IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Shutterstock pourrait vendre des œuvres d'art générées par l'IA et « indemniser » les artistes humains,
Toutefois, certains analystes restent sceptiques quant à ce projet

Le , par Bruno

4PARTAGES

5  0 
Shutterstock, le principal fournisseur d'images de stock sur Internet, annonce qu'il ajoutera des images générées par l'IA, alimentées par le moteur de recherche génératif DALL-E 2 d'OpenAI. Cette annonce s'inscrit dans le cadre d'une relation existante établie entre les deux sociétés l'année dernière. OpenAI a déclaré avoir entraîné son système DALL-E à l'aide des données de Shutterstock. Toutefois, certains analystes restent sceptiques quant au projet de l'entreprise de distribuer aux artistes les revenus issus des ventes d'images d'IA

Après avoir retiré de ses archives, le mois dernier, les images générées par des modèles d'intelligence artificielle, Shutterstock va désormais vendre celles créées exclusivement par DALL-E d'OpenAI. « Les moyens d'exprimer la créativité sont en constante évolution et expansion. Nous reconnaissons qu'il est de notre grande responsabilité d'embrasser cette évolution et de veiller à ce que la technologie générative qui alimente l'innovation soit fondée sur des pratiques éthiques », a déclaré Paul Hennessy, directeur général de Shutterstock.

« Nous avons une longue histoire d'intégration de l'IA dans chaque partie de notre activité. Cette compétence de niveau expert fait de Shutterstock le partenaire idéal pour aider notre communauté créative à naviguer dans cette nouvelle technologie. Et nous nous engageons à développer les meilleures pratiques et expériences pour atteindre notre objectif, qui est de permettre au monde de créer en toute confiance. »


Le service de licence de photos Shutterstock pourrait commencer à vendre des images générées par l'intelligence artificielle aux côtés de celles créées par des humains. Les images d'IA seront exclusivement alimentées par le logiciel DALL-E 2 d'OpenAI. Les deux entreprises affirment que les créateurs humains dont le travail a inspiré l'IA seront rémunérés, mais un artiste décrit cette décision comme une « fuite d'eau d'égout dans l'approvisionnement en eau potable ».

Pour mémoire, DALL-E 2 est le système d'IA d'OpenAI qui peut générer des images à partir de quelques mots ou éditer et affiner des images existantes par le même moyen. Par exemple, l'invite « un renard dans un arbre » ferait apparaître une photo d'un renard assis dans un arbre, ou l'invite « astronaute avec un bagel à la main » montrerait… eh bien, vous voyez où cela mène. Le logiciel ne se contente pas de créer une image dans un style unique, vous pouvez ajouter différentes techniques artistiques à votre demande, en entrant des styles de dessin, de peinture à l'huile, un modèle en pâte à modeler, tricoté en laine, dessiné sur un mur de grotte, ou même comme une affiche de film des années 1960.

En plus de la capacité de la technologie à produire des images uniquement sur des invites textuelles, Dall-E 2 dispose de deux autres techniques intelligentes : l'inpainting (le nom donné à la technique de reconstruction d'images détériorées ou de remplissage des parties manquantes d'une image) et les variations. OpenAI a annoncé dans un billet de blog qu'elle accélérerait l'accès des clients sur la liste d'attente dans le but d'atteindre environ 1 million de personnes dans les prochaines semaines.

Avec ce lancement "bêta", DALL-E 2, dont l'utilisation était gratuite, passera à une structure de frais basée sur le crédit. Les nouveaux utilisateurs obtiendront une quantité limitée de crédits qui peuvent être utilisés pour générer ou éditer une image ou créer une variation d'une image. (Les générations renvoient quatre images, tandis que les modifications et les variations en renvoient trois.) Les crédits se rechargeront chaque mois à raison de 50 le premier mois et de 15 par mois ensuite. Les utilisateurs auront la possibilité d'acheter des crédits supplémentaires par incréments de 15 dollars.

Shutterstock est l'une des nombreuses agences photo qui ont commencé à retirer de leurs archives les œuvres générées par l'IA le mois dernier. Un porte-parole de Shutterstock a déclaré que l'entreprise continuerait d'interdire de manière générale le téléchargement d'œuvres d'art générées par l'IA sur sa plateforme, mais que sa collaboration avec OpenAI était une tentative d'adopter les nouvelles technologies de manière éthique. Les deux entreprises vont également lancer ce que le porte-parole de Shuttershock a appelé le Shutterstock Contributor Fund pour « compenser les artistes pour leurs contributions » et fournir des redevances lorsque leur propriété intellectuelle (PI) est utilisée.

« Lorsque le travail de plusieurs personnes a contribué à la création d'une seule pièce de contenu généré par l'IA, nous voulons nous assurer que ces personnes sont protégées et rémunérées (au lieu de permettre à un individu de générer et de s'attribuer tout le mérite de ce contenu) », ont-ils déclaré. OpenAI n'a pas répondu à une demande de commentaire, mais le porte-parole de Shutterstock a déclaré qu'un accord avait été conclu pour que l'IA qui produit les images soit entraînée uniquement sur des images provenant des archives de Shutterstock, plutôt que sur du contenu trouvé ailleurs en ligne.

Les contributeurs dont le travail a été utilisé pour former les modèles recevront une part des redevances provenant des ventes de l'IA, a déclaré le porte-parole de Shutterstock, mais il n'a pas précisé quel pourcentage des revenus irait aux contributeurs ni comment les contributions seraient divisées. Il est souvent difficile de déterminer quelles données d'entrée ont été référencées pour créer un élément de sortie quelconque.

Adrian Alexander Medina, rédacteur en chef du site et magazine littéraire Aphotic Realm et créateur de couvertures de livres, affirme avoir perdu trois clients potentiels au profit d'œuvres générées par l'IA depuis le début du mois d'octobre. Il n'est pas d'accord avec le fait que Shutterstock vende de l'art généré par l'IA et pense que cela risque d'ostraciser les photographes et les illustrateurs.

« Je travaille beaucoup avec l'art de la manipulation de photos. Je paie des droits de licence et j'utilise des images totalement libres de droits. Si des sites web comme Shutterstock et d'autres qui proposent des ressources sous licence pour la conception graphique commencent à autoriser l'IA dans leurs bibliothèques, ce sera comme si de l'eau d'égout s'écoulait dans l'approvisionnement en eau potable », dit-il.

Il est également sceptique quant au projet de l'entreprise de distribuer aux artistes les revenus issus des ventes d'images d'IA. « Je pense qu'il s'agit d'une piètre tentative pour justifier le vol de millions, voire de milliards de droits de propriété intellectuelle qui constituent l'art généré par l'IA », dit-il.

Source : Shutterstock

Et vous ?

Que pensez-vous de l'initiative de Shutterstock ?

Partagez-vous le scepticisme de certains créateurs quant au projet de l'entreprise de distribuer aux artistes les revenus issus des ventes d'images d'IA ?

Voir aussi :

Dall-E 2 : le générateur d'images IA développé par OpenAI est disponible en bêta, il peut produire une large gamme d'images à partir de quelques mots

Dall-E 2 permet de générer des images à partir de quelques mots, mais le produit est-il votre ? Votre illustration numérique générée par l'IA pourrait ne pas être protégée par le droit d'auteur

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Muchos
Membre expert https://www.developpez.com
Le 29/10/2022 à 11:26
Cette affaire souligne encore ce qu’est fondalement le capitalisme : l’appropriation.

Les œuvres n’ont pas été faites ou payées par les propriétaires de l’IA, mais ils s’en servent pour leur logiciel sans contrepartie. Même chose avec les ressources naturelles, les infrastructures publiques, les innovations nées dans les universités publiques, etc.
5  2 
Avatar de pduboin
Membre à l'essai https://www.developpez.com
Le 31/10/2022 à 17:01
Il est vrai que le travail d'Erin Hanson ne s'inspire en rien du Fauvisme et de l'impressionnisme…… Michel Audiard aurait dit d'elle qu'elle peint en escadrille.
2  1 
Avatar de TJ1985
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 08/11/2022 à 8:32
L'art créé par l'apprentissage profond ? C'est très simple : Écoutez la dixième symphonie de Beethoven. Elle a été générée par un algorithme récent (GPT-3 sauf erreur) à partir de fragments d'esquisses laissés par Beethoven et la participation très active d'un musicologue enthousiaste. Elle a été jouée en audience restreinte par un orchestre professionnel de bon niveau.
Conclusion : On s'y emmerde prodigieusement ! C'est vide, plat, inintéressant, ça rappelle certaines phrases connues, mais ça n'a ni queue ni tête.
Un artiste utilise une bonne partie des sensations de son système sensitif, ses souvenirs, ses rêves et ses fantasmes pour créer. Malgré les chiffres ahurissants du nombre de paramètres gérés par les systèmes actuels, ce ne sont que des impotents aveugles, sourds et insensibles. N'ayant pas d'expérience du monde, ils ne peuvent rien en tirer, n'en reçoivent aucun stimulus qui pourrait nous rapprocher. C'est pas demain que ça va changer si la technologie de base n'évolue pas.
0  0