IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Les États-Unis ont déjà perdu face à la Chine dans la lutte contre l'IA,
Selon un ancien responsable des logiciels au Pentagone

Le , par Bruno

30PARTAGES

6  0 
Les États-Unis ont déjà perdu la bataille de l'intelligence artificielle au profit de la Chine, qui se dirige vers une domination mondiale en raison de ses avancées dans le domaine. « Nous n'avons aucune chance de nous battre contre la Chine dans 15 à 20 ans. À l'heure actuelle, c'est déjà une affaire réglée ; c'est déjà terminé à mon avis », a déclaré le premier chef du service des logiciels de l'US Air Force.

Nicholas Chailan, entrepreneur en technologie, qui a créé sa première entreprise à l'âge de 15 ans en France et premier responsable des logiciels du Pentagone a déclaré qu'il ne voyait pas la Chine dépasser les États-Unis, démissionnant pour protester contre la lenteur de l'évolution technologique de l'armée américaine. Dans une interview au Pentagone il y a une semaine, Nicholas Chailan a indiqué que l'incapacité des États-Unis à répondre aux cybermenaces et autres menaces de la Chine mettait les enfants en danger.


Bien que les États-Unis dépensent au moins trois fois plus que la Chine en matière de défense, cela se traduit par de piètres résultats, car les États-Unis dépensent dans les mauvais domaines : la « bureaucratie et la surrèglementation » font obstacle au changement dont le Pentagone a besoin. Dans son annonce de démission, également, il a révélé sa déception quant au mode de fonctionnement du Pentagone.

« S'il vous plaît, arrêtez de mettre un major ou un lieutenant-colonel (malgré leur dévouement, leur attitude exceptionnelle et leur culture) en charge de l'ICAM, de la confiance zéro ou du cloud pour 1 à 4 millions d'utilisateurs alors qu'ils n'ont aucune expérience préalable dans ce domaine. Nous mettons en place des infrastructures critiques pour échouer. Nous ne mettrions pas un pilote dans le cockpit sans une formation de vol approfondie ; pourquoi attendrions-nous d'une personne sans expérience informatique qu'elle soit proche de la réussite ? Ils ne savent pas sur quoi agir ni quelles sont les priorités, ce qui entraîne des efforts de réduction des risques sans fin et une dilution de la concentration », avait-il écrit.

Chaillan a également reproché la réticence de Google à travailler avec le département de la défense américain sur l'IA et aux débats approfondis sur l'éthique de l'IA de ralentir les États-Unis. En revanche, il a déclaré que les entreprises chinoises étaient obligées de travailler avec Pékin et qu'elles investissaient massivement dans l'IA sans se soucier de l'éthique. Il a déclaré qu'il prévoyait de témoigner devant le Congrès au sujet de la cybermenace chinoise contre la suprématie américaine, y compris lors de briefings classifiés, au cours des prochaines semaines.

Les commentaires de Chaillan sont intervenus après qu'une commission de sécurité nationale américaine, mandatée par le Congrès, a averti au début de l'année que la Chine pourrait dépasser les États-Unis en tant que superpuissance de l'intelligence artificielle au cours de la prochaine décennie. Les hauts responsables de la défense ont reconnu qu'ils doivent faire mieux pour attirer, former et retenir les jeunes talents de la cybernétique, mais ils ont défendu ce qu'ils considèrent comme une approche responsable de l'adoption de l'IA.

Michael Groen, lieutenant général du Corps des Marines et directeur du Centre interarmées d'intelligence artificielle du département de la Défense, a déclaré lors d'une conférence la semaine dernière qu'il souhaitait introduire l'IA dans l'armée de manière progressive, en précisant que son adoption nécessiterait un changement de culture au sein de l'armée. Il a ajouté qu'un nouvel investissement de 1,5 milliard de dollars accélérerait l'adoption de l'IA par le Pentagone au cours des cinq prochaines années et que 600 projets d'IA étaient déjà en cours. Un porte-parole du département de l'armée de l'air a déclaré que Frank Kendall, secrétaire de l'armée de l'air américaine, avait discuté avec Chaillan de ses recommandations pour le développement futur des logiciels du département après sa démission et l'aurait remercié pour ses contributions.

Selon Chaillan, la Chine est prête à dominer l'avenir du monde, en contrôlant tout, des récits des médias à la géopolitique. Pour lui, la question de savoir s'il faut une guerre ou non est plutôt anecdotique. « Les cyberdéfenses des États-Unis dans certains départements gouvernementaux étaient du niveau d'un jardin d'enfant ».

Robert Spalding, général de brigade de l'armée de l'air à la retraite qui a été attaché de défense à Pékin, a déclaré que Chaillan s'était plaint à juste titre et a ajouté qu'il avait lui aussi démissionné prématurément après avoir été frustré par des systèmes « archaïques » alors qu'il pilotait des bombardiers furtifs B-2. Chaillan, qui a été naturalisé citoyen américain en 2016 et a mené des efforts pour installer des mesures de cybersécurité de « confiance zéro » au ministère de la Sécurité intérieure avant de rejoindre le Pentagone, a déclaré qu'il était une force polarisante au ministère de la Défense et qu'il alarmait certains hauts fonctionnaires qui pensaient qu'il devait garder ses plaintes « en famille ».

En 2020, la Chine a dépassé les États-Unis pour la première fois en termes de nombre de fois qu'un article universitaire sur l'IA est cité par d'autres, une mesure de la qualité d'une étude. Jusqu'à récemment, les États-Unis étaient loin devant les autres pays en matière de recherche sur l'IA. La Commission de sécurité nationale américaine sur l'intelligence artificielle, dirigée par l'ancien PDG de Google Eric Schmidt, avait averti dans un rapport publié en mars que les États-Unis pourraient perdre le leadership en matière d'IA au profit de la Chine. Alors que les États-Unis répondent à ce défi, la concurrence bilatérale dans le domaine de l'IA s'est intensifiée, avec des implications mondiales.

L'une des raisons pour lesquelles la Chine arrive en force dans le domaine de l'IA est l'abondance des données qu'elle génère. D'ici à 2030, on estime que 8 milliards d'appareils en Chine seront connectés à l'internet des objets, un vaste réseau d'objets physiques reliés par l'internet. Ces dispositifs, montés sur des voitures, des infrastructures, des robots et d'autres instruments, génèrent une énorme quantité de données. La Chine considère l'IA comme un moyen de pallier la pénurie de main-d'œuvre en prévision de la diminution de la population, a déclaré Weilin Zhao, chercheur principal à l'Itochu Research Institute. L'IA est utilisée dans toute une série d'industries et affecte grandement la compétitivité et la sécurité d'une nation.

Et vous ?

Quel est votre sur le sujet ?

Êtes-vous pour ou contre la domination chinoise en matière d'IA ?

Voir aussi :

la Chine dépasse les États-Unis dans la recherche sur l'IA, la lutte pour la suprématie s'intensifie alors que les deux parties sont aux prises avec des problèmes de sécurité

Les États-Unis et l'Union Européenne décident de travailler sur l'approvisionnement en puces, les règles technologiques et le commerce avec la Chine

La pénurie de GPU est si grave que des pays entiers ne reçoivent que 20 unités par mois, la demande de semi-conducteurs actuellement supérieure à la production n'aidant pas

Les USA "ne sont pas prêts à se défendre ou à rivaliser à l'ère de l'IA", déclare un groupe d'experts présidé par Eric Schmidt, il avertit que l'IA ne restera pas dans le cadre de la science-fiction

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de calvaire
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 11/10/2021 à 12:12
Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
D'après moi c'est une escalade de paranoïa comme on en voit avant et pendant une grande guerre.
Si les USA ont créé les premières bombes atomiques c'est parce qu'ils s'imaginaient que l'Allemagne allait en produire une.
Pendant la guerre froide les USA ont développés des projets bizarres, ils auto-alimentait leur paranoïa avec des rumeurs "l'URSS est en train de développer tel arme".
on a atteint des sommets a cette époque, je vous invite à voir le projet stargate
la série de sf est limite plus crédible que le vrai projet

la chasse aux ovni considéré comme des objets secret soviétique

coté urss, ils ont développer une navette spatial car ils pensaient que les usa allait se servir de la leur pour envoyer des missiles sur l'urss.

je me dis à cette époque pour un américain qui voulait se faire du fric, il aurait pu créer une startup promettant une nouvelle arme miracle complétement pété contre les urss et recevoir des millions de subventions publique.
2  0 
Avatar de Jules34
Membre du Club https://www.developpez.com
Le 11/10/2021 à 16:16
je me dis à cette époque pour un américain qui voulait se faire du fric, il aurait pu créer une startup promettant une nouvelle arme miracle complétement pété contre les urss et recevoir des millions de subventions publique.
Comme l'appli anti covid!
2  0 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 11/10/2021 à 11:54
Citation Envoyé par Bruno Voir le message
En 2020, la Chine a dépassé les États-Unis pour la première fois en termes de nombre de fois qu'un article universitaire sur l'IA est cité par d'autres, une mesure de la qualité d'une étude. Jusqu'à récemment, les États-Unis étaient loin devant les autres pays en matière de recherche sur l'IA. La Commission de sécurité nationale américaine sur l'intelligence artificielle, dirigée par l'ancien PDG de Google Eric Schmidt, avait averti dans un rapport publié en mars que les États-Unis pourraient perdre le leadership en matière d'IA au profit de la Chine. Alors que les États-Unis répondent à ce défi, la concurrence bilatérale dans le domaine de l'IA s'est intensifiée, avec des implications mondiales.
Ce n'est pas le nombre de fois qu'un article universitaire sur l'IA est cité par d'autres qui compte
Et de toute façon les USA doivent bosser en secret sur plein de projets en rapport avec l'IA, mais ils ne vont pas les publier.

Citation Envoyé par Bruno Voir le message
L'une des raisons pour lesquelles la Chine arrive en force dans le domaine de l'IA est l'abondance des données qu'elle génère.
Les USA doivent avoir plus de données, puisque toutes les sociétés US comme Google, Apple, Cisco, sont obligé de collaborer avec la NSA.

Citation Envoyé par Bruno Voir le message
Quel est votre sur le sujet ?
D'après moi c'est une escalade de paranoïa comme on en voit avant et pendant une grande guerre.
Si les USA ont créé les premières bombes atomiques c'est parce qu'ils s'imaginaient que l'Allemagne allait en produire une.
Pendant la guerre froide les USA ont développés des projets bizarres, ils auto-alimentait leur paranoïa avec des rumeurs "l'URSS est en train de développer tel arme".
1  0 
Avatar de marsupial
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 11/10/2021 à 12:06
Disons qu'aujourd'hui les différentes IA sont approximatives et comportent toutes des biais. J'ignore quel degré de pertinence a atteint la Chine dans ses publications mais que ce soit le Machine Learning ou Scikit, les résultats devraient rester inapplicables au domaine militaire ou pour tous les sujets portant sur les libertés.
1  0 
Avatar de eric44000
Membre régulier https://www.developpez.com
Le 11/10/2021 à 14:17
Les États-Unis ont déjà perdu la bataille de l'intelligence artificielle au profit de la Chine, qui se dirige vers une domination mondiale en raison de ses avancées dans le domaine. « Nous n'avons aucune chance de nous battre contre la Chine dans 15 à 20 ans. À l'heure actuelle, c'est déjà une affaire réglée ; c'est déjà terminé à mon avis », a déclaré le premier chef du service des logiciels de l'US Air Force.
...
L'une des raisons pour lesquelles la Chine arrive en force dans le domaine de l'IA est l'abondance des données qu'elle génère.


Oui, la Chine a un léger l'avantage et leur marge de progression est grande. Outre l'abondance des données, l'abondance des talents ne fera que croitre. Les USA (les GAFA) ont déjà attirés les plus grands talents occidentaux, le réservoir chinois, lui, est énorme.
0  0 
Avatar de marc.collin
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 11/10/2021 à 19:21
en même temps tu dois avoir 10 fois plus d'ingénieur qui sort des universités en chines qu'au usa...
0  0