IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Le PDG d'Anthropic estime qu'un revenu de base universel n'est pas suffisant pour remédier aux pertes d'emplois liées à l'IA
«si la technologie évolue rapidement, nous devrons trouver une solution rapidement»

Le , par Stéphane le calme

8PARTAGES

8  0 
L’avènement de l’intelligence artificielle (IA) suscite des inquiétudes quant à son impact sur l’emploi et la concentration du pouvoir entre les mains de quelques-uns. Dans ce contexte, le PDG de la start-up Anthropic, Dario Amodei, remet en question l’efficacité du revenu de base universel (RBU) pour résoudre ces problèmes.

Les experts estiment que les avancées de l’IA pourraient être une arme à double tranchant pour l’économie mondiale - stimulant la productivité tout en provoquant des changements radicaux dans les entreprises et les industries. Goldman Sachs a publié une analyse affirmant que les outils d’IA « pourraient entraîner une augmentation de 7 % (ou près de 7 000 milliards de dollars) du PIB mondial et une hausse de la croissance de la productivité de 1,5 point de pourcentage sur une période de 10 ans ». Cependant, cela pourrait également entraîner « une perturbation significative » de la main-d’œuvre, avec jusqu’à 300 millions d’emplois potentiellement exposés à l’automatisation.

Les progrès rapides de l'IA pourraient consolider le pouvoir et la richesse entre les mains d'un petit nombre. C'est pourquoi de nombreux acteurs de l'industrie technologique ont lancé un appel en faveur d'un revenu de base universel.

Dario Amodei, PDG d'Anthropic, au Time : « Les idées autour du revenu de base garanti - si nous ne pouvons pas trouver mieux, je pense certainement que c'est mieux que rien. Mais je préférerais de loin un monde dans lequel tout le monde peut contribuer. Ce serait un peu dystopique si quelques personnes pouvaient gagner des billions de dollars et que le gouvernement les distribuait à la masse. C'est mieux que de ne pas le distribuer, mais je pense que ce n'est pas vraiment le monde que nous voulons viser.

Amodei, ancien employé d'OpenAI, a lancé Anthropic en 2021 avec sa sœur Daniela et cinq autres collègues d'OpenAI. Ils étaient convaincus que l'IA aurait un impact considérable sur le monde et voulaient créer une entreprise qui veillerait à ce qu'elle soit alignée sur les valeurs humaines. Amodei a décrit l'entreprise au Time comme étant axée sur le « bien public ».

De nombreux acteurs du secteur technologique ont exprimé leur soutien au revenu de base universel afin d'atténuer l'impact économique de l'IA. L'idée est qu'il servirait de filet de sécurité pour les personnes dont l'emploi est menacé par la technologie.

Toutefois, Amodei estime que l'IA modifiera la société de manière si fondamentale que nous devrons concevoir une solution plus globale. Il n'a pas la réponse, a-t-il reconnu, en partie parce qu'il pense qu'il doit s'agir d'une « conversation entre les humains ». Amodei a également évoqué la perspective d'une IA capable de faire pratiquement tout mieux que les humains, et ce que cela signifierait pour le monde :

« Je pense que si le rythme exponentiel [des progrès de l'IA] est correct, les systèmes d'IA seront meilleurs que la plupart des humains, peut-être même que tous les humains, pour faire la plupart des choses que les humains font. Nous allons donc devoir repenser beaucoup de choses. À court terme, je parle toujours de complémentarité - nous devrions nous assurer que les humains et les IA travaillent ensemble. C'est une excellente réponse à court terme. Je pense qu'à long terme, nous devrons vraiment réfléchir à la manière dont nous organisons l'économie et dont les humains envisagent leur vie. Une personne ne peut pas faire cela. Une entreprise ne peut pas le faire. Il s'agit d'une conversation au sein de l'humanité. Et ma seule inquiétude est que, si la technologie évolue rapidement, nous devrons trouver une solution rapidement ».

Sam Altman, PDG d'OpenAI, estime qu'au lieu d'un revenu de base universel, il faudrait un calcul de base universel

Le patron d'OpenAI, Sam Altman, était tellement préoccupé par l'impact de l'IA sur la société et l'emploi qu'il a mené une expérience en 2016 montrant comment un RBI pourrait annuler certains de ces problèmes. Ce programme a donné entre 50 et 1 000 dollars par mois à plus de 3 000 personnes.

Récemment, Altman a déclaré qu'il se demandait si l'avenir ne ressemblait pas davantage à un calcul universel de base qu'à un revenu universel de base, dans lequel chacun reçoit une part du calcul du GPT-7 qu'il peut utiliser, revendre ou donner : « Maintenant que nous voyons certaines des façons dont l'IA se développe, je me demande s'il n'y a pas de meilleures choses à faire que la conceptualisation traditionnelle de l'UBI (Revenu de base universel). Par exemple, je me demande si l'avenir ne ressemble pas plus à un calcul de base universel qu'à un revenu de base universel. Si tout le monde obtient une part de calcul GPT 7 qu'il peut utiliser, revendre ou donner à quelqu'un pour la recherche sur le cancer. Mais ce que vous obtenez, ce ne sont pas des dollars. Vous possédez une partie de la productivité ».

Cette proposition n'a pas reçu beaucoup de soutien.

Elon Musk, dont la société d'intelligence artificielle xAI a récemment annoncé qu'elle lèverait 6 milliards de dollars lors de son cycle de financement de série B, a également appelé à un « revenu élevé universel ». Il a déclaré l'année dernière qu'à un moment donné, il n'y aurait plus besoin d'emploi, car l'IA mettrait fin à la nécessité d'employer des êtres humains.

Dans le même ordre d'idées, le 20 juin dernier, Anthropic a lancé sa dernière offensive dans cette course en publiant la dernière version de son chatbot Claude : Claude 3.5 Sonnet. Selon l'entreprise, ce modèle établit de nouvelles normes industrielles en matière de raisonnement, de codage et de certains types de mathématiques, battant GPT-4o, la dernière offre d'OpenAI. « Avec le lancement d'aujourd'hui, nous faisons un pas vers ce que nous pensons être un changement significatif dans la façon dont nous interagissons avec la technologie », a déclaré Amodei dans un communiqué le 20 juin. « Notre objectif avec Claude n'est pas de créer un [grand modèle de langage] de plus en plus performant, mais de développer un système d'IA capable de travailler aux côtés des personnes et des logiciels de manière significative ».


Un extrait de l'entretien avec le PDG d'Anthropic

Microsoft a récemment déclaré qu'elle formait un grand modèle de langage en interne qui pourrait être en mesure de concurrencer OpenAI, dans lequel elle a investi. Amazon, qui est l'un de vos bailleurs de fonds, fait de même. Il en va de même pour Google. Craignez-vous que les petits laboratoires d'IA, qui sont actuellement en tête, ne soient que temporairement en avance sur ces entreprises technologiques qui disposent de bien plus de ressources ?

Je pense que notre culture a toujours été marquée par l'idée de « faire plus avec moins ». Nous essayons toujours de maintenir une situation où, avec moins de ressources informatiques, nous pouvons faire la même chose ou mieux que quelqu'un qui a beaucoup plus de ressources informatiques. En fin de compte, notre avantage concurrentiel réside donc dans notre créativité en tant que chercheurs et ingénieurs. Je pense de plus en plus en termes d'offres de produits créatifs, plutôt qu'en termes de calcul pur. Je pense qu'il faut beaucoup de calcul pur. Nous en avons beaucoup, et nous en aurons encore plus. Mais tant que nous pouvons l'utiliser plus efficacement, tant que nous pouvons faire plus avec moins, alors en fin de compte, les ressources trouveront leur chemin vers les entreprises innovantes.

Anthropic a levé environ 7 milliards de dollars, ce qui est suffisant pour payer la formation d'un modèle de nouvelle génération, dont vous avez dit qu'il coûterait probablement quelques milliards de dollars. Pour former la génération suivante, vous commencez à envisager de lever davantage de fonds. D'où pensez-vous qu'ils proviendront ?

Je pense que nous sommes assez bien armés pour la génération suivante, même si, dans l'histoire d'Anthropic, nous aurons besoin de lever davantage de fonds. Il est difficile de dire d'où cela viendra. Il y a des investisseurs traditionnels. Il y a les grands fournisseurs de calcul. Et il y a diverses autres sources auxquelles nous n'avons peut-être pas pensé.

Une source de financement dont on ne parle pas beaucoup est le gouvernement. Il dispose d'une grande quantité d'argent - cela peut être politiquement difficile, mais est-ce une chose à laquelle vous avez pensé, ou même dont vous avez discuté ?

La technologie devient suffisamment puissante pour que le gouvernement joue un rôle important dans sa création et son déploiement. Il ne s'agit pas seulement de réglementation. C'est une question de sécurité nationale. À un moment donné, certains aspects de cette technologie devraient-ils être un projet national ? Je pense qu'il y aura de nombreuses utilisations de modèles au sein du gouvernement. Mais je pense qu'avec le temps, il est possible que les modèles les plus puissants soient considérés comme essentiels pour la sécurité nationale. Je pense que les gouvernements peuvent s'impliquer beaucoup plus, et je souhaite que les gouvernements démocratiques dirigent cette technologie de manière responsable. Cela pourrait signifier que les gouvernements sont fortement impliqués dans la construction de cette technologie. Je ne sais pas à quoi cela ressemblerait. Rien de tel n'existe aujourd'hui. Mais étant donné la puissance de ce que nous construisons, les individus ou même les entreprises devraient-ils vraiment être au centre de cette technologie une fois qu'elle aura atteint une certaine puissance ? J'imagine que dans un petit nombre d'années - deux, trois, cinq ans - cela pourrait être une conversation très sérieuse, en fonction de la situation.

Source : entretien avec le Time

Et vous ?

L’IA peut-elle réellement remplacer tous les emplois humains ? Selon-vous, est-il possible que l’IA puisse surpasser les humains dans presque tous les domaines ? Quelles professions sont les plus vulnérables, et comment pouvons-nous nous préparer à cette éventualité ?
Quelles alternatives au revenu de base universel existent ? Explorez d’autres approches pour atténuer les pertes d’emplois dues à l’IA. Peut-être des formations spécialisées, des incitations fiscales pour les entreprises qui maintiennent des effectifs humains, ou des modèles de partage des bénéfices ?
Comment pouvons-nous garantir que l’IA profite à tous ? Pensez à des mécanismes pour éviter une concentration excessive du pouvoir et des richesses entre les mains de quelques-uns. Comment pouvons-nous créer un équilibre entre progrès technologique et bien-être collectif ?
Quel rôle les entreprises technologiques devraient-elles jouer ? Explorez la responsabilité des géants de la tech comme Amazon, Google et Facebook. Devraient-ils contribuer davantage à la société en cas de pertes d’emplois massives liées à l’IA ?
Comment pouvons-nous encourager l’innovation tout en protégeant les travailleurs ? Pensez à des politiques et des incitations qui favorisent l’innovation tout en garantissant la sécurité économique des individus.

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-nous-la !

Avatar de Anselme45
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 26/06/2024 à 0:03
Affirmer que "L’IA va remplacer tous les emplois humains" prouve une seule chose... Que les auteurs de cette affirmation sont totalement déconnectés du monde réel!!!

Merci de m'expliquer comment l'IA va remplacer l'être humain dans les activités "manuelles" du genre nettoyer les rues, déboucher les égouts, délivrer les soins à la personne (Soyons prosaïque: C'est l'IA qui va nettoyer la merde des malades bloqués dans leur lit?), rénover les façades de nos maisons, goudronner nos routes, construire nos infrastructures telles que ponts, tunnels, construire nos avions et bateaux (et non un bateau ne se construit pas à la chaîne comme les voitures), éteindre les incendies, etc, etc, etc...

Il y a actuellement une pub qui passe sur les chaînes TV françaises qui prouve la vacuité et l'inutilité de l'IA, une pub d'AWS (Amazon) qui vante les avantages de l'IA et que voit-on? Une designer de mode qui regarde un écran et voilà que l'habit se crée à partir de rien tout seul sur la mannequin... Je suis impatient de sortir du lit et de voir apparaître par miracle mes chaussettes et mon string panthère grâce à l'IA
3  1 
Avatar de Forge
Membre régulier https://www.developpez.com
Le 03/07/2024 à 19:06
Citation Envoyé par Anselme45
Merci de m'expliquer comment l'IA va remplacer l'être humain dans les activités "manuelles" du genre nettoyer les rues, déboucher les égouts, délivrer les soins à la personne (Soyons prosaïque: C'est l'IA qui va nettoyer la merde des malades bloqués dans leur lit?), rénover les façades de nos maisons, goudronner nos routes, construire nos infrastructures telles que ponts, tunnels, construire nos avions et bateaux (et non un bateau ne se construit pas à la chaîne comme les voitures), éteindre les incendies, etc, etc, etc...
Gros mélange des genres dans ton discours.

Les juristes savent que leur métiers est déjà dans la balance.
Les graphistes sont en pleine réflexion sur ce que va devenir leur métier.
Les rédacteurs web (et pigistes) sont aussi sur les premières marches de l'échafaud.
Les caissières (et caissiers) sont déjà remplacées par des robots, comme l'ont été les ouvriers des chaînes de montage dans l'automobile.
Les vidéastes voient arriver des outils de génération vidéo IA qui vont leur faire gagner masse de temps, et par conséquent va réduire les débouchés des nouveaux.
Les drones militaires autonomes ont déjà prouvé leur efficacité.
Etc. etc.

Penser que l'IA (et la robotique) ne vont rien changer c'est se mettre le doigt (un gros doigt) dans l'oeil.

A court terme, tout étant seulement entrain de se mettre en place (chatGPT, et la révolution IA, n'a QUE 2 ans), c'est encore de l'essai erreur.
Cependant, les entreprises sont de plus en plus nombreuses (en plus de se faire un peu d'oseille sur le dos des noobs), à avoir remplacé leur personnel.

A moyen terme, Les voitures autonomes remplaceront les taxis et autres Uber, et les robots humanoïdes vont faire leur apparition dans nos quotidiens.
Ils pourraient remplacer les cuistots dans les fast-food, les enseignants dans le primaire, et prendre les risques que ne prendront pas les pompiers ou les militaires.

A long terme, nettoyer les rues, déboucher les égouts ou goudronner les routes seront effectivement des taches assignées à des robots.

Là où il peut se passer un peu de temps, je te l'accorde, c'est sur les jobs liés à l'humain comme s'occuper des personnes handicapées, ou celles clouées au lit comme tu dis.
Mais ce n'est qu'une question de temps avant que cela n'arrive.

Je vois 3 raisons qui pourraient empêcher ces situations de se réaliser :
- le manque de ressources qui nous pend au nez. Et là, il va falloir arbitrer à quoi celles qui restent vont servir ;
- une "religion" anti-robot qui ferait monter la peur des utilisateurs (je me demande s'il n'y a pas déjà des films ou des romans là-dessus) ;
- mais surtout le manque de rentabilité. Techno géniale ou pas, les banquiers n'investiront pas dans des entreprises si ça ne sent pas la machine à cash. Pour le moment, c'est la fête du slip, mais ça pourrait se tarir aussi vite que ça a commencé.

L'IA, il faut l'apprivoiser maintenant, suivre son évolution, se former, bref ne pas se laisser larguer. Ou alors il faudra assumer d'avoir jouer l'autruche quand elle prendra ton taff.
Sans être Madame Irma, je pense que ça peut prendre 10 ans, 20 ans, peut-être plus, mais ça finira par arriver.
0  0