IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Dall-E 2 permet de générer des images à partir de quelques mots, mais le produit est-il votre ?
Votre illustration numérique générée par l'IA pourrait ne pas être protégée par le droit d'auteur

Le , par Stéphane le calme

8PARTAGES

6  0 
La nature créative des réseaux de neurones amène certains à se demander s'il ne serait pas utile de modifier les lois américaines actuelles qui n'accordent la protection du droit d'auteur qu'aux œuvres créées par des humains.

Les modèles génératifs capables de produire automatiquement des paragraphes de texte ou d'art numérique deviennent de plus en plus accessibles. Les gens les utilisent pour écrire des romans fantastiques, des copies marketing et pour créer des mèmes et des couvertures de magazines. Le contenu créé automatiquement par un logiciel est sur le point d'inonder Internet pour le meilleur ou pour le pire à mesure que la technologie de l'IA est commercialisée. Est-ce que tout cela peut être légalement protégé par les lois sur le droit d'auteur*?

Prenez par exemple la récente et « première couverture de magazine artificiellement intelligente au monde » de Cosmopolitan*: l'image d'un astronaute géant marchant à la surface d'une planète contre un ciel sombre éclaboussé de ce qui ressemble à des étoiles et du gaz, tel que produit par le modèle DALL-E 2 d'OpenAI. Karen Cheng, directrice de la création, a décrit avoir essayé diverses invites de texte pour guider DALL-E 2 dans la production de l'image parfaite.


Pour mémoire, DALL-E 2 est le système d'IA d'OpenAI qui peut générer des images à partir de quelques mots ou éditer et affiner des images existantes par le même moyen. Par exemple, l'invite « un renard dans un arbre » ferait apparaître une photo d'un renard assis dans un arbre, ou l'invite « astronaute avec un bagel à la main » montrerait… eh bien, vous voyez où cela mène. Le logiciel ne se contente pas de créer une image dans un style unique, vous pouvez ajouter différentes techniques artistiques à votre demande, en entrant des styles de dessin, de peinture à l'huile, un modèle en pâte à modeler, tricoté en laine, dessiné sur un mur de grotte, ou même comme une affiche de film des années 1960.

En plus de la capacité de la technologie à produire des images uniquement sur des invites textuelles, Dall-E 2 dispose de deux autres techniques intelligentes : l'inpainting (le nom donné à la technique de reconstruction d'images détériorées ou de remplissage des parties manquantes d'une image) et les variations. Ces deux applications fonctionnent de manière similaire au reste de Dall-E, juste avec une touche.

Avec l'inpainting, vous pouvez prendre une image existante et y ajouter de nouveaux éléments ou en modifier des parties. Si vous avez une image d'un salon, vous pouvez ajouter un nouveau tapis, un chien sur le canapé, changer le tableau au mur ou même faire apparaître un éléphant dans la pièce… parce que quelqu'un pourrait y penser, voyez vous.

Variations est un autre service qui nécessite une image existante. Insérez une photo, une illustration ou tout autre type d'image et l'outil de variation de Dall-E créera des centaines de ses propres versions. Vous pouvez lui donner une image d'un des télétubbies, et il la reproduira, créant des versions similaires. Une vieille peinture d'un samouraï créera des images similaires, vous pouvez même prendre une photo de certains graffitis que vous voyez et obtenir des résultats similaires.

Vous pouvez également utiliser cet outil pour combiner deux images en une seule. Mélangez un dragon et un corgi, ou un arc-en-ciel et un pot pour générer des pots avec de la couleur.

Il a donc fallu que Karen Cheng trouve la bonne invite textuelle pour que Dall-E 2 crée l'image. Elle a ensuite édité l'image de DALL-E 2 pour créer la couverture élégante finale du magazine. Cependant, qui détient le droit d'auteur*? Qui est l'auteur de l'image ?


