnelle. Selon l'équipe de recherche, ces résultats montrent clairement que si l'IA peut automatiser de nombreuses tâches, les humains continuent de jouer un rôle essentiel dans la réussite des résultats.

Dictador, un important producteur polonais de rhum et de spiritueux, a attiré l'attention en novembre dernier en nommant Mika, un robot humanoïde doté d'une IA, au poste de PDG. Conçu pour diriger des projets critiques et stimuler la croissance, Mika devrait mener l'entreprise vers un plus grand succès. L'IA de Dictador a déclaré qu'elle est dénuée de tout parti pris personnel, ce qui garantit des choix stratégiques impartiaux qui privilégient les meilleurs intérêts de l'organisation.

Seul l'avenir nous dira si ces efforts seront couronnés de succès. Cependant, on ne peut s'empêcher de se demander si ces cas ne sont que des expériences isolées ou s'ils sont plutôt révélateurs d'une tendance croissante qui envisage sérieusement le rôle de l'IA dans la gestion d'une entreprise.

Sources : Korn Ferry, rapport d'étude, McKinsey, edX

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?
Que pensez-vous de l'utilisation de l'IA en tant que PDG d'une entreprise ?
L'IA est-elle prête à remplacer les cadres supérieurs ou les dirigeants d'entreprise ?
L'idée est-elle réaliste ? Ou s'agit-il simplement d'un moyen de surfer sur la vague de l'IA ?
Pensez-vous également que l'avenir de la gestion réside dans la collaboration entre l'IA et l'humain ?

Voir aussi

Le robot humanoïde, PDG d'une entreprise de boissons, affirme qu'elle n'a pas de week-ends et qu'elle est "toujours en activité, 24 heures sur 24, 7 jours sur 7"

Une société chinoise de jeux vidéo nomme un robot d'IA au poste de PDG et enregistre une croissance boursière record, des experts affirment que l'IA est prête à remplacer les cadres supérieurs

Pensez-vous que les gens auront un jour des robots humanoïdes comme petites amies ou petits amis ? Cela finira-t-il par devenir une chose courante ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-nous-la !

Avatar de totozor
Membre expert https://www.developpez.com
Le 03/06/2024 à 13:48
Citation Envoyé par Mathis Lucas Voir le message
L'IA s'améliore dans les tâches des PDG telles que l'analyse de marché et des tendances
A-t-on des PDG?
Combien de votre activité représentent l'analyse du marché et des tendances?
Que se passerait-il pour votre entreprise si vous abandonniez toutes les autres activité?
La boite coule, CQFD.
Quel est votre avis sur le sujet ?
Je penses que le capitalisme est arrivé à un niveau de cynisme dramatique si on se pose cette question.
Que pensez-vous de l'utilisation de l'IA en tant que PDG d'une entreprise ?
Que ce n'est même pas applicable.
Le PDG est responsable juridiquement pour son entreprise, une IA ne peut pas l'être.
L'IA est-elle prête à remplacer les cadres supérieurs ou les dirigeants d'entreprise ?
L'idée est-elle réaliste ? Ou s'agit-il simplement d'un moyen de surfer sur la vague de l'IA ?
Que ceux qui ont de l'argent à jeter par les fenêtres essayent, moi je n'y crois pas un instant.
Pensez-vous également que l'avenir de la gestion réside dans la collaboration entre l'IA et l'humain ?
Allez voir un commerçant qui vend des produits locaux négocier avec ses fournisseurs et vous comprendrez que certains métiers n'ont pas besoin d'IA.
Certains diront que leur gestion est optimisable, je pense qu'ils optimisent à leur façon et qu'y mettre de l'IA est la chute de ce système.
0  0 
Avatar de pierre-y
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 03/06/2024 à 16:32
Ca me rappel l'histoire d'un homme qui pendant des années a présenté une expériences de travail qu'il n'avait pas. Il a finit pas diriger un aéroport (tres bien tenu) avant de se faire prendre. Tout ça pour dire que certains postes ne servent a rien. Je pense tres sincermeent qu'on y gagnerait a remplcaer les politiques par des ia vuent les drouillent qu'on a actuellement aux pouvoirs français et UE.
0  0 
Avatar de totozor
Membre expert https://www.developpez.com
Le 04/06/2024 à 8:18
Citation Envoyé par pierre-y Voir le message
Ca me rappel l'histoire d'un homme qui pendant des années a présenté une expériences de travail qu'il n'avait pas. Il a finit pas diriger un aéroport (tres bien tenu) avant de se faire prendre. Tout ça pour dire que certains postes ne servent a rien.
Quel poste ne sert à rien dans cette histoire?
Parce qu'on a toujours besoin de quelqu'un pour gérer un aéroport. Par contre a-t-on besoin de tel diplôme ou de telle expérience, c'est une autre question. Ils sont en général une relative garantie de la capacité à gérer la situation, ce qui ne veut pas dire qu'une personne qui n'a ni l'un ni l'autre en est incapable.
Citation Envoyé par pierre-y Voir le message
Je pense tres sincermeent qu'on y gagnerait a remplcaer les politiques par des ia vuent les drouillent qu'on a actuellement aux pouvoirs français et UE.
Je penses que la peste n'a jamais été une bonne solution pour chasser le choléra.
Surtout qu'une IA n'est pas neutre, elle vient de quelque part, elle a été programmé par quelqu'un.
Donc préfère-t-on être dirigé par des IA développées par les GAFAM ou par des politiques influencés par les lobbyistes ?
Ma réponses est ni l'un ni l'autre.
0  0 
Avatar de pierre-y
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 04/06/2024 à 22:59
Citation Envoyé par totozor Voir le message
Quel poste ne sert à rien dans cette histoire?
Parce qu'on a toujours besoin de quelqu'un pour gérer un aéroport. Par contre a-t-on besoin de tel diplôme ou de telle expérience, c'est une autre question. Ils sont en général une relative garantie de la capacité à gérer la situation, ce qui ne veut pas dire qu'une personne qui n'a ni l'un ni l'autre en est incapable.
Je penses que la peste n'a jamais été une bonne solution pour chasser le choléra.
Surtout qu'une IA n'est pas neutre, elle vient de quelque part, elle a été programmé par quelqu'un.
Donc préfère-t-on être dirigé par des IA développées par les GAFAM ou par des politiques influencés par les lobbyistes ?
Ma réponses est ni l'un ni l'autre.
Ceux qui gère l'aéroport c'est pas le pdg, il serait pas la, ça tournerait quand même. c'est pas pour rien qu les diplômes ça peut s'acheter ou que certain en presente des faux. Et je ne suis pas anti patron en disant car il y a une différence entre faire de la figuration et avoir une vision d'avenir. Si vous n'arivez pas a vous en convaincre regardez les poste de patron refilez pour servie rendu par macron a ces copains. Castaner patron du tunnel du mont blanc...

On goutte déja au choléra avec le résultat minable que tout le monde peut voir, Autant essayer la peste. Et les programmes on l'avantage de pouvoir être vérifié. Je n'ai jamais parlé de ne pas mettre des sécurités.
0  0