IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Même Apple ne peut expliquer pourquoi nous avons besoin de l'IA dans nos vies
Certaines des nouvelles fonctionnalités d'Apple Intelligence n'ont même pas l'air d'être de l'IA

Le , par Stéphane le calme

8PARTAGES

16  0 
Sous la houlette de Steve Jobs, Apple était réputée pour transformer les technologies révolutionnaires en appareils ou services incontournables. Ce n'est plus le cas aujourd'hui. Lors de la WWDC 2024, Apple a dévoilé de nouvelles fonctionnalités liées à l’IA, regroupées sous le nom d’Apple Intelligence, une tentative audacieuse d'Apple d'apposer sa propre marque sur l'intelligence artificielle générative. Cependant, ces nouveautés ne donnent pas l’impression d’être de véritables avancées en matière d’IA ; le public a assisté à une démonstration sans suffisamment d'originalité pour justifier l'utilisation d'un nom à sa gloire (Apple Intelligence).

La polyvalence même de l'IA générative alimente l'incertitude quant à son impact probable. Introduira-t-elle une manière plus naturelle d'interagir avec les ordinateurs ? Sera-t-elle ressentie principalement comme un ensemble de nouvelles fonctionnalités géniales qui renforcent les applications que nous utilisons tous les jours ? Ou bien, comme le chatbot ChatGPT d'OpenAI, ses effets les plus importants se feront-ils sentir sur la manière dont nous trouvons des informations et dont nous naviguons dans le monde numérique au sens large ?

L'IA qu'Apple a présentée a essayé d'être tout cela à la fois. Le risque est qu'en se précipitant pour rattraper le temps perdu, elle ne fasse aucune de ces choses particulièrement bien.

Commençons par les fonctionnalités les plus sophistiquées. Celles-ci ont été abondamment présentées par Apple ; elles permettent aux utilisateurs de créer des images et des emojis personnalisés en plus d'ajouter des messages écrits automatisés.

Mais ces fonctionnalités sont devenues familières dans les services d'intelligence artificielle d'autres entreprises. Google dispose d'un outil de retouche photographique qui permet d'effacer des éléments d'une photo ? Nous pouvons le faire. La nouvelle fonction Recall de Microsoft garde une trace de tout ce que vous avez fait sur votre appareil afin que vous puissiez le retrouver facilement ? Oui, nous pouvons aussi le faire.

Tout dépendra de l'efficacité des modèles d'IA internes d'Apple - une question importante, compte tenu des difficultés rencontrées par ces systèmes pour fournir des résultats précis.

Lorsqu'il s'agit d'une IA capable de répondre à des questions sur le monde extérieur, la technologie interne d'Apple est loin d'être à la hauteur. Apple a donc annoncé un accord avec OpenAI pour intégrer ChatGPT à ses appareils, offrant ainsi aux utilisateurs la possibilité d'obtenir des réponses gratuitement.

Les utilisateurs d'iPhone devront poser une question à l'assistant numérique d'Apple, Siri, qui demandera ensuite l'autorisation de poser la même question à ChatGPT - ce qui n'est pas vraiment l'"intégration transparente" dont Apple aime parler.

La manière dont cette relation fonctionnera à long terme n'est pas claire non plus. La génération de réponses par l'IA est coûteuse, et la plupart des observateurs de la technologie s'attendent à ce qu'Apple finisse par faire payer les utilisateurs pour ChatGPT si la fonction prend de l'ampleur.


L'accord avec OpenAI souligne également le fait inconfortable que l'IA interne d'Apple est inférieure

Si les systèmes d'IA les plus avancés atteignent réellement une intelligence de niveau humain, ils pourraient bien devenir les plateformes technologiques de base dont dépendront les futures applications. Pour Apple, il sera essentiel de rattraper son retard.

La possibilité que l'IA apporte une manière plus naturelle de gérer nos activités numériques quotidiennes est l'aspect sur lequel Apple a le plus de chances d'avoir un impact à court terme. La société promet un Siri amélioré qui sera capable d'analyser les informations contenues dans vos courriels, vos messages et diverses applications pour répondre à vos questions ou prendre des mesures en votre nom.

Bien que l'idée paraisse faussement simple, il sera difficile de la mettre en œuvre. Les systèmes d'IA sont probabilistes, ce qui signifie qu'ils font de leur mieux pour trouver la bonne réponse. Apple n'a pas encore démontré l'efficacité de son nouveau Siri.

Cela soulève des questions plus générales sur l'avenir de la technologie. Si Siri devient la porte d'entrée pour tout ce que vous faites sur un iPhone, réduisant ainsi la nécessité d'ouvrir des applications, quelles seront les conséquences pour les nombreux développeurs dont les activités dépendent de l'établissement de relations directes avec les utilisateurs d'Apple ?

C'est ce même bouleversement que menace la dernière fonction d'IA du moteur de recherche de Google, qui vise à résumer des informations extraites d'autres sites web. Si les systèmes d'IA gérés par les grandes entreprises technologiques peuvent filtrer le monde numérique de cette manière - et s'ils peuvent utiliser ces informations pour commencer à prendre des mesures en notre nom - alors quel est l'avenir de tous les sites web, applications et autres outils logiciels sur lesquels nous comptons actuellement ?

L'annonce qu'Apple introduit enfin l'IA générative dans ses appareils a fait grimper la valeur boursière de la société de plus de 260 milliards de dollars cette semaine. Au cours des prochaines années, l'IA d'Apple pourrait alimenter un cycle de mise à niveau massive du matériel. Elle ne fonctionnera que sur un très petit nombre d'appareils existants, de sorte que la plupart des clients devront acheter un nouvel iPhone, iPad ou Mac plus puissant pour bénéficier de l'intelligence d'Apple.

Mais cela ne signifie pas qu'Apple ait encore trouvé la clé qui permettra de libérer tout le potentiel de l'IA générative.


Apple joue la carte de la prudence

L'intelligence artificielle, malgré toutes ses merveilles, commence à avoir mauvaise réputation auprès des consommateurs. Les chatbots d'IA ont tendance à halluciner, c'est-à-dire à inventer des réponses lorsqu'ils ne savent pas comment répondre, et à présenter avec assurance des informations erronées comme s'il s'agissait d'un fait. La refonte de la recherche par l'IA de Google s'est si mal passée que Google a dû admettre qu'il n'avait pas l'intention de conseiller aux utilisateurs de mettre de la colle sur une pizza pour empêcher le fromage de glisser ou de manger des cailloux, et qu'il a ensuite annulé la fonction pour certaines requêtes de recherche après ses nombreuses erreurs. La fonction d'enregistrement assistée par l'IA de Microsoft, Recall, sera désormais désactivée par défaut après que des chercheurs en sécurité ont découvert des failles préoccupantes.

Dans ce contexte, le lancement d'un iPhone doté d'une IA pourrait être considéré comme un risque.

Mais avec iOS 18, qu'Apple a présenté à la WWDC 2024, l'entreprise adopte une approche plus prudente : au lieu d'essayer de submerger les utilisateurs avec trop de fonctionnalités d'IA, le géant technologique de Cupertino déploie prudemment l'IA là où il pense qu'elle peut être utile. Cela signifie que la technologie ne sera pas incluse là où elle pourrait constituer une menace pour l'expérience soigneusement élaborée par le consommateur lors de l'utilisation d'un appareil Apple.

Non seulement Apple rebaptise l'IA en « Apple Intelligence » pour ses besoins, mais elle intègre également les nouvelles fonctionnalités d'IA dans iOS 18 de manière plus pratique.


Vers la gestion de cas spécifiques

Apple Intelligence arrive dans les applications et les fonctionnalités quotidiennes, avec des ajouts comme l'aide à l'écriture et les outils de relecture, les résumés et transcriptions IA, les notifications prioritaires, les réponses intelligentes, une meilleure recherche, l'édition de photos, un Siri plus intelligent, et une version de « Ne pas déranger » qui comprend automatiquement quels messages importants doivent être transmis, entre autres choses.

Combinées, ces fonctionnalités ne sont peut-être pas aussi excitantes qu'un chatbot comme ChatGPT, qui peut répondre à presque n'importe quelle question, mettant à votre disposition tout un monde de connaissances, puisées sur internet, au bout de vos doigts. Ces fonctionnalités ne sont pas non plus aussi époustouflantes, mais sujettes à controverse, que les outils qui vous permettent de créer des photos AI dans le style de n'importe quel artiste.

Au contraire, Apple a défini ce qu'un appareil doté d'une IA devrait être capable de faire.

Pour l'instant, cela signifie qu'il devrait être en mesure de vous aider à comprendre ce qui est important dans de longs textes, qu'il s'agisse de notes, d'e-mails, de documents ou d'un grand nombre de notifications. Il devrait faciliter la recherche d'informations à l'aide de requêtes en langage naturel, y compris le contenu de vos photos. Il doit être capable de transcrire des données audio, de trouver vos fautes de grammaire et d'orthographe, de réécrire du texte dans différents styles et de suggérer des réponses courantes. Il doit être capable d'effectuer des retouches photographiques de base, comme la suppression d'objets ou de personnes indésirables sur vos photos. Enfin, il doit pouvoir créer des images sur demande, mais en respectant des règles strictes.

Présentées de cette manière, certaines des nouvelles fonctionnalités d'Apple Intelligence n'ont même pas l'air d'être de l'IA, mais simplement des outils plus intelligents.

Il s'agit d'une démarche intentionnelle de la part d'Apple. L'entreprise explique qu'elle s'est concentrée sur des cas d'utilisation où elle pouvait identifier des problèmes spécifiques beaucoup plus faciles à résoudre, plutôt que d'avoir à gérer les complications liées à la collaboration avec un chatbot d'IA. En se concentrant sur des cas précis, Apple est plus à même de fournir aux utilisateurs les résultats attendus, et non des hallucinations, et peut limiter les dangers et les problèmes de sécurité liés à une mauvaise utilisation de l'IA et à l'ingénierie spontanée.

Conclusion

L’IA est un outil puissant, mais son utilité dépend de la manière dont elle est mise en œuvre. Même Apple, avec toute sa renommée, ne peut pas encore expliquer pleinement pourquoi nous avons besoin de l’IA dans nos vies. Peut-être que le futur nous réserve des réponses plus claires, mais pour l’instant, le mystère demeure.

Et vous ?

Quelle est votre expérience personnelle avec l’IA ? Utilisez-vous déjà des applications ou des services basés sur l’IA ? Si oui, comment cela a-t-il affecté votre quotidien ? Si non, pourquoi pas ?
Quelles sont vos craintes et vos espoirs concernant l’IA ? Vous inquiétez-vous de la confidentialité des données, de la dépendance technologique ou des implications éthiques ? Ou alors voyez-vous l'IA comme une opportunité d’améliorer vos vies ?
Pensez-vous que l’IA va plus créer ou détruire des emplois ? Quel est l’impact économique de l’IA ?
Pensez-vous que l'IA puisse être créative ? Peut-elle écrire des poèmes, composer de la musique ou créer des œuvres d’art ? Ou bien la créativité reste-t-elle l’apanage de l’humain ?
Seriez-vous prêts à laisser une IA prendre des décisions importantes pour vous, comme choisir un partenaire de vie ou investir de l’argent ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-nous-la !

Avatar de Jon Shannow
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 21/06/2024 à 8:30
L'Apple Intelligence, c'est d'être capable de vendre à des gogos des produits 1000 fois le prix qu'ils valent, en leur faisant croire qu'ils achètent un truc "unique", "incroyable", "supérieur"...
5  0 
Avatar de vanquish
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 20/06/2024 à 18:30
Surtout dans un téléphone, la véritable IA serait, non pas de générer des réponses à des questions, mais de générer de véritables interactions avec les applications du téléphones (ou du PC).
Le reproche n'est pas fait spécialement à Siri. Sous Android, depuis mon Galaxy S2, les assistants vocaux n'ont guère évolués, non plus.
"Appeller Untel"
"Envoyer message à ...."
Le système ne comprends que quelques formulations plutôt précises. Dès que l'on sort de ces formulations, le système de comprend plus et lance une recherche.
C'était pareil pour Cortana.
4  0 
Avatar de Fluxgraveon
Membre du Club https://www.developpez.com
Le 21/06/2024 à 11:02
Est-ce que le fait de passer par les services d'OpenAI, ne permet pas à Apple de se dédouaner quelque part, en matière d'écoresponsabilité, et continuer ainsi, à pouvoir prétendre qu'ils sont carbon neutral?
La carboneutralité est un mythe moderne (l'arbre qui cache la forêt), qui assure une certaine impunité et conforte le déni, deux conditions indispensables à une maximisation de la rentabilité (opportunisme) au sein d'une société (en voie d'atomisation) enfouie dans sa zone de confort.
Par ailleurs, à quoi le mot "intelligence" (dans un contexte anglo-saxon) fait-il référence ? Renseignement ? Contrôle prédictif (ACT-R) ?
Même Apple est capable d'effet d'annonce pour orienter la décision d'investisseurs, enfin ... de détenteurs de richesses (l'équivalent de la "force brute" dans le domaine de la géostratégie planétaire).
2  0 
Avatar de marsupial
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 20/06/2024 à 18:44
Il existe un domaine vaste pour lequel il va falloir beaucoup plus gros mais alors vraiment beaucoup plus gros qu'un smartphone ou un PC et qui va demander au moins une tranche de centrale, c'est la médecine sur une grappe de supercalculateur et sûrement pas une IA générative seule.
1  0 
Avatar de JRM73
Futur Membre du Club https://www.developpez.com
Le 21/06/2024 à 8:37
Est-ce que le fait de passer par les services d'OpenAI, ne permet pas à Apple de se dédouaner quelque part, en matière d'écoresponsabilité, et continuer ainsi, à pouvoir prétendre qu'ils sont carbon neutral?
0  0 
Avatar de Fagus
Membre expert https://www.developpez.com
Le 21/06/2024 à 18:22
Citation Envoyé par vanquish Voir le message
Surtout dans un téléphone, la véritable IA serait, non pas de générer des réponses à des questions, mais de générer de véritables interactions avec les applications du téléphones (ou du PC).
Le reproche n'est pas fait spécialement à Siri. Sous Android, depuis mon Galaxy S2, les assistants vocaux n'ont guère évolués, non plus.
"Appeller Untel"
"Envoyer message à ...."
Le système ne comprends que quelques formulations plutôt précises. Dès que l'on sort de ces formulations, le système de comprend plus et lance une recherche.
C'était pareil pour Cortana.
Manipuler les autres programmes, c'est un peu l'équivalent en programmation de l'automation (autoit, selenium...). Sur mon pc je fais souvent ça, mais je crois qu'il y a rien d'équivalent, sous android en tous cas. Sans doute un problème de sandox pour les app et le système le permet pas.

Pour l'IA le problème c'est qu'on n'a pas de vraie IA. Les modèles de langages, parfois c'est bien, parfois c'est l'hallu totale parce qu'ils alignent juste des mots probables sans atteindre le sens.
Déjà pour du texte c'est embêtant les hallu (pour les traductions, c'est assez bon, mais par ex en Allemand comme le pronom du vouvoiement et celui pour "ils" ou "elles" c'est le même pronom parfois ça donne des contre sens assez fous comme le modèle choisit sans comprendre de qui on parle).
Alors dans le monde réel ... par ex chatGPT m'assurait que mon frein hydraulique était en panne à cause d'un câble acier bloqué dans la gaine (le concept des freins hydrauliques c'est qu'il n'y a pas de câble ni de gaine).

Pour les trucs à la Cortana, c'est aussi drôle de voir le jeu zork sur la Z machine (1979) qui arrive assez bien à comprendre des phrases simples en langage naturel pour déclencher des actions scriptées (on parle d'un logiciel de quelques centaines de ko)
0  0