IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Les USA "ne sont pas prêts à se défendre ou à rivaliser à l'ère de l'IA", déclare un groupe d'experts présidé par Eric Schmidt,
Il avertit que l'IA ne restera pas dans le cadre de la science-fiction

Le , par Stan Adkens

83PARTAGES

4  0 
Les experts s’accordent à dire que les États-Unis conservent une bonne longueur d’avance dans la course à l’intelligence artificielle devant ses concurrents. Selon une étude réalisée par CB Insights l’année dernière, 65 % des 100 premières startups les plus prometteuses utilisant l’intelligence artificielle (IA) sont des entreprises basées aux États-Unis. Mais un rapport publié lundi par la Commission nationale de sécurité sur l'intelligence artificielle, présidée par Eric Schmidt, l'ancien PDG de Google, la Chine pourrait bientôt remplacer les États-Unis en tant que « superpuissance mondiale de l'intelligence artificielle ».

Les États-Unis, qui avaient autrefois une avance dominante dans le domaine de l'intelligence artificielle, n'ont plus que quelques années d'avance sur la Chine et risquent d'être dépassés si le gouvernement n'intervient pas dans le secteur, selon un nouveau rapport adressé au Congrès et à la Maison-Blanche. La raison est que l'Oncle Sam est très mal préparé à l'ère de l'intelligence artificielle, selon le groupe d'experts. Les États-Unis risquent de subir des conséquences désastreuses s'ils n'investissent pas dans les technologies clés et n'intègrent pas pleinement l'intelligence artificielle dans l'armée.


« L'Amérique n'est pas prête à se défendre ou à rivaliser à l'ère de l'IA », ont écrit Schmidt et le vice-président du groupe Bob Work, qui était auparavant secrétaire adjoint à la Défense des États-Unis. « C'est la dure réalité à laquelle nous devons faire face ».

Commencé en mars 2019, l’examen de la Commission a fait l’objet d’un rapport final de 750 pages à l’adresse du président Joe Biden et du Congrès américain. Les 15 membres de la Commission comprennent des technologues, des professionnels de la sécurité nationale, des cadres d'entreprises et des dirigeants universitaires. Parmi eux figurent le prochain PDG d'Amazon, Andy Jassy, le PDG d'Oracle Safra Catz, le directeur scientifique de Microsoft Eric Horvitz et le directeur de Google Cloud AI Andrew Moore.

Selon l’examen des experts, sur les fronts économique et militaire, le plus grand risque vient de la Chine. « La Chine possède la puissance, le talent et l'ambition de dépasser les États-Unis en tant que leader mondial de l'IA au cours de la prochaine décennie si les tendances actuelles ne changent pas », affirme le rapport. Le document présente une « stratégie pour se défendre contre les menaces de l'IA, utiliser l'IA de manière responsable pour la sécurité nationale et gagner la compétition technologique au sens large pour le bien de notre prospérité, de notre sécurité et de notre bien-être ».

Et ce n'est pas seulement la technologie de l'IA dont les États-Unis ont besoin pour conserver leur avance, selon les experts. Le rapport mentionne un certain nombre de technologies clés, notamment l'informatique quantique, la robotique, l'impression 3D et la 5G.

« Nous n'avons pas besoin d'entrer en guerre avec la Chine », a dit Schmidt dans une déclaration. « Nous n'avons pas besoin de faire une guerre froide. Nous devons être compétitifs ».


L'IA encouragée sur le front militaire, à condition que ces armes soient « correctement conçues et testées »

La Commission avertit que les systèmes d'IA seront utilisés dans la « poursuite du pouvoir » et que « l'IA ne restera pas dans le domaine des superpuissances ou dans celui de la science-fiction ». Sur le front militaire, la Commission a offert son soutien aux armes guidées par l'IA, à condition que ces armes soient « autorisées par un commandant ou un opérateur humain » et « correctement conçues et testées ».

Le président Joe Biden devrait rejeter les appels à une interdiction mondiale des armes autonomes très controversées alimentées par l'IA, selon le groupe, qui affirme que la Chine et la Russie ne respecteront probablement pas les traités qu'elles signeront. « Nous ne pourrons pas nous défendre contre les menaces liées à l'IA sans des capacités d'IA omniprésentes et de nouveaux paradigmes de combat », ont écrit Schmidt et Work.

« Je suis convaincu que nos militaires ont des procédures qui prévoient cela », a déclaré Schmidt. « Je ne suis pas à l'aise avec le fait que tous les autres pays aient les mêmes règles ». La vision par ordinateur est un domaine dans lequel l'IA peut aider l'armée maintenant, a déclaré Schmidt, en disant que c'est une erreur pour les États-Unis de ne compter que sur les humains pour examiner les images des drones et des satellites, par exemple, lorsque les ordinateurs accomplissent cette tâche mieux que les humains.

L’ancien PDG de Google a également réitéré son point de vue selon lequel Google a eu tort de se retirer du projet Maven du ministère de la Défense, un effort visant à améliorer ses systèmes de vision par ordinateur.

Des milliers de chercheurs en IA et d'informaticiens ont signé une lettre ouverte qui a été publiée en 2015 et qui demande l'interdiction des armes offensives autonomes.

« La technologie de l'IA a atteint un point où le déploiement de tels systèmes est – pratiquement sinon légalement – réalisable en quelques années, et non en quelques décennies, et les enjeux sont élevés : les armes autonomes ont été décrites comme la troisième révolution dans la guerre, après la poudre à canon et les armes nucléaires », peut-on lire dans la lettre, qui a également été signée par le PDG de Tesla, Elon Musk, le cofondateur d'Apple, Steve Wozniak, le PDG de Twitter, Jack Dorsey, et le regretté scientifique Stephen Hawking.

Toby Walsh, professeur d'IA à l'Université de Sydney, a dit dans une déclaration que les dangers ne font que « se rapprocher et s'aggraver » depuis la publication de la lettre. « Les armes autonomes doivent être réglementées », a-t-il déclaré. Également en 2015, Bill Gates a manifesté son inquiétude à ce sujet et déclarait que « je suis du côté de ceux qui se sentent préoccupés au sujet de l’intelligence artificielle… Dans quelques décennies, les avancées dans le domaine de l’intelligence artificielle seront telles que cela deviendra un problème ».

Samim Wagner, un chercheur en IA à Berlin, voit les choses différemment et a déclaré à CNBC que les armes de l'IA et les robots tueurs rendront les armes d'aujourd'hui encore plus mortelles.

« [Adopter des armes de l'IA] est une folie brutale et tout le monde le sait, pourtant les membres des think tanks, de Washington à Pékin, ne cessent de nous assurer que c'est « un progrès et une nécessité ». Il a ajouté : « Une véritable discussion sur la façon dont l'IA peut aider à promouvoir la paix dans le monde est vraiment nécessaire – mais vous ne la trouverez certainement pas à l'ordre du jour des agents du Pentagone ou des milliardaires des agences de renseignement comme Eric Schmidt ».

Investir dans des technologies clés et conserver la place de leader en matière d'IA devant la Chine

Alors que la Chine a déclaré qu'elle veut être un leader mondial de l'IA au plus tard en 2030, les auteurs du nouveau rapport ont déclaré qu'il est vital que les États-Unis fassent tout leur possible pour éliminer cette possibilité.

« Nous devons gagner la compétition d'IA qui intensifie la concurrence stratégique avec la Chine », ont déclaré Schmidt et Work. « Les plans, les ressources et les progrès de la Chine devraient concerner tous les Américains. Nous prenons au sérieux l'ambition de la Chine de dépasser les États-Unis en tant que leader mondial de l'IA d'ici une décennie ».


Pour cela, la commission appelle le gouvernement américain à plus que doubler ses dépenses de recherche et développement en matière d'IA pour atteindre 32 milliards de dollars par an d'ici 2026. Elle suggère de créer un nouvel organisme pour aider le président à orienter les politiques américaines plus larges en matière d'IA, d'assouplir les lois sur l'immigration pour les experts en IA talentueux, de créer une nouvelle université pour former des fonctionnaires qualifiés en numérique et d'accélérer l'adoption de nouvelles technologies par les agences de renseignement américaines.

L’année dernière, Eric Schmidt, alors président du Conseil de l'innovation du ministère américain de la Défense, avait déjà averti que la distance se réduisait rapidement entre les États-Unis et la Chine. « Il y a une réelle concentration en Chine autour de l'invention et des nouvelles techniques d'IA », a-t-il déclaré lors d’une émission "Talking Business Asia" de la BBC. « Dans la course à la publication de documents, la Chine a maintenant rattrapé son retard », a-t-il ajouté.

Le rapport avertit également que les États-Unis doivent faire davantage pour devenir autonomes en matière de puces informatiques et met en garde contre les dangers d'une telle dépendance à l'égard du TSMC de Taïwan. Le rapport appelle les États-Unis à maintenir un avantage de deux générations sur la Chine dans la fabrication des semi-conducteurs. Intel est la seule entreprise américaine à se concentrer sur les technologies de fabrication de pointe, et elle a déjà du mal à suivre le rythme de la société coréenne Samsung et de la société taïwanaise TSMC.

« La microélectronique alimente toute l'IA, et les États-Unis ne fabriquent plus les puces les plus sophistiquées du monde », a écrit la Commission. « Étant donné que la grande majorité des puces de pointe sont produites dans une seule usine séparée par seulement 110 miles (environ 177 km) d'eau de notre principal concurrent stratégique, nous devons réévaluer la signification de la résilience et de la sécurité de la chaîne d'approvisionnement ».

La Chine s'est fixé des objectifs ambitieux pour rattraper son retard en matière de puces, mais les États-Unis ont limité leur accès au matériel nécessaire à la fabrication de semi-conducteurs, dont une grande partie est conçue ou fabriquée aux États-Unis.

Le pays est déjà en tête dans certains domaines, notamment certains aspects des technologies de paiement et de la reconnaissance faciale. Si la surveillance de masse n'est pas un domaine dans lequel les États-Unis doivent devancer la Chine, a déclaré Schmidt, il s'inquiète du fait que la Chine a cinq ans d'avance en matière de systèmes de commerce électronique et de paiements électroniques. « Je pense que c'est très important », a-t-il dit.

Source : Rapport de la Commission

Et vous ?

Que pensez-vous de ce rapport ?
Les États-Unis sont-ils menacés d’être à la traîne dans le secteur de l’IA par rapport à la Chine ?
La Commission encourage l’utilisation de l'IA sur le front militaire, à condition que ces armes soient « correctement conçues et testées ». Qu’en pensez-vous ?

Voir aussi :

Eric Schmidt, ex-patron de Google : les États-Unis ont « perdu la main » sur l'innovation, la Chine a supplanté les USA en tant que premier éditeur mondial de recherche en sciences et en ingénierie
Le gouvernement américain doit s'impliquer dans la course à l'IA contre la Chine, le secteur privé ne peut pas à lui seul s'attaquer à la Chine et son industrie, d'après un cadre du Nasdaq
Les États-Unis annoncent un milliard de dollars pour la recherche en intelligence artificielle et informatique quantique, afin de maintenir le leadership mondial du pays dans ces domaines
Le PDG de Google, Sundar Pichai, déclare qu'il ne fait aucun doute que l'IA doit être réglementée, au risque de laisser les forces du marché décider comment utiliser ces technologies

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !