Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

IA contre le coronavirus : un nouveau consortium de scientifiques va utiliser l'IA et certains des supercalculateurs les plus avancés,
Pour endiguer les pandémies actuelles et futures

Le , par Stan Adkens

66PARTAGES

3  0 
L'intelligence artificielle a été très souvent qualifiée par les critiques de dangereusement puissante, taxée de nouvel ennemi de l'homme, menaçant même d'asservir l'humanité à des robots aux pouvoirs surhumains. Cependant, un développeur milliardaire de logiciels et d'intelligence artificielle veut lui donner un autre pouvoir, celui de contribuer à sauver des vies alors que le nouveau coronavirus continue de se propager dans plus de 200 pays dans le monde. Pour ce faire, le développeur fait équipe avec des universités et des entreprises de premier plan, dans un consortium public-privé, pour voir si l'IA peut contribuer à endiguer les pandémies actuelles et futures, selon un article du New York publié cette semaine.

En effet, Thomas M. Siebel, fondateur et directeur général de C3.ai, une société d'intelligence artificielle de Redwood City, en Californie, a déclaré que le consortium dépenserait 367 millions de dollars au cours de ses cinq premières années d'existence, concentrant ses efforts en premier lieu à trouver des moyens de ralentir la propagation du nouveau coronavirus qui continue de faire des morts. Le NY Times a rapporté que le nouveau consortium de scientifiques de haut niveau pourra utiliser certains des supercalculateurs les plus avancés au monde, à la disposition des membres pour chercher des solutions. Dans une interview, M. Siebel a déclaré : « Je ne peux pas imaginer une utilisation plus importante de l'IA».


Selon le quotidien, il s’agira pour le nouvel institut de chercher à mettre au point de nouveaux moyens de ralentir la propagation du coronavirus responsable du Covid-19, d'accélérer la mise au point de traitements médicaux, de concevoir et de réorienter les médicaments, de planifier les essais cliniques, de prédire l'évolution de la maladie, de juger de la valeur des interventions, d'améliorer les stratégies de santé publique et de trouver de meilleurs moyens de lutter à l'avenir contre les foyers infectieux.

Le nouveau consortium de chercheurs, connu sous le nom de C3.ai Digital Transformation Institute, comprend selon le NY Times la participation des instituts de technologie de Princeton, Carnegie Mellon, le Massachusetts, l'Université de Californie, l'Université de l'Illinois et l'Université de Chicago, ainsi que C3.ai et Microsoft. Le but est de mettre les meilleurs scientifiques au service de problèmes sociaux gigantesques avec l'aide de l'IA, et son premier défi est évidemment la pandémie du Covid-19.

Jusqu'à 26 subventions pourraient être accordées aux scientifiques par an par le consortium, chacune d'entre elles comportant jusqu'à 500 000 dollars de fonds de recherche en plus des ressources informatiques, a rapporté le quotidien. Le nouvel institut exige que les chercheurs principaux soient situés dans les universités du consortium, mais autorise les partenaires et les membres de l'équipe à travailler dans d'autres institutions. Le consortium prévoit que les propositions relatives aux coronavirus soient soumises d'ici mai prochain et commencerait à accorder ses premières subventions en juin. Les résultats de la recherche doivent être rendus publics, lit-on dans l’article du journal.

L’IA est déjà mise à contribution dans le domaine des soins de santé dans le cadre de cette crise virale. Nikkei a rapporté en février qu’Alibaba, groupe chinois de sociétés, a développé une intelligence artificielle capable de détecter les nouveaux cas de coronavirus avec un taux de précision allant jusqu'à 96 % grâce à des scanners de tomographie informatisée. Et que le système de diagnostic basé sur cette IA devrait être déployé dans plus de 100 hôpitaux, à commencer par le nouvel hôpital bâti en 11 jours pour contrer l’épidémie.

L’utilisation de l’IA est également privilégiée par les géants du numérique Google, Facebook et Twitter pour les activités de modération, leurs employés étant priés de rester chez eux à cause des mesures gouvernementales de confinement. Mais ces plateformes ont prévenu que des erreurs peuvent survenir. L’IA est aussi utilisée intensivement en Chine pour identifier les populations et contrôler leurs déplacements pendant la crise du coronavirus. Même les personnes qui portent un masque ne peuvent pas échapper à l’identification par la reconnaissance faciale.

Le consortium utilisera la puissance de calcul de haute performance à la disposition de ses membres

Les codirecteurs de l'institut sont S. Shankar Sastry de l'Université de Californie, Berkeley, et Rayadurgam Srikant de l'Université de l'Illinois, Urbana-Champaign. Selon le NY Times, la puissance de calcul doit provenir de C3.ai et de Microsoft, ainsi que du Lawrence Berkeley National Laboratory de l'Université de Californie et du National Center for Supercomputing Applications de l'Université de l'Illinois. Ces écoles gèrent certains des supercalculateurs les plus avancés au monde, selon l’article.


Selon Thomas Siebel, il peut être extrêmement difficile de mettre en place une IA efficace, en particulier dans le cas d'épineux problèmes du monde réel, comme la conduite de voitures autonomes. « La probabilité que quelque chose de bien n'en sorte pas est nulle », a répondu M. Siebel lorsqu'on lui a demandé si l'institut était moins un plan de résultats pratiques qu'un exercice de bien-être.

Le NY Times a rapporté, en citant Forbes, que la valeur nette actuelle de M. Siebel s'élève à 3,6 milliards de dollars. Une de ses précédentes initiatives est le First Virtual Group, une société de portefeuille diversifiée basée à Redwood City, en Californie, et qui comprend des entreprises philanthropiques.

Dans une interview, Eric Horvitz, le scientifique en chef de Microsoft et un médecin qui siège au conseil d'administration du consortium de recherche a comparé la recherche de solutions de coronavirus à un tir lunaire comprimé. Selon lui, la force de cette approche réside dans le fait de réunir les principaux acteurs et institutions. « Nous oublions qui est où et nous nous demandons ce que nous pouvons faire en tant qu'équipe », a déclaré le Dr Horvitz.

Considérer l'intelligence artificielle comme une bonne chose, par exemple, un moyen de sauver des vies, est un revirement radical par rapport à la façon dont elle est souvent tenue en haleine. Les critiques l’ayant très souvent qualifiée de dangereusement puissante pour l’humanité. « En aucun cas, je ne suggère que l’IA n'est que douceur et clarté », a déclaré M. Siebel. Mais le nouvel institut, a-t-il ajouté, est « un endroit où elle peut être une force pour le bien ».

Une initiative similaire a été annoncée cette semaine. Des acteurs puissants de l'industrie de la technologie, des entités gouvernementales et des universités (tels que IBM, AWS, Google, HPE et Microsoft ainsi que les laboratoires nationaux américains, la NASA, le Massachusetts Institute of Technology…) se associés dans le consortium Covid-19 High Performance Computing. Le but de l’association étant de fusionner les systèmes de calcul haute performance à la disposition de chaque membre du groupement pour permettre aux chercheurs d'effectuer des calculs massifs d'épidémiologie, de bioinformatique et de modélisation moléculaire, afin d’arrêter le Covid-19.

Source : The New York Times

Et vous ?

Que pensez-vous de cette nouvelle initiative pour lutter contre le coronavirus ?
Pensez-vous que l’IA pourra contribuer efficacement à endiguer la pandémie actuelle ?

Lire aussi

Les géants de la technologie et les agences gouvernementales s'engagent à utiliser leurs supercalculateurs pour lutter contre le Covid-19, par le biais du consortium Covid-19 HPC
Chine : même les porteurs de masques peuvent être identifiés, selon une société chinoise de reconnaissance faciale
Alibaba : un nouvel algorithme d'IA peut identifier les infections à coronavirus avec une précision de 96 %, et achever le processus de reconnaissance de la maladie en 20 secondes
Google, Facebook et Twitter privilégient l'utilisation de l'IA pour les activités de modération et préviennent que des erreurs peuvent survenir, leurs employés étant priés de rester chez eux

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !