IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Le PDG d'OpenAI déclare que les partisans de l'IA se trompent s'ils pensent que la technologie ne sera que bénéfique pour les travailleurs :
« certains emplois vont définitivement disparaître »

Le , par Mathis Lucas

11PARTAGES

5  0 
Sam Altman, PDG d'OpenAI, a récemment eu l'occasion de revenir sur l'essor de son chatbot populaire ChatGPT et les impacts potentiels de l'IA générative sur l'avenir du travail. Altman a déclaré que l'essor de l'IA générative pourrait avoir des effets positifs sur la productivité de nombreux travailleurs, mais il a également ajouté que l'on ne devrait pas se bercer d'illusions et croire que l'IA ne sera que bénéfique pour les travailleurs. Selon lui, certains emplois vont définitivement disparaître. Il a expliqué que de nouveaux emplois pourraient être créés à leur place, mais tous les travailleurs déplacés n'en bénéficieront pas, ce qui pourrait déclencher des chocs économiques.

Depuis le lancement de ChatGPT en novembre dernier et la stupéfaction suscitée par les capacités du chatbot d'IA, Sam Altman passe énormément de temps à parler de l'IA générative et de ses possibles implications pour la société. Sa position sur l'IA est quelque peu critiquée par les acteurs de l'industrie : bien qu'Altman veille à ce qu'OpenAI reste le leader dans le développement de l'IA, il déclare régulièrement que la technologie l'effraie, il appelle à l'élaboration de garde-fous solides qui encadreront le développement de l'IA sur le plan mondial et il dépeint le plus souvent un avenir dystopique de l'humanité si cette précaution n'est pas prise.

Les systèmes d'IA générative ont un fort potentiel de transformation des industries dans le monde entier. Si ChatGPT et d'autres services similaires peuvent stimuler la productivité de nombreux employés, certains finiront par perdre leur emploi. Selon Altman, le développement de l'IA pourrait constituer le "plus formidable bond en avant" pour la qualité de vie des gens. Cela dit, il a également déclaré qu'il serait fou de ne pas avoir un peu peur de l'IA et de son potentiel à créer des problèmes de désinformation ou des chocs économiques. Par conséquent, Altman réfute l'idée selon laquelle le boom de l'IA n'aura qu'un impact positif sur les travailleurs.


Sam Altman, PDG d'OpenAI

Dans une nouvelle interview accordée à The Atlantic, il a déclaré : « beaucoup de personnes travaillant sur l'IA prétendent qu'elle ne sera que bénéfique, qu'elle ne sera qu'un complément et que personne ne sera jamais remplacé. Les emplois vont disparaître, c'est certain ». Altman suggère que les déclarations selon lesquelles l'IA ne supprimera pas les emplois sont trop optimistes. En fait, certains experts ont exprimé leur optimisme quant au fait que l'IA n'entraînera pas le déplacement généralisé des emplois que de nombreux Américains redoutent et qu'ils devraient plutôt s'inquiéter de voir leurs collègues utiliser ces technologies pour les supplanter.

De nombreux experts ont évoqué la manière dont l'IA pourrait constituer un assistant précieux pour les travailleurs, en les aidant à devenir plus productifs et à passer moins de temps sur des tâches ennuyeuses. « Vous ne serez pas remplacé par l'IA, mais par quelqu'un qui sait ce qu'il faut faire avec l'IA », a déclaré Oded Netzer, professeur à la Columbia Business School. Mais Altman note : « même si la plupart des emplois ne sont pas déplacés, certains sont susceptibles de disparaître ». En mars, Goldman Sachs prévoyait que 300 millions d'emplois à temps plein dans le monde pourraient être perturbés, mais pas nécessairement remplacés, par l'IA.

Goldman Sachs affirme que les effets devraient se faire davantage sentir dans les économies avancées que dans les marchés émergents. Cela s'explique en partie par le fait que les cols blancs sont considérés comme plus exposés que les travailleurs manuels. Selon le rapport, les employés administratifs et les avocats devraient être les plus touchés, alors que les professions physiquement exigeantes ou en plein air, telles que les travaux de construction et de réparation, n'ont que peu d'effets. Aux États-Unis et en Europe, la banque d'investissement affirme qu'environ deux tiers des emplois actuels sont exposés à un certain degré d'automatisation par l'IA.

Et jusqu'à un quart de l'ensemble du marché mondial du travail pourrait être effectué par l'IA. Selon Goldman Sachs, des changements sur les marchés du travail sont donc probables, même si, historiquement, le progrès technologique ne fait pas que rendre des emplois superflus, il en crée aussi de nouveaux. Le rapport indique que l'utilisation de la technologie de l'IA pourrait également stimuler la croissance de la productivité du travail et augmenter le PIB mondial de 7 % par an sur une période de dix ans. Début mars, Bank of America a publié un rapport selon lequel l'IA stimulera l'économie mondiale d'environ 15 700 milliards de dollars d'ici 7 ans.

L'avis du PDG d'OpenAI est partagé par certains. « L'histoire nous apprend que la simplification n'est souvent qu'une étape vers l'automatisation. Les assistants d'IA qui analysent les appels des télévendeurs et fournissent des recommandations sont formés dans le but ultime de les remplacer », a déclaré Carl Benedikt Frey, économiste à Oxford. L'adoption généralisée de l'IA pourrait toutefois également créer de nouveaux emplois. Altman a déclaré à The Atlantic qu'il s'attendait à ce que de meilleurs emplois - peut-être mieux rémunérés - soient créés à la place de ceux qui sont perturbés. « Je ne pense pas que nous voudrons revenir en arrière », a-t-il déclaré.

La question est toutefois de savoir si tous les travailleurs déplacés seront en mesure de s'orienter vers les nouveaux emplois qui seront créés par l'IA à l'avenir. Ethan Mollick, professeur agrégé d'entrepreneuriat et d'innovation à la Wharton School de l'université de Pennsylvanie, a cité l'automatisation des opérateurs téléphoniques à la fin du XIXe siècle - une profession alors couramment exercée par les femmes - comme un exemple de travailleurs luttant pour s'adapter à l'évolution technologique. « Lorsque l'on s'est débarrassé des opératrices, les jeunes femmes ont pu s'adapter, trouver de nouveaux emplois et s'adapter », a-t-il déclaré.

« En revanche, les femmes plus âgées ont subi une baisse de salaire à vie et n'ont jamais pu retrouver un emploi aussi intéressant », a ajouté le professeur Mollick. Auparavant, Altman avait évoqué l'idée d'un revenu universel pour faire face aux chocs que l'IA pourrait entraîner. Selon lui, ce revenu serait versé régulièrement par le gouvernement à un niveau uniforme à chaque adulte, quel que soit son statut d’emploi, son revenu ou sa richesse, pour fournir un filet de sécurité. Il estime qu'à mesure que l'adoption de l'IA évolue, la politique fiscale telle que nous l'avons connue sera encore moins capable de lutter contre les inégalités.

« Bien que les gens aient toujours des emplois, bon nombre de ces emplois ne créeront pas beaucoup de valeur économique dans la façon dont nous pensons à la valeur aujourd'hui », a-t-il déclaré. Il a proposé qu'à l'avenir, une fois que l'IA produirait la plupart des biens et services de base dans le monde, un fonds puisse être créé en taxant la terre et le capital plutôt que le travail. « Les dividendes de ce fonds pourraient être distribués à chaque individu pour qu'il puisse les utiliser à sa guise pour une meilleure éducation, des soins de santé, un logement, la création d'une entreprise, etc. », a écrit Altman. Mais les critiques qualifient cette vision d'utopique.

Source : The Atlantic

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?

Voir aussi

Le revenu de base universel nous sauvera-t-il de l'IA ? Sam Altman d'OpenAI pense qu'il sera la réponse à d'énormes pertes d'emplois, avantages et inconvénients d'un revenu garanti pour tous

Une étude de Goldman Sachs affirme que l'IA pourrait automatiser 25 % des emplois actuels dans le monde, les économistes, les employés administratifs et les avocats devraient être les plus touchés

Les gouvernements doivent réfléchir pour trouver des solutions aux personnes qui perdent leur emploi à cause de l'IA, estime le co-fondateur de DeepMind qui plaide pour le revenu universel

Le PDG d'OpenAI, Sam Altman, appelle les États-Unis à collaborer avec la Chine pour contrer les risques liés à l'IA, alors que Washington tente d'entraver les progrès de la Chine en matière d'IA

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-nous-la !

Avatar de kain_tn
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 27/07/2023 à 1:01
Ce type rivalise avec Musk pour le titre de plus grand troll au monde?
0  0 
Avatar de TotoParis
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 05/09/2023 à 21:26
Sam Altman (le pote à Alt+Ctrl+Supr) devrait alors arrêter OpenAI...
0  0