IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

IA et obsolescence du travail : la chef de cabinet du PDG d'Anthropic, une entreprise IA de pointe, estime que l'emploi tel que nous le connaissons n'existera probablement plus

Le , par Stéphane le calme

66PARTAGES

6  0 
Avital Balwit, chef de cabinet du PDG d'Anthropic, partage ses réflexions sur les cinq dernières années de son travail. À l’âge de 25 ans, elle se trouve à la croisée d’un développement technologique qui pourrait mettre fin à l’emploi tel qu’elle le connaît. Travaillant pour une entreprise d’intelligence artificielle de pointe, elle observe les avancées des modèles de langage capables de générer du contenu cohérent sur une variété de sujets.

Les projections concernant l'impact de l'IA sur le marché de l'emploi sont diverses.

Certains, comme l'économiste du MIT, David Autor, conteste l'idée largement répandue selon laquelle l'intelligence artificielle (IA) serait nécessairement destructive d'emplois. Autor soutient que l'IA pourrait contribuer à la reconstruction de la classe moyenne en élargissant l'accès à des expertises spécialisées. Il met en lumière le fait que la crainte de la diminution des emplois en raison de l'IA est déplacée, car le monde industrialisé est confronté à une pénurie de main-d'œuvre due à des facteurs démographiques.

Une thèse que Google embrasse volontiers. L'entreprise a publié une étude qui suggère que les capacités actuelles de l'IA sont exagérées et qu'elle est encore loin de pouvoir remplacer une bonne partie de la main-d'œuvre mondiale comme certains veulent le faire croire. Mais encore, le rapport insiste sur le fait que cela ne devrait pas changer à court terme en raison des limites de la technologie. Il indique que l'IA n'est pas encore en mesure d'effectuer de manière fiable un travail en plusieurs étapes qui impliquent de la planification, du raisonnement ou de la mémoire. Le rapport est avant tout un retour à la réalité dans un contexte de battage médiatique incessant sur l'IA générative et ses capacités réelles.

D'autres y voient une menace. C'est le cas de The Burning Glass Institute qui a fait une liste le développement de logiciels parmi les métiers concernés. La publication des résultats de cette enquête fait suite à une autre de l’OIT qui liste la même catégorie de professionnels parmi ceux sous la menace de l’intelligence artificielle. Le tableau ravive les questionnements sur les perspectives de mise au rebut totale des développeurs humains.

« Comme le montre la figure 4, les précédentes vagues d'automatisation ont surtout touché les professions à bas salaires (indiquées par des barres bleues). La vague d'automatisation par l’IA générative est unique en ce sens que les cols bleus pourraient être les moins touchés. Cela s'explique à la fois par l'augmentation de la demande de ces travailleurs en raison de la croissance des catégories de biens et de services haut de gamme et l'incapacité de l’intelligence artificielle générative à effectuer des tâches physiques. En fait, les professions les plus exposées à l'intelligence artificielle générative sont les professions libérales à haut salaire (illustrées par des barres jaunes) », soulignent les résultats de l’enquête.

C'est dans cette dernière catégorie que figure Avital Balwit.


« La réaction générale des travailleurs du savoir aux modèles de langage est celle du déni »

Avital Balwit s'est exprimée dans un billet de blog :

« J’ai 25 ans. Ces trois prochaines années pourraient bien être les dernières années où je travaille. Je ne suis pas malade, je ne deviens pas mère au foyer, et je n’ai pas eu la chance financière d’être au bord de la retraite volontaire. Je me tiens au seuil d’un développement technologique qui semble probablement mettre fin à l’emploi tel que je le connais.

« Je travaille dans une entreprise d’intelligence artificielle de pointe. À chaque itération de notre modèle, je suis confrontée à quelque chose de plus capable et de plus général que précédemment. À ce stade, il peut générer de manière compétente un contenu cohérent sur une large gamme de sujets. Il peut résumer et analyser des textes de manière passable. En tant que personne qui a autrefois gagné de l’argent en tant que rédactrice indépendante et qui était fière de sa capacité à écrire de grandes quantités de contenu rapidement (une compétence qui, comme découper des blocs de glace d’un étang gelé, est sans doute obsolète), il m’est difficile de ne pas remarquer ces avancées.

« L’écriture indépendante a toujours été une compétence très demandée, et l’introduction des modèles de langage a encore intensifié la concurrence. La réaction générale des travailleurs du savoir aux modèles de langage est celle du déni. Ils s’accrochent aux rares domaines où de tels modèles ont encore du mal, plutôt que de remarquer l’étendue croissante des tâches où ils ont atteint ou dépassé le niveau humain ».

« Beaucoup souligneront que les systèmes d’IA n’écrivent pas encore de livres primés, sans parler de breveter des inventions. Mais la plupart d’entre nous non plus ne faisons pas ces choses. La comparaison économiquement et politiquement pertinente pour la plupart des tâches n’est pas de savoir si le modèle de langage est meilleur que le meilleur humain, mais s’il est meilleur que l’humain qui ferait autrement cette tâche.

« Cela rend l’objection selon laquelle les systèmes d’IA ne codent pas encore de longues séquences ou ne font pas plus que des mathématiques assez basiques par rapport à la réalité. Mais ces systèmes continueront de s’améliorer dans toutes les tâches cognitives. L’objectif commun du domaine de l’intelligence artificielle est de créer un système capable de tout faire. Je m’attends à ce que nous y parvenions bientôt.

« Si j’ai raison, comment devrions-nous envisager l’obsolescence imminente du travail ? Il convient de noter d’emblée que même aujourd’hui, le travail est loin d’être le seul moyen de participer à la société. Néanmoins, il s’est avéré être le meilleur moyen de transférer richesse et ressources ; il offre des biens personnels tels que la connexion sociale, le statut et le sens ; et il offre des biens sociaux tels que la stabilité politique.

« Face à cette possibilité de perte, devrions-nous réagir avec tristesse, peur, joie ou espoir ? Les effets économiques globaux de l’intelligence artificielle générale (IAG) sont difficiles à prévoir, et je me concentrerai ici sur la question de savoir comment les gens se sentiront sans travail, s’ils pourront être heureux. Il existe évidemment d’autres questions vitales, comme celle de savoir comment les gens pourront satisfaire leurs besoins matériels. Beaucoup ont examiné cette question, sans qu’une réponse définitive ait encore été adoptée comme politique officielle par un gouvernement. Je vais plutôt faire quelque chose qui peut sembler être de la triche ».


Pour elle, l'obsolescence du travail tel que nous le connaissons est en marche

« Je m'attends à ce que l'IA devienne beaucoup plus performante qu'elle ne l'est aujourd'hui. La recherche sur les systèmes d'IA a montré qu'ils s'améliorent de manière prévisible avec de meilleurs algorithmes, des données plus nombreuses et de meilleure qualité, et une plus grande puissance de calcul. Les laboratoires sont en train d'augmenter la taille de leurs clusters, c'est-à-dire les groupes d'ordinateurs sur lesquels tournent les algorithmes. L'apprentissage automatique est un domaine jeune, avec une énorme quantité de « fruits à portée de main » en termes de découvertes, ce qui signifie que les chercheurs trouvent continuellement des améliorations aux algorithmes de ces systèmes d'intelligence artificielle. Bien qu'une énorme quantité de données ait déjà été introduite dans ces systèmes, il en reste encore à découvrir, et ces données peuvent également être générées par les systèmes eux-mêmes. Ainsi, compte tenu des « lois d'échelle », nous pouvons raisonnablement prévoir que ces systèmes continueront à s'améliorer, du moins jusqu'à ce que ces données soient épuisées.

« Nombreux sont ceux qui s'attendent à ce que l'IA soit un jour capable de réaliser toutes les tâches économiquement utiles. Je suis d'accord. Compte tenu de la trajectoire actuelle de la technologie, je m'attends à ce que l'IA excelle d'abord dans tous les types de travail en ligne. En gros, tout ce qu'un travailleur à distance peut faire, l'IA le fera mieux. La rédaction, la préparation des déclarations de revenus, le service à la clientèle et bien d'autres tâches sont ou seront bientôt largement automatisées. J'en vois les prémices dans des domaines tels que le développement de logiciels et le droit des contrats. D'une manière générale, les tâches qui impliquent la lecture, l'analyse et la synthèse d'informations, puis la production de contenu à partir de ces informations, semblent mûres pour être remplacées par des modèles de langage.

« Il est peu probable que l'obsolescence survienne au même rythme pour tous les types de travail, et même lorsque nous disposerons d'une "IA de niveau humain", les effets seront très différents avant et après le déploiement généralisé de la robotique. Le rythme des améliorations de la robotique accuse un retard considérable par rapport à l'automatisation cognitive. Elle s'améliore également, mais plus lentement. Quiconque gagne sa vie en effectuant des mouvements délicats et variés guidés par un savoir-faire spécifique à une situation donnée peut s'attendre à travailler pendant encore bien plus longtemps que cinq ans. Ainsi, les électriciens, les jardiniers, les plombiers, les bijoutiers, les coiffeurs, ainsi que ceux qui réparent des ferronneries ou fabriquent des vitraux pourraient voir leur travail contribuer à notre société pendant encore de nombreuses années. Les industries réglementées telles que la médecine ou la fonction publique conserveront une implication humaine plus longtemps, mais même là, je m'attends à un nombre de plus en plus restreint de travailleurs humains qui seront de plus en plus complétés par des systèmes d'IA travaillant à leurs côtés.

« Enfin, je m'attends à ce qu'il y ait des emplois où les humains seront préférés aux IA, même si les IA peuvent faire le travail aussi bien, ou peut-être même mieux. Il s'agira d'emplois pour lesquels le fait même qu'un humain fasse le travail apporte quelque chose, probablement parce que le consommateur a l'impression d'avoir une relation avec le travailleur humain en tant qu'être humain ».

Source : Avital Balwit

Et vous ?

Que pensez-vous de son analyse ? La trouvez-vous pertinente ? En quoi ?
Quelle est votre vision de l’avenir du travail ? Pensez-vous que l’intelligence artificielle remplacera complètement les emplois humains, ou croyez-vous en une coexistence harmonieuse entre les deux ?
Comment pouvons-nous réinventer notre relation au travail ? Si les emplois traditionnels deviennent obsolètes, comment pouvons-nous redéfinir notre identité et notre valeur en dehors du travail rémunéré ?
Quels sont les avantages et les inconvénients de l’automatisation ? L’automatisation peut améliorer l’efficacité et la productivité, mais quels sont les risques pour la société et les individus ?
Comment pouvons-nous garantir une transition en douceur vers un monde post-travail ? Quelles politiques et mesures pourraient aider à soutenir les travailleurs touchés par l’automatisation ?
Quel rôle l’éducation et la formation joueront-elles dans cet avenir ? Comment pouvons-nous préparer les générations futures à un monde où le travail traditionnel est moins central ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-nous-la !

Avatar de calvaire
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 03/06/2024 à 15:58
Citation Envoyé par RenarddeFeu Voir le message
L'IA va faire très mal à la caste des employés de bureau. Idem chez les devs, tous ne survivront pas même s'ils ne vont pas disparaître, loin de là. Par contre, les boulangers, carreleurs, maçons,plombiers n'ont a priori pas trop de souci à se faire.
Au que si ils ont a craindre car:
qui va acheter son pain et pâtisserie en boulangerie ?
Qui a les moyens de se payer les services d'un carreleur/macon/plombier ?
Qui va acheter les voitures électrique à plus de 30000€ ?

réponse: les csp+ qui font des métiers de bureaux pas les smicards.

les smicards achetent des vielles voiture d'occasion, font eux meme leurs travaux car pas les moyens de se payer un professionnel et achete leurs pains et gâteaux à lidl/autre grande surface discount et vivent dans des logements sociaux car ne peuvent pas se payer eux même un loyer sur le marché privé.

L'europe est le 1er pole de commerce dans le monde, bien loin devant les usa/chine/inde.
C'est grâce aux "gros" salaires qu'on peut se payer les produits chinois/indiens et des produits/prestations national (plombiers, boulanger...), si plus de gros salaire c'est le marché mondial qui va s'effondrer et le plombier va avoir bien moins client donc chute de son chiffre d'affaire et la fin va s'appauvrir comme tous le monde.

d'ailleurs si demain je suis au chômage j'aurais le temps de poser moi même mon carrelage et de fabriquer mon propre pain.
mais si je suis au chômage, de toute façon je vais pas dépenser de l'argent dans ces futilités, je vais bloquer mon épargne et dépenser le moins possible et donc créer une récession qui va rien arranger.
6  0 
Avatar de calvaire
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 03/06/2024 à 14:51
les clients qui paient les journaux, veulent des articles de qualités (sans faute, écrit de manière clair et concis sans blabla a rallonge et neutre politiquement), ca l'ia pourra le fournir.

par contre ceux qui paient veulent aussi une info vrai, le métier de journaliste doit évoluer sur cette voie, la rédaction d'article n'a pas vraiment de valeur, la vérification des faits par contre me semble importante !

Je vois pas l’intérêt de lire des articles qui raconte n'importe quoi, un site me ferait le coup, après 2-3 fois de fakenews je ne vais plus sur ce site. Cela fait longtemps que j'ai déserté tf1/bfm/cnews/lci pour cette raison.

A l'aube des élections, je liste tous les journaux qui font des articles sur "les danger de l’extrême droite" sans parler des autres partis politique, arte par exemple c'est terminé pour moi, c'est devenu une chaine de propagande de gauche et pro europe et plus du tous informative. J'évite les journaux orienté extrême droite du style Valeurs actuelle, c'est pas pour tomber dans le travers inverse. Ceux qui font que des articles pour dire que l'UE c'est bien c'est parfait, ne valent pas mieux que ceux qui écrivent H24 que l’Europe faut la quitter.
Chacun prêche sa paroisse en mentant sur les chiffres ou bien en oublient de donner ceux qu vont pas dans leurs sens.

vérifier des données/chiffres, vérifier l’authenticité d'une photo, en cas d'erreur découverte après publication mettre à jours l'article et prévenir les lecteurs.

Le mieux c'est les articles sur les sondages, je suis sur que je peux obtenir un sondage pour dire que 51% des français voudrait voudrait exterminer tous les vieux et handicapés pour réduire la dette. suffit de tourner bien comme il faut les questions, voir de poser des questions qui n'ont rien à voir et de bien choisir les répondants et d'en choisir peu (10 personnes par exemple).
Ca me fait un gros titre putaclic pour la journée, la méthode du sondage osef. en réalité c'est un sondage poser sur le forum 18-25 dans le topic troll et 200 personnes y ont répondu à la question: "doit on tout faire ce qui est possible de faire pour réduire la dette sans impacter les jeunes en bonne santé ?"

En ce moment, je recommande le journal Elucid, pour l'instant je ne suis pas déçu par le sérieux de leurs travail de qualité, que jamais une IA ne pourra faire !
la section économie est irréprochable, un exemple
4  0 
Avatar de RenarddeFeu
Membre habitué https://www.developpez.com
Le 03/06/2024 à 15:43
L'IA va faire très mal à la caste des employés de bureau. Idem chez les devs, tous ne survivront pas même s'ils ne vont pas disparaître, loin de là. Par contre, les boulangers, carreleurs, maçons,plombiers n'ont a priori pas trop de souci à se faire.
4  0 
Avatar de kain_tn
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 06/06/2024 à 16:11
Citation Envoyé par smarties Voir le message
De ce que je vois l'IA va supprimer le travail d'après la majorité des articles mais j'aimerais surtout qu'elle me donne du temps libre en améliorant mon quotidien :
- robot aspirateur... bon ça existe mais ça ne fais pas forcément bien les coins
- robot vapeur pour nettoyer le sol et pas juste avec une petite serpillière qui passe un coup d'eau
- robot d'entretien du jardin : tondre, élaguer, couper les herbes des bordures
- ...
On te donnera ça, mais ça demandera une connexion à Internet permanente, une caméra qui diffusera tes infos en permanence sans ton accord sur un serveur accessible par Internet, et pas sécurisé

Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
Que pensez-vous de son analyse ?
Elle est forcément biaisée. La personne doit convaincre les investisseurs. Donc elle va leur faire la danse du ventre, le numéro de claquettes, la boule de cristal, etc.

Bref, c'est juste une personne qui a faim. Ça ne veut pas dire qu'elle a tord sur tout, mais ses propos sur le sujet ont autant d'intérêt que ceux de n'importe qui dans la rue.
1  0 
Avatar de smarties
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 03/06/2024 à 16:07
De ce que je vois l'IA va supprimer le travail d'après la majorité des articles mais j'aimerais surtout qu'elle me donne du temps libre en améliorant mon quotidien :
- robot aspirateur... bon ça existe mais ça ne fais pas forcément bien les coins
- robot vapeur pour nettoyer le sol et pas juste avec une petite serpillière qui passe un coup d'eau
- robot d'entretien du jardin : tondre, élaguer, couper les herbes des bordures
- ...
1  1