Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

La Corée du Sud dévoile un "Nouvel Accord" de 62 milliards $ afin de promouvoir l'utilisation de la 5G et l'IA dans tous les secteurs,
Et de favoriser la numérisation du pays après le covid-19

Le , par Stan Adkens

89PARTAGES

3  0 
Les économies du monde entier ont été ébranlées par la pandémie du coronavirus ainsi que les mesures de distanciations sociales qui en ont résulté, et celles qui dépendent fortement du commerce, comme la Corée du Sud, ont été particulièrement touchées. De nouvelles initiatives gouvernementales de rajeunissement ont vu le jour dans le monde entier, dont beaucoup mettent l'accent sur la technologie comme moteur essentiel de la reprise économique.

Lundi, le gouvernement sud-coréen a dévoilé un plan de dépenses de 76 000 milliards de won (62 milliards de dollars US) dans le cadre d’un "Nouvel Accord" pour remodeler l'économie à la suite de la pandémie après avoir réduit ses prévisions de croissance pour l'année, a rapporté Bloomberg. Ce plan vise principalement à promouvoir l’utilisation des réseaux sans fil de cinquième génération et de l'intelligence artificielle dans tous les secteurs, à favoriser la numérisation des zones les moins développées du pays et à soutenir les startups de technologies vertes.


En effet, selon Bloomberg, l'économie sud-coréenne, qui dépend du commerce, souffre de la pandémie qui touche les marchés étrangers. De nouvelles grappes de virus ont également fait leur apparition dans le pays en mai, suscitant la crainte du public et entravant potentiellement la reprise économique. Depuis l’apparition du virus, l'administration du président Moon Jae-in a annoncé 250 000 milliards de won (environs 204 milliards de dollars US) de mesures pour soutenir l'économie, notamment un soutien direct, des prêts et des fonds pour stabiliser les marchés financiers.

Ce nouveau plan, présenté pour la première fois par le président Moon en avril, vise à recentrer l'économie jusqu'en 2025 en soutenant la croissance de l'emploi et les nouvelles industries. Il sera en partie financé par un troisième budget supplémentaire en cours d'élaboration, selon une déclaration sur les perspectives politiques pour le second semestre rapportées par Bloomberg.

Le plan vise également à accélérer la reprise économique de la Corée du Sud dès cette année. Pour y parvenir, le gouvernement a déclaré qu'il utilisera les fonds de l’accord pour émettre des coupons de réduction afin d'encourager les dépenses. La réduction de la taxe à la consommation sur les achats de voitures est également au programme pour le second semestre de l'année. Sans oublier des incitations fiscales qui seront offertes aux entreprises qui augmentent leurs investissements de plus de la moyenne des trois dernières années, selon la déclaration.

La 5G et l’IA au cœur du "Nouvel Accord" sud-coréen

Alors que les mesures précédentes visaient à aider l'économie à surmonter la pandémie, le nouveau plan de dépenses à long terme du gouvernement de la Corée du Sud prévoit la création de 550 000 emplois d'ici 2022, dont 100 000 devraient être des spécialistes en programmation de logiciels et en intelligence artificielle. Quelque 31 000 milliards de won (soit environ 25 milliards de dollars US) seront consacrés à ce projet d'ici 2022, lorsque le mandat de Moon prendra fin, et un autre fonds de 45 000 milliards de won (soit environ 37 milliards de dollars US) supplémentaires sera dépensé jusqu’en 2025, selon Bloomberg.

Une partie de ces fonds sera utilisée pour promouvoir directement l'utilisation de la technologie 5G et de l'IA dans tous les secteurs d'activité, ainsi que pour aider à développer certaines des régions les plus en retard du pays sur le plan numérique. En ce qui concerne la 5G, la Corée du Sud est l'un des leaders internationaux, tant en termes de technologie que de couverture, selon Total Telecom, un site Web fournisseur de nouvelles, d’analyses et d’événements pour l'industrie mondiale des télécommunications.


Selon le site Web, la Corée du Sud a récemment atteint 6,34 millions d'abonnés à la 5G, les opérateurs locaux ayant déployé 115 000 stations de base 5G dans tout le pays. Les trois principaux opérateurs de télécommunications du pays, SK Telecom, KT et LG Uplus, ont accepté d'investir environ 3,4 milliards de dollars dans leurs réseaux 5G au cours du premier semestre 2020, d’après Total Telecom.

La Corée du Sud n’est pas le seul pays à être en avance dans le déploiement de la technologie sans fil ultrarapide 5G. La Chine a récemment fait de la 5G un point d'honneur national et s'est engagée à investir massivement dans les technologies de prochaine génération, il reste à voir si la Corée du Sud pourra conserver sa position en haut de la pile. En effet, dans une déclaration publiée en novembre 2019 par un site Web du gouvernement chinois, on peut lire que « La Chine a officiellement lancé la commercialisation des services 5G dès le 31 octobre, les trois grands opérateurs de télécommunications du pays déployant leurs plans de données 5G ».

La déclaration dit également que plus de 86 000 stations de base 5G étaient déjà entrées en service en Chine jusqu’à la date de publication de la déclaration, couvrant 50 villes du pays. Chen Zhaoxiong, vice-ministre de l'Industrie et des Technologies de l'Information, le principal régulateur de l'industrie du pays, a déclaré que la Chine travaille dur pour étendre la couverture 5G, de sorte qu’à la fin de 2019, plus de 130 000 stations de base 5G soient activées pour prendre en charge le réseau, « ce qui donnera l'un des plus grands déploiements 5G au monde », lit-on dans le message. « Cette décision s'inscrit également dans le dernier effort pour accélérer le déploiement d'une infrastructure numérique solide pour alimenter une croissance économique de haute qualité », lit-on.

Des efforts d’inversement dans la technologie dans d’autres pays

Plusieurs commentateurs ont souhaité que les États-Unis suivent l’exemple de la Corée du Sud. « Le monde développé du moins, et peut-être les États-Unis suivront-ils le mouvement avec la prochaine administration », a écrit l’un d’entre eux. En février dernier, les États-Unis ont souhaité rehausser leur niveau de financement dans deux domaines, selon un rapport de Reuters. La Maison-Blanche a proposé que le Congrès double les dépenses en matière de R&D sur l'IA de 973 millions à près de 2 milliards de dollars. Elle veut aussi porter les dépenses consacrées à l'information quantique à 860 millions de dollars d'ici 2022.

Selon le média, les chiffres énoncés n'incluent pas tous les programmes de recherche du ministère de la Défense. Les responsables affirment que le plan vise à suivre le rythme des efforts de la Chine. La proposition comprenait une augmentation de 70 % pour la National Science Foundation (NSF) pour les subventions liées à l'IA et les instituts de recherche interdisciplinaire.


En France, le gouvernement français a initié un plan similaire. Après la publication du rapport de Cédric Villani en 2018, le gouvernement a décidé de passer à l’offensive. Le président Emmanuel Macron a prévu d’investir jusqu’à 1,5 million d’euros dans l’IA uniquement jusqu'en 2022 pour soutenir le développement et la recherche en IA en France. Selon le ministre français de l’Économie, Bruno le Maire, parmi les 1,5 milliard d'euros promis d'ici 2022 pour le développement de l'IA, 650 millions seront réservés à la recherche et 800 millions aux premiers projets, notamment dans la santé, la cybersécurité et la certification des algorithmes.

Un montant de 400 millions d’euros sera utilisé pour des « appels à projets et de défis d’innovation de rupture », a annoncé le ministre en juillet 2019. Cela va servir à développer l'écosystème des entreprises spécialisées dans les solutions d'intelligence artificielle ; infuser l'IA dans tous les secteurs, y compris dans les PME avec le soutien des grands groupes. Cela permettra également d’attirer des investissements étrangers en France. En ce qui concerne l’informatique quantique, la France travaille aussi sur un plan d’action et quelques propositions ont été faites cette année. Une proposition de la députée LREM Paula Forteza appelle à investir 1,4 milliard d'euros sur cinq ans dans le domaine l'informatique quantique.

Source : Bloomberg

Et vous ?

Quel commentaire faites-vous du "Nouvel Accord" de la Corée du Sud ?
Que pensez-vous de l’importance accordée aux emplois de spécialistes en programmation de logiciels et en intelligence artificielle ?
Pensez-vous que ce plan permettra à la Corée du Sud d’être leader international de la 5G ?

Lire aussi

La Maison-Blanche veut que le Congrès double le financement de l'intelligence artificielle, et de la recherche et développement en informatique quantique
Intelligence artificielle : Bruno Le Maire précise la stratégie française et où vont aller les 1,5 milliard d'euros promis, d'ici 2022
La Chine veut devenir leader mondial de l'intelligence artificielle, avec un plan de développement national visant à augmenter son poids économique
La Corée du Sud compte investir 1,34 milliard $ dans les semi-conducteurs, pour faire du pays un pôle mondial de nouvelle génération dans le secteur

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !