IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Les étudiants utilisent l'IA pour rédiger leurs travaux
Les dissertations rédigées par des outils de langage IA comme OpenAI's Playground sont difficiles à distinguer des textes faits par des humains

Le , par Nancy Rey

59PARTAGES

5  0 
Les éducateurs sont désormais confrontés à un nouveau défi pernicieux qui se propage dans les travaux de rédaction de leurs élèves : des articles écrits par l'intelligence artificielle. Le premier générateur d'articles en ligne a fait ses débuts en 2005 et aujourd'hui, les textes générés par l'intelligence artificielle se retrouvent dans des romans, des articles de fausses nouvelles et de vraies nouvelles, des campagnes de marketing et des dizaines d'autres produits écrits. La technologie est gratuite ou peu coûteuse à utiliser, ce qui la met à la portée de tous. Et elle est déjà en train de s'infiltrer dans les salles de classe.


Les professeurs de innovate_rye savent qu'il s'agit d'un étudiant de première année en biochimie, et d'un étudiant avec de bonnes notes. Ce que ces professeurs ne savent pas d'eux, c'est qu'il utilise un puissant modèle linguistique d'IA pour terminer la plupart des devoirs à la maison. « Il s'agirait de devoirs simples comprenant des réponses étendues. Pour la biologie, nous nous renseignerions sur la biotechnologie et écririons cinq bonnes et mauvaises choses sur la biotechnologie. J'envoyais une invite à l'IA du genre : "Quelles sont les cinq bonnes et mauvaises choses sur la biotechnologie ?" et elle générait une réponse qui me valait un A », explique innovate_rye, qui a demandé à utiliser son identifiant Reddit pour ne pas être repéré par son université.

Sans l'IA, innovate_rye affirme que les devoirs qu'il considère comme des « tâches fastidieuses » lui prendraient deux heures. Aujourd'hui, les devoirs de ce type lui prennent 20 minutes. « J'aime beaucoup apprendre et parfois, des devoirs scolaires que j'ai déjà fait auparavant me poussent à procrastiner et à ne pas rendre le devoir. Être capable de le faire plus rapidement et plus efficacement me semble être une compétence », explique innovate_rye.

innovate_rye n'est pas seul. Depuis qu'OpenAI a dévoilé la dernière interface de programmation d'applications (API) pour son modèle de langage largement utilisé, GPT-3, davantage d'étudiants ont commencé à alimenter en invites écrites le Playground d'OpenAI et des programmes similaires qui utilisent le deep learning pour générer du texte. Les résultats poursuivent l'invite initiale de manière naturelle et ne peuvent souvent pas être distingués d'un texte écrit par un humain.

Les algorithmes de vérification du plagiat ne signalent pas le texte généré par l'IA

Lorsque AeUsako_ était en dernière année de lycée au printemps dernier, il a utilisé OpenAI pour générer un essai entier sur les affaires du monde contemporain. Il a expliqué que, même s'il n'a pas réussi son devoir (il a perdu des points pour ne pas avoir cité de sources extérieures), il a appris que les algorithmes de vérification du plagiat ne signalaient pas le texte généré par l'IA. « Parce que j'ai utilisé Open AI, je n'ai pas ressenti l'anxiété constante de devoir consacrer tout mon temps à l'écriture », a déclaré AeUsako_, qui a également demandé à utiliser son pseudonyme en ligne.

George Veletsianos, titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur l'apprentissage et les technologies innovantes et professeur associé à la Royal Roads University, explique que cela est dû au fait que le texte généré par des systèmes tels que l'API OpenAI est techniquement un produit original généré par un algorithme de type boîte noire.

« Le texte n'est pas copié d'ailleurs, il est produit par une machine, donc les logiciels de vérification du plagiat ne pourront pas le détecter et ne pourront pas le relever parce que le texte n'a pas été copié d'ailleurs ». Sans savoir comment tous ces autres outils de vérification du plagiat fonctionnent tout à fait et comment ils pourraient être développés à l'avenir, je ne pense pas que le texte d'IA puisse être détectable de cette manière », a déclaré Veletsianos.

Peter Laffin est un professeur d'écriture et le fondateur du programme de tutorat privé Crush the College Essay. Il dit que des outils comme ceux d'OpenAI sont emblématiques d'autres techniques de compensation que la technologie a produites au cours de la dernière décennie, comme les assistants de frappe basés sur le cloud qui sont censés aider les écrivains en difficulté.

« Dans l'enseignement de l'alphabétisation, en particulier pour les écrivains en développement, les instructeurs recherchent le niveau de difficulté souhaitable, ou le point auquel vous vous donnez autant de mal pour ne pas casser mais aussi pour vous améliorer. Trouver le bon niveau, le niveau approprié de difficulté souhaitable de l'enseignement fait croître leur capacité à écrire. Donc, si vous faites des techniques de compensation qui vont au-delà de trouver ce niveau de difficulté souhaitable et d'instruire à cet endroit, alors vous ne les aidez pas à grandir en tant qu'écrivain », a déclaré Laffin.


Veletsianos note qu'il est probable que nous ayons dépassé le point de non-retour avec les textes générés par l'IA, et que les étudiants ne sont pas les seuls à être séduits.

"Nous pouvons également commencer à voir où cette technologie pourrait générer un cours à la volée et toutes sortes de questions autour du cours. Je ne dis pas que le système que nous avons est le meilleur système, mais je dis que ce sont des conversations que nous devons et devrions avoir pour voir comment nous pouvons utiliser ces outils pour améliorer non seulement l'efficacité de l'enseignement, mais aussi son efficacité et son engagement », a-t-il déclaré.

Bien que Laffin reconnaisse qu'une réévaluation de l'efficacité de l'enseignement est nécessaire, il dit que cela peut se produire en regardant les types d'invites que les éducateurs assignent aux étudiants, notant une différence entre la régurgitation de faits et la découverte d'informations. Cependant, il craint que des produits comme le générateur de texte d'OpenAI ne fassent de la rédaction un point de détail.

« Nous perdons le voyage de l'apprentissage. Nous pouvons savoir plus de choses, mais nous n'avons jamais appris comment nous y sommes arrivés. Nous avons toujours dit que le processus est la meilleure partie et nous le savons. La satisfaction est la meilleure partie. C'est peut-être la chose qui a été éliminée de tout cela. Et je ne connais pas le genre de personne qui crée plus que tout. Au-delà des études, je ne sais pas à quoi ressemble une personne qui n'a jamais eu à se battre pour apprendre. Je ne connais pas les implications comportementales de cela », a déclaré Laffin.

Formation pour l'avenir ou pour le passé ?

Nous avons vu récemment une information troublante de l'intelligence artificielle. Un artiste a gagné un concours artistique avec des œuvres créées par l'IA, et les gens ont crié à l'injustice. Aujourdhi nous avons des inquiétudes sur la façon dont les étudiants pourraient utiliser des auteurs IA pour rédiger des articles. Ils ne seraient pas repérés par les outils de plagiat, car il s'agirait d'un travail original, mais écrit par l'IA. C'est un problème récurrent avec tout nouvel outil technologique. Lorsqu'il sort, les gens se plaignent que l'outil, en particulier pour les étudiants, devrait être interdit, même si, une fois que l'étudiant quitte le processus éducatif, la compétence de savoir comment utiliser cet outil aura plus de valeur que la compétence de produire quelque chose sans lui.

En attendant, innovate_rye attend avec impatience le TPG-4, qui devrait être entraîné sur 100 trillions de paramètres d'apprentissage automatique et pourrait aller au-delà des simples sorties textuelles. En d'autres termes, ils ne prévoient pas d'arrêter de sitôt d'utiliser l'IA pour rédiger des dissertations. « Je fais toujours mes devoirs sur les choses que je dois apprendre pour réussir, j'utilise juste l'IA pour gérer les choses que je ne veux pas faire ou que je trouve sans intérêt. Si l'IA est capable de faire mes devoirs dès maintenant, à quoi ressemblera l'avenir ? Ces questions me passionnent », a ajouté innovate_rye.

Source : ResearchGate

Et vous ?

Qu’en pensez-vous ?

Voir aussi :

Un étudiant en médecine est surpris en train de tricher "avec un dispositif Bluetooth implanté chirurgicalement dans son oreille", alors qu'il passait des examens

Un enseignant pointe GitHub Copilot comme l'outil parfait pour les tricheurs lors des évaluations de programmation, et ravive les craintes sur la disparition du métier de développeur à cause de l'IA

Une IA rédige un essai sur les raisons pour lesquelles l'Homme ne devrait pas craindre l'intelligence artificielle, dans un contexte où certains prédisent la domination de la machine sur l'humain

Comment les étudiants en programmation contournent les systèmes automatisés de correction des soumissions, pour tricher aux évaluations des MOOCs

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de sbaudry
Membre à l'essai https://www.developpez.com
Le 18/10/2022 à 1:13
Cet article n'aurait-il pas été lui-même généré par OpenAI 🤔😀
0  0 
Avatar de Arya Nawel
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 19/10/2022 à 18:12
Je me souviens qu'à l'école primaire, si on avait des problemes, ok devait écrire quelque chose 100 fois et le rendre comme punition. On le tapait une fois m, on le copiant 99fois, on l'imprimant et on lapportait.
L'école ne savait pas que les ordinateurs pouvaient faire ça jusqu'à des années après que nous ayons quittés les bancs. Lol
0  1