La réponse dépend probablement de la quantité d'intervention humaine nécessaire pour créer quelque chose, a déclaré Mike Wolfe, un avocat spécialisé dans le droit d'auteur de Rosen, Wolfe et Hwang : « Là où l'IA a joué un rôle essentiel dans la création d'une œuvre, il existe encore des voies vers une certaine protection du droit d'auteur. Même avec une IA très performante, il y aura probablement beaucoup de place pour la créativité humaine. Si l'IA aide à générer une chanson et fait la ligne de basse, mais le professionnel de la création la rend plus complète en comblant les lacunes pour faire un morceau de musique cohérent, cet acte lui-même donnerait probablement droit au droit d'auteur sur la base de la paternité humaine ».

En pratique, cela pourrait signifier que la mélodie ou la ligne de basse peut être utilisée librement par un tiers, puisque ces parties ont été générées par une machine et ne sont pas protégées par le droit d'auteur, mais les gens ne peuvent pas copier la chanson entière textuellement, a noté Wolfe. En réalité, cependant, il n'est peut-être pas si facile de séparer le travail de l'homme et de la machine. Pour en revenir à l'exemple de la couverture Cosmopolitan, il n'est pas tout à fait clair quelles parties de l'image ont été créées par DALL-E 2 et quelles parties par Cheng.

Les créateurs exercent souvent une influence minime sur la sortie d'un modèle, en particulier pour les systèmes plus visuels comme DALL-E 2. Beaucoup expérimentent des systèmes similaires comme Craiyon ou Midjourney, par exemple, bricolent uniquement avec les invites de texte et laissent l'image résultante intacte. En vertu de la loi américaine sur le droit d'auteur, ces images ne sont techniquement pas soumises à la protection du droit d'auteur. Seules les « œuvres originales de l'auteur » sont prises en compte. « Pour être qualifiée d'œuvre de 'paternité', une œuvre doit être créée par un être humain », selon un rapport du US Copyright Office.

Le cas de DABUS

Un homme, Stephen Thaler, fondateur d'Imagination Engines, une société de logiciels basée dans le Missouri, l'a appris à ses dépens.

Le 3 novembre 2018, Thaler a déposé une demande d'enregistrement d'une revendication de droit d'auteur sur une œuvre. L'auteur de l'œuvre a été identifié comme étant la Creativity Machine (littéralement « Machine à créativité »), Thaler étant répertorié comme le demandeur. Dans sa demande, Thaler a laissé une note à l'Office indiquant que l'œuvre « a été créée de manière autonome par un algorithme informatique exécuté sur une machine » et qu'il « cherchait à enregistrer cette œuvre générée par ordinateur en tant que travail pour la location au propriétaire de la machine à créativité ». Dans une lettre du 12 août 2019, un spécialiste de l'enregistrement du Bureau du droit d'auteur a refusé d'enregistrer la demande, estimant qu'il « manquait de la paternité humaine nécessaire pour étayer une demande de droit d'auteur ».

Thaler a ensuite demandé que le Bureau reconsidère son refus initial d'enregistrer l'œuvre, arguant que « l'exigence de paternité humaine est inconstitutionnelle et n'est étayée ni par la loi ni par la jurisprudence ».

Après avoir examiné l'œuvre à la lumière des points soulevés dans la première demande, le Bureau a réévalué les revendications et a de nouveau conclu en mars 2020 que l'œuvre « n'avait pas la paternité humaine requise pour soutenir une revendication de droit d'auteur », car Thaler « n'avait fourni aucune preuve d'une contribution créative ou d'une intervention suffisante d'un auteur humain dans l'œuvre ». Le Bureau a également déclaré qu'il n'abandonnerait pas « son interprétation de longue date de la Loi sur le droit d'auteur, de la Cour suprême et du précédent judiciaire des tribunaux inférieurs selon lequel "une œuvre ne répond aux exigences légales et formelles de la protection du droit d'auteur que si elle est créée par un auteur humain" ».

Dans une deuxième demande de réexamen datant de mai 2020, Thaler a renouvelé ses arguments selon lesquels l'exigence de paternité humaine du Bureau est inconstitutionnelle et non étayée par la jurisprudence. La deuxième demande reprend les mêmes arguments que la première demande, avançant largement des arguments de politique publique selon lesquels l'Office « devrait » enregistrer les droits d'auteur sur les œuvres générées par machine, car cela « ferait avancer les objectifs sous-jacents de la loi sur le droit d'auteur, y compris la justification constitutionnelle de la protection du droit d'auteur ».

En réponse à la citation par le Bureau de la jurisprudence pertinente concernant la paternité humaine, Thaler affirme « qu'il n'existe aucune autorité contraignante qui interdit le droit d'auteur pour [les œuvres générées par ordinateur], c'est à dire que la loi sur le droit d'auteur permet déjà à des entités non humaines d'être des auteurs en vertu de la doctrine du travail réalisé pour la location ; et enfin que le Bureau du droit d'auteur "s'appuie actuellement sur des avis judiciaires non contraignants de l'âge d'or pour répondre à la question de savoir si [les œuvres générées par ordinateur] peuvent être protégées ».


A Recente Entrance to Paradise

Le travail de Creativity Machine, vu ci-dessus, s'intitule A Recente Entrance to Paradise (litérallement « Une entrée récente au paradis »). Cela fait partie d'une série que Thaler a décrite comme une « expérience de mort imminente simulée » dans laquelle un algorithme retraite des images pour créer des images hallucinatoires et un récit fictif sur l'au-delà. Surtout, l'IA est censée le faire avec une intervention humaine extrêmement minime, mais le Copyright Office ne lui as pas pour autant accordé la paternité de l'œuvre.

Mais le Bureau américain du droit d'auteur a rejeté sa demande.

La Constitution des États-Unis a accordé au Congrès le pouvoir de protéger la propriété intellectuelle dans l'article I, section 8*: « Pour promouvoir le progrès de la science et des arts utiles, en garantissant pour un temps limité aux auteurs et inventeurs le droit exclusif sur leurs écrits et découvertes respectifs ».

L'avocat de Thaler, Ryan Abbott, pense que le Bureau américain du droit d'auteur commet une erreur en rejetant sa demande visant à enregistrer la paternité d'AI. « L'IA est capable de produire une production fonctionnellement créative en l'absence d'un auteur humain traditionnel, et la protection des œuvres générées par l'IA avec le droit d'auteur est essentielle pour promouvoir la production de contenu socialement précieux. Fournir cette protection est requise dans les cadres juridiques actuels », a-t-il précédemment déclaré.

Mais tous les juristes ne sont pas d'accord avec lui. « La charge devrait toujours incomber au créateur de prouver que le droit d'auteur qu'il reçoit profite au public. À mon avis, cette charge n'a pas été portée pour les machines. Accorder des droits aux œuvres générées par l'IA ne semble pas à l'heure actuelle susceptible de nous rendre plus riches ou plus avancés », a déclaré Wolfe.

« Voulons-nous traiter les machines sur un pied d'égalité devant la loi*? Il ne semble pas y avoir beaucoup d'engouement pour cela. Mais comme vous voyez de plus en plus de résultats impressionnants de ces systèmes vraiment puissants, je suis sûr que le le calcul pourrait changer ».

Sources : Bureau américain des droits d'auteur, Karen Cheng, Cosmopolitan

Et vous ?

Peut-on réellement parler de concepts créés par une IA ? Dans quelle mesure ?
Dans le cas de DALL-E 2, selon vous, qui devrait être crédité comme étant l'auteur de l'œuvre généré ? Pourquoi ?
L'IA devrait-elle pouvoir disposer de brevets ? Pourquoi ?
Sinon, qui devrait donc bénéficier des concepts qu'elle propose ?
Quelle est la situation dans votre pays ?
Qui doit être considéré comme l’inventeur du produit d’une intelligence artificielle ?
Peut-on s’attribuer (par protection) les droits d’auteur d’une œuvre produite par une intelligence artificielle ?

Voir aussi :

Dall-E 2 : le générateur d'images IA développé par OpenAI est disponible en bêta. Il peut produire une large gamme d'images à partir de quelques mots
Un ingénieur porte plainte contre l'office US des brevets pour avoir refusé d'accorder des brevets à son IA, sous le prétexte que seules les « personnes physiques » en ont le droit

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !