IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Le Royaume-Uni publie un plan décennal visant à devenir une « superpuissance de l'IA »,
Afin de rivaliser avec les États-Unis et la Chine

Le , par Bruno

53PARTAGES

9  0 
Le gouvernement britannique a publié mercredi son plan décennal visant à faire du pays une superpuissance mondiale de l'intelligence artificielle, afin de rivaliser avec les États-Unis et la Chine. « Aujourd'hui, nous posons les bases de la croissance pour les dix prochaines années avec une stratégie qui nous aidera à saisir le potentiel de l'intelligence artificielle et à jouer un rôle de premier plan dans la façon dont le monde la gouverne », a déclaré Chris Philipe, ministre du Numérique, de la Culture, des Médias et du Sport, dans un communiqué. Certains groupes de défense des droits civils mettent toutefois en garde contre les éventuels inconvénients d’un tel projet.

L’intelligence artificielle est une technologie considérée comme l'une des percées scientifiques les plus importantes. Cependant, elle présente quelques inquiétudes sur le plan éthique. « Pour l'excellence et la confiance dans l'intelligence artificielle », la Commission européenne a dévoilé en avril une réglementation stricte pour régir l'utilisation de l’IA, une politique inédite qui décrit comment les entreprises et les gouvernements peuvent utiliser cette technologie. La stratégie nationale d'intelligence artificielle du gouvernement britannique vise à stimuler l'utilisation de l'IA dans les entreprises du pays, à attirer des investissements internationaux dans les entreprises britanniques d'IA et à développer la prochaine génération de talents technologiques locaux.


« Avec l'IA, certains pourraient voir notre expérience de la réglementation des technologies et des débats éthiques comme un USP fort pour notre programme d'IA, a déclaré Singler. Mais la concurrence avec les États-Unis ou la Chine est-elle le meilleur cadre ou le meilleur récit pour le progrès global de l'IA ? Je suivrai avec intérêt les structures éthiques planifiées qui découleront de cette vision décennale, mais nous devrions également veiller à ne pas adhérer à nos propres récits d'exception britannique, car nous avons déjà produit certaines des figures clés de l'histoire de l'IA », a décalré Beth Singler, une anthropologue de l'Université de Cambridge qui étudie l'IA et les robots.

Le gouvernement a déclaré qu'il pourrait allouer davantage d'investissements et de ressources aux industries qui ne tirent pas encore pleinement parti de l'IA, comme l'énergie et l'agriculture. Il y aura également un examen de la disponibilité et de la capacité de la puissance de calcul pour les chercheurs et les organisations du Royaume-Uni, a déclaré le gouvernement, tandis qu'une consultation sur les droits d'auteur et les brevets pour l'IA visera à évaluer si le Royaume-Uni capitalise sur les idées. « Je suis optimiste quant au fait que le plan pourrait activer le potentiel du Royaume-Uni en matière d'IA, a déclaré Nathan Benaich, un capital-risqueur chez Air Street Capital. « Pour vraiment exceller, le pays devrait se concentrer sur les domaines de la recherche scientifique appliquée tels que les sciences de la vie, l'énergie et la cybersécurité, où il dispose déjà de capacités de premier plan au niveau mondial ».

Seb Krier, chercheur principal en politique au Stanford Cyber research center, a déclaré sur Twitter que la stratégie nationale en matière d'IA comportait des aspects "très prometteurs", tandis que Lila Ibrahim, COO de DeepMind, a déclaré qu'il était bon de voir un accent clair sur une gouvernance efficace de la technologie, ajoutant qu'il était vital de gagner la confiance du public et des entreprises dans l'IA. En mars 2019, Elon Musk, le patron de Tesla et de SpaceX, a profité d’un passage à la conférence South by Southwest (SXSW) qui se tenait à Austin, au Texas, pour réitérer ses avertissements concernant le danger de l’intelligence artificielle (IA).
D’après Musk, « l’IA est plus dangereuse que les ogives nucléaires » et il devrait exister un organisme de réglementation supervisant le développement de cette technologie. « Je ne suis pas normalement un partisan de la réglementation et de la surveillance, je pense qu’on devrait généralement pécher par excès de minimisation de ces choses-là, mais il s’agit d’une situation où le public court un très grave danger », a prévenu Musk.

En avril, l'UE a annoncé qu’elle s'apprêtait à établir des règles en matière d'IA qui interdisent la surveillance et le classement du comportement social, les amendes pouvant atteindre 4 % du chiffre d'affaires. Bruxelles a décidé d’imposer des limites strictes aux systèmes d'intelligence artificielle utilisés pour la surveillance de masse ou le classement du comportement social afin d'éviter des abus de la surveillance publique des citoyens européens. Les entreprises qui développent l'IA pourraient se voir infliger des amendes pouvant atteindre 4 % de leur chiffre d'affaires mondial si elles ne se conforment pas aux nouvelles règles régissant les applications logicielles.

Pour Beth Singler, le Royaume-Uni essaie de plus en plus de trouver des domaines spécialisés dans lesquels il peut rivaliser avec des États beaucoup plus grands dans un monde post-Brexit. Selon les données de l'Organisation mondiale de la propriété intellectuelle, entre 1998 et 2017, les États-Unis ont déposé plus de demandes de brevets sur l'IA que tout autre pays, avec près de 50 000 demandes déposées. Vient ensuite la Chine, avec environ 41 000 sur la même période, tandis que le Royaume-Uni en a déposé moins. L'ancien PDG de Google, Eric Schmidt, a averti en mars que la Chine pourrait bientôt remplacer les États-Unis en tant que superpuissance mondiale de l'IA, notant qu'il y a de sérieuses implications militaires à considérer. « L'Amérique n'est pas prête à se défendre ou à être compétitive à l'ère de l'IA, a déclaré Schmidt, ainsi qu'un groupe d'experts lors d'une commission de sécurité nationale sur l'IA. C'est une dure réalité que nous devons affronter. »


Le lancement de la stratégie nationale en matière d'IA intervient après que le gouvernement britannique a permis aux géants de la technologie américains et asiatiques de s'emparer de certaines des entreprises d'IA les plus innovantes du Royaume-Uni. DeepMind, une entreprise londonienne axée sur la recherche et largement considérée comme l'un des principaux laboratoires d'IA au monde, a été vendue à Google en 2014 pour environ 600 millions de dollars. Par ailleurs, Magic Pony Technologies a été vendue à Twitter, VocalIQ a été vendue à Apple et EV Technologies a été vendue à Amazon. Pendant ce temps, le japonais SoftBank a acquis Arm, dont la conception des puces est utilisée pour alimenter de nombreuses applications d'IA d'aujourd'hui.

La stratégie du gouvernement britannique en matière d'IA comprend un certain nombre de programmes, de rapports et d'initiatives. Parmi ceux-ci, un nouveau programme de recherche et d'innovation en IA sera lancé dans le cadre d'un effort visant à améliorer la coordination et la collaboration entre les chercheurs du pays. Par ailleurs, un autre programme visera spécifiquement à soutenir le développement de l'IA en dehors de Londres et du sud-est de l'Angleterre, où se concentrent actuellement la plupart des efforts du pays en matière d'IA.

Et vous ?

Quel est votre avis sur l'IA ?

Que pensez-vous de l'ambition du gouvernement britannique, qui vise de devenir une superpuissance de l'IA ?

Voir aussi :

Pour Elon Musk l'IA est bien plus dangereuse que l'arme nucléaire, alors que Bill Gates estime que l'IA est à la fois porteuse d'espoir et dangereuse

L'UE s'apprête à établir des règles en matière d'IA qui interdisent la surveillance et le classement du comportement social, les amendes pouvant atteindre 4 % du chiffre d'affaires

L'UE cherche à établir des normes mondiales pour l'utilisation de l'IA, mais des groupes de défense des droits civils s'inquiètent

« Arrêtez de tout appeler IA », dit Michael I. Jordan, un pionnier de l'apprentissage automatique, qui explique pourquoi les systèmes d'IA actuels ne sont pas réellement intelligents

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Mingolito
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 23/09/2021 à 13:22
Pendant ce temps, après avoir abandonné son plan de devenir une superpuissance en sous marins au profit des USA, et à défaut de pouvoir devenir une superpuissance en livraisons de TGV au profit des japonais, et à défaut de pouvoir devenir une superpuissance de l'espace au profit d'Elon Musk, la France a décidé de devenir une superpuissance dans la production de camemberts et accessoirement en production de gilets jaunes !

Vive la France
5  0 
Avatar de eric44000
Membre régulier https://www.developpez.com
Le 23/09/2021 à 18:10
"plan décennal visant à faire du pays une superpuissance mondiale de l'intelligence artificielle, afin de rivaliser avec les États-Unis et la Chine."

Pas sûr que dans ce domaine l'ambition se réalise. L'avance US et chinois est considérable et ils ne se reposeront pas.
Certes l'IA est faillible et ce n'est qu'un début et il faudra renverser la table des pionniers pour aboutir à l'excellence. Ce n'est pas un plan qui y arrivera mais un génie, anglais ou pas.

Tout ce que peut faire ce plan, c'est de la recherche appliquée pour tenter d'arriver à la cheville des géants. Par contre ce qui est bien est de vouloir étendre sur l'ensemble du territoire là où la France se focalise sur l'IDF.
1  